• Saint Simon. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Saint Simon est surnommé le Cananéen ou le Zélote. Les Actes des Apôtres (1:13) et l'Evangile selon Luc (6:15) l'appellent le "Zélote". Les Zélotes ont été décrits par Josephs, comme un mouvement juif ’indépendance dévoué à l’assassinat et l’insurrection violente. Mais il y avait d’autres mouvements de Zélotes <o:p></o:p>

    D'autres textes le nomment le Cananéen, c'est-à-dire celui de Cana. (Matthieu 10:4, Marc 3:18)<o:p></o:p>

    Il n’est pas le même que Siméon, le frère de Jacques le Mineur, évêque de Jérusalem.<o:p></o:p>

    Dans les listes d’apôtres, (Mt 10:2-4 ; Mc 3:16-19; Lc 6:14-16; Ac 1:13), la dixième et onzième place reviennent à Simon le Zélote et par Judas Jacques, aussi appelé Thaddée ou Lebbé. 
    Des grecs prétendent que c’est à son mariage que Jésus a changé l’eau en vin.<o:p></o:p>

    Il a prié avec la Vierge Marie après la résurrection.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Actes 1:13-14.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

     Quand ils furent arrivés, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient d'ordinaire; c'étaient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, Jacques, fils d'Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Tous d'un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    A partir du VIe siècle, un texte apocryphe le fait aller en Perse avec Jude Thaddée, un autre apôtre. Ils seront tous deux égorgés pour avoir renversé des idoles suite à une discussion avec des magiciens.(Voir Saint Jude. Apocryphe.)  Selon une autre version, Simon aurait été découpé avec une scie, comme le prophète Isaïe.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Représentations.<o:p></o:p>

    Bateau, poisson, homme qui est scié en longueur, scie, aviron, deux poissons. Jusqu'au XIIIe siècle, Simon est représenté avec un livre à la main. A partir du XVe siècle, la scie devient son attribut caractéristique<o:p></o:p>

    Sur le cloître de Moissac (XIIe siècle), Simon est désigné par l'inscription Cananaeus.                          <o:p></o:p>

    Généralement, Simon et Jude sont représentés ensemble (ils sont fêtés le même jour) L'épisode de leur martyre et du renversement des idoles sont les plus souvent illustrés. <o:p></o:p>

    Simon est attaché sur une roue et deux bourreaux lui découpent la poitrine avec une scie de bûcheron.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Comme c'est le cas pour plusieurs autres apôtres, il n'est plus cité après la Pentecôte. Selon certaines sources, il serait allé en Egypte.
    Nicephorus Calixti, pretend qu’après avoir préché en Mauritanie, et d’autres parties d’Afrique, il est allé en Grande Bretagne, ou après avoir converti de nombreux fidèle, il a été crucifié par des païens. C’est peu probable !  Le Martyrologe de  St. Jérôme, saint Bede, Ado, et Suard situe son martyr en Perse , dans une cite nommée Suanir, au pays de Suanis, un peuple de Colchis, au dessus de la Samarie.  Il y a une référence dans l’Acte de Saint André  qu’en  Cimmérien Bosphore, il y avait une tombe, dans une grotte, portant l’inscription de Simon le Zélote.  Des reliques se trouvent à Saint Pierre de Rome et à la cathédrale de Toulouse, en France. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>



     <o:p></o:p>


     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire

  • Saint André. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le nom  "André" (Gr., andreia, virilité , valeur), comme d’autres noms grecs était commun parmi les juifs du second au troisième siècle avant Jésus Christ. <o:p></o:p>

    Fils de Jonas de Betsaïde (Mt 16,17) et frère cadet de Pierre, André fut le premier disciple choisi par le Seigneur. (Mt 4,18 ; Jn 1,40-42.) <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint André, frère de saint Pierre, est le premier des Apôtres qui ait connu Jésus-Christ, aussitôt après Son Baptême sur les bords du Jourdain. Il avait d'abord été disciple de saint Jean-Baptiste. (Jn 1, 35-42)  <o:p></o:p>

    Jésus le rencontra avec son frère Simon, jetant les filets pour pêcher, dans le lac de Tibériade, et leur dit à tous deux: « Suivez-moi, je ferai de vous des pêcheurs d'hommes. » Ils abandonnèrent aussitôt leur père et leur barque, et le suivirent. (Mt 4, 20) <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    André est cité trois autres fois dans l'Évangile. <o:p></o:p>

    La première, quand il donne à Jésus les cinq pains et les deux poissons qui lui permirent de nourrir cinq mille personnes. (Jean 6, 8-11) <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

     Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit: <o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

     Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de gens? <o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

     Jésus dit: Faites-les asseoir<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes Il y avait dans ce lieu beaucoup d'herbe<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

     Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu'ils en voulurent<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La seconde, quand il lui présenta les pèlerins grecs qui désiraient lui parler (Jean 12, 20-26)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

     Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, <o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

     s'adressèrent à Philippe, de Bethsaïde en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

     Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

     Jésus leur répondit: L'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

     En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

     Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle<o:p></o:p>

    26<o:p></o:p>

     Si quelqu'un me sert, qu'il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La troisième, lorsque avec les autres disciples, il voulait savoir de Jésus quand aurait lieu la destruction du Temple et de Jérusalem. (Mc 13 ; 1-11)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

     Lorsque Jésus sortit du temple, un de ses disciples lui dit: Maître, regarde quelles pierres, et quelles constructions! <o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

     Jésus lui répondit: Vois-tu ces grandes constructions? Il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

     Il s'assit sur la montagne des oliviers, en face du temple Et Pierre, Jacques, Jean et André lui firent en particulier cette question:<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

     Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et à quel signe connaîtra-t-on que toutes ces choses vont s'accomplir? <o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

     Jésus se mit alors à leur dire: Prenez garde que personne ne vous séduise<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

     Car plusieurs viendront sous mon nom, disant; C'est moi Et ils séduiront beaucoup de gens<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

     Quand vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres, ne soyez pas troublés, car il faut que ces choses arrivent Mais ce ne sera pas encore la fin<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

     Une nation s'élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume; il y aura des tremblements de terre en divers lieux, il y aura des famines Ce ne sera que le commencement des douleurs<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

     Prenez garde à vous-mêmes On vous livrera aux tribunaux, et vous serez battus de verges dans les synagogues; vous comparaîtrez devant des gouverneurs et devant des rois, à cause de moi, pour leur servir de témoignage<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

     Il faut premièrement que la bonne nouvelle soit prêchée à toutes les nations<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

     Quand on vous emmènera pour vous livrer, ne vous inquiétez pas d'avance de ce que vous aurez à dire, mais dites ce qui vous sera donné à l'heure même; car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit Saint<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    André avec Jean et un autre disciple voulait savoir où Jésus vivait. (Jean 1 : 35-41)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    35<o:p></o:p>

     Le lendemain, Jean était encore là, avec deux de ses disciples; <o:p></o:p>

    36<o:p></o:p>

     et, ayant regardé Jésus qui passait, il dit: Voilà l'Agneau de Dieu<o:p></o:p>

    37<o:p></o:p>

     Les deux disciples l'entendirent prononcer ces paroles, et ils suivirent Jésus<o:p></o:p>

    38<o:p></o:p>

     Jésus se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: Que cherchez-vous? Ils lui répondirent: Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeures-tu? <o:p></o:p>

    39<o:p></o:p>

     Venez, leur dit-il, et voyez<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     C'était environ la dixième heure Ils allèrent, et ils virent où il demeurait; et ils restèrent auprès de lui ce jour-là<o:p></o:p>

    40<o:p></o:p>

     André, frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean, et qui avaient suivi Jésus<o:p></o:p>

    41<o:p></o:p>

     Ce fut lui qui rencontra le premier son frère Simon, et il lui dit: Nous avons trouvé le Messie (ce qui signifie Christ)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jésus a vécu avec son frère dans leur deuxième demeure Capharnaüm. C’est là que Jésus a guéri la belle-mère de Simon Pierre.  (Mc 1: 29-31)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    29<o:p></o:p>

     En sortant de la synagogue, ils se rendirent avec Jacques et Jean à la maison de Simon et d'André<o:p></o:p>

    30<o:p></o:p>

     La belle-mère de Simon était couchée, ayant la fièvre; et aussitôt on parla d'elle à Jésus<o:p></o:p>

    31<o:p></o:p>

     S'étant approché, il la fit lever en lui prenant la main, et à l'instant la fièvre la quitta. Puis elle les servit<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Au début André et Pierre étaient parfois avec Jésus mais au retour de Jésus de Galilée il les appela définitivement "Ils laissaient leurs filets immédiatement et le suivirent. (Mt. 4:20) Ils ont alors quitte leurs possessions, leurs familles leur profession pour suivre Jésus. André est devenu un des familiers de Jésus st était présent pour le dernier repas, la Résurrection, et l’Ascension<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'Eglise grecque a voulu lui faire jouer un rôle analogue a celui de Pierre dans l'Eglise romaine, mais son culte se répand très vite en Occident. (Ecosse, sud de l'Italie, nord et est de la France) <o:p></o:p>

    André est le patron de l'Ecosse, de la famille ducale de Bourgogne et de l'Ordre de la Toison d'Or. <o:p></o:p>

    Après la Pentecôte il a  été en Scyche (selon Eusèbe), Epire (selon  Saint Grégoire de Naziance, ou Achaia (selon saint Jérôme ). Une vieille légende préservée dans un vieux poème anglais, Andreas, attribué à  Cynewulf, indique qu’il prêchait en Ethiopie. Une autre tradition le fait aller à Byzance où il a nommé Saint Stachys, comme évêque.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    On ne sait exactement où il est mort, mais c’est près de la Mer Noire <o:p></o:p>

    La tradition s'accorde généralement sur sa mort par crucifixion à Patras, en Grèce, sur une croix en X, d'où le nom de croix de Saint-André, emblème officiel de l'Ecosse. Il y prêcha durant deux jours dit-on, avant de mourir. Cette tradition relate qu’il est resté attaché à la croix pendant plusieurs jours (maintenant connue comme la croix de saint André, ) prêchant à ceux qui étaient présents. Des personnes voulaient le délivrer de la croix mais il a refuse. Finalement il pria Dieu et une étrange lumière l’a entouré pendant une demi-heure avant de disparaître à sa mort. Son corps été retiré de la croix par l’évêque Bishop Stratoklis et Maximilla, et il a été enseveli. Aegeates pris de remords se suicida.


    <o:p></o:p>

    En mars 357, l’empereur Constantin,  (fils de  Constantin le Grand) ordonna le transfert du corps de Patras à l’Eglise des Saints apôtres à Constantinople. Le corps a été  transféré à Constantinople avec ceux de  St. Luc et St. Timothée, St. Paul et St. Jerome mentionnent des miracles à cette occasion. Les églises de  Milan, Nola, Brescia, et autres ont reçu des reliques, selon  St. Ambroise, St. Gaudentius, et St. Paul. Quand Constantinople a été conquis par la France au début du 13e siècle, le Cardinal Pierre de Kapuas a emmené les reliques en Italie dans la cathédrale de Amalfi ou beaucoup de reliques demeurent. <o:p></o:p>

    En Bourgogne il a été dit que la croix a été place d’Achaie à Weaune, près de  Marseille. Il a été transféré ensuite à l’abbaye de  St. Victor Marseille, avant l’an 1250, et on me montre encore dans ce lieu. Une partie enchâssé dans un contenu en argent a été portée à Bruxelles par Philippe le Bon duc de Bourgogne et de Brabant et en son honneur a constitué le (Ordre des Chevaliers de la Toison d’Or.  En Ecosse, au monastère de Abernethy, ou la cite de saint Andrews se trouve. Les moines écossais de cet endroit étaient nommés par Culdees Hungus, roi des Picts en 800. Pour remercier d’une victoire sur les Northumbrians, il donna à l’église un dixième de ses territoires. Kenneth II, roi d’Ecosse en  845, a fait réparer l’église de St Regulus qui contenait la main de St André.    
    Le crâne de St André est resté à Patras jusqu’a 1460 quand Thomas Paleologos, dirigent de la Morée l’emmena à Rome. Le Croisés se sont emparés de son corps en  1210 et l’ont  transféré à Amalfi, qui réclame encore les reliques. La tête du saint considéré comme un des trésors de saint Pierre a été donnée au pape Pie par le despote Thomas Palaeologus en 1461, mais a été retourné à Constantinople par le pape  Paul VI. <o:p></o:p>

    Une main a été apportée à Moscou selon l’évêque  Nicholai Velmirovich.<o:p></o:p>

    En 1967, sous Paul VI, il a été retourné à Patras, avec pompe et dignité
    Les grecs Prthodoxes ont une grande révérence pour saint André.
      <o:p></o:p>

    Le patronage de André sur l'Ecosse repose sur une légende qui affirme qu'au IVème siècle, saint Rule aurait rapporté ses reliques de Patras à l'emplacement de l'actuelle ville de Saint Andrews. Dans un rêve, un ange a guidé saint Regulus à une place nomme saint André ou il construit une église pour conserver les reliques. Il a alors évangélisé l’Ecosse. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    André en Grèce. 
    André commença son activité à Vithynia et Pontus, aux côtes sud de la mer Noire. Il alla plus tard à Byzance  ou il nomme Stachys un des 70 disciples de Jésus comme évêque.
    A Patras, il a prêché et guéri des maladies et convertit des personnes; Parmi eux Maximilla, la femme du proconsul romain Aegeates. Stratoklis, le frère intellectuel du proconsul devint un chrétien et André le nommé premier évêque de Patras. Une tradition veut qu’il ait prêché en Russie jusqu’a Kiev en Ukraine. St Paul dit qu’il a prêché et est mort à St. Sophronius, St. Gaudentius, et St. Austin disent qu’il a été crucifié. St. Pierre Chrysologue dit sur un arbre. Pseudo-Hippolytus précise, sur un Olivier.<o:p></o:p>

    Nicéphore dit aussi que St André a prêché à Cappadoce, Galatie, et Bithynie, aussi en  Thrace, Macédoine, Thessalie, et Achaia. <o:p></o:p>

    Si les textes canoniques évoquent peu saint André, les évangiles apocryphes lui font la part belle.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Crucifixion d’André. (Apocryphe.)
    Des conversions ont rendu furieux le proconsul et il décide de crucifier l’apôtre André. Les prêtres de l'Achaïe prirent soin d'envoyer aux églises du monde entier la relation de son martyre, dont ils avaient été les témoins oculaires. Menacé du supplice de la croix: "Si je craignais ce supplice, dit-il, je ne prêcherais point la grandeur de la Croix." Le peuple accourt en foule, de tous les coins de la province, à la défense de son Apôtre et menace de mort le proconsul. Mais André se montre, calme la foule de chrétiens ameutés, les encourage à la résignation et leur recommande d'être prêts eux-mêmes au combat.<o:p></o:p>

    Le lendemain, menacé de nouveau: "Ce supplice, dit-il au juge, est l'objet de mes désirs; mes souffrances dureront peu, les vôtres dureront éternellement, si vous ne croyez en Jésus-Christ." Le juge irrité le fit conduire au lieu du supplice. Chemin faisant, l'Apôtre consolait les fidèles, apaisait leur colère et leur faisait part de son bonheur. D'aussi loin qu'il aperçut la Croix, il s'écria d'une voix forte:
    "Je vous salue, ô ! Croix consacrée par le sacrifice du Sauveur ; Vos perles précieuses sont les gouttes de Son sang. Je viens à vous avec joie, recevez le disciple du Crucifié. O bonne Croix, si longtemps désirée, si ardemment aimée, rendez-moi à mon divin Maître. Que par vous je sois admis à la gloire de Celui qui par vous m'a sauvé.". Je viens vers toi, exalté et joyeux. Reçois-moi avec joie dans tes bras. O bonne Croix, tu as reçu la beauté des membres du Seigneur. Je t’ai ardemment aimé. Et t’apprête pour mon âme qui te cherche. Je t’ai longtemps désire et cherché. Maintenant, tu m’as trouvé, Reçois-moi dans tes bras, m’enlevant des hommes pour être présenté à mon Maître. Lui qui m’a racheté sur toi me reçoive par toi. "<o:p></o:p>

    Il se dépouilla lui-même de ses vêtements, les distribua aux bourreaux, puis fut lié à une croix d'une forme particulière, appelée depuis croix de Saint-André. Le saint, du haut de sa Croix, exhortait les fidèles, prêchait les païens, attendris eux-mêmes. Une demi-heure avant son dernier soupir, son corps fut inondé d'une lumière toute céleste, qui disparut au moment où il rendit l'âme.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Représentations.<o:p></o:p>

    Le motif en X.<o:p></o:p>

    Date de l’apparition de la croix en X. — Au Moyen Âge, les artistes semblent avoir eu le choix entre des croix de formes très diverses pour représenter l’instrument du martyre de saint André. Son attribut définitif, la croix en X, est apparu tardivement dans l’art occidental, dans le courant du XIIe siècle, comme en témoigne une sculpture provenant des fonts baptismaux de l’église de Cottam, en Grande-Bretagne. Il se multiplie ensuite au XIIIe siècle, avant de se généraliser à la fin du Moyen Âge, supplantant ainsi les autres formes de croix.<o:p></o:p>

    Aire géographique de l’apparition de la croix en X. — Le motif en X semble s’être diffusé précocement dans les régions du nord de l’Europe : Grande-Bretagne, Flandre et France du Nord, tandis que le sud de la France, l’Allemagne et l’Italie n’ont guère été concernés par cette nouveauté iconographique. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces différences géographiques. D’une part, l’Écosse, dont saint André était le patron, a adopté à une date ancienne ce motif. Présent sur les armoiries et les sceaux écossais, comme dans les psautiers enluminés en Grande-Bretagne, ce motif a pu être diffusé d’abord dans le nord du continent, à la faveur de la circulation des artistes et des œuvres. D’autre part, il est intéressant de constater que la figure héraldique du sautoir, constituée dès la fin du XIIe siècle par l’armature du bouclier, s’est répandue de façon précoce dans les mêmes régions qui ont adopté la croix en X.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint André est parfois représenté avec une croix latine. Le dessin de la croix de saint André, X, représente le point de jonction entre le Principe (Dieu) et la Manifestation (Création), et donc le passage de l'un à l'autre. » <o:p></o:p>

    L’ancien drapeau de l’Ecosse. Le sautoir ou croix diagonale représente le martyr de saint André.  Une combinaison de ce drapeau et la croix de St George  a produit <o:p></o:p>

    le Union Jack anglais.<o:p></o:p>

    Saint André est peint comme un vieil homme avec un livre et une croix. Parfois l’image contient des poisons un filet de poisons, une corde ou André assis dans un bateau.<o:p></o:p>

    Patronages. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint André est le patron d’Avranches, Brabant, Brunswick, Bourgogne, Holstein, Luxembourg, Minden, Pise, Yetminster, Russie, Ecosse et Grèce. Deux pays se sont donné saint André comme patron national : la Russie, où l'Église de Kiev (Ukraine) se flatte de l'avoir eu pour fondateur et l'Écosse, où l'on s'honore de posséder la moitié de son corps, et où des centaines d'églises lui sont dédiées. La croix de saint André se trouve sur le pavillon anglais après l’union de l’écosse et de l’Angleterre<o:p></o:p>

    Il est le protecteur des pêcheurs, des marins. On l’invoque pour la goutte, le torticolis, les maux de gorge.. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Attributs<o:p></o:p>

    1. Croix en sautoir ou de saint André. <o:p></o:p>

    2.  Filet de pêcheur. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Fête. <o:p></o:p>

    La fête a été célébrée en Occident depuis le  6e siècle. <o:p></o:p>

    le 30 novembre. Au premier siècle la fête était le 3 novembre. La fête de la translation, le 9 mai. Dans le Credo il est nommé après saint Pierre et saint Paul.<o:p></o:p>

    Le culte liturgique<o:p></o:p>

    Les mentions de saint André au calendrier. — La fête de saint André, célébrée au 30 novembre, est apparue à une date très ancienne en Occident, au IVe siècle, comme l’atteste l’examen des principaux manuscrits liturgiques légués par le haut Moyen Âge. Elle revêtait une grande importance, car elle était précédée d’une vigile et suivie d’une octave et fut bientôt accompagnée de la mention « duplum ». En outre, l’Église commémorait la translation de sa dépouille à Constantinople, en 357, à la date du 9 mai. Saint André était également invoqué en bonne position dans diverses formules liturgiques, qui témoignent de l’ampleur prise par son culte en Occident.<o:p></o:p>

    Structure de l’office de saint André et sermons pour sa fête. — L’office prononcé le jour de la Saint-André se composait de plusieurs lectures empruntées à l’Épître des prêtres et diacres d’Achaïe et à l’homélie V de saint Grégoire sur l’Évangile. Les nombreux sermons composés en l’honneur d’André, quant à eux, mettaient l’accent sur la vocation et le martyre d’André. Les théologiens s’efforçaient de resserrer les liens qui unissent Pierre et André et célèbrent l’amour que portait André à la croix du Christ, qu’il désira de toute son âme.<o:p></o:p>

    Superstition ancienne pour la nuit du 29 novembre.<o:p></o:p>

    Saint André est le saint patron du mariage des jeunes filles. Les fille priait le saint pour trouver un mari. Par exemple, une fille qui voulait s’assurer que ses prières étaient exaucées jetterait ses chaussures vers minuit le 29 novembre.. Si la pointe de la chaussure était dans la direction de la porte, cela voudrait dire qu’elle allait quitter sa famille et se marier dans un délai d’un an. Ou encore elle jetait la peau pomme par ses épaules Si la pelure formait une lettre de l’alphabet cela voudrait suggérer le nom de l’élu.   <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les Ordres de Saint-André.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ordre de Saint-André. (Russie)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Historique de l'ordre<o:p></o:p>

    André était avec son frère Simon Pierre, l'un des disciples de la première heure de Jésus, l'un des "premiers Élus" ou "premiers appelés", dénommé en russe Pervozvanny . <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    D'après Origène, l'apôtre André a été le premier à introduire des prédications chrétiennes en Russie en évangélisant les Scythes. Il était tout particulièrement vénéré pour avoir, selon la légende, érigé la Croix sur les rives du Dnierp. De fait, il est devenu le Saint patron de l'Église russe. <o:p></o:p>

    « Cette légende fut exploitée au XVe siècle par les théologiens moscovites qui, pour justifier les prétentions de la "troisième Rome", lui forgèrent des titres de noblesse en faisant remonter les origines de l'Eglise russe, bien au-delà de l'Isapostolos de St Vladimir, jusqu'à un apôtre authentique, le premier de tous. Grâce à cette ingénieuse fiction, l'Eglise Orthodoxe put se vanter d'être encore plus ancienne que sa rivale, l'Eglise latine."<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En janvier 1698, séjournant en Angleterre, Pierre le Grand est décoré de plusieurs ordres, le roi Guillaume III le fait chevalier de l'Ordre de la Jarretière. <o:p></o:p>

    Pierre note l'existence d'un ordre écossais institué en 1503 par Jacques IV d'Écosse, anciennement nommé ordre de Saint-André d'Écosse et du Chardon, l'ancien ordre écossais de Saint-André étant éteint (car remplacé par celui du Chardon), Pierre le Grand avait l'intention et l'idée de relever cet ancien ordre pour la Russie. <o:p></o:p>

    L'apôtre André a été le premier à introduire des prédications chrétiennes en Russie. Il était tout particulièrement vénéré pour avoir, selon la légende, érigé la Croix sur les rives du Dnierp. Pierre le Grand nomme ainsi le premier ordre national et dynastique de Russie : l'Ordre de Saint-André Pervozvanny (littéralement Saint-André le premier nommé ou Saint-André Apôtre. )<o:p></o:p>

    Pierre Ier a mis également en place un système de médaille commémorative frappée à l'occasion de ses grandes victoires et décernée çà l'ensemble des participants, souvent d'or pour les officiers et d'argent pour la troupe. Elles furent de table à l'origine, puis se portèrent pendante à un ruban aux couleurs de l'ordre de Saint-André. <o:p></o:p>

    L'ordre était occasionnellement décerné avec des diamants, et généralement réservé à des souverains et des amis de l'Empire russe. Les récipiendaires avaient la possibilité d'enrichir à leur souhait selon leur volonté, les insignes de l'ordre avec des diamants ou brillants. Les premiers insignes de l'ordre, sont-ils aussi d'apparence très différente.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Un joyau de l'ordre de Saint-André de la fin XVIIIe siècle (or, émail, diamants) est en possession du Trésor (Schatzkammer) de Russie. L'insigne représente l'aigle impériale bicéphale éployée émaillée de noir, couronnée et lampassée de rouge, becquée et membrée d'or ; chargée d'une croix de Saint-André d'émail d'azur qui porte une représentation du saint écartelé au naturel, nimbé d'or. Sur l'extrémité de chaque branche de la croix, en partant de l'extrémité en haut à gauche, puis à droite, en bas à droite, puis en bas à gauche, on trouve les lettres romaines S. A. P. R. signifiant Sanctus Andreas Patronus Russiae, soit Saint André Patron de la Russie.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ecrits apocryphes.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Actes d’André. 2e siècle.  <o:p></o:p>

    Les Actes et le Martyr de saint André. <o:p></o:p>

    Semble une autre version des Actes.  <o:p></o:p>

    Les Actes de Pierre et André. <o:p></o:p>

    Les Actes d’André et de Matthieu. (Égypte, grec)  6e siècle.<o:p></o:p>

    Actes d’André et Paul.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Actes. <o:p></o:p>

    « Les Actes apocryphes d’André. — Rédigés en grec entre 150 et 200, sans doute à Alexandrie, les Actes d’André ne nous sont pas parvenus intégralement. Plusieurs types de témoins permettent de reconstituer au moins partiellement les Actes d’André.<o:p></o:p>

    Les versions latines de la légende. — Le principal témoin des Actes grecs est Grégoire de Tours, auteur d’un Liber de miraculis beati Andreae apostoli. Ce recueil de miracles, qui a connu une grande diffusion en Occident, est au fondement de toutes les légendes qui ont circulé sur saint André. Deux autres récits composés au VIe siècle, l’Épître des prêtres et diacres d’Achaïe et Conversante et docente, ont fait connaître en détail la passion de l’apôtre à Patras, sous le proconsul Égée. Eux aussi dépendent des Actes d’André. Par ailleurs, la rédaction et la circulation de listes latines d’apôtres au haut Moyen Âge ont assuré la diffusion de renseignements d’ordre biographique sur saint André. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les actes d’André. <o:p></o:p>

    1. L’histoire de André et Matthieu parmi les cannibales. <o:p></o:p>

    Les apôtres réunis au même endroit s’étaient partagé en tirant au sort, les endroits ou ils devaient aller. Matthieu eut le choix d’aller chez les cannibales. Les hommes de cette cité ne mangeaient pas de pain et ne buvaient pas de vin, mais mangeaient de la chair humaine et buvait du sang.  Ils s’emparaient de tout étranger, le droguait et crevaient leurs yeux La drogue rendait les victimes dans un état de folie.  Matthieu subit donc ce sort. On lui creva les yeux et on le fit boire le breuvage empoisonné. On le conduisit en prison où on lui donna de l’herbe à manger, mais il s’abstint de le faire. La drogue ne l’avait pas affecté et son esprit était intact. Il pleurait et disant: « Seigneur Jésus, pour qui nous avons tout abandonné pour Te suivre, sachant que Tu viens en aide à tous ceux qui t’implorent et qui espèrent en Toi; vois ce qu’ils ont fait à Matthieu, Ton serviteur. Si, connaissant tout, Tu as ordonné à ces sauvages de me manger, je ne m’enfuirai pas et j’accepterai mon sort. Accorde-moi cependant la lumière de mes yeux pour que je puisse voir les hommes méchants qui m’ont fait prisonnier. Ne m’abandonne pas O Seigneur Jésus Christ à cette mort atroce.                         <o:p></o:p>

    Pendant que Mathieu priait, une lumière brilla et une voix dit: Bien-aimé Matthieu, reçoit ta vision. Immédiatement il recouvra la vue. Et la voix dit: Sois courageux notre  Matthieu et ne soit pas déçu car je ne vais pas t’abandonner. Et je vais te délivrer du danger, toi et ceux qui sont avec toi. Car je suis toujours avec toi partout et en tous temps. : Reste encore ici 27 jours pour convertir  des âmes. Et je vais ensuite envoyer André vers toi et il te mènera avec tes compagnons, hors de la prison. Le Seigneur lui dit aussi : Paix avec toi notre Matthieu et retourna  vers le Ciel.  Matthieu rendit grâce alors au Seigneur.                                                                              Matthieu s’assit et ferma ses yeux en chantant. Ses tortionnaires ne virent pas qu’il voyait. Dans deux jours encore, ils reviendraient pour le tuer ; les trente jours requis pour ce rite barbare arrivant à terme.                              <o:p></o:p>

    Le Seigneur est alors apparu à l’endroit même ou André se trouvait et lui dit : lève-toi, va chez les cannibales et ramène Matthieu, car dans deux jours ils vont le tuer pour le manger. André répondit :  Mon Seigneur, je ne pourrais pas accomplir ce voyage en si peu de temps, mais envois ton ange à ma place car je suis fait de chair. Le Seigneur répondit à André : Obéis celui qui t’a  fait. Celui qui peut te dire en un mot que la cite sera détruit ainsi que ses habitants. Lève-toi de bonne heure et va vers la mer avec tes disciples. Tu verras un bateau sur la berge, et tu navigueras avec tes disciples. Le Seigneur ajouta ; La paix soit avec toi, André  et Il retourna dans le Ciel. André fit comme il avait été ordonné. Il  vit un bateau avec un pilote et deux Anges qui se présentaient comme des hommes. Jésus lui-même était le pilote mais André ne l’avait pas d’abord reconnu. Le pilote lui demanda ou il voulait aller et semblait étonné qu’il veuille aller chez les cannibales. Comment allez-vous donc faire pour payer votre passage et la nourriture? Nous sommes les disciples de Jésus Christ, le Dieu. Il nous a choisi, les douze, et nous a donné un travail à accomplir. Jésus lui dit : Venez à bord. Les Anges, sur l’ordre de Jésus donnèrent à manger aux disciples.  Jésus dit alors à André : Lèves-toi, mon frère et partage la nourriture avec tes frères. Et André dit aux disciples : Nous avons été reçus avec bonté par cet homme. Mettez-vous debout et partagez ce pain pour avoir de la force et supporter le voyage en mer.                                                        Jésus demanda à André de manger le pain lui aussi.      <o:p></o:p>

    A la barre, Jésus se mit ensuite à naviguer. André raconta alors aux disciples comment étant un jour avec Jésus, celui ci avait calmé la mer. Il se mit a prier et ses disciples s’endormirent. André qui ne savait pas encore que Jésus conduisait le bateau lui dit : dis-moi O homme, comment tu peux avoir ayant l’adresse pour  naviguer bateau. Après seize ans en mer je n’ai jamais connu quelqu’un de si habile.                                                      Jésus répondit : Nous aussi nous avons été en mer et affronté le danger, mais comme tu dis être un disciple de Jésus, la mer t’a reconnu comme un homme juste et s’est calmée.                                                                           André s’écria ; Je te remercie Seigneur pour nous avoir permis de  rencontrer un homme qui te glorifie.                     <o:p></o:p>

    Jésus dit :  O André les juifs n’ont pas cru en Jésus, disant qu’il n’était pas Dieu, mais un homme. André répondit : Il m’a montré comment il était Dieu. Ne croyez donc pas qu’il était un homme. Car il a fait le ciel la terre et la mer et tout ce qui existe.                                             <o:p></o:p>

    Jésus lui dit : Pourquoi donc les juifs ne lui ont pas cru ?  Peut-être, parce qu’il n’a pas fait de miracles devant eux. André dit: N’as-tu pas entendu parler de ses miracles ?  Il a fait voir les aveugles, les boiteux marcher. Il a purifié les lépreux, fait entendre sourds. Il a changé l’eau en vin et avec quatre pains et deux poissons, il a nourri une foule de cinq mille personnes. Et après tout cela ils ne l’ont pas cru ! Jésus dit à André :Il a fait ces miracles devant les chefs des prêtres et c’est à cause de cela qu’ils ne l’ont pas cru.                                                                            André dit. Oui; il a fait les miracles devant les grands prêtres ouvertement et aussi en secret et ils ne l’ont pas cru. Jésus demande : Quels sont les miracles qu’il a accomplis en secret ? Révèles-les moi. André dit : O homme, tu as un esprit inquisiteur. Pourquoi me testes-tu? Jésus répondit : Je ne te teste pas mais mon cœur se réjouit des merveilles de Jésus.  André dit: O mon fils, Le Seigneur remplira ton Cœur de joie, car tu m’as demandé de te raconter les miracles accomplis par le Seigneur en secret.                                                                                  Quand le bateau s’approcha de la terre, André et ses disciples s”endormirent. Jésus dit aux Anges : Portez André et ses disciples sur la terre, en dehors de la cité des cannibales. Et retournez vers moi. Jésus retourna ensuite au Ciel avec ses Anges. Le lendemain, André se réveilla, constata qu’il était sur terre, réveilla ses disciples, et dit : Sachez que le Seigneur était avec nous sur le bateau et nous ne l’avions pas reconnu. Il s’est transformé en en pilote. Il s’est fait humble et nous est apparu comme un homme ordinaire.                                                                        Les disciples lui dirent que pendant qu’il parlait à Jésus, ils avaient été pris d’un sommeil profond et avaient vu en songe les merveilles du Ciel. Nous avons vu Jésus dans sa gloire entouré de ses Anges.  Nous avons aussi vu Abraham, et Isaac, et Jacob, et tous les saints, et David louant Dieu sur une harpe ? Nous avons vu les douze apôtres et douze anges autour d’eux. Ces anges vous ressemblaient.  Et le Seigneur demandait aux Anges de faire ce que les apôtres voudraient.  André ayant entendu ces paroles fut pris de joie et dit Apparaît à moi Seigneur Jésus Christ car je sais que Tu es près de tes serviteurs. Pardon, Seigneur, pour ce que j’ai fait. Car je t’ai pris pour un homme ordinaire                                                                            Et quand André eut terminé sa requête, Jésus lui est apparu comme un bel enfant et dit : Salut notre André et Jésus l’adora et dit : Pardon Seigneur Christ, car je t’ai vu comme un homme quand nous étions dans le bateau en mer. Jésus dit : Tu n’as pas péché. Je voulais te monter que je pouvais apparaître différemment. Vas maintenant délivrer Matthias et ses compagnons.                               <o:p></o:p>

    S’ils te voient, tu vas souffrir, car ils vont te torture. Comme tu m’as vu être battu et insulté et crucifié.  Il remonta ensuite au Ciel.                                                                <o:p></o:p>

    Et André se rendit dans la cité avec ses disciples. Personne ne le voyait et à la prison il vit les gardiens. Il pria et les sept gardiens tombèrent morts. Les portes de la prison s’ouvrirent miraculeusement et il vit Matthias qui chantait et rendait grâce à Dieu. Ils se saluèrent et s’embrassèrent. Matthias lui dit : N’as tu pas entendu le Seigneur dire : Nous t’enverrons comme un agneau vers les loups. Le Seigneur m’avait aussi prévenu que tu allais venir me délivrer.                                                              André vit alors trios homme nus qui mangeaient de l’herbe. Se frappant la poitrine il dit : Considère O Seigneur, ce que ces homes souffrent et comment ils sont devenus des brutes.  Et il dit à Satan : Mal soit à toi le démon, ennemi de Dieu et des Anges pour ce que tu as fait aux étrangers qui ne t’ont rien fait Jusqu’a quand vas-tu déclarer la guerre à la race humaine  Après ce que tu as fait à Adam et causé le déluge, tu est venu dans cette cité pour faire des hommes manger d’autre hommes.                         <o:p></o:p>

    Il se mit debout et avec André, ils prièrent Dieu. Après cette prière André mit sa main sur les aveugles et ils furent guéris.  Ensuite sur leurs cœurs et ils retrouvèrent la raison.  André dit ensuite : Levez vous et quittez la cite. Vous arriverez devant un figuier. Asseyez-vous et mangez-en le fruit, jusqu’a ce que je vous retrouve. Les fruits se renouvelleront et il y aura toujours à manger.  Ils étaient deux cent soixante dix hommes et femmes libérés de prison. Tous remercièrent André. André commanda un nuage qui l’emporta avec ses disciples et Matthias vers  la montagne ou Pierre prêchait. Et ils demeurèrent avec lui. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2. L’histoire de Pierre et d’André.<o:p></o:p>

    Quand Pierre les vit,  il les salué avec joie et dit: Que t’est-il advenu mon frère André? As tu trouvé la vérité dans la cité des cannibales ? André répondit : Oui père Pierre par tes prières, mais les hommes de la cité m’ont causé bien des méfaits.  Et quand ils parlaient le Seigneur Jésus apparut comme un enfant et dit : Salut Pierre évêque de toute mon Eglise. Salut André, mes co-héritiers. Soyez courageux et luttez pour l’humanité car en vérité je vous déclare que vous allez avoir de la besogne en ce monte pour l’homme. Soyez courageux, je vous donnerai un repos d’une heure dans le royaume de Mon Père. Levez-vous, allez à la cité des barbares et prêchez-y. Et je serai avec vous pour vous voir  accomplir des merveilles Et Jésus s’en est allé vers sa gloire. <o:p></o:p>

    Pierre, André et Alexandre et Rufus et Matthias se rendirent dans la cite des barbares. Près de la cite André dit à Pierre: Père Pierre, allons nous oeuvrer dans la cite des cannibales? Pierre dit ; je l’ignore, mais voici un homme qui sème dans son champ. Allons vers lui pour lui demander du pain. S’il nous en donne nous saurons que nous n’allons pas souffrir dans la cité. Sinon nous saurons quel sort nous attend. Pierre s’approcha et dit : Avez vous du pain pour donner à ces enfants ? Le fermier répondit. Salut marchand ; Attendez, je vais dans la ville cherchez du pain pendant que tous vous vous occuperez des animaux. Pierre demanda si les bœufs lui appartenaient. Il répondit qu’il les avait loués. Pierre et André se mirent au travail pour semer le blé.  André lui dit : Père Pierre, pourquoi tant de travail quand nous aurons nous-même à accomplir des taches. Mais il prit la charrue des mains de pIerre et dit : O graine, sors de terre Que les jeunes gens de la cité s’approche, et pour que l’on puisse pardonner leurs péchés soigner les maladies. Les apôtres s’en allèrent dans la cité pour convertit la population et soigner les malades. Et chasser les démons.  La multitude glorifia le Père le Fils et le saint. <o:p></o:p>

    Il y avait un homme riche dans la cité, nommé Onesiphorus. Voyant les miracles des apôtres dit; Si je crois en votre Dieu. Pourrai-je aussi faire des miracles ? André lui dit: Si tu abandonnes tout ce tu possèdes, et tes enfants et ta femme comme nous l’avons fait alors tu pourras accomplir des miracles. Onesiphorus  fut rempli de rage et jète son foulard sur le cou d’André et le frappa. Disant : Tu es est un sorcier. Pourquoi veux-tu que j’abandonne ma femme et mes enfants ? Et mes biens ? Pierre lui demandé de cesser de frapper André. <o:p></o:p>

    Onesiphorus se tourna vers lui: Es-tu plus sensible que ton compagnon? Pierre lui dit : Il est plus facile pour un chameau de passer par le trou d’une aiguille que d’un riche pour aller au royaume de Dieu. Onesiphorus plus furieux, jeta son foulard sur le cou de Pierre et se mit à le frapper. Tu es un plus grand sorcier que ton compagnon. Si tu peux me monter le miracle du chameau, passant à travers le trou d’une  aiguille, je croirais en Dieu. Sinon on te punira devant tout le monde dans la cité.  <o:p></o:p>

    Pierre s’adressa au Ciel une supplique. <o:p></o:p>

    Le Sauveur apparut encore comme un enfant de douze ans et dit : Soyez courageux et ne tremblez pas, mes chers disciples. Faites venir un chameau et une aiguille. Il  retourna au Ciel. Un marchand de la cité qui avait été converti par l’apôtre Philippe chercha une grosse aiguille avec un gros trou mais Pierre lui dit: Mon fils, inutile de chercher une grosse aiguille, car rien n’est impossible à Dieu. Amène plutôt une petite aiguille. <o:p></o:p>

    Pierre se recueillit et dit d’une voix forte : Au nom de Jésus Christ, qui a été crucifié sous Ponce Pilate, je t’ordonne chameau, de passer par le trou de cette aiguille. Le trou de l’aiguille s’ouvrit alors comme une porte, et le chameau y passa. Devant la multitude, le chameau passa une deuxième fois. <o:p></o:p>

    Onesiphorus dit à Pierre : Vraiment tu es un grand sorcier, mais je ne croirais que si j’amène ma propre aiguille et mon propre chameau. Il dit à un serviteur ; amène-moi une aiguille et un chameau et une femme impure. Pierre accepta et fit encore sa supplique à Jésus Christ. De nouveau, le trou de l’aiguille s’ouvrir pour laisser passer le chameau. <o:p></o:p>

    Le chameau repassa une deuxième fois. Onesiphorus dit alors : Le Seigneur de Pierre et d’André est vraiment grand. Dorénavant je croirais au Seigneur Jésus Christ. Il donna ses biens aux pauvres, pour faire lui aussi des miracles. Une voix venant du ciel dit : Faites  ce qu’il veut.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    3. Le martyr d’André. <o:p></o:p>

    Ce que nous avons, prêtres et diacres des Eglise d’ Achaia, vu de nos yeux, nous l’avons écrit au nom des Eglises du Christ, en orient, en occident, au nord et au sud. Paix avec vous et à ceux qui croient en Dieu, à la Trinité parfaite, au Père qui n’a pas été crée, et à tous ceux qui croient en un seul Dieu, au Fils unique, au Saint Esprit qui procède Père et du Fils.  Cette croyance nous l’avons reçue de saint André, apôtre de Jésus Christ, dont nous avons été témoins de la Passion et en avons donné le récit selon nos moyens. <o:p></o:p>

    Le proconsul Aegeates, qui s’était rendu dans la cite de  Patras, avait  obligé les chrétiens d’adorer les idoles. Le bienheureux André leur avait dit : Il vous déchoit, vous qui jugez les hommes, de reconnaître le juge qui est au Ciel et l’ayant reconnu de l’adorer, Lui, le vrai Dieu, et de vous détourner de ce qui n’est pas le vrai Dieu.                                             Aegeates répondit : Est-tu André, celui qui détruit les idoles et les temples des dieux et enseigne les hommes la récente religion que les empereurs de Rome ont décidé d’éliminer ? Le bienheureux André dit : Les empereurs de Rome n’ont jamais reconnu la vérité. Et le Fils de Dieu, venu pour sauver les hommes l’enseigne –que ces idoles ne sont pas des dieux mais des démons sans honte, hostiles à la race humaine, enseignant l’homme d’offenser Dieu pour que Dieu étant offensé se détourne de l’homme qui resterait captif du démon. Le démon en quittant leurs corps, ne laisserait rien d’autre que le péché. Aegeates dit : Ce sont des mots superflus et vains. Ce Jésus qui a proclamé ces choses a été cloué par les juifs sur une croix. <o:p></o:p>

    Le bienheureux André répondit encore : Oh ! Si tu ne peux reconnaître le mystère de la croix, avec quel amour l’auteur de la vie de la race humaine pour notre rédemption a souffert sur la croix par sa propre volonté.  Aegeates dit : Voyant cela ses propres disciples l’ont trahi, et il a été pris par les juifs, emmené devant le procureur et selon leur demande, il a été cloué par les soldats. Comment peux-tu dire qu’il l’a subi volontairement ?  <o:p></o:p>

    Le saint André répondit : Pour cette raison, je dis volontairement, car j’étais avec lui car il a été trahi par son disciple. Car avant qu’il ne soit trahi, il nous l’avait prédit qu’il serait crucifié pour le salut des hommes et ressusciterait le troisième jour.  Le frère Pierre l’ayant dit : Loin de moi Seigneur, ne laisse pas cela arriver. Le Christ lui a admonesté: Hors de moi Satan ! <o:p></o:p>

    Il a aussi dit : j’ai le pouvoir de donner ma vie. Et le pouvoir de le reprendre. <o:p></o:p>

    Quand il mangeait avec nous il a dit : L’un de vous doit me trahir. Il a attendu qu’on le livre aux juifs. <o:p></o:p>

    Aegeates dit : Je m’étonne que toi, un homme sensible, ne voudrait pas me croire, car volontairement ou involontairement, tu admets qu’il il a été crucifié. <o:p></o:p>

    Le bienheureux André dit: C’est ce que j’ai dit. Si tu veux connaître le grand mystère de la croix je peux te l’enseigner. <o:p></o:p>

    Aegeates dit : On ne peut parler de mystère mais de punition. <o:p></o:p>

    Le bienheureux André dit : Cette punition est le mystère de la restitution de l’homme Si tu veux,  je peux le prouver. Aegeates dit : Je vais t’écouter avec patience. <o:p></o:p>

    Ensuite, tu m’obéiras et subiras le mystère de la croix toi-même. Le bienheureux André dit : Si j’avais craint l’arbre de la croix, je n’aurais pas proclamé la gloire de la Croix. <o:p></o:p>

    Aegeates dit: Tes paroles sont stupides, car tu proclames que la croix n’est pas une punition et que par ta bêtise tu dis ne pas avoir peur de la condamnation à mort. Le bienheureux André dit: Ce n’est pas par bêtise mais par Foi que je n’ai pas peur de la condamnation à mort, car la mort est dure et c’est pourquoi je veux te faire partager les mystère de la croix, afin que peut-être tu puisse croire et changer d’âme. Aegeates dit : Ce qui a péri va se renouveler.  Dis-tu que mon âme a péri ? Je ne comprends pas tes paroles.  André répondit : J’enseignerai que c’était  nécessaire pour la race humaine que Jésus soit crucifié. <o:p></o:p>

    Car il a restauré la vie éternelle perdue par Adam. Prenant la mortalité sur lui-même il nous a donné le don d’immortalité. <o:p></o:p>

    Aegeates répondit: Ave ces mots tu t’es condamné. Tu seras fouetté et subiras le même sort. <o:p></o:p>

    Le bien heureux André dit alors : A Dieu tout-puissant qui seul est vrai et offre le sacrifice pas comme la fume se l’encens ou le sang des animaux. Les fidèles mangent de sa chair et boivent son sang pour avoir la vie éternelle.  AEgeates dit :Comment cela se peut-il ? <o:p></o:p>

    Le bienheureux André dit : Sois un disciple et on te l’enseignera.  Aegeates dit : Je vais savoir tout ce que je veux par la torture. . <o:p></o:p>

    Le bienheureux André dit : Je me demande, comment toi un homme intelligent puisse avoir la folie de croire que tu pourrais me persuader par la torture de révéler les choses sacrées de Dieu. Tu as entendu le mystère de la croix du sacrifice. Si tu vivais en Jésus, le Fils de Dieu qui a été crucifié, je t’aurais enseigné comment l’agneau a été sacrifié pour la vie. Aegeates dit : Et comment l’agneau peut demeurer sur terre après avoir été tué, comme tu l’as dit ? <o:p></o:p>

    Le bienheureux André dit : Si tu crois au fond de ton Cœur tu pourras apprendre, mais si tu ne crois pas tu n’atteindra pas le sens de la vérité<o:p></o:p>

    Alors Aegeates, furieux, ordonné de l’enfermer dans une prison. Il fut visité par des disciples qui voulaient tuer <o:p></o:p>

    Aegeates, et le libérer. <o:p></o:p>

    Le bienheureux André les en empêchèrent en disant : Ne remuez pas la paix du Seigneur Le Seigneur Jésus quand il a été trahi a tout subi avec patience. Il n’a pas crié, ne s’est pas plaint. Il est resté silencieux et en paix. Vous aussi restez tranquilles et n’empêchez  point mon martyr et soyez prêts vous-mêmes pour être sacrifiés. <o:p></o:p>

    Toute la nuit André s’adressa au peuple. Au lever du jour Aegeates ordonna que l’on emmène le saint Apôtre et lui dit:  Par ta folie tu va aller vers la punition la plus horrible, à moins que tu renie ta croyance. Sinon la vengeance des dieux sera sur toi. Tu seras attaché à un arbre et supplicié.   <o:p></o:p>

    Le saint André lui répondit : Ecoute O Fils de la mort. Moi, le serviteur de Dieu et l’apôtre de Jésus-Christ, plus que j’aurais je désire plaire à mon Roi, et je pourrais endurer les tortures en Son nom. Le proconsul Aegeates, enragé, ordonna  que l’on torture le saint. Battu par 21 soldats, il dit au proconsul impie :. Je suis un esclave de la croix du Christ et je dois prier pour avoir la trophée de la croix. Quant à toi, ton sort sera l’éternel tourment. <o:p></o:p>

    Aegeates plus enragé que jamais, ordonna que l’on attache André sur la croix et dit : Réjouis-toi, O croix qui a été consacré par le corps du Christ et adoré par ses membres comme si c’était des perles.  André se dévêtit et fut suspendu pour être dévoré vivant par des chiens. Une multitude de frères,  près de vingt mille qui attendaient une réaction, le vit sourire. Il parla et les exhortèrent enseignant que les souffrances de cette vie transitoire ne sont pas comparables avec les récompenses de la vie éternelle<o:p></o:p>

    Il souffrit pendant trios jours, et au quatrième, les Achaiens présents, constatèrent que sa conscience était intacte et qu’il parlait encore avec une raison parfaite. Ils se mirent en colère avec Aegeates, et lui dirent: Tu as jugé avec méchanceté. Quatre jours depuis qu’il a été pendu et il est toujours vivant. Descendez-le de la croix pour que nous cherchions encore sa sagesse. Le proconsul refusa de les écouter, mais il avait peur de leur nombre. Il se leva et quitta la place, en promettant de libérer André. Celui-ci dit alors: Vers Lui, je m’en vais. Je me hâte de m’en aller.  Déjà je vois mon Roi, déjà je l’adore et je suis devant Lui, avec des Anges. O croix bénie, sans ta bénédiction  personne ne va vers Lui.  <o:p></o:p>

    Ne permets pas O Seigneur que l’on m’enlève du supplice. Reçois-moi Toi même. Il devint alors heureux et exalté et une lumière brillant venant du ciel tomba sur lui. Quand la lumière s’effaça, il quitta ce monde, en rendant grâce à Dieu.   <o:p></o:p>

    Après sa mort, Maximilla vint et prodigua les soins nécessaires. Puis avec  Stratocles, elle fit les préparations pour les funérailles.                                                                     Aegeates voulait porter une accusation contre Maximilla, et complotait à ces fins. <o:p></o:p>

    Cependant, pendant la nuit, tourmenté par le diable, il tomba d’une grande hauteur et mourut.<o:p></o:p>

    On rapporta la chose a son frère Stratocles, qui envoya ses serviteurs pour l’ensevelir, ne voulant pas toucher l’impie. <o:p></o:p>

    Ces évènement eurent lieu dans la province d’Achaia, à la cite de Patras un jour avant décembre. On ne les a pas oubliés <o:p></o:p>

    jusqu'à ce jour, pour la gloire de Notre Seigneur Jésus-Christ. Que sa gloire demeure pour toujours et toujours ! Amen. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Prières . <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dieu tout-puissant, qui as fait une telle grâce à ton Apôtre St. André, qu’il obéit promptement à la vocation de ton Fils Jésus-Christ, et le suivit sans délai ; Accorde à nous tous, qui sont appelés par ta sainte Parole, de nous appliquer incontinent à garder, en toute obéissance, tes saints <o:p></o:p>

    commandements ; Par ce même Jésus-Christ, Notre Seigneur. Amen.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Jean Chrysostome. <o:p></o:p>

    " C’est un signe de bonne volonté et de sincérité et d’affection entre frères que se réconforter mutuellement dans les choses spirituelles." Je demande à saint André de prier pour mes relations avec les membres de la famille. Jésus, Tu es venu pour nous enlever de nos familles s’ils ne te suivent pas. Convertis ceux que nous aimons bien pour que  nous soyons unis avec Foi et par notre amour pour Toi. Saint André prie pour nous. Amen. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Prière pour l’intercession de saint André.<o:p></o:p>

    Seigneur, Vous avez élevé saint André, Votre apôtre à prêcher et à diriger votre Eglise. Accordez-nous de toujours bénéficier de son intercession envers vous. Amen. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>




    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>


     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    .<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire
  •  

     

    Saint Thomas                    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Thomas, un des douze apôtres de Jésus, est aussi appelé Didyme. (jumeau en grec) <o:p></o:p>

    Ce sont les Évangiles, et en particulier l'Évangile selon saint Jean, qui mentionnent saint Thomas. (Matthieu, 10, 1-4; Luc, 6, 12-16! ; Marc, 3, 13-19) Il vécut au temps de Jésus-Christ, au Ie siècle. Il apparaît comme un homme réaliste. <o:p></o:p>

    La première des trois principales références que Jean fait à cet apôtre (Jean, 11, 5-16) montre l'attachement de Thomas pour Jésus et son inquiétude de ce qui les attend à Jérusalem. Quand Jésus repart pour la Judée où les Juifs lui sont hostiles et ont menacé de le lapider, Thomas dit aux autres disciples : <o:p></o:p>

    « Allons-y, nous aussi, nous mourrons avec lui! » (Jean, 11, 16) <o:p></o:p>

    La deuxième référence. (Jean, 14, 1-7)<o:p></o:p>

    Thomas dit à Jésus : «! Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment en connaîtrions-nous le chemin! ?» Jésus lui dit : <o:p></o:p>

    « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne va au Père que par moi! » (Jean, 14, 6) <o:p></o:p>

    La troisième référence. Jean (20, 19-29) <o:p></o:p>

    Thomas était absent lorsque Jésus apparaît pour la première fois aux apôtres après la résurrection. Il doute de ce que les autres lui racontent et attend de vérifier, de toucher, pour croire. Lorsque Jésus apparaît huit jours plus tard et invite Thomas à toucher ses plaies, celui-ci lui répond : « Mon Seigneur et mon Dieu! » (Jean, 20, 28)<o:p></o:p>

    C'est l'occasion pour Jésus de montrer que la foi est d'un autre ordre que la simple adhésion à une vérité empirique : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu! », Dit-il en concluant (Jean, 20, 29) <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La légende fait de saint Thomas l'évangélisateur des Mèdes et des Perses, puis de l'Inde. <o:p></o:p>

    Fête : 3 juillet, 21 décembre.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il est cité par les quatre Evangiles et les Actes des Apôtres. Selon un texte apocryphe, les "Actes de Thomas", Thomas serait le frère jumeau de Jésus.<o:p></o:p>

    Thomas est évidemment célèbre pour son incrédulité lorsque Jésus apparaît aux apôtres après la Résurrection et qu'il demande à toucher les plaies pour croire. Mais la tradition et les textes apocryphes lui attribuent un second épisode d'incrédulité lorsque Thomas refuse de croire à l'Assomption de Marie. Il demande d'ouvrir le tombeau de la Vierge et le trouve plein de fleurs. A ce moment, la Vierge, du haut du ciel, laisse tomber sa ceinture entre les mains de l'apôtre. Cet épisode de la ceinture est surtout connu des habitants de la Toscane. Cette ceinture avait été ramenée de Terre Sainte en 1141 et est vénérée comme relique, à la cathédrale de Prato depuis 1365.<o:p></o:p>

    Les Actes de Thomas et la Légende Dorée racontent que Thomas aurait été invité en Inde par le roi Gundophoros pour y construire un palais. Mais au lieu de construire le palais demandé, Thomas annonce au roi qu'il lui a construit un "palais céleste" et distribué tout l'argent aux pauvres. Il est alors jeté en prison avant que le roi lui pardonne.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Représentations.<o:p></o:p>

    Deux périodes doivent être distinguées : <o:p></o:p>

    l'art byzantin et paléochrétien représente Thomas en apôtre imberbe, juvénile. Il ressemble très souvent à l'image que se faisaient les artistes de l'époque de Jésus. <o:p></o:p>

    à partir du XIIIe siècle, il est barbu et tient une équerre à la main. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Attributs<o:p></o:p>

    Equerre d'architecte <o:p></o:p>

    Ceinture de la Vierge <o:p></o:p>

    Lance du supplice (à partir du XVIIe) <o:p></o:p>

    Les illustrations des anciennes bibles nous montrent le Dieu créateur tenant à la main un compas et traçant les plans du monde. Le compas sert à tracer des cercles, image du Ciel et du temps (cyclique).
    Thomas tient une équerre qui sert à tracer des carrés, symbole de la Terre et de l'espace.

    <o:p></o:p>

    Une tradition rapporte que l´Apôtre saint Thomas, arrivé au Kérala, sur la côte ouest de l´Inde du sud, vers l´an 52, évangélisa le pays jusqu´à son martyre, le 3 juillet 72 à Mylapore(près de Madras), sur la côte est. Son tombeau est conservé à Madras. Son corps aurait été transporté à Edesse en 394. Mais une tradition orale affirme que son corps est resté en Inde, dans un lieu appelé San Tomé.<o:p></o:p>

    Les communautés qu´il fonda sont encore florissantes et leurs membres sont nommés "les chrétiens de saint Thomas". Jusqu´au XVIe siècle, la liturgie de ces chrétientés se célébrait selon le seul rite syro-malabar, rite oriental venue d´Antioche de Syrie. (située aujourd´hui en Turquie) Le siège d´Antioche est, avec celui d´Alexandrie, l´un des deux grand sièges orientaux d´origine apostolique qui ont vu leur autorité patriarcale reconnue dès le Concile de Nicée (325). Le rite syro-malabar est donc très ancien; il se célèbre en langue syriaque. Lors de leur arrivée en Inde au XVIe siècle, les Portugais introduisirent la liturgie romaine (dite latine). Depuis, les deux rites, latin et syro-malabar, coexistent.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La légende d’Issa. <o:p></o:p>

    Selon cette légende, Jésus avait quitte ses parents à l’age de 13 ans pour aller en Inde.<o:p></o:p>

    Selon l'Encyclopédie Catholique, saint Thomas a évangélisé l'Inde et le territoire entre le golfe Persique et la mer Caspienne. Les Actes apocryphes de Thomas le décrivent comme un charpentier qui prêchait l'évangile et opérait des miracles. Il n'aurait pu prêcher dans sa langue grecque natale à des hommes qui ne parlaient que le pali ou le sanskrit. Alors, il est possible, et même probable, qu'il a écrit ou édité les récits historiques que nous connaissons en tant que <o:p></o:p>

    « La Vie de Saint Issa. »<o:p></o:p>

    C'est ainsi que se désignent encore aujourd'hui les chrétiens issus de la prédication et de l'apostolat de l'Apôtre Thomas aux Indes.<o:p></o:p>

    Une ancienne et fort vénérable tradition attribue à cet apôtre l'évangélisation et la fondation d'une Eglise dans la partie sud-ouest de l'Inde actuelle.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Missions de Thomas.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Selon le livre des « Actes de saint Thomas »(récit romantique et apocryphe des oeuvres de Saint Thomas aux Indes) - écrit vers 154-222, par Bar Disan, de l’Eglise d’Edesse- Asie mineure) <o:p></o:p>

    Alors que les Apôtres étaient réunis dans l'Eglise première de Jérusalem, les Douze divisèrent le monde connu en plusieurs parties et se partagèrent les nations et régions à visiter et à évangéliser. Le sort désigna Thomas pour les Indes, la légende veut qu'il ait refusé ce lot. Tous étaient satisfaits de la part qui leur était échue sauf Thomas. Les Onze essayèrent de le convaincre, lui rappelèrent l'histoire de Jonas, qui refusait d'obéir à Dieu et de partir prophétiser aux habitants de Ninive. Rien n'y fit, Thomas restait inflexible, aussi inflexible que lorsqu'il refusait de croire en la résurrection de Jésus le soir du jour de Pâques.<o:p></o:p>

    Finalement le Sauveur lui apparut dans une vision nocturne pour le missionner, lui indiquant qu'il pourrait faire route avec le marchand Abbanès, ambassadeur du roi Gundaphar (personnage historique ayant régné sur une partie de l'Inde durant le premier siècle après Jésus-Christ, des pièces de monnaie portent son nom)  Thomas finit par accepter.<o:p></o:p>

    Il est attesté que l'Inde était connue des hébreux longtemps avant la naissance du Christ. Les portugais ont "découvert la route des Indes" en 1498 (Vasco de Gama), mais la Bible nous révèle que du temps du roi Salomon le commerce des épices existait déjà entre la Syrie et cette région du monde (1 Rois 9,26), (1 Rois 10,11), (1 Rois 10,22) Par ailleurs, lorsque Nabuchodonosor envahit Jérusalem au VIe siècle av. J.-C. une première colonie juive émigra aux Indes, s'installa et fit souche. En l'an 70 de notre ère, lorsque la ville de Jérusalem fut détruite par le général romain Titus un grand nombre de juifs émigrèrent encore vers le pays de mission de l'Apôtre Thomas. Ceci nous amène à conclure qu'historiquement, il est tout à fait possible que saint Thomas ait voyagé jusqu'aux Indes. L'Apôtre Paul a certes accompli de grands voyages missionnaires, mais en empruntant les routes terrestres et maritimes du gigantesque empire romain; en dehors de ces limites, d'autres routes et d'autres contrées demeuraient possibles d'accès, car balisées et connues depuis longtemps déjà.<o:p></o:p>

    D'autres sources permettent d'arriver à cette conclusion. Il est par exemple mentionné historiquement qu'un canal artificiel navigable fut construit par Ptolémée II Philadelphe (roi d'Egypte - 309-246 av. J.-C.) pour relier le Nil avec la mer Rouge (tous les efforts pour le conserver en bon état furent abandonnés au VIIIe siècle ap. J.-C.) bien avant le fameux et moderne canal de Suez. Les Phéniciens et les juifs établirent des colonies sur la côte du Malabar à différentes périodes. Le nom Malabar désigne la région d'évangélisation de saint Thomas - côte sud-ouest de l'Inde - Malayalam en hindou - se dit Kerala aujourd'hui - 40000 km² de superficie - Malabar est une forme arabisée du même mot. Les colons Juifs vinrent comme négociants à la recherche d'épices, de bois de santal, de girofles, pierres précieuses et ivoire. Certains étaient arrivés lors de la persécution en Galilée au IIe siècle avant J.-C. On les connaissait sous le nom de "juifs noirs".<o:p></o:p>

    Au Danemark - sur la partie Nord d'une île danoise - près des ruines du monastère d'Æbelholt, jadis consacré à l'Apôtre Thomas, se trouve l'église de Sønder Jernløse, on peut y contempler les vestiges de deux peintures murales (le seul endroit dans ce pays): la première révèle Jésus ordonnant à Thomas de partir aux Indes; la seconde montre saint Thomas sur le bateau qui l’amène aux Indes. Abbanès, le marchand, est occupé par les contraintes de la navigation. Sur l'inscription on peut lire: "Thomas part avec Abbanès à bord du navire".<o:p></o:p>

    Thomas aux Indes<o:p></o:p>

    L'Apôtre serait arrivé à Kodungallur (Cranganoor), Kerala, le 21 novembre 52. Il annonça d'abord l'Evangile à ses frères hébreux, mais il eut plus de succès auprès des keralites. Il baptisa de nombreuses personnes appartenant à la haute caste hindoue, dont des membres de la famille royale qui formèrent la première communauté chrétienne des Indes.<o:p></o:p>

    L'Histoire rapporte que Thomas fonda sept Eglises dans la province du Kerala: Cranganoor, Palayoor, Parur, Kokkamangalam, Quilon, Niranam et Nilackal. La légende veut qu'il ait accompli un miracle dans chacun de ces sept centres.<o:p></o:p>

    Selon le mode habituel adopté par tous les Apôtres, chaque Eglise locale était administrée par un groupe de prêtres et de diacres, placés sous l'autorité d'un évêque. Thomas se conforma à la règle en instituant par imposition des mains un clergé local.<o:p></o:p>

    Après 20 ans de mission l'Apôtre fut martyrisé (transpercé d'une lance) à Mylapore (près de Madras) le 3 juillet 72, alors qu'il priait dans une grotte de montagne.<o:p></o:p>

    Saint Grégoire de Tours en 590 rapporte que le corps de Saint Thomas est d'abord resté à Mylapore dans un monastère richement orné puis, après un long intervalle de temps fut ramené dans la cité d'Edesse en Asie mineure. Saint Ephrem, le grand docteur de l'Eglise syriaque confirme cette tradition. Saint Jean Chrysostome, Saint Grégoire de Naziance (Ive siècle), Saint Jérôme, le célèbre historien Eusèbe en 338, tous attestent la présence de Thomas aux Indes.<o:p></o:p>

    Intervention de l'Eglise Syrienne.<o:p></o:p>

    En 325 eut lieu le premier grand concile oecuménique de la chrétienté à Nicée. Le concile accorda au Patriarche d'Antioche de Syrie juridiction sur l'Asie mineure, l'Inde et la Chine. Un évêque représentait l'Eglise indienne au Concile: Il signa les décrets du concile en donnant son titre: "prélat et métropolite de Perse, évêque de la Grande Inde".<o:p></o:p>

    Cependant, la situation des chrétiens de saint Thomas devenait préoccupant. Un riche marchand syrien, Thomas Cana, remarqua lors d'un voyage à Kerala qu'un grand nombre de personnes portaient des croix raides et arrondies sur leurs cols. Après quelques investigations il découvrit qu'ils étaient "Nazaréennes", convertis à la foi chrétienne depuis plusieurs générations par Saint Thomas l'Apôtre. Mais maintenant ils n'avaient plus de guide spirituel et erraient comme des étrangers dominés par les hindous de caste, leur condition était pathétique. Etant un chrétien loyal et convaincu, de retour à Damas, Thomas Cana plaida leur cause auprès du Patriarche d'Antioche qui décida l'envoi d'une mission destinée à soutenir cette Eglise.<o:p></o:p>

    Vers la même époque, l'évêque de la ville d'Edesse eut un songe qui lui révéla l'état déplorable des chrétiens de saint Thomas. Mar Joseph - c'était son nom - réunit des prêtres, des diacres et d'autres missionnaires pour aller secourir l'Eglise du Kerala (Malabar).<o:p></o:p>

    Un groupe de 400 personnes conduit par Mar Joseph et Thomas Cana se prépara à partir vers l'Inde pour s'y établir. Ils désiraient aussi y prospérer. Tous ceux qui souhaitèrent participer au voyage devaient s'engager à:
    1) Ne plus avoir de relations avec leur pays d'origine.
    2) Etre fidèles aux dix commandements et aux sept sacrements.
    3) Ne pas échouer dans leur entreprise.<o:p></o:p>

    L'expédition arriva par la voie des mers au port de Cranganore le 3 mars 345. Thomas Cana fut reçu par le roi Cheruman Perumal, rajah du Malabar, qui accepta les présents des syriens et offrit l'hospitalité de ses terres aux immigrants. Le groupe des 400 personnes se composait de 72 familles qui purent s'installer dans 72 maisons et jardins avec leurs dépendances. Le roi donna à Thomas Cana une ville appelée Mahadevarpattanam pour construire une église. Les syriens reçurent le titre de "Mapla", qui signifie "cher fils" ou "cher enfant". Il est à noter que les souverains du Malabar étaient très tolérants, ils respectaient les autres religions et les accueillaient avec bienveillance.<o:p></o:p>

    Les chrétiens de Saint Thomas adoptèrent ces frères venus s'expatrier pour eux, la liturgie syriaque fut introduite dans le culte indien. Désormais l'Eglise du Malabar quittait un relatif isolement et bénéficiait de la protection spirituelle du patriarcat syrien d'Antioche. L'Eglise eut quelques craintes avec l'arrivée de l'islam dans les siècles suivants, mais peu de documents historiques couvrant cette époque sont parvenus jusqu'à aujourd'hui. Tout se transmettait de façon orale. Seul un manuscrit découvert en 1985 à Kravilanghad et daté de 1158 donne quelques précisons sur l'origine de la région du Kerala (Malabar), l'organisation de la société, l'agriculture, l'histoire de Thomas Cana et les privilèges reçus du rajah Cheruman Peruval (La nouvelle de la découverte de ce manuscrit a été publiée dans "The Indian Express" du 14/7/1985).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'arrivée des Portugais<o:p></o:p>

    En 1498 le navigateur portugais Vasco de Gama "découvre la route des Indes". Il aborde la côte du Kerala. Au siècle suivant la couronne royale portugaise établit son pouvoir politique et spirituel dans l'Inde du sud. Les missionnaires jésuites débarquent pour effectuer des conversions massives. Ils constatent avec étonnement qu'une Eglise autochtone vivante et indépendante, bien constituée dans son administration sacerdotale existe déjà. Mais l'Eglise de Rome veut s'imposer à Kerala, elle se prépare à y appliquer sa politique et ses principes d'hégémonie universelle.<o:p></o:p>

    Les chrétiens de Saint Thomas accueillent tout d'abord avec joie ces frères en Christ venus du bout du monde, leur culture religieuse est imprégnée de tolérance et de respect d'autrui. Plusieurs religions coexistent de façon pacifique à Kerala: juifs, chrétiens, bouddhistes, hindouistes, musulmans.<o:p></o:p>

    La marche forcée vers la "communion avec Rome" orchestrée par "Saint François Xavier" et ses successeurs a raison de la résistance des chrétiens de Saint Thomas. Un "synode" tenu à Diampur le 20 juin 1599 voit l'Eglise du Kerala "promettre obédience et soumission au Pontife romain". Cette Eglise a aussi ses martyrs: Thomas Paremmakel, l'un de ses évêques, est assassiné par les Portugais.<o:p></o:p>

    A la suite du "synode", il n'y a plus d'épiscopat indien. L'Eglise du Kerala est gouvernée par des évêques portugais. Il est évident que cette situation est méprisante et humiliante pour les chrétiens de Saint Thomas. Une révolte éclate en 1653 connue sous le nom de "The Coonen Cross Pledge". L'indépendance de l'Eglise est redemandée. Les communautés souffrent de l'absence d'évêque indien pour les guider dans leur spiritualité, elles connaissent de sérieuses difficultés liées au refus du pouvoir et de l'oppression romaine. Un évêque orthodoxe syrien, Ahathalla, est même assassiné par les Portugais.<o:p></o:p>

    Les communautés les plus attachées à l'indépendance et à la liberté de l'Eglise du Kerala souhaitent la restauration de la succession apostolique, c'est à dire espèrent la consécration d'un évêque indien dans la succession des Apôtres. Elles se tournent vers d'autres Eglises sœurs pour leur demander de l'aide, une nouvelle fois (après plus de mille ans d'intervalle) le Patriarche d'Antioche répond présent. Il délègue l'archevêque métropolitain de Jérusalem Mar Gregorios qui voyage aux Indes en 1665 et consacre un évêque indien en la personne de Marthoma I.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Temps Modernes<o:p></o:p>

    En 1795 les anglais s'emparent du Malabar (Kerala). Une autre occupation commence, celle de l'empire britannique. En 1806 le marquis de Welleysley, gouverneur général des Indes pour la couronne d'Angleterre envoie le Révérend Claudius Buchanan, prêtre anglican, effectuer des recherches sur l'Eglise des chrétiens de saint Thomas.<o:p></o:p>

    Les missionnaires anglicans s'attachent à venir en aide à l'Eglise indienne, ils permettent l'ouverture d'un séminaire dans la ville de Kottayam en 1815. Mais leurs efforts ne sont pas "désintéressés", ils tentent d'imposer la théologie anglicane (protestante) aux séminaristes indiens.<o:p></o:p>

    Vers la fin du XIXème siècle l'Eglise des chrétiens de Saint Thomas se partage en plusieurs obédiences:
    Eglise Catholique Indienne
    Eglise Orthodoxe malankaraise
    Eglise Syro malabar (catholique-romaine); le Pape Léon XIII établit 3 diocèses en 1896 et 3 évêques indiens sont consacrés par Rome.
    Eglise de Marthoma (protestante).<o:p></o:p>

    D'après les documents que nous avons pu consulter, les deux Eglises orthodoxes semblent être les seules à avoir conservé l'héritage bimillénaire des pratiques cultuelles et liturgiques de leurs pères.<o:p></o:p>

    Aujourd'hui la population du Kerala se compose de 30 millions d'habitants: - 25% de chrétiens, 10% de musulmans, 65% bouddhistes - hindouistes.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jubile Syro-Malabare.
    « Jean-Paul II recevra les " chrétiens de saint Thomas " Rome, mardi 14 mars 2000. - Les célébrations jubilaires en rites catholiques orientaux continuent à Rome. Samedi 18 mars, les fidèles de rite syro-malabare (Inde) seront reçus en audience par le pape Jean-Paul II. Ils s'y seront <o:p></o:p>

    préparés par une rencontre de prière, de méditation et d'adoration, le jeudi 16 mars, en la basilique Saint-Pierre, organisée par la communauté indienne de Rome, des " chrétiens de Saint Thomas ", qui se réclament de la paternité spirituelle de l'Apôtre. » <o:p></o:p>

    En 1896, le Saint-Siège établit trois Vicariats apostoliques pour les Chrétiens de Saint Thomas, sous la conduite d'évêques indigènes syro-malabares. Puis, en 1923, le pape Pie XI créa une hiérarchie proprement syro-malabare. <o:p></o:p>

    C'est encore Pie XI qui, en 1934, lança un processus de réforme liturgique ayant pour but de restaurer la nature orientale du rite syro-malabare, fortement latinisé. Et c'est ainsi qu'une liturgie eucharistique renouvelée fut approuvée par Pie XII en 1957 et réintroduite en 1962. <o:p></o:p>

    En 1996 enfin, Jean-Paul II présidait l'inauguration d'un synode spécial des évêques de l'Eglise syro-malabare, institué de façon à trouver des solutions aux disputes relatives aux réformes liturgiques. <o:p></o:p>

    En décembre 1992, Jean-Paul II a déclaré l'Eglise syro-malabare " siège épiscopal majeur. "  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Apocryphes de siant Thomas.                                               <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Introduction.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En version  grecque et en  version Siriaque. D’autres versions existent en latin (probablement par Grégoire de Tours) et langue Ethiopienne et Arméniennes mais sont incomplètes. <o:p></o:p>

    Voici quelques extraits.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Actes de Thomas..<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    De " The Apocryphal New Testament"
    Traduit par M.R. James. Oxford: Clarendon Press, 1924 <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Introduction.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1. Les apôtres étaient à Jérusalem! Simon Pierre, André son frère, Jacques et Jean, Philippe et Barthélemy, Thomas et Matthieu,, Jacques le fils d’Alphée, Simon le Cananéen, et Judas le frère de Jacques. Ils se sont partagés les régions du monde pour des missions d’évangélisation. Judas Thomas eut le sort d’aller en Inde. Il ne voulait pas y aller, disant que sa pauvre santé lui en empêchait. .<o:p></o:p>

    De plus disait-il,  ' Je suis Hébreu, comment puis-je aller parmi les indie,s pour prêcher la vérité? <o:p></o:p>

    2. Il raisonnait ainsi quand le Seigneur lui apparut une nuit et lui dit: Ne crains pas, Thomas, va en Inde pour prêcher l’Evangile, car ma bénédiction est avec toi. Il ne voulait pas obéir Envois moi ailleurs car je n’irai pas chez les Indiens. Pendant qu’il parlait, arriva un marchant venant de l’Inde qui s’appelait Abannes, l’envoyé du roi Gundaphorus. [Gundaphorus est un personnage historique qui a régné sur une partie de l’Inde au premier siècle.], <o:p></o:p>

    Le Seigneur le voyant marcher lui dit: Ne voudrais-tu pas acheter un charpentier? Il disait oui et le Seigneur : J’ai un esclave qui est charpentier et je désire le vendre. Et il désigna Thomas de loin et accepta trois litra d’argent et signa un acte de vente : Moi, Jésus, Fils de Joseph le charpentier, certifie voir vendu mon esclave Judas à Abannes, marchant de Gundaphorus. Roi des Indiens. Le Seigneur emmena Thomas vers le marchant et lui dit qu’il l’avait vendu. Est-ce ton maître? Et l’apôtre dit: Oui il l’est  mon Seigneur. <o:p></o:p>

    3. Le lendemain l’apôtre se leva de bonne heure et ayant prié le Seigneur dit: J’irai ou tu voudras Seigneur jésus et il partit avec Abannes le marchant. N’apportant rien comme lui avait recommandé le Seigneur. Ayant embarqué Abannes questionna l’apôtre. Quel métier connais-tu ?. Et il dit: Je peux faire des charrues en bois des attelages, des tarrières, des bateaux, des avirons, des mats et en pierre je peux faire des piliers et des temples et des palais. Bien lui dit Abannes, c’est ce que je veux d’un charpentier. Avec un vent favorable ils arrivèrent à Andrapolis, la cité royale….. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Evangile de l’Enfance de Thomas. <o:p></o:p>

    Chapitre. 1.<o:p></o:p>

                                                                                           <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Moi, Thomas l’Israélite, j’écris un rapport aux frères des nations a pour révéler l’enfance et la grandeur du Seigneur Jésus Christ, ce qu’il a fait dans mon pays depuis sa naissance ceci  en est le commencement. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 2.<o:p></o:p>

                                                                                           <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Quand l'enfant Jésus avait cinq ans, il jouait dans une partie étroite d'un ruisseau. <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     Il assemblait les flaques d'eau en petits étangs, et immédiatement ils sont devenus propres, et il a accompli  ce miracle en prononçant un seul mot. <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Un jour de sabbat, Il jouait avec beaucoup d’autres enfants avec de l'argile, et a moulé douze moineaux. <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Un Juif a vu ce que Jésus faisait en jouant, ce jour du  sabbat. Immédiatement, il est parti et a rapporté ce qu'il avait vu  à Joseph, le père de  Jésus." Votre enfant est dans le ruisseau et il a pris l'argile et a fait douze oiseaux. Il a profané le sabbat ?”  <o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

     Joseph s'est rendu au ruisseau  et quand il l'a vu, il a crié, " Pourquoi est-ce que tu accomplis ces choses qui ne sont pas autorisées le jour du  sabbat ?”  <o:p></o:p>

    (6<o:p></o:p>

     Jésus, cependant, a frappé  ses mains et a crié aux moineaux, " Partez, volez, et souvenez-vous  maintenant que vous êtes vivant ". Et les moineaux sont paris en piaillant.  <o:p></o:p>

    (7<o:p></o:p>

     Les juifs, témoins de cet évènement  ont été très étonnés. Ils sont partis et ont raconté à leurs chefs ce qu'ils avaient vu Jésus faire.   <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 3.<o:p></o:p>

                                                                                           <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Le fils d’Annas, le scribe se tenait à côté de Jésus. Prenant une branche d’un saule, il a disperse les flaques d’eau que Jésus avait amassées.  <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     Jésus se mit en colère et dit "Espèce d’incroyant et sans esprit, qu’est-ce que le ruisseau t’a fait. Regarde maintenant, tu vas sécher comme un arbre et tu ne produiras plus des feuilles et des racines ou des fruits." <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Et immédiatement, l’enfant s’est mis à se dessécher complètement. Jésus retourna alors vers la maison de Joseph. . <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

    Les parents de l’enfant qui s’était desséché ont pleuré pour leur enfant et l’ont emporté. Ils ont été voir Joseph et l’ont accusé "Vous êtes responsable de l’enfant qui a fait cela."<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 4.<o:p></o:p>

                                                                                           <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Ensuite, Jésus retourna au village et un enfant qui courait l’a cogné à l’épaule. Jésus se mit en colère et lui dit "Tu ne vas pas poursuivre  ta route <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     L’enfant tomba à terre et mourut. <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Des personnes qui avaient été témoins de l’évènement dirent, "D’où est venu cet enfant que chaque mot qu’il prononce devient un acte?"<o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Et se rendant vers Joseph, les parents de ceux qui étaient morts le reprochèrent, en disant "Par ce que vous avez un tel enfant, vous ne pouvez pas vivre avec nous dans le village. Ou alors, enseignez le qu’il faut bénir et non pas maudire. Car nos enfants sont morts.”   <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 5.<o:p></o:p>

                                                                                           <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Joseph dit à Jésus : "Pourquoi fais-tu ces choses? Ces personnes souffrent et nous haïssent, et vont nous causer de difficultés." <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     Jésus répondit : "Je sais que les paroles que je prononce ne sont pas les miennes. Toutefois, je vais garder le silence pour te faire plaisir,, mais ces gens vont subir leur punition<o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Quand ils ont vu ce qu’il avait fait, ils ont eu très peur et  ne savaient que faire, ils parlaient de lui disant, "Chacune de ses paroles le bon ou le mal est un évènement et devient un miracle. » <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Quand Joseph vit ce que Jésus avait fait il le tira les oreilles. <o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

     L’enfant se mit en colère, "C’est assez pour toi de chercher et de ne pas trouver, mais trop pour toi d’agir sans sagesse. Ne sais –ru pas que je ne suis pas à toi? Ne m’ennuis pas."<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 6.<o:p></o:p>

                                                                                           <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Un enseignant nommé Zacharie entendit ce que Jésus disait à Joseph s’émerveilla et se disait, "Etant un simple enfant il peut prononcer ces mots." Et parlant seul à Joseph, il "Vous avez un enfant sage, il a un bon esprit mais laissez le moi pour qu’il apprenne à lire. Je vais l’enseigner tout ce que je sais et il ne sera plus révolté." <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Joseph lui répondit, "Personne d’autre que Dieu ne peut diriger cet enfant. Ne le prenez pas pour une petite croix, mon frère.."<o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Entendant les paroles de Joseph, Jésus se mit à rire et dit Zacharie, "Vraiment, maître ce que mon père vous a dit est vrai.<o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

     Je suis le Seigneur de ce peuple et suis ici devant vous, et je suis né parmi vous et suis avec vous <o:p></o:p>

    (6<o:p></o:p>

     Je sais d’ou vous venez et le nombre d’années que vous allez vivre. Je vous dis la vérité, maître, quand vous êtes né j’existais.   Et si vous désirez devenir un enseignant  parfait , écoutez moi et je vous enseignerai la sagesse que personne connaît excepté moi et celui qui m’a envoyé vers vous.               <o:p></o:p>

    (7<o:p></o:p>

    Car vous êtes mon disciple, et je vous connais, quel âge vous avez et combine d’années vous avez à vivre.                                                    <o:p></o:p>

    (8<o:p></o:p>

    Et quand vous voyez la croix que mon père a décrit, vous croirez alors que  tout ce que je vous ai dit est vrai »<o:p></o:p>

    (9<o:p></o:p>

     Alors, les juifs qui étaient présents et entendaient Jésus étaient consternés et dirent :"Quel étrange et remarquable événement !  L’enfant n’a que cinq ans et déjà il dit ces choses. Car nous n’avons jamais entendu quelqu’un parler comme il l’a fait."<o:p></o:p>

    (10<o:p></o:p>

     Les répondant, Jésus dit: "Etes vous si étonnés? Alors il vous faut croire plus que ce que je vous ai dit. Je sais aussi quand vous et vos parents sont nés, et je vous dirai ce fait remarquable : quand ce monde a été crée j’existais avec celui qui m’a envoyé."<o:p></o:p>

    (11<o:p></o:p>

     Quand les juifs entendirent les paroles de Jésus, il se mirent en colère même s’ils ne pouvaient rien répondre.         <o:p></o:p>

    (12<o:p></o:p>

    Alors l’enfant approcha et sautant vers eux il dit : "Je vous ai énervé! Car je sais que vous êtes étonnés de petites choses et que vous avez de petits esprits."<o:p></o:p>

    (13<o:p></o:p>

     Comme ils pensaient qu’ils avaient été consolés par la réplique de Jésus, l’enseignant dit à Joseph "Envoyez le à l’école et je l’enseignerai la lecture. " Joseph le prit par la main et le conduisit à l’école.               <o:p></o:p>

    (14<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    (15<o:p></o:p>

    Et l’enseignant écrivit l’alphabet pour lui et le répéta plusieurs fois, mais l’enfant se taisait et ne répondit pas pendant un bon moment.                                                                          <o:p></o:p>

    (16<o:p></o:p>

    Agacé l’enseignant le frappa sur la tête. Ayant  accepté stoïquement  la correction, l’enfant lui dit"Je vous enseigne plus que vous m’enseignez car je sais que vos connaissances et votre jugement sont grandes. Ces choses sont pour vous comme une casserole en cuivre ou un cymbale qui n’offre pas de gloire par le bruit                                                                        <o:p></o:p>

    (17<o:p></o:p>

     Personne ne comprend le pouvoir de ma sagesse.."           <o:p></o:p>

    (18<o:p></o:p>

     Alors quand sa colère avait passé, il récita l’alphabet rapidement de l’alpha à l’oméga..<o:p></o:p>

    (19<o:p></o:p>

    Regardant son enseignant, il dit, "Puisque vous ne connaissez pas la nature de l’alpha, comment allez vous m’enseigner le bêta ?                                                                     <o:p></o:p>

    (20<o:p></o:p>

    Hypocrite, si vous le savez, enseignez-moi d’abord l’alpha et je croirai ce que vous dites sur le bêta.."                                   <o:p></o:p>

    (21<o:p></o:p>

    Alors il parla à l’enseignant de la première lettre et celui-ci n’avait pas les moyens de répliquer.<o:p></o:p>

    (22<o:p></o:p>

     Alors, quand les autres écoutaient, il dit à Zacharie, "Ecoute, maître, et observe la structure de la première lettre <o:p></o:p>

    (23<o:p></o:p>

    Comme elle a deux lignes et devient un point au milieu vient ensemble, se lève et danse, avec trois puis deux lignes sans barres, bien balancé, aussi longtemps que l’alphabet a des lignes symétriques.."<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 7.<o:p></o:p>

                                                                                                               <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Quand Zacharie entendit ces mots pleins d’allégorie sur la première lettre de l’alphabet, il se perdit dans les moyens de répliquer et de continuer son enseignement                                       <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

    Et il dit à ceux qui étaient là "Je souffre et suis en peine et suis honteux de moi-même car j’ai pris cet enfant                                                                                         <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

    Reprenez le je vous en prie frère Joseph, ne peux faire face à ses paroles directes.<o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Cet enfant n’est pas né de la terre, il peut même subjuguer le feu. Il était peut être né avant la création du monde.  <o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

     Quel est la mère qui l’a porté ?.  Je l’ignore.  <o:p></o:p>

    (6<o:p></o:p>

     O mes amis, je perds la tête. <o:p></o:p>

    (7<o:p></o:p>

     Je me suis trompé et j’ai souffert. Je pensais avoir un élève et j’ai un maître <o:p></o:p>

    (8<o:p></o:p>

     Frères, votez la honte. Un chef expérimenté a été conquis par un enfant !. <o:p></o:p>

    (9<o:p></o:p>

     Et je dois perdre la face et mourir à cause de cet enfant. Car à cette heure je ne peux pas le regarder dans les yeux.<o:p></o:p>

    (10<o:p></o:p>

     Quand tout le monde dit que j’ai été conquis par un enfant, qu’est-ce que je peux dire? Et qui a-t-il de plus à dire sur les lignes de la première lettre de l’alphabet que ce qu’il m’a dit. ?  <o:p></o:p>

    (11<o:p></o:p>

     Ainsi, je vous supplie, frère Joseph, reprenez le chez vous. Je ne sais si je dois l’appeler un dieu, ou un ange ou autre chose, je ne sais pas. » <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 8.<o:p></o:p>

                                                                                                               <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Pendant que les juifs conseillaient Zacharie, l’enfant se mit à rire et dit ”:Maintenant ceux qui n’ont pas de fruit portent des fruits et les aveugles voient et les sourds dans la pensée du cœur, entendent. <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     Je viens d’en haut pour sauver ceux d’ici et les appeler à des choses plus grandes, comme celui qui m’a envoyé l’a commandé." <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Et quand l’enfant avait fini son discours, ceux qui étaient maudits par lui ont été immédiatement sauvés. <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Mais depuis ce temps personne ne voulait le mettre en colère par ce qu’ils ne voulaient pas être maudits ou estropiés. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 9.<o:p></o:p>

                                                                                                               <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Après plusieurs jours, jésus était sur le toit d’une maison. Un des enfants qui étaient sur la maison, tomba et mourut. Les autres enfants s’enfuirent, et Jésus resta seul. <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     les parents de l’enfant qui était mort accusèrent Jésus Fomentateur de troubles, tu l’a jeté par terre."<o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Jésus répondit, "Je ne l’ai pas jeté, c’est lui qui est tombé. Il avait manqué de prudence et il est tombé et il est mort. "<o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Jésus descendit du toit, se mit devant le corps et d’une voix forte dit "Zeno," – car c’était son nom - "lève toi parles moi est-ce que je t’ai jeté?"<o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

     Et se levant il dit, "Non, Seigneur, tu ne m’as pas jeté mais tu m’a réveillé."<o:p></o:p>

    (6<o:p></o:p>

     En voyant cela ils furent écrasés. Les parents de l’enfant glorifièrent Dieu pour ce signe et ils honorèrent Jésus.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 10.<o:p></o:p>

                                                                                                               <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Peu de jours après, un jeune homme coupait le bois ans les environs et sa hache tomba et coupa son pied. Il perdit du sang et était sur le point de mourir. <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     l y avait alors une grande clameur, une foule se forma et jésus se rendit sur les lieux. Passant devant la foule, il saisit le pied du blessé qui fut immédiatement guéri. <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Il dit alors au jeune homme, "lève-toi maintenant coupe le bois et souviens-toi de moi."<o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Quand la foule vit ce que Jésus avait fait, elle lui rendit grâces, en disant, "Vraiment, l’esprit de Dieu est avec cet enfant. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 11.<o:p></o:p>

                                                                                                               <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Quand Jésus avait six ans, sa mère l’envoya chercher de l’eau.  Il laissa tomber l’eau accidentellement sur la foule <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     La cruche en tombant se brisa. . <o:p></o:p>

    (3 <o:p></o:p>

    Enlevant son manteau, il le remplit d’eau et le porta à sa mère.  <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Quand sa mère vit le signe , elle l’embrassa et conserva précieusement dans son Cœur, les choses mystérieuses qu’elle l’avait vu accomplir.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 12.                                                                                                                                                                                                          <o:p></o:p>

    (1)           (1)             <o:p></o:p>

    Alors encore, l'enfant est allé avec son père pour semer le grain dans leur champ. Et pendant que son père semait, l'enfant Jésus a aussi semé une mesure de grain.                                         <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     Il reçut une commande pour un lit un lit d'un homme riche, mais une des poutres, appelée la traverse, était plus courte que l'autre. Joseph n'avait aucune idée, l'enfant Jésus  lui dit " Posé les deux morceaux de bois et aligne les extrémités".                 <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

    et plus tard, il a moissonné et a battu le grain, et a produit cent mesures.                                                                                                 <o:p></o:p>

    (6<o:p></o:p>

    Faisant venir  tous les pauvres du village à l'aire de battage, il leur a donné gratuitement le grain l. Et Joseph a rangé ce qui restait.                                                                                                    <o:p></o:p>

    (7<o:p></o:p>

    Jésus avait huit ans quand il a fait ce signe.   <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 13.                                                                                                                                                                                                     <o:p></o:p>

    (1)           (1)             <o:p></o:p>

     Son père étant charpentier, il faisait des charrues et des jougs.                                                                                                      <o:p></o:p>

    (2)           (2)             <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

           Son père Joseph a vu et a été étonné et, tenant l'enfant, il l'a embrassé, en disant, " je suis béni par ce que Dieu m'a donné cet enfant ".                                            <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

    Joseph a fait ce que l'enfant lui demandait. Jésus se tenant à l'autre extrémité a saisi le plus court morceau de bois et en l'allongeant, il l'a rendu de la même longueur que l'autre.       <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 14.<o:p></o:p>

                                                                                                               <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Quand Joseph a vu la bonne volonté de l'enfant à son âge et que son esprit était aussi mûr, il voulait encore qu'il devienne habitué à l'étude. Il lui a donc  donné  un autre professeur.                            <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

    Le professeur a dit à Joseph, " En premier je lui apprendrai le grec, puis l’hébreu ". Car le professeur savait ce qui s'était  passé auparavant avec  l'enfant et avait peur. Néanmoins, il a enseigné le garçon pendant beaucoup d'heures, sans cette fois lui donner la réplique. .    <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Alors, Jésus lui a dit, " Si vous êtes vraiment professeur et si vous savez si bien les lettres, dites-moi la signification de l'alpha et je vous dirai la signification du bêta ".  <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Comme il devenait frustré, le professeur lui a frappé sur la tête. Alors, Jésus s'est fâché et lui a maudit. Il s'est immédiatement évanoui et est tombé sur son visage.  <o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

     Alors, Jésus est retourné dans la maison de Joseph, mais Joseph a été affligé. Il a rapporté la chose à la mère du garçon, "Ne le laisse pas sortir par ce que les gens qui le mettent en colère vont mourir ".   <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 15.<o:p></o:p>

                                                                                                               <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

    Après un certain temps, encore un autre professeur, un ami proche de Joseph, lui a dit, " Envois l'enfant dans ma classe. Peut être avec flatterie, je serai capable de lui apprendre les lettres ".   <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

     Joseph lui répondit, " Si vous êtes sûr, frère, prenez-le avec vous ". Et pendant qu'il l'a emmené avec beaucoup de peur et d'inquiétude, l'enfant lui a suivi avec plaisir.  <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

     Entrant hardiment dans la classe, il a trouvé un livre posé sur le bureau et le prit, il a lu le texte. Il s'est alors mis a parler du  Saint-Esprit et a appris la loi à ceux qui étaient là.  <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Une grande multitude de gens s'est assemblé pour l'écouter. Et les personnes présentes se sont émerveillés de la plénitude de son enseignement et la facilité de sa parole, en disant, " Est-ce un enfant qui dit de telles choses? ".  <o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

     Quand Joseph a appris ce qui se passait, il avait peur et a couru vers la classe, en pensant, " Ce professeur n'est pas habitué à lui ".  <o:p></o:p>

    (6<o:p></o:p>

     Le professeur, cependant, a dit à Joseph, " Frère, je veux que vous sachiez que j'ai reçu l'enfant comme un étudiant, mais étant donné qu'il est plein de grâce et sagesse, je  vous demanderai de le reconduire chez vous.                                                 <o:p></o:p>

    (7<o:p></o:p>

    Quand qui l'a entendu, il lui a souri immédiatement et a dit, " Par ce que vous avez parlé et témoigné correctement, par égard pour vous, celui qui a été blessé sera guéri ". Et immédiatement, l'autre professeur a été guéri. Alors, Joseph a pris l'enfant et est revenu chez lui.   <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 16                                                                                                                                                                             <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Alors, Joseph a envoyé son fils Jacques attacher du bois, mais l'enfant Jésus l'a aussi suivi. Et pendant que Jacques rassemblait les buissons, une  vipère lui mordit la main.                                             <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

    Il était allongé sur la terre et mourait, Jésus s'est  approché et a soufflé sur la morsure.  Immédiatement, son angoisse a cessé et l'animal s'est disloqué. Tout de suite Jacques était guéri.     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 17.                                                                                                                                                                                                  <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Après ces évènements, un enfant dans le voisinage de Joseph est mort et sa mère a beaucoup pleuré. . Quand Jésus a entendu qu'elle était extrêmement triste et faisait un tumulte, il a couru avec empressement.                                                        <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

    Et trouvant l'enfant mort, il a touché son estomac et a dit, " je vous dis, enfant, ne mourez pas, mais demeurez vivant et soyez avec  votre mère ".  <o:p></o:p>

    (3 <o:p></o:p>

    Il a été immédiatement ressuscité et s'est mis à rire. Alors, Jésus a dit à la femme, " Prenez l'enfant, donnez-lui votre sein, et souvenez-vous de moi ".                                                             <o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

     Les personnes qui autour  de lui a témoigné de cet acte,  ont été étonnés et ont  dits, " Vraiment, cet enfant était soit  Dieu ou un ange de Dieu par ce que tous ses mots sont accompagnés par des actes.  ". Et Jésus s'en est allé pour jouer avec les autres enfants.                                                           <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 18.                                                                                                                                                                                                            <o:p></o:p>

    (1                                                       <o:p></o:p>

    Une année plus tard, un homme qui bâtissait une maison est mort après être tombé de très haut. Il y eut une grande agitation. Jésus s'est rendu sur les lieux<o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

    Il vit l'homme mort qui était allongé, lui a tenu la main et a dit, " je vous le dis, levez-vous,  faites votre travail ". Et se levant immédiatement, il l'a loué.                                                                 <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

    La foule a été étonnée, et des gens ont dit, " Cet enfant est un être céleste. Car il a sauvé beaucoup d'âmes de la mort et a le pouvoir de continuer de sauver des  âmes pendant toute sa vie "    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre. 19.<o:p></o:p>

                                                                                                               <o:p></o:p>

    (1<o:p></o:p>

     Quand il avait douze ans, ses parents sont allés à Jérusalem avec une caravane pour le festival de Pâque, comme c'était leur coutume.                                                                                                   <o:p></o:p>

    (2<o:p></o:p>

    Après la Pâque, ils sont revenus dans  leur maison. Cependant, quand ils sont repartis, l'enfant Jésus est retourné à Jérusalem, bien que ses parents pensaient qu'il était dans la caravane.                                                                                        <o:p></o:p>

    (3<o:p></o:p>

    Après avoir voyagé pendant un jour, ils l'ont cherché  en vain parmi leurs parents. Quand ils ne l'ont pas trouvé, ils ont été attristés. Et ils sont retournés à la ville pour le chercher<o:p></o:p>

    (4<o:p></o:p>

    Après trois jours, ils l'ont trouvé dans le temple, assis au milieu des docteurs écoutant la lecture de  la loi et les questionnant.                                                                                                                   <o:p></o:p>

    (5<o:p></o:p>

    Tous le regardaient et ont été étonnés commun un tel enfant pouvait  questionner les aînés et les docteurs, interpréter avec compétence les points majeurs de la loi et les paraboles des prophètes.                                                                               <o:p></o:p>

    (6<o:p></o:p>

    Sa mère Marie est venue à lui et a dit, " Pourquoi est-ce que vous nous avez fait ceci, mon enfant? Voyez comme nous sommes tourmentés comme nous vous cherchons ".  <o:p></o:p>

    (7<o:p></o:p>

     Jésus leur a dit, " Pourquoi est-ce que vous me cherchez? Est-ce que vous ne savez pas que je dois être dans la maison " de mon père?  <o:p></o:p>

    (8<o:p></o:p>

     Alors, les scribes et Pharisiens ont dit,  " Êtes vous la mère de cet enfant ?”  <o:p></o:p>

    (9<o:p></o:p>

     Elle a dit, " je le suis ".  <o:p></o:p>

    (10<o:p></o:p>

     Ils lui ont dit " Béni êtes vous parmi femmes parce que Dieu a béni le fruit de vos entrailles. Car nous n'avons jamais vu ou entendu telle gloire, ou vertu ou sagesse ".  <o:p></o:p>

    (11<o:p></o:p>

     Quand Jésus s'est levé, il a suivi sa mère et s'est soumis à ses parents. Et sa mère a gardé précieusement dans son cœur  tout ce qui s'était passé.                                                                                                                                    <o:p></o:p>

    (12<o:p></o:p>

      Jésus a continué à grandir dans la sagesse et la grâce.  <o:p></o:p>

    (13<o:p></o:p>

     A lui, la gloire pour toujours, Amen. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Psaumes Manicheens de Thomas.<o:p></o:p>

    (<o:p></o:p>

    Deux exemples.)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    I : Concernant la lumière<o:p></o:p>

    Mon Père, la lumière joyeuse, le glorieux Mon Père, la lumière joyeuse, la lumière bénie et  glorieuse. <o:p></o:p>

    Mon Père, la lumière joyeuse, la lumière glorieuse et honorée. <o:p></o:p>


    Il dit à ses frères fortunés<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    "O mes frères, les fils de la lumière en qui rien ne s’éclipse ou se dissout. J’ai jeté un regard vers l’abîme. J’ai vu le méchant, le fils du méchant. J’ai vu le méchant qui désirait la guerre. J’ai vu leur cruelle armure qui est prête a faire la guerre. <o:p></o:p>


    L’apocalypse de Thomas. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    De "The Apocryphal New Testament"
    M.R. James-Translation and Notes
    <st1:city><st1:place>Oxford</st1:place></st1:city>: Clarendon Press, 1924 <o:p></o:p>

    Introduction<o:p></o:p>

    Le décret de Gélase condamna ce livre appelé ' la révélation de Thomas. '  comme étant apocryphe. <o:p></o:p>

    Selon ce livre Jésus aurait dit à Thomas qu’entre son Ascension et son retour il y aurait neuf jubilees. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Fragment de Vérone ( 8e siècle) <o:p></o:p>

    L’épître du Seigneur à Thomas. Ecoutes Thomas, à la fin des temps, il y aura la famine, et des tremblement de terre et des guerres. De la neige et de la glace, et ne grande sécheresse. Il y aura des dissensions entre les peuples, le blasphème, l’iniquité l’envie, la vilenie, l’indolence, la vanité et l’intempérance. Et chaque homme dira ce qu’il lui plaira. <o:p></o:p>

    Et mes prêtres ne seront pas en paix entre eux, et me feront des sacrifices avec un esprit trompeur, donc je ne vais pas m’occuper d’eux.  <o:p></o:p>

    Les sanctuaires seront corrompus, la prêtrise polluée. Et la détresse va augmenter. La vertu sera en échec, la joie périra.  En ces jours le mal sera partout, on ne chantera plus dans la maison du Seigneur, il n’y aura pas de respect des personnes, l’envie sera installé parmi les prêtres. On ne verra pas un seul homme droit. Il  arrivera cependant qu’un homme respectueux des lois  va devenir Roi, il le sera pour peu de temps et aura comme descendants deux fils. Le premier sera nommé avec  la lettre A (Arcadius), le second le huitième. (H, Honorius) Le premier va mourir avant le second (Arcadius est mort en in 408- Honorius en 423)….  <o:p></o:p>

    Suit une description des autres dirigeants, avant la venue de l’AntéChrist. <o:p></o:p>

    L’eau des fontaines va bouillir. Et sera change en sang. Le ciel va bouger et les étoiles vont tomber sur la terre. Le soleil sera coupé en deux. Tout comme la lune. <o:p></o:p>

    L’apocalypse est ensuite décrite pendant les premiers jours  et les signes jusqu’au jugement dernier. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La fin de Thomas, l’Apôtre. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Extraits.<o:p></o:p>

     Le Roi Miseus  avait ordonné de jeter Thomas en prison. L’apôtre dit alors : « Je glorifie Dieu et je vais prêcher aux prisonniers. »  IL convertit Juzanes le fils du roi, et Tertia, sa mère.<o:p></o:p>

    Mygdonia, et Markia, quoique croyants, n’étaient pas encore dignes du baptême, et étaient outrés de l’emprisonnement de l’apôtre. Ils donnèrent de l’argent aux geôliers pour voir Thomas.<o:p></o:p>

    Un beau jeune homme leur était apparu en songe, pour ouvrir les portes de la prison et libérer les prisonniers.  <o:p></o:p>

    Misdeus fit venir Thomas et lui dit. : Es-tu esclave ou libre? Thomas répondit :  « Je ne suis pas esclave et tu n’as aucun pouvoir contre moi. » Pendant qu’il s’entretenait avec Misdeus de Jésus, celui-ci songeait à le mettre à mort. Il ordonna que l’on le conduise hors de la cite et de le tuer à l’épée. <o:p></o:p>

    Après avoir prié, les soldats sont tombés  sur lui et l’on achevé. <o:p></o:p>

    Syphor and Juzanes ont attendu toute la nuit et Thomas leur sont apparu. “Pourquoi êtes-vous ici a attendre? Car je suis monté au ciel et j’ai reçu ce que j’espérais. » <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L’Evangile apocryphe de Thomas. <o:p></o:p>

    Voici les paroles cachées que Jésus le Vivant a dites et qu'a transcrites Didyme Jude Thomas. Et il a dit : " Celui qui parvient à l'interprétation de ces paroles ne goûtera point de mort ! "                                                                                            <o:p></o:p>

    1,<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Que celui qui cherche ne cesse point de chercher jusqu'à ce qu'il trouve ; lorsqu'il trouvera, il sera troublé; et lorsqu'il sera troublé, il admirera, et il régnera sur l'univers ! "<o:p></o:p>

    2.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Si ceux qui vous guident vous disent : " Voici, le Royaume est dans le ciel ! "- alors les oiseaux du ciel y seront avant vous. S'ils vous disent . " Il est dans la mer ! "- alors, les poissons y seront avant vous Mais le Royaume est à l'intérieur de vous et il est à l'extérieur de vous ! "<o:p></o:p>

    3.<o:p></o:p>

    . " Lorsque vous vous connaîtrez, alors on vous connaîtra, et vous saurez que c'est vous les fils du Père qui est vivant. Mais si vous ne vous connaissez point, alors vous serez dans un dénuement, et vous serez le dénuement ! "<o:p></o:p>

    4.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Que le vieillard chargé de jours ne tarde pas à interroger le petit enfant de sept jours sur le Lieu de la Vie, et il vivra ! Car il apparaîtra que beaucoup de premiers seront derniers, et ils deviendront un ! .<o:p></o:p>

    5.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Connais ce qui est en face de ton visage, et ce qui t'est caché se révélera à toi. Car rien de caché ne manquera d'être révélé' ! "<o:p></o:p>

    6.<o:p></o:p>

    Ses disciples l'interrogèrent; ils lui dirent : " Veux-tu que nous jeûnions ? Quelle est la manière dont nous prierons, dont nous ferons l'aumône, et quelle façon de se nourrir respecterons-nous ? " Jésus dit : " Ne dites point de mensonge et, ce que vous avez en haine, ne le faites point : car toutes ces choses sont manifestes à la face du ciel; rien de ce qui est caché ne manquera d'être révélé et rien de ce qui est dissimulé ne tardera à être publié ! "<o:p></o:p>

    7.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Bienheureux est ce lion que l'homme mangera en sorte que le lion devienne homme. Mais maudit est l'homme que le lion mangera en sorte que le lion devienne homme ! "<o:p></o:p>

    8.<o:p></o:p>

    Puis il dit que : " L'homme est pareil à un sage pêcheur qui a jeté son filet dans la mer. Il l'a remonté de la mer plein de petits poissons au milieu desquels ce sage pêcheur a trouvé un poisson grand et excellent. Il a rejeté tous les petits poissons dans la mer; sans hésiter, il a choisi le grand poisson. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende ! "<o:p></o:p>

    9.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Voici; le semeur est sorti. Il a empli sa main et il a jeté, certains sont tombés sur la route : les oiseaux sont venus et les ont recueillis. D'autres sont tombés sur le roc : ils n'ont point trouvé à s'enraciner dans la terre et n'ont point produit d'épis vers le haut. D'autres sont tombés sur les épines qui ont étouffé la graine, et le ver les a mangés. D'autres sont tombés sur la bonne terre et ceci a fait monter un fruit excellent : elle a donné jusqu'à soixante par mesure, même cent vingt par mesure. "<o:p></o:p>

    10.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " J'ai jeté un feu sur l'univers, et voici : je veille sur lui jusqu'à ce qu'il embrase. "<o:p></o:p>

    11.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Ce ciel passera, et celui qui est au-dessus de lui passera : mais ceux qui sont morts ne vivront point, et ceux qui vivent ne mourront point. "<o:p></o:p>

    12.<o:p></o:p>

    Aujourd'hui, vous mangez des choses mortes et vous en faites ce qui est vivant ; et quand vous serez dans la Lumière, que ferez-vous en ce jour-là, étant un, vous devenez deux; et lorsque vous deviendrez deux qu'est-ce alors que vous ferez ? "<o:p></o:p>

    13.<o:p></o:p>

    Les disciples disent à Jésus : " Nous savons que Tu nous quitteras : qui sera grand au-dessus de nous ? " Jésus leur dit : " Là où vous irez, vous vous rendrez vers Jacques le Juste, celui à cause duquel le ciel ainsi que la terre ont été créés. "<o:p></o:p>

    14.<o:p></o:p>

    Jésus dit à ses disciples : " Comparez-moi, et dites-moi à qui je suis semblable. " Simon Pierre lui dit : " Tu es semblable à un ange juste ! " Matthieu lui dit : " Tu es semblable à un homme sage et philosophe ! " Thomas lui dit : " Maître, à qui tu es semblable, pour que je le dise, mon visage ne parvient absolument point à le saisir. " Jésus dit : " Je ne suis point ton maître, car tu as bu ; tu t'es enivré de la source bouillonnante qui est à moi et que j'ai répandue. Puis il le prit et s'écarta ; il lui dit trois mots. Et, lorsque Thomas revint vers ses compagnons, ils le questionnèrent : " Qu'est-ce que Jésus t'a dit ? " et Thomas leur répondit : " Si je vous dis une seule des paroles qu'il m'a dites, vous prendrez des pierres et me les jetterez, et un feu sortira des pierres et vous consumera ! "<o:p></o:p>

    15.<o:p></o:p>

    Jésus leur dit : " Lorsque vous jeûnerez, vous engendrerez pour vous-mêmes un péché; lorsque vous prierez, on vous condamnera, lorsque vous ferez l'aumône, vous accomplirez un mal pour vos esprits ! Quand vous pénétrerez en n'importe quelle contrée et que vous parcourrez les campagnes, lorsque l'on vous accueillera mangez ce que l'on mettra devant vous; ceux qui sont malades dans ces endroits, guérissez-les. Car ce qui entrera dans votre bouche ne vous souillera point mais ce qui sort de votre bouche, c'est cela qui vous souillera ! "<o:p></o:p>

    16.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Lorsque vous voyez celui qui n'a pas été engendré de la femme, prosternez-vous, visage contre terre, et adorez-le : Celui-ci est votre Père ! "<o:p></o:p>

    17.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Certainement les hommes pensent que je suis venu pour jeter une paix sur l'univers. Mais ils ne savent pas que je suis venu pour jeter sur terre des discordes, le feu, l'épée, la guerre. Si en effet il y a cinq dans une maison, ils se trouveront trois contre deux et deux contre trois, père contre fils et fils contre père- et ils se lèveront solitaires. "<o:p></o:p>

    18.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Je vous donnerai ce que jamais il n'a vu, et ce que jamais oreille n'a entendu, et ce que jamais main n'a touché, et cela qui n'est jamais monté au cur de l'homme. "<o:p></o:p>

    19.<o:p></o:p>

    Les disciples disent à Jésus : " Dis-nous comment notre fin sera. " Jésus dit : " Avez-vous donc dévoilé le commencement, pour que vous questionniez sur la fin ? Car là où est le commencement, là sera la fin. Bienheureux est celui qui atteindra le commencement : il connaîtra la fin, et il ne goûtera point de mort ! "<o:p></o:p>

    20.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Bienheureux celui qui a existé avant qu'il ait été créé ! "<o:p></o:p>

    21.<o:p></o:p>

    " Si vous devenez pour moi des disciples et que vous écoutiez mes paroles, ces pierres vous serviront. "<o:p></o:p>

    22.<o:p></o:p>

    " Car vous avez là, dans le Paradis, cinq arbres qui ne changent été ni hiver, et dont les feuilles ne tombent point : celui qui les connaîtra ne goûtera point de mort ! "<o:p></o:p>

    23.<o:p></o:p>

    Les disciples disent à Jésus : " Dis nous à quoi est semblable le Royaume des cieux. " Il leur a dit : " Il est pareil à une graine de sénévé; elle est la plus petite de toutes les semences, mais, lorsqu'elle tombe sur la terre labourée, elle produit une grande tige et devient un abri pour les oiseaux du ciel. "<o:p></o:p>

    24.<o:p></o:p>

    Marie dit a Jésus : " A qui tes disciples sont-ils semblables ? " Il lui a dit : " Ils sont semblables à de petits enfants qui ont pénétré dans un champ qui ne leur appartient pas. Quand les propriétaires du champ viendront en disant " Quittez-nous notre champ ! " Ils se dépouilleront devant eux pour leur laisser leur champ et le leur rendre. "<o:p></o:p>

    25.<o:p></o:p>

    " C'est pourquoi je vous dis ceci : Si le maître de maison sait que le voleur vient, il veillera avant que celui-là arrive et il ne laissera pas se percer une entrée dans la demeure de son royaume pour en emporter ses meubles. Vous donc, soyez vigilants face à l'univers. Ceignez vos reins avec une grande énergie, afin que les brigands ne trouvent pas de moyen de vous atteindre; car le profit que vous guettez, ils le trouveront ! "<o:p></o:p>

    26.<o:p></o:p>

    Qu'il y ait au milieu de vous un homme avisé : lorsque le fruit est venu, en précipitation, sa faucille à la main il est allé et il l'a moissonné. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende ! "<o:p></o:p>

    27.<o:p></o:p>

    Jésus vit des petits qui tétaient; il dit a ses disciples : " Ces petits qui tètent sont semblables à ceux qui entrent dans le Royaume. " Eux lui dirent : " Si nous sommes petits, entrerons-nous dans le Royaume ? " Jésus leur dit : " Lorsque vous ferez des deux un, et que vous ferez l'intérieur comme l'extérieur et l'extérieur comme l'intérieur, et le haut comme le bas ! Et si vous faites le mâle et la femelle en un seul, afin que le mâle ne soit plus mâle et que la femelle ne soit plus femelle t, et lorsqu'à la place d'un, il vous refera des yeux, et une main à la place d'une main, et un pied à la place d'un pied, et une image à la place d'une image, alors vous y entrerez ! "<o:p></o:p>

    28<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Je vous choisirai, un entre mille et deux entre dix mille et ils se lèveront étant un ! "<o:p></o:p>

    29.<o:p></o:p>

    Ses disciples lui disent : " Instruis-nous sur le lieu où tu es, car il nous est nécessaire de questionner à son sujet ! " Il leur dit : " Que celui qui a des oreilles entende ! Si une lumière existe à l'intérieur d'une créature lumineuse, alors elle illumine l'univers tout entier, et si elle n'illumine point, elle est ténèbres. "<o:p></o:p>

    30.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Aime ton frère comme ton âme, veille sur lui comme sur la prunelle de ton il. "<o:p></o:p>

    31.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " La paille qui est dans l'il de ton frère, tu la vois; mais la poutre qui est dans ton il, tu ne la vois point ! Lorsque tu auras rejeté la poutre qui est dans ton il, alors tu y verras pour rejeter la paille hors de l'il de ton frère. "<o:p></o:p>

    32.<o:p></o:p>

    " Si vous ne jeûnez pas au monde, vous ne trouverez point le Royaumes. Si vous ne faites point du Sabbat le Sabbat, vous ne verrez point le Père. "<o:p></o:p>

    33.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Je me suis tenu au milieu de l'univers et, dans la chair je me suis manifesté à ceux-ci. Je les ai tous trouvés qui étaient ivres, je n'en ai trouvé aucun assoiffé parmi eux. Et mon âme s'est affligée pour les enfants des hommes. Par ce qu'ils sont des aveugles dans leur cœur et qu'ils ne voient pas, par ce que vides ils sont venus au monde, et vides ils cherchent encore à sortir du monde ! Qu'il vienne cependant quelqu'un qui les redresse ! Alors, quand ils auront cuvé leur vin, ils se repentiront. "<o:p></o:p>

    34.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Si la chair a été créée à cause de l'esprit, c'est un miracle. Mais si l'esprit a été créé à cause du corps, c'est un miracle de miracle. Mais moi, je m'émerveille [] comment cette grande richesse être qui est peut-elle habiter la pauvreté ?<o:p></o:p>

    35.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Là où il y a trois dieux, ce sont des dieux. Là où ils sont deux ou un, je suis avec lui !<o:p></o:p>

    36.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Un prophète n'est pas reçu dans sa ville, et un médecin n'opère point de guérison sur ceux qui le connaissent. "<o:p></o:p>

    37.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Une ville qui est édifiée sur une montagne élevée, et qui est forte, il n'est pas possible qu'elle tombe, et l'on ne peut la cacher ! "<o:p></o:p>

    38.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Ce que tu entendras de ton oreille, et de l'autre oreille, proclame-le sur vos toits ! Car personne n'allume une lampe et ne la met sous le boisseau ou ne la met dans un endroit caché : mais il la place sur le candélabre afin que tous ceux qui entrent et sortent voient sa lumière. "<o:p></o:p>

    39.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Si un aveugle conduit un autre aveugle, tous les deux tombent dans une fosse. "<o:p></o:p>

    40.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Il n'est pas possible que quelqu'un entre dans la maison du puissant et qu'il lui fasse violence s'il ne lui a point lié les mains : alors il dévalisera sa maisonnée "<o:p></o:p>

    41.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " N'ayez point souci, du matin au soir et du soir au matin, de ce que vous vous vêtirez !<o:p></o:p>

    42.<o:p></o:p>

    Ses disciples lui disent : " Quel jour nous apparaîtras-tu, et quel jour te verrons-nous ? Jésus dit : " Lorsque vous vous dépouillerez sans que vous ayez honte, que vous oserez vos vêtements et les déposerez à vos pieds à la manière des petits enfants, et que vous les piétinerez ! Alors vous serez les fils du Vivant, et vous n'aurez plus de crainte. "<o:p></o:p>

    43.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Vous avez désiré bien des fois entendre ces paroles-ci que je vous dis, mais vous n'avez pas eu un autre de qui les entendre. Il viendra des jours où vous me chercherez, et où vous ne me trouverez pas. "<o:p></o:p>

    44.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Les pharisiens et les scribes ont pris les clés de la science et les ont cachées : ils ne sont point entrés et ils n'ont pas, non plus, laissé ceux qui voulaient entrer. Mais vous, soyez prudents comme les serpents et simples comme les colombes ! "<o:p></o:p>

    45.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Un cep de vigne a été planté au dehors du Père. Il ne s'est point fortifié : on l'arrachera jusqu'à sa racine et il périra. "<o:p></o:p>

    46.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui a dans sa main on lui donnera. Mais celui qui n'a pas, le peu qu'il a lui sera enlevé ! "<o:p></o:p>

    47.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Vous, soyez des passants ! "<o:p></o:p>

    48.<o:p></o:p>

    Ses disciples lui dirent : " Qui es-tu, toi qui nous dis ces choses ? " " - Par les choses que je vous dis, ne reconnaissez-vous pas qui je suis? Mais vous êtes, vous-mêmes, devenus pareils aux Juifs : ils aiment l'arbre et ils détestent son fruit, ils aiment le fruit et ils détestent l'arbre ! "<o:p></o:p>

    49.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Qui a blasphémé contre le Père on lui pardonnera, et qui a blasphémé contre le Fils, on fui pardonnera : mais celui qui a blasphémé contre l'Esprit Saint on ne lui pardonnera point, ni sur terre ni dans le ciel. "<o:p></o:p>

    50.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " On ne récolte point de raisin sur les ronces, et l'on ne cueille point de figues sur l'épine blanche; elles ne donnent pas de fruit ! [...] l'homme bon tire de son grenier des choses bonnes, mais l'homme pervers tire de son grenier pervers - qui est dans son cur - des mauvaises, et il en sème de mauvaises par ce qu'il tire des mauvaises de l'outrance de son coeur. "<o:p></o:p>

    51.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Depuis Adam jusqu'à Jean Baptiste parmi ceux qui ont été engendrés de femmes il n'en est point de plus grand que Jean-Baptiste ! Mais, de crainte que ses yeux ne se perdent j'ai dit : " Celui qui parmi vous sera petit connaîtra le Royaume et sera plus élevé que Jean ! "<o:p></o:p>

    52.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Il n'est pas possible qu'un homme monte deux chevaux, ni qu'il tende deux arcs. Et il n'est pas possible qu'un domestique serve deux maîtres : sinon il honorera l'un et l'autre le rudoiera ! Jamais homme ne boit du vin vieux et ne désire au même instant boire du vin nouveau; on ne verse pas du vin nouveau dans de vieilles outres, pour qu'elles ne se fendent point, et l'on ne verse pas du vin vieux dans des outres neuves, afin qu'il ne se gâte. On ne coud pas un vieux morceau a un vêtement neuf, car une déchirure se produirait. "<o:p></o:p>

    53.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Si deux sont l'un avec l'autre en paix dans la même maison, ils diront à la montagne : " Déplace-toi ! " et elle se déplacera. "<o:p></o:p>

    54.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Bienheureux les solitaires et les élus, car vous trouverez le Royaume ! Par ce que vous êtes issus de lui, de nouveau vous y retournerez. "<o:p></o:p>

    55.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Si les gens vous demandent : " D'où êtes-vous venus ? " Dites-leur : " Nous sommes venus de la Lumière, du lieu où la Lumière se produit d'elle-même jusqu'à ce qu'elle manifeste l'image. " Si l'on vous dit : " Qu'êtes-vous ? "- dites : " Nous sommes ses fils et nous sommes les élus du Père qui est vivant. " S'ils vous demandent : " Quel signe de votre Père est en vous? " - dites-leur : «  C'est un mouvement et un repos »<o:p></o:p>

    56.<o:p></o:p>

    Ses disciples lui dirent : " Quel jour le repos de ceux qui sont morts se produira-t-il, et quel jour sera-ce que le monde nouveau viendra ? " Il leur a dit : " Ceci que vous attendez est survenu, et vous ne l'avez point reconnu. "<o:p></o:p>

    57.<o:p></o:p>

    Ses disciples lui dirent : " Vingt-quatre prophètes ont parlé en Israël et tous, ils se sont exprimés en toi. "Il leur a dit : " Vous avez délaissé celui qui est vivant en face de vous, et vous avez parlé des morts ! "<o:p></o:p>

    58.<o:p></o:p>

    Ses disciples lui dirent : " La circoncision est-elle utile ou non ? " Il leur a dit : " Si elle était utile, c'est circoncis que leur Père les engendrerait de leur mère. Mais la véritable circoncision dans l'esprit donne tout le profit ! "<o:p></o:p>

    59.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Bienheureux les pauvres, car le Royaume des cieux est à vous ! "<o:p></o:p>

    60.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui ne trahira pas son Père et sa mère ne pourra être mon disciple, et s'il ne hait point son frère et sa sur et ne prend pas sa croix comme moi, il ne deviendra pas digne de moi ! "<o:p></o:p>

    31.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui a connu le monde est tombé dans un cadavre; et, celui qui est tombé dans un cadavre le monde n'est plus digne de lui ! "<o:p></o:p>

    32.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Le Royaume du Père est pareil a un homme qui a une semailles . La nuit, son ennemi est venu et a semé de l'ivraie par-dessus la semailles qui est bonne. Et cet homme n'a pas laissé qu'on arrache l'ivraie, " De crainte - leur a-t-il dit - qu'en allant ôter l'ivraie vous n'enleviez avec elle le froment. En effet, au jour de la moisson, les ivraies seront devenues reconnaissables : on les ôtera et on les brûlera ". "<o:p></o:p>

    33.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Bienheureux l'homme qui a peiné : il a trouvé la Vie ! "<o:p></o:p>

    64.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Tournez vos regards vers le Vivant, tant que vous êtes vivants, afin que vous ne mouriez point, et cherchez à le voir ! " Voyant un Samaritain qui porte un agneau et qui entre dans la Judée, Il questionna ses disciples au sujet de l'agneau, et ils lui ont répondu : " Il le tuera et le mangera ! " Mais il leur a dit : " Il ne le mangera point encore vivant, mais seulement s'il le tue et que celui-ci devienne cadavre. " Ils lui dirent : " En nulle autre occasion il ne le blessera ! " Il leur a dit " Vous-mêmes, cherchez-vous donc un lieu de repos, afin que vous ne deveniez point des cadavres et que l'on ne vous mange point ! "<o:p></o:p>

    65.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Deux se reposeront la sur un lit : l'un mourra, l'autre vivra. " Salomé dit : " Qui es-tu homme ? De qui es-tu né, pour être monté sur mon lit et avoir mangé à ma table ? " Jésus lui dit : " Je suis celui qui a été créé de Son égal ; on m'a donné de ce qui est à mon Père. " " Je suis ta disciple ! " " A cause de cela, je dis ceci : Lorsqu'on deviendra ouvert, on sera plein de lumière; mais lorsqu'on se trouvera composé, on sera plein de ténèbres. "<o:p></o:p>

    66.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Quand je dis mes mystères [] mystère ! quand ta main droite fera, que ta main gauche ignore qu'elle le fait. "<o:p></o:p>

    67.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Il y avait un homme riche qui avait beaucoup de biens. Il songea : " J'userai de mes biens afin d'ensemencer mon champ, de planter, de remplir mes greniers de récoltes, de sorte que le besoin ne me touche pas. " Telles étaient les choses qu'il pensait en son cœur. Mais, pendant cette nuit-là, il mourut. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende "<o:p></o:p>

    28.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Un homme avait des hôtes. Lorsqu'il eut préparé le festin, il envoya son serviteur pour appeler ces hôtes. Celui-ci alla chez le premier et lui dit : " Mon maître t'invite ! " Il répondit : " J'ai de l'argent à recevoir de marchands, ils viennent vers moi ce soir et j'irai pour leur donner des ordres. Je m'excuse pour le festin. " Il alla chez un autre et lui dit : " Mon maître t'a invité. " Il lui dit : " J'ai acheté une maison et l'on me demande une journée : je ne suis pas libre. " Il alla vers un autre et lui dit : " Mon maître t'invite ! " Il lui répondit : " Mon ami va se marier, et c est moi qui ferai le festin. Je n'irai pas ; je m'excuse pour le festin ! " Il alla vers un autre et il lui dit : " Mon maître t'invite ! " Il lui dit : " J'ai acheté un champ, et je ne suis pas encore allé percevoir le fermage. Je ne viendrai pas ; je m'excuse pour le festin ! " Le serviteur revint et dit à son maître : " Ceux que tu as invités au festin se sont excusés. " Le maître dit à son serviteur : " Va dehors, dans les rues, et ceux que tu trouveras, amène-les pour qu'ils dînent. " Les acheteurs et les marchands n'entreront pas dans les lieux de mon Père "<o:p></o:p>

    59.<o:p></o:p>

    Il a dit : " Un personnage avait un vignoble qu'il avait donné à des cultivateurs pour qu'ils le travaillent et qu'il en reçoive d'eux le fruit. Il envoya son serviteur pour que les cultivateurs lui donnent le fruit du vignoble ; et ceux-ci s'emparèrent de son serviteur, le frappèrent et il s'en fallut de peu qu'ils ne le tuent. Le serviteur revint et le dit a son maître. Son maître songea : " Peut-être ne les a-t-il pas reconnus ? " Il envoya un autre serviteur : cet autre aussi, les cultivateurs le frappèrent. Alors, le maître envoya son fils ; il se dit : " Sans doute respecteront-ils mon enfant ? " Mais, quand ils surent que celui-ci était l'héritier du vignoble, ces cultivateurs le saisirent et le tuèrent. Que celui qui a des oreilles entende. "<o:p></o:p>

    70.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Qu'on me montre cette pierre que ceux qui construisent ont rejetée ! C'est elle la pierre d'angle. "<o:p></o:p>

    71.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui connaît le Tout, quand il est privé de lui-même, il est privé de tout ! "<o:p></o:p>

    72.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Bienheureux serez-vous lorsque l'on vous traira et que lion vous persécutera; mais ils ne trouveront pas de place dans le lieu tant qu'ils vous auront persécutés ! "<o:p></o:p>

    73.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Bienheureux sont-ils, ceux que l'on a persécutés dans leur cœur. Ce sont ceux-là qui ont connu le Père ! Bienheureux ceux qui sont affamés, par ce qu'ils se rassasieront le ventre à volonté ! "<o:p></o:p>

    74.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Lorsqu'il vous reste de quoi partager, à vous, cela que vous possédez vous sauverez. Mais si vous ne pouvez partager, cela, que vous n'avez point en vous, cela vous tuera.<o:p></o:p>

    75.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Je []rai [ ] et personne ne pourra []. "<o:p></o:p>

    76.<o:p></o:p>

    On Lui dit : " Parle à mes frères pour qu'ils partagent avec moi les biens de mon Père ! " Il lui a répondu : " Homme, qui m'a fait partageur ? " Il se retourna vers ses disciples et leur dit : " Que je ne sois point un partageur ! "<o:p></o:p>

    77.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " La moisson est grande mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez le Seigneur pour qu'Il envoie des ouvriers à la moisson. "<o:p></o:p>

    78.<o:p></o:p>

    Il a dit : " Seigneur, beaucoup sont autour de l'ouverture mais personne dans le puits ! "<o:p></o:p>

    79.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Beaucoup se tiennent dehors à la porte, mais ce sont les solitaires seuls qui entreront dans la chambre nuptiale. "<o:p></o:p>

    80.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Le Royaume du Père est pareil à un homme négociant, qui a un fardeau et qui a trouvé une perle. Ce négociant est un sage : il a vendu le fardeau et s'est acheté la perle seule. Vous aussi, cherchez son trésor qui ne périt point, qui demeure, dans lequel la teigne ne pénètre pas pour ronger et que le ver ne détruit point. "<o:p></o:p>

    81.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Je suis la Lumière, celle qui est sur eux tous. Je suis le Tout, et le Tout est sorti de moi et Tout est revenu à moi. Fends le bois, je suis là, soulève la pierre et tu m'y trouveras ! "<o:p></o:p>

    82.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Pourquoi êtes-vous sortis dans la campagne ? Pour voir un roseau agité par le vent, pour voir un homme enveloppé de beaux atours ? Ils sont chez les rois et chez vos notables, ceux qu'enveloppent de beaux atours, et ils ne connaissent pas la vérité ! "<o:p></o:p>

    83.<o:p></o:p>

    Dans la foule, une femme lui dit : " Bienheureux le ventre qui t'a porté et le sein qui t'a nourri ! " Il lui a dit : " Bienheureux ceux qui ont entendu la parole du Père et qui la gardent ! En vérité, des jours viendront où vous direz : " Heureux le ventre qui n'a point engendré et ces mamelles qui n'ont point allaité " ! "<o:p></o:p>

    84.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui a connu le monde est tombé dans le corps; et celui qui est tombé dans le corps, le monde n'est pas digne de lui. "<o:p></o:p>

    85.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Que celui qui s'est fait riche règne, et que celui qui a une force soit miséricordieuse !<o:p></o:p>

    86.<o:p></o:p>

    Celui qui est près de moi est près du feu, et celui qui est loin de moi est loin du Royaume. "<o:p></o:p>

    87.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Les images apparaissent à l'homme mais la Lumière qui est en elles est cachée. Dans l'image de la Lumière du Père, elle se révélera, et son image sera voilée par sa Lumière. "<o:p></o:p>

    88.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Maintenant, quand vous voyez votre apparence, vous vous réjouissez. Mais, lorsque vous verrez vos images qui se sont produites avant vous, qui ne meurent point et qui ne se manifestent point, quelle grandeur supporterez-vous ? "<o:p></o:p>

    89.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Adam a été produit par une grande puissance et une grande richesse, mais il n'a pas été jugé digne de vous, car s'il avait été digne vous n'auriez pas été soumis à la mort. "<o:p></o:p>

    90.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Les renards ont des tanières et les oiseaux ont des nids; mais le Fils de l'Homme n'a pas de lieu où incliner sa tête et se reposer. "<o:p></o:p>

    91.<o:p></o:p>

    Il a dit, lui, Jésus : " Le corps qui dépend d'un corps est un malheureux et l'âme qui dépend de ces deux est une malheureuse ! "<o:p></o:p>

    92.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Les anges et les prophètes viennent vers vous ; ils vous donneront les choses qui vous appartiennent. Vous-mêmes, donnez-leur ce que vous possédez et dites-vous : " Quel jour vont-ils venir et prendre ce qui est à eux ? " "<o:p></o:p>

    93.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Pourquoi lavez-vous le dehors de la coupe et ne pensez-vous pas que celui qui a fait l'intérieur, c'est lui aussi qui a fait l'extérieur ? "<o:p></o:p>

    94.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Venez à moi, car mon joug est excellent et mon autorité est douce, et vous trouverez pour vous le repos ! "<o:p></o:p>

    95.<o:p></o:p>

    Ils lui dirent : " Dis-nous qui tu es, afin que nous croyions en toi. " Il leur a dit : " Vous scrutez l'aspect du ciel et de la terre mais Celui qui est par-devant vous, vous ne le connaissez pas et, cette conjoncture-ci, vous ne savez pas comment la scruter. "<o:p></o:p>

    96.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Cherchez et vous trouverez ! Mais les choses sur lesquelles vous m'avez interrogé en ces jours et que je ne vous ai point dites à ce moment, je veux maintenant les dire, et que vous ne les cherchiez plus. "<o:p></o:p>

    97.<o:p></o:p>

    " Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens pour qu'ils ne le jettent point sur le fumier, et ne jetez pas les perles aux pourceaux de peur qu'ils n'en fassent de l'ordure "<o:p></o:p>

    98.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui cherche trouvera, à celui qui voudra entrer, on ouvrira. "<o:p></o:p>

    99.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Si vous avez de l'argent, ne le donnez pas à intérêt, mais à celui qui ne donnera rien en retour. "<o:p></o:p>

    100.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Le Royaume du Père est pareil à une femme qui a mis un peu de levain dans des mesures de farine et qui en a fait de grands pains. Que celui qui a des oreilles entende ! "<o:p></o:p>

    101.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Le Royaume du Père est pareil à une femme qui porte un vase plein de farine et qui s'en va par un long chemin. L'anse du vase s'est brisée : la farine s'est répandue derrière elle sur le chemin sans qu'elle le sache et sans qu'elle y remédie. Lorsqu'elle est arrivée à sa maison, elle a posé le vase et elle a trouvé qu'il était vide. "<o:p></o:p>

    102.<o:p></o:p>

    " Le Royaume du Père est pareil à un homme qui veut tuer un grand personnage. Dans sa maison, il a dégainé l'épée et il l'a plantée dans le mur pour s'assurer que sa main serait ferme. Ensuite il a tué le personnage. "<o:p></o:p>

    103.<o:p></o:p>

    Les disciples lui dirent : " Tes frères et ta mère sont là dehors. " Il leur a dit : " Vous et ceux qui font la volonté de mon Père, ce sont là mes frères et ma mère; ce sont eux qui entreront dans le Royaume de mon Père. "<o:p></o:p>

    104.<o:p></o:p>

    On montra à Jésus une pièce d'or et on lui dit : " Les gens qui appartiennent à César nous demandent les taxes. " Il leur a dit : " Donnez à César ce qui est à César, donnez à Dieu ce qui est à Dieu et, ce qui est à moi, donnez-le-moi ! "<o:p></o:p>

    105.<o:p></o:p>

    " Celui qui n'a pas comme moi haï son Père et sa mère ne pourra être mon disciple, et celui qui a comme moi aimé son Père et sa mère ne pourra être mon disciple. Ma mère, en effet a [] par ce qu'en vérité elle m'a donné la vie. "<o:p></o:p>

    106.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Malheureux ces Pharisiens, parce qu'ils sont pareils à un chien qui est couché sur sa ration et qui fait ce mal de ne point manger et de ne point en laisser les restes à manger. "<o:p></o:p>

    107.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Bienheureux cet homme qui connaît à quel point les voleurs vont entrer. Qu'il veille, qu'il rassemble sa force, et qu'il ceigne ses reins avant que ceux-ci soient entrés. "<o:p></o:p>

    108.<o:p></o:p>

    Ils dirent : " Allons; prions et jeûnons aujourd'hui ! " Jésus dit : " Quel est donc le péché que j'ai commis, ou en quoi ai-je été défait ? Mais, tant que l'époux n'est pas sorti de la chambre nuptiale, jamais alors on ne jeûne, et jamais on ne prie ! "<o:p></o:p>

    109.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui connaîtra Père et mère, l'appellera-t-on : " Fils de prostituée " ? <o:p></o:p>

    110.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Lorsque vous ferez que les deux soient un vous deviendrez fils de l'Homme et si vous dites : " Montagne, déplace-toi ! "- elle se déplacera. "<o:p></o:p>

    111.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Le Royaume est pareil à un pasteur qui a cent brebis. L'une d'elles, qui est la plus grande, s'est égarée. Il a laissé les quatre-vingt-dix-neuf autres et il a cherché cette seule brebis jusqu'à ce qu'il l'ait trouvée. Après avoir pris cette peine, il a dit à la brebis : " Je t'aime plus que les quatre-vingt-dix-neuf ! " "<o:p></o:p>

    112.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui boira de ma bouche deviendra comme moi. Quant à moi, je deviendrai ce qu'il est, et ce qui est caché lui sera révélé. "<o:p></o:p>

    113.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Le Royaume est pareil à un homme qui a dans son champ un trésor caché et qui ne le sait pas. Il ne l'a pas trouvé avant de mourir, et il a laissé son champ à un fils qui ne savait pas cela. Celui-ci a pris ce champ-là, il l'a vendu, et celui qui l'a acheté est allé le labourer ; il a trouvé le trésor, et il a commencé de prêter à intérêt à ceux qu'il veut. "<o:p></o:p>

    114.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Celui qui a trouvé le monde et qui s'est fait riche, qu'il renonce au monde ! "<o:p></o:p>

    115.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Les cieux et la terre dureront devant vous, et celui qui vit du Vivant ne verra pas mourir, par ce qu'il est dit ceci : " Celui qui se tient à soi seul, le monde n'est pas digne de lui. "<o:p></o:p>

    116.<o:p></o:p>

    Jésus dit : " Malheur à cette chair qui dépend de l'âme et malheur à cette âme qui dépend de la chair ! "<o:p></o:p>

    117.<o:p></o:p>

    Ses disciples lui dirent : " Quel jour le Royaume viendra-t-il ? " " - Il ne viendra pas quand on l'attendra. On ne dira pas : " Voici il est ici ! " Ou ? " Voyez, il est là ! " Mais le Royaume du Père est répandu sur la terre et les hommes ne le voient point. "<o:p></o:p>

    118.<o:p></o:p>

    Simon Pierre leur dit : " Que Marie sorte de parmi nous, car les femmes ne sont pas dignes de la vie ! " Jésus dit : " Voici; moi, je l'attirerai pour que je la rende mâle afin qu'elle aussi devienne un esprit vivant pareil à vous, les mâles ! Car toute femme qui sera faite mâle entrera dans le Royaume des cieux. "                                                                                        <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Prière.<o:p></o:p>

    Dieu tout-puissant, qui, as permis à ton Apôtre Saint Thomas de douter de la résurrection de ton Fils; mieux confirmer la vérité; Accorde-nous de croire en ton Fils Jésus-Christ le moindre doute, et si parfaitement que notre foi soit toujours irrépréhensible à tes yeux. Exauce-nous, ô Seigneur, par ce même Jésus-Christ, à qui, comme à toi et au Saint-Esprit, soient tout honneur et toute gloire, maintenant et à jamais. Amen     <o:p></o:p>

     Les reliques de Saint Thomas.                                                           <o:p></o:p>

    La grande cathédrale d’Ortona mérite une mention spéciale et à ’orgueil et le privilège de conserver les ossements de Saint Thomas l’Apôtre, amenés le 6 septembre 1258 comme butin de guerre conquis par le Capitaine Leone des Acciaoli durant l’action du pillage de l’île de Schio. La ville d’Ortona dédie deux fêtes à l’Apôtre: le 6 septembre et l’autre plus grande, Le Pardon, qui a lieu le premier dimanche du mai avec le privilège de l’indulgence plénière. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire
  •  

    Saint Jude (Thadée) <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Jude est le même que Judas de Jacques. (aussi appelé Thaddée (Mt. 10, 3: Mc, 3, 18) ou Lebbée ) <o:p></o:p>

    Jude" veut dire  "donneur de joie "; "Thaddée" veut dire "le grand Cœur."<o:p></o:p>

    Saint Jude était le fils de Marie et Clopas, aussi appelé Alphée. Il est le frère de saint Jacques le Mineur. Ils sont considérés comme des ‘cousins’ de Jésus car la Vierge Marie était une jeune sœur de Marie Clopas.                            <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Jn. 19:25.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    25 Près de la croix de Jésus, se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme  de Clopas, et Marie de Magdala.<o:p></o:p>

    Eusèbe a cité Hegesippe (Hist. eccl., 3, 19, 20, 22) qui a dit que Jude était le frère de Jésus et que deux de ses petits fils avaient vécu jusqu’au règne de Trajan.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Fête.<o:p></o:p>

    28 octobre. Jude et Simon. <o:p></o:p>

    Ces deux Apôtres ont leur fête le même jour par ce qu'ils ont travaillé ensemble à la conversion des Gentils.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Profil. <o:p></o:p>

    On a dit qu’il ressemblait à Jésus.<o:p></o:p>

    Connu comme exorciste. Il a prêché en Syrie, Mésopotamie,  et en Perse.<o:p></o:p>

    Martyr. <o:p></o:p>

    Martyrisé en  Perse, battu à mort par une massue. Puis décapité. <o:p></o:p>

    Patronages. <o:p></o:p>

    Situations désespérées, causes perdues, travailleurs d’hôpitaux, hôpitaux.. <o:p></o:p>

    Représentation <o:p></o:p>

    Homme barbu tenant un aviron. Homme barbu tenant une massue.  Homme barbu tenant un livre.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Jude dans la Bible. <o:p></o:p>

    Jude demande à Jésus à qui il se fera connaître.   <o:p></o:p>

    Jean 15 : 21-29.<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

     Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

     Jude, non pas l'Iscariote, lui dit: Seigneur, d'où vient que tu te feras connaître à nous, et non au monde? <o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

     Jésus lui répondit: Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

     Celui qui ne m'aime pas ne garde point mes paroles Et la parole que vous entendez n'est pas de moi, mais du Père qui m'a envoyé<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

     Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous<o:p></o:p>

    26<o:p></o:p>

     Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit<o:p></o:p>

    27<o:p></o:p>

     Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix Je ne vous donne pas comme le monde donne Que votre cœur ne se trouble point, et ne s'alarme point<o:p></o:p>

    28<o:p></o:p>

     Vous avez entendu que je vous ai dit: Je m'en vais, et je reviens vers vous. Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père; car le Père est plus grand que moi<o:p></o:p>

    29<o:p></o:p>

     Et maintenant je vous ai dit ces choses avant qu'elles arrivent, afin que, lorsqu'elles arriveront, vous croyiez<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Epître de saint Jude.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Jude, serviteur de Jésus Christ, frère de Jacques, à ceux qui sont appelés, qui sont aimés de Dieu le Père et gardés pour Jésus Christ.<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Mes amis, alors que je désirais vivement vous écrire au sujet du salut qui nous concerne tous, je me suis vu forcé de le faire afin de vous encourager à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints définitivement.<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    Car il s'est infiltré parmi vous des individus dont la condamnation est depuis longtemps inscrite à l'avance, impies qui travestissent en débauche la grâce de notre Dieu et qui renient notre seul Maître et Seigneur Jésus Christ.<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Je veux vous rappeler, bien que vous sachiez tout définitivement, que le Seigneur, après avoir sauvé son peuple du pays d'Égypte, a fait périr ensuite ceux qui s'étaient montrés incrédules.<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    Les anges qui n'avaient pas gardé leur rang mais qui avaient abandonné leur demeure, il les garde éternellement enchaînés dans les ténèbres pour le jugement du grand Jour.<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    Quant à Sodome et Gomorrhe et aux villes d'alentour qui s'étaient livrées de semblable manière à la prostitution et avaient couru après des êtres d'une autre nature, elles gisent comme un exemple sous le châtiment du feu éternel.<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    C'est de la même façon que ces gens-là, dans leur délire, souillent la chair, méprisent la Souveraineté, insulte les Gloires.<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    Pourtant même l'archange Michael, alors qu'il contestait avec le diable et disputait au sujet du corps de Moïse, n'osa pas porter contre lui un jugement insultant, mais il dit : " Que le Seigneur te châtie ! "<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    Mais ces gens-là, ce qu'ils ne connaissent pas, ils l'insultent ; et ce qu'ils savent à la manière instinctive et stupide des bêtes, cela ne sert qu'à les perdre.<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Malheur à eux, par ce qu'ils ont suivi le chemin de Caïn ; pour un salaire ils se sont abandonnés aux égarements de Balaam et ils ont péri dans la révolte de Coré.<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    Ce sont bien eux qui souillent vos repas fraternels, lorsqu'ils font bombance et se gavent sans pudeur : nuages sans eau emportés par les vents ; arbres de fin d'automne, sans fruits, deux fois morts, déracinés ;<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    flots sauvages de la mer crachant l'écume de leur propre honte ; Astres errants réservés pour l'éternité à l'épaisseur des ténèbres.<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    C'est sur eux aussi qu'a prophétisé Hénoch, le septième depuis Adam, en disant : Voici que vient le Seigneur avec ses saintes milices<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    pour exercer le jugement universel et convaincre tous les impies de toutes leurs impiétés criminelles et de toutes les insolentes paroles que les pécheurs impies ont proférées contre lui.<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    Ce sont bien eux ! Des gens de hargne et de rogne, qui sont menés par leurs passions ; leur bouche profère des énormités et ils ne considèrent les personnes qu'en fonction de leur intérêt.<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Quand à vous, mes amis, souvenez-vous des paroles que vous ont dites à l'avance les apôtres de notre Seigneur Jésus Christ.<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    Ils vous disaient : " A la fin des temps il y aura des railleurs qui seront menés par leurs passions impies. "<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    Ce sont bien eux ! Ils introduisent des divisions, ils ont des pensées terrestres, ils ne possèdent pas l'Esprit.<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    Mais vous, mes amis, construisez-vous sur la base de votre foi très sainte ; priez dans l'Esprit Saint ;<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    Maintenez-vous dans l'amour de Dieu ; placez votre attente dans la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle.<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    Ceux qui hésitent, prenez-les en pitié ;<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    Sauvez-les en les arrachant du feu ; pour les autres, prenez-les en pitié, mais avec crainte, haïssant jusqu'à la tunique souillée par leur chair.<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

    A celui qui peut vous garder de toute chute et vous faire tenir sans tache devant sa gloire dans l'allégresse,<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

    au Dieu unique notre Sauveur par Jésus Christ notre Seigneur, gloire, grandeur, puissance et autorité, avant tous les temps, maintenant et à jamais. Amen.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Commentaires sur l’épître de Jude.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Introduction. <o:p></o:p>

    Bien que plusieurs Jude soient mentionnés dans le Nouveau Testament, l’auteur de cette lettre ne peut être que l' un des frères du Seigneur Jésus-Christ cité en Matthieu 13.55.<o:p></o:p>

    Selon Paul dans sa 1e épître aux Corinthiens 9.5, Jude fût certainement un prédicateur itinérant voir un missionnaire probablement marié. <o:p></o:p>

    La rédaction de son épître peut se situer aux alentour de l' an 68. <o:p></o:p>

    Elle fût certainement adressée à des communautés d' Asie Mineure où il y avait de nombreux juifs convertis. D'autres auteurs pensent qu' elle était adressée à des églises païennes. Cette épître fût controversée, notamment par les Pères de l' Eglise, en raison de ses références aux apocryphes juifs, et elle ne rentra dans les Canons que tardivement. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Introduction et salutations. <o:p></o:p>

    Jude se présente comme étant le serviteur en grec littéralement l' esclave (doulos) de Jésus-Christ et frère de Jacques sans se prévaloir de ses liens de parenté avec notre Seigneur et le chef de l' église de Jérusalem.
     <o:p></o:p>

    But et thème de l’épître. <o:p></o:p>

    L’apôtre a écrit cet épître pour dénoncer les influences corruptives . Il fait références aux traditions juives et exorte les fidèles de se contenter de la Foi donnée par les Saints. <o:p></o:p>

     ‘Les circonstances qui ont fait que le Saint-Esprit a poussé précipitamment Jude a changé de direction dans la rédaction de sa lettre qu’il écrivait à ces frères bien-aimés, lisez le verset 3, est sans conteste l' hérésie qui s' était introduite dans ces communautés par certains hommes propageant de fausses doctrines probablement entachées d' antinomisme, entre autre...’ <o:p></o:p>

    Satan singe Dieu quoi de plus évident que ces émissaires fassent de même.
    Nous avons une description, un portrait de ces hommes charnels, psychique n'ayant pas l'Esprit aux versets 8, 12, 13, 16 et 19. <o:p></o:p>

    Sur ce qu'ils savent déjà, Jude avertit ces lecteurs par un triple exemple du passé à savoir :
    - celui des Israélites frappés pour leur incrédulité, bien que sauvés par Dieu des mains de l'oppresseur égyptien Dieu parlant à Moïse lui dira "Jusqu'à quand ce peuple me méprisera t'il ? Jusqu'à quand ne croira t'il pas en moi, malgré les prodiges que j'ai fait au milieu de lui ?"
    Sur les quelques 600 000 hommes mentionnés dans le livre des Nombres, tous périrent dans le désert à l'exception de quelques-uns . <o:p></o:p>

    Incrédulité, désobéissance, révolte, débauche, mépris de la Grâce de Dieu, voilà ce qui caractérisait ces exemples et ceux que cite Jude au verset 8.
    Ces hommes souillaient pareillement leur chair et combien nous savons que la chair a des désirs contraires à ceux de l' Esprit nous dit la Bible.
    En citant l'exemple de l'archange Michel, Jude insiste sur le caractère des hommes blasphémant sans connaître ce qui se rapporte à la gloire divine, parlant de choses terrestres qu'ils connaissent fort bien ignorant les spirituelles, si entendant pour ce qu'ils connaissent comme des brutes, mais étrangers à la vraie vie de Dieu, en un mot des hommes religieux.
    Leur jugement sera tout aussi irrémédiable que celui de cet autre triple exemple d’hommes que nous décrit Jude au verset 11. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Exhortations fraternelles.<o:p></o:p>

    Mais Jude face à ces attaques de l'ennemi, encourage ses frères bien-aimés à s'édifier sur leur très sainte foi, et quelle foi mes amis !
     <o:p></o:p>

    ‘Jude termine sa lettre par une remarquable doxologie, à celui qui peut nous préserver de toute chute et nous faire paraître devant Sa Gloire irréprochable et dans l’allégresse. <o:p></o:p>

    Ce devrait être une joie pour tous, cette attente heureuse de paraître devant notre Sauveur et toute la gloire lui revenant, n'est-il pas majesté , force et puissance depuis l'éternité ? <o:p></o:p>

    Dans l'application pratique quand n'est-il pour nous aujourd'hui ?’<o:p></o:p>

    Ne devons nous pas nous aussi nous en tenir à notre très sainte foi, celle qui a été transmise aux saints une fois pour toute et que la Bible nous rapporte ? Billaux.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Un sanctuaire daté de 1929, dédié à saint Jude se trouve au sud de Chicago dans une paroisse mexicaine. A Santiago, Chili, l’Ordre des Clarisses a aussi un sanctuaire de saint Jude " le patron des causes perdues. "<o:p></o:p>

     Un autre sanctuaire de saint Jude se trouve à Baltimore, Maryland. L’intercession de saint Jude pour des pèlerins a été jusqu’au miracle.<o:p></o:p>

      <o:p></o:p>

    Prières.
    1. Que le Sacré Cœur de Jésus, soit adoré et glorifié partout dans le monde, maintenant et toujours.  Sacré Cœur de Jésus, je t’en prie, prie pour nous ? Saint Jude, faiseur de miracles, je t’en supplie, prie pour moi. Saint Jude, aide des sans espoirs, je t’en supplie, prie pour moi. Amen.   <o:p></o:p>


    2."O très saint apôtre, saint Jude, fidèle serviteur et ami de Jésus, tu es honoré est invoqué dans le monde comme le patron des causes perdues, des sans espoirs. Prie pour moi, car je suis seul et sans espoir. Viens rapidement à mon aide. Viens a cette heure ou j’ai tant besoin d’être consolé et de recevoir l’aide du ciel dans mes nécessités et mes souffrances. Particulièrement dans le cas présent…’ le décrire)……… . Je louerai toujours Dieu avec toi. 
    "Je te promets, O bienheureux St. Jude, d’être toujours conscient de cette grande faveur de toujours t’honorer et promets bienheureux Jude de te considérer  comme mon puissent patron et d’encourager les dévotions à ton égard. Amen.<o:p></o:p>


    3. Prière pour les malades
    "St. Jude, tu as été témoins des guérisons de Jésus Christ, Tu as vu sa compassion pour les malades et les mourants. Tu as partagé la douleurs des endeuillés et encouragé les désespérés. Tu as reçu le pouvoir de faire des miracles, de guérir les incurables et de leur rendre la santé. Nous te demandons d’intercéder auprès de Jésus, en notre faveur pour nous obtenir la guérison. Amen.

    4."St. Jude, tu est resté fidèle à Jésus, même après la mort. Tu as donné ta vie pour que d’autres vivent. Tu as enduré la souffrance et l’abandon émotionnel. Tu as joyeusement joint tes souffrances à celle de Notre Seigneur. Tu as partagé la rédemption du monde t’intercéder avec Jésus en ma faveur pour que moi aussi je puisse avoir la force de souffrir. Aide moi a avoir confiance en Dieu et de mettre ma vie dans ses mains. <o:p></o:p>

    Dieu qui nous as conduits à la connaissance de ton nom par la prédication des Apôtres. Fais qu'à la prière des saints Simon et Jude, ton Église ne cesse de grandir en accueillant toujours de nouveaux croyants.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La tradition basée sur les apocryphes de la Passion de Simon et Jude veut qu’après avoir prêché en Egypte Simon est allé rejoindre Jude, et ils été ensemble en mission en Perse. Le légende décrit le martyr des deux saints apôtres en Perse à Sufian (Siani). <o:p></o:p>

    Jude a aussi prêché en  Mésopotamie et Syrie.<o:p></o:p>

    Au 8e siècle; ses reliques auraient été transférées à St Pierre de Rome. A Saint Pierre de Rome, il se trouve un autel à gauche de l’église où se trouvent les reliques de saint Jude. On y expose le Saint Sacrement et la messe y est célébré. Les amis de saint Jude et les Associations de dévotion à saint Jude viennent en pèlerinage tous les ans. <o:p></o:p>

    Il y aurait quelques reliques à Reims et à Toulouse. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Des apocryphes.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Passion de Simon et Jude<o:p></o:p>

     « Les choses extraordinaires que Dieu opéra par leurs mains les firent traiter avec respect par le roi de ce pays, qui leur laissa la liberté de prêcher leur doctrine si sainte et si nouvelle. Un fait vint ajouter à leur prestige: Deux tigres, échappés de leur cage, étaient la terreur du pays. Au nom de Jésus-Christ, les Apôtres commandèrent à ces bêtes féroces de les suivre, et ils les emmenèrent dans leur maison. Le roi, toute sa cour et plus de soixante mille Perses se firent chrétiens. Des églises s'élevèrent sur les ruines des temples des idoles; le triomphe du Christ était complet.<o:p></o:p>

    Mais l'ennemi des âmes déchaîna toute sa fureur pour arrêter les progrès de l'Évangile. Simon et Jude étant allés annoncer Jésus-Christ en d'autres villes, les païens voulurent les contraindre à sacrifier au soleil, qu'ils adoraient comme un dieu:
    "Mon frère, dit alors Jude à Simon, je vois le Seigneur qui nous appelle.
    – Et moi, reprit Simon, j'ai vu aussi Jésus-Christ entouré de Ses Anges, et un des Anges m'a dit: "Je vous ferai sortir du temple et je ferai crouler sur eux tout l'édifice.
    – Qu'il n'en soit pas ainsi!  ai-je répondu, peut-être quelques-uns se convertiront-ils!" <o:p></o:p>

    Et voici qu'en ce moment un Ange leur dit à tous les deux: "Que choisissez-vous, ou la mort pour vous, ou l'extermination de ce peuple impie?
    – Miséricorde pour ce peuple! Crièrent les deux Apôtres. Que le martyr soit notre partage!"
    Cependant les prêtres des dieux les exhortaient à sacrifier: "Le soleil, dit Simon, n'est que le serviteur de Dieu; ce sont les démons qui résident en vos idoles; je leur ordonne de sortir." Et les démons, sous une forme horrible, sortirent des statues brisées. Alors le peuple se jeta sur les deux Apôtres et les massacra, pendant qu'ils bénissaient Dieu et priaient pour leurs bourreaux. »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

                                                   <o:p></o:p>

                                                    <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1026" style="margin-top: 0px; z-index: 1; margin-left: 0px; width: 103.5pt; position: absolute; height: 27.75pt;" coordsize="2070,555"><v:rect id="_x0000_s1027" style="width: 2025px; position: absolute; height: 525px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1028" style="width: 2070px; position: absolute; top: 30px; height: 525px;" filled="f" stroked="f" href="index.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shapetype id="_x0000_t75" coordsize="21600,21600" filled="f" stroked="f" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe"><v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"></v:path><o:lock v:ext="edit" aspectratio="t"></o:lock></v:shapetype><v:shape id="_x0000_i1025" style="width: 103.5pt; height: 27.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1029" style="margin-top: 0px; z-index: 2; margin-left: 0px; width: 103.5pt; position: absolute; height: 26.25pt;" coordsize="2070,525"><v:rect id="_x0000_s1030" style="width: 2025px; position: absolute; height: 525px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1031" style="width: 2070px; position: absolute; top: 60px; height: 465px;" filled="f" stroked="f" href="page2.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shape id="_x0000_i1026" style="width: 103.5pt; height: 26.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1032" style="margin-top: 0px; z-index: 3; margin-left: 0px; width: 103.5pt; position: absolute; height: 25.5pt;" coordsize="2070,510"><v:rect id="_x0000_s1033" style="width: 2025px; position: absolute; height: 510px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1034" style="left: 195px; width: 1800px; position: absolute; top: 45px; height: 420px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1035" style="width: 2070px; position: absolute; top: 30px; height: 480px;" filled="f" stroked="f" href="page3.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shape id="_x0000_i1027" style="width: 103.5pt; height: 25.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1036" style="margin-top: 0px; z-index: 4; margin-left: 0px; width: 103.5pt; position: absolute; height: 26.25pt;" coordsize="2070,525"><v:rect id="_x0000_s1037" style="width: 2025px; position: absolute; height: 525px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1038" style="width: 2070px; position: absolute; top: 30px; height: 495px;" filled="f" stroked="f" href="page5.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shape id="_x0000_i1028" style="width: 103.5pt; height: 26.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1039" style="margin-top: 0px; z-index: 5; margin-left: 0px; width: 103.5pt; position: absolute; height: 25.5pt;" coordsize="2070,510"><v:rect id="_x0000_s1040" style="width: 2025px; position: absolute; height: 510px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1041" style="width: 2070px; position: absolute; top: 15px; height: 495px;" filled="f" stroked="f" href="page6.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shape id="_x0000_i1029" style="width: 103.5pt; height: 25.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1042" style="margin-top: 0px; z-index: 6; margin-left: 0px; width: 103.5pt; position: absolute; height: 26.25pt;" coordsize="2070,525"><v:rect id="_x0000_s1043" style="width: 2025px; position: absolute; height: 525px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1044" style="width: 2070px; position: absolute; top: 30px; height: 495px;" filled="f" stroked="f" href="page10.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shape id="_x0000_i1030" style="width: 103.5pt; height: 26.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1045" style="margin-top: 0px; z-index: 7; margin-left: 0px; width: 103.5pt; position: absolute; height: 26.25pt;" coordsize="2070,525"><v:rect id="_x0000_s1046" style="width: 2025px; position: absolute; height: 525px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1047" style="width: 2070px; position: absolute; top: 30px; height: 495px;" filled="f" stroked="f" href="page8.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shape id="_x0000_i1031" style="width: 103.5pt; height: 26.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1048" style="margin-top: 0px; z-index: 8; margin-left: 0px; width: 103.5pt; position: absolute; height: 26.25pt;" coordsize="2070,525"><v:rect id="_x0000_s1049" style="width: 2025px; position: absolute; height: 525px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1050" style="width: 2070px; position: absolute; top: 30px; height: 495px;" filled="f" stroked="f" href="page9.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shape id="_x0000_i1032" style="width: 103.5pt; height: 26.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

      <v:group id="_x0000_s1051" style="margin-top: 0px; z-index: 9; margin-left: 0px; width: 105.75pt; position: absolute; height: 26.25pt;" coordsize="2115,525"><v:rect id="_x0000_s1052" style="width: 2025px; position: absolute; height: 525px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1053" style="width: 2070px; position: absolute; top: 30px; height: 495px;" filled="f" stroked="f" href="page23.html" o:button="t"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><v:rect id="_x0000_s1054" style="left: 1440px; width: 675px; position: absolute; top: 165px; height: 255px;" filled="f" stroked="f"><v:fill o:detectmouseclick="t"></v:fill></v:rect><w:anchorlock></w:anchorlock></v:group><v:shape id="_x0000_i1033" style="width: 106pt; height: 26.5pt;" type="#_x0000_t75"></v:shape>                                               <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

                                             <o:p></o:p>

      <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

                                                                                   <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

                                                                                     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire
  • La statue de Saint Joseph, en porcelaine  appartement à la famille Félix a été dans la crèche de Noël pendant plus de 60 ans. Placée plus tard dans la grotte familiale de Quatre Bornes , elle s’est brisée pendant notre voyage en France, en 2006. Il ne nouis reste que cette image.

     

    Saint Joseph, priez pour nous; guérissez -nous, protégez nos enfants, nos petits enfants et nos arrières petits enfants. Faites que nos parents et amis qui ne suivent plus leur religion, retrouvent la Foi. 

     

    Saint Joseph. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Edité par Sténio Félix. <o:p></o:p>

                                              <o:p></o:p>

    Ce livre rend hommage au « plus grand saint après Marie. » Joseph c’est la discipline, la simplicité, l’humilité et surtout la fidélité et l’efficacité silencieuse. C’est étrange qu’il existe peu  de grandes cathédrales, de Basiliques, et de grandes églises dédiées à saint Joseph. Cependant dans la plupart des églises, même les plus modestes,  on trouve une statue du grand saint. L’evangile ne dit que quelques mots de Joseph, époux de Marie et père nourricier de Jésus ; il n’en cite aucune parole. Mais il souligne : Joseph est « un homme juste » (Mt 1 :19)<o:p></o:p>

    C’est à Joseph qu’est dévolu le rôle d’avoir par choix de Dieu, la garde et la protection du plus précieux trésor de l’humanité : Jésus, le Rédempteur, et la Bienheureuse Marie, sa très sainte Mère. « Ne crains pas, Joseph, fils de David, de prendre avec toi, Marie, ton épouse. Ce qui a été engendré en elle est l'ouvrage du Saint-Esprit. »  <o:p></o:p>

    « Ces grâces, ces prérogatives spirituelles de saint Joseph sont grandes, éminentes, certaines, et exclusivement siennes, qu’elles n’ont pas été données à n’importe quel autre Saint. »
    Educateur de Jésus, il est donc naturel que les chrétiens croient qu’il connaît encore le chemin du Cœur de son fils adoptif et peut intervenir en faveur de ceux qui sollicitent son aide. Sainte Thérèse d'Avila l’a souligné: « Il me semble que Dieu accorde aux autres saints la grâce de nous secourir dans tel ou tel besoin, mais je sais par expérience que saint Joseph nous secourt en tout. Il paraît donc que Dieu souhaite que nous comprenions que comme Il était obéissant à Joseph quand Il était sur terre, maintenant dans Ciel, Dieu accorde tout ce que  Joseph demande.   <o:p></o:p>

    D'autres personnes, sur mon conseil, se sont  tournées vers saint Joseph et ils ont eu la même expérience; et maintenant il y a beaucoup de gens qui l'honorent et continuent à découvrir que ce que j'ai dit est vrai. »    <o:p></o:p>

    "Jésus a tellement de charité qu’il ne peut refuser les prières de Joseph » disait saint Bernard.                                                <o:p></o:p>

    J’ai proposé une chronologie de saint Joseph, de sa naissance à notre temps. On trouvera aussi des traductions des messages de grands visionnaires, sainte Thérèse d’Avila, Marie d’Agreda, sainte Brigitte. J’ai inclus des traductions des  apocryphes concernant Joseph, notamment le  Protévangile de Jacques, Histoire de Joseph le Charpentier et l’Evangile de Thomas, qui datent du 2e siècle, comme étant des textes historiques sans  vouloir aucunement les accepter comme étant véridiques. <o:p></o:p>

    J’ai inclus également des traductions des deux encycliques sur saint Joseph. Encyclique Quanquam Pluries, du pape Léon XIII. 1889. Encyclique  Redemptoris Custor, du pape Jean Paul II. 1989. <o:p></o:p>

    De nombreux livres paraissent depuis quelques années, sur saint Joseph. La dévotion à ce grand saint ne cesse donc de s’accroître.  Allez à Joseph !   <o:p></o:p>

     « Que vous êtes chéri de Dieu, puisqu'il vous confie ces trois grands dépôts : la virginité de Marie, la Personne de Son fils unique, le secret de tout son mystère. » <o:p></o:p>

    Bossuet, Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le nom Joseph vient de l'hébreu yosseph, 'Dieu ajoutera'.<o:p></o:p>

    Deux autres noms ont été attribués à Joseph de l’Ancien Testament, "Tsaphnath-Paaneah" et "Abrek!" <o:p></o:p>

    Le pape Léon III, dans l’encyclique de 1889 sur Joseph de Nazareth avait indiqué que le Joseph de l’Ancien Testament préfigurait le Joseph du Nouveau Testament,<o:p></o:p>

    "Tsaphnath-Paaneah": "Révélateur des choses cachées" et "Sauveur de notre âge." "Abrek!": "Père du Roi," Serviteur de la maison Royale"
    Tout ce que l’on connaît de saint Joseph, l’époux de la Sainte Vierge nous vient des Evangiles.<o:p></o:p>

    Saint Marc n'en dit rien du tout, saint Jean ne le cite que deux fois. (Jn 1,45 ; 6,42) Il est vrai que ces deux évangélistes commencent leur récit (après un prologue) au début de la vie publique de Jésus. Dans Matthieu, on trouve 25 citations de dans saint Luc, 17 mentions de saint Joseph. <o:p></o:p>

    Malgré son humble occupation, St. Joseph descendait de David. (Matthieu 1: 1-16 et Luc. 3 : 23-38)<o:p></o:p>

    L’Ange qui lui a annoncé la venue de Jésus l’a appelé "Fils de David,"<o:p></o:p>

    Joseph était un Juif pieux, un charpentier de métier, un travailleur manuel. "N’est t-il pas le fils du charpentier?" (Matthieu 13:55) Les Évangiles utilisent le mot grec Tekton qui veut dire " l'entrepreneur "  Il a été suggéré qu'il a pu être maçon ou un ouvrier en métaux, ou un entrepreneur en bâtiment. Les écrits de Martyr Justin qui est né en Palestine 100, qui révèle qu'il a vu des charrues et des attelles encore en usage lesquels ont été fabriqués  dan un atelier de  charpentier à Nazareth. <o:p></o:p>

    Jésus a confié Marie au soin de Joseph, et on croit généralement que Joseph est mort d'une mort naturelle après la visite à Jérusalem quand Jésus avait douze ans, (Luc 2:41-51), mais avant le Baptême de Jésus, quand Il avait  trente ans. L'influence de Joseph pendant ces années sont considérables. Quand Jésus a parlé de Dieu comme étant un Père affectueux, il utilisait le mot qu'il avait appris comme un enfant pour désigner Joseph en premier. Joseph est  comme un témoignage de valeur de l'homme simple, et surtout de " la paternité ".<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Joseph était toujours obéissant toujours aux désirs de Dieu. Quand l’ange lui apprit la vérité, il accepta sans hésitation à prendre la Sainte Vierge avec lui comme sa femme. Plus tard, quand il apprit par l’Ange que sa famille était en danger il abandonna tous ses biens pour s’enfuir dans un pays étranger. Il demeura  patiemment en Egypte avec la Sainte Vierge et Jésus jusqu’au jour où l’Ange lui ordonna de revenir, tout danger ayant été écarté. (Matthieu 2:13-23) <o:p></o:p>

    Saint Joseph aimait Jésus et craignant pour sa sécurité, il alla s’établir dans un petit village à Nazareth. Quand Jésus s’attarda au Temple il devait partager l’anxiété de la Sainte Vierge en le cherchant pendant trois jours.. (Lc 2:48) <o:p></o:p>

    Saint Joseph considérait Jésus comme son propre fils. Les habitants de Nazareth disaient de Jésus "N’est-il pas le fils de Joseph?" (Lc 4:22) <o:p></o:p>

    Saint Joseph suivait sa religion et se rendait chaque année pour la Pâque à Jérusalem.<o:p></o:p>

    Joseph est le patron des mourants car, quand il est mort la Sainte Vierge et Jésus étaient à ses côtés. Une situation unique et privilégiée pour un homme. <o:p></o:p>

    Joseph est aussi le patron de l’Eglise universelle, des pères, des charpentiers et de la justice sociale.<o:p></o:p>

    On célèbre deux fêtes pour saint Joseph. Le 19 mars pour l’époux de la Vierge Marie, et le 1er mai pour Joseph le travailleur. <o:p></o:p>

    Les premières traces de dévotions à St Joseph viennent de l’Orient. Nicephore Calliste dit que dans la basilique construite par Sainte Hélène  il y avait un grand oratoire en honneur de St Joseph.  En Occident le nom de Joseph (Nutritor Domini) est inscrit dans les martyrologues du 9e et 10e siècles et une église  a été dédié en son honneur à Bologne en 1129. La dévotion d’abord restreinte, prendra de l’essor  depuis Saint Bernard, St Thomas d’Aquin, Sainte Gertrude et sainte Brigitte de Suède. La fête est élevée au rang de double rite par Innocent VIII (1484-92), en  1621, une fête d’obligation sur la demande de Ferdinand III,  Léopold I et le roi Charles II d’Espagne. Fête double de deuxième classe par le pape Clément XI. (1700-21) Bénédicte XIII, en 1726, a introduit le nom de Joseph dans la litanie des Saints.  <o:p></o:p>

    Pie IX étendit à toute l’Eglise la Fête du patronage. Et en décembre 1870, déclara Joseph patron de l’Eglise. Et sa fête devient une double de première classe. (1847) Pie X  a approuvé le 18 mars 1909, une litanie en honneur de saint Joseph. Il est également fêté le 1er mai, jour de la fête du travail, suite à une décision de Pie XII prise en 1955.<o:p></o:p>

    On ne connaît rien d’autre à propos de ce saint homme sauf qu’il est considéré dans l’Evangile comme un "homme juste." (Mt 1:18) <o:p></o:p>

    Joseph était plein d’attention pour sa famille. Quand il apprit que la Sainte Vierge attendait un enfant et qu’il ignorait encore qu’elle allait mettre au monde le Fils de Dieu il offrit le divorce selon la loi. Il voulait prévenir des souffrances à la Sainte Vierge et songeait à sa sécurité, car les femmes accusées d’adultère pouvaient être condamnées au lynchage. (Matthieu 1:19-25) <o:p></o:p>

    Les évangiles nous montrent Joseph dans plusieurs épisodes importants du Nouveau Testament : la Fuite en Egypte, la visite des Rois Mages, la Présentation au Temple, etc.<o:p></o:p>

    Les évangiles apocryphes (Protévangile de Jacques et Histoire de Joseph le Charpentier) nous racontent un épisode intéressant : lorsqu'il s'agit de trouver un époux à Marie, les prétendants se présentent et Joseph est choisi car son bâton de marche est le seul à fleurir. C'est ainsi qu'il est représenté sur le tympan du portail de Notre-Dame de Paris. <o:p></o:p>

    Joseph est vénéré en Orient à partir du IVe siècle, mais il faut attendre Thérèse d'Avila pour que son culte se répande en Occident. Le Mexique l'adopte comme patron en 1555 à cause de l'influence des jésuites. Il deviendra également le patron du Canada en 1624.<o:p></o:p>

    Représentation du saint.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le Moyen Age ne représente Joseph que dans les scènes familiales classiques. Il est parfois représenté en vêtements sacerdotaux lorsqu'il assiste à la circoncision de Jésus. <o:p></o:p>

    Aux XIIIe et XIVe siècles, Joseph est barbu, âgé et coiffé d'un chapeau pointu. <o:p></o:p>

    La fin du Moyen Age met souvent en scène le mariage de Joseph et Marie. <o:p></o:p>

    A partir de Thérèse d'Avila (XVIe), Joseph est représenté avec Jésus enfant et tenant un lis à la main. La représentation la plus classique le montre en artisan, tenant une cognée de la main gauche et la main de Jésus de la main droite.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Attributs du saint. <o:p></o:p>

    Bâton de pèlerin (parfois feuillu ou fleuri), bâton surmonté d'une croix, scie (scie "Saint-Joseph)" et autres outils de charpentier, lis (symbole de chasteté) lorsqu'il est représenté avec Jésus enfant. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La Mission de saint Joseph. <o:p></o:p>

    Voici le serviteur fidèle et prudent, que le Seigneur a établi sur sa famille. Lc 12, 42<o:p></o:p>

    St. Joseph est l’homme choisi entre tous, pour tenir lieu de père à l’Enfant Jésus et d’époux à la Vierge Immaculée. Cette mission incomparable, renferme tous les titres de sa grandeur. Saint Joseph a concouru à la réalisation du plan de la Providence, en cachant à l’ennemi du genre humain le secret de l’Incarnation du Fils de Dieu.  <o:p></o:p>

    Grâce au mariage légal que Joseph a contracté avec Marie, l'antique serpent n'a pas connu l'accomplissement de la prédiction du prophète Isaïe: «Une vierge concevra et enfantera un fils qui s'appellera Dieu avec nous, Emmanuel.» Cette vocation ne ressemble à aucune autre; elle fait de saint Joseph un homme à part. Il a veillé sur l'Enfant et la Mère; il les a soustraits à tous les périls, les a guidés sur la terre étrangère et les a ramenés en Israël. Dépositaire de la confiance de Dieu, il est l'ange visible de la Sainte Famille. Combien doit être puissant devant le trône de grâce le serviteur fidèle auquel Dieu a donné en garde les trésors du ciel et de la terre!<o:p></o:p>

    La mission angélique que saint Joseph a remplie à l'égard de la Sainte Famille se perpétue dans l'Église ; Car les vocations de Dieu sont irrévocables; et ce que les Saints ont été sur la terre, ils le seront éternellement au ciel. Toujours Joseph sera le mandataire de Dieu, l'instrument de la Providence. Il veille sur les enfants de l'Église comme il a veillé sur le berceau de Bethléem ; Il les préserve des embûches de l'ennemi, pourvoit à leurs besoins spirituels et temporels, console les douleurs de l'exil et ramène les pèlerins de ce monde dans la céleste patrie. Saint Joseph est surtout le modèle et le guide des âmes intérieures. Adressons-nous à lui pour demander l'amour d'une vie cachée, la science de la prière et du culte de Dieu. Ce serait peu d'honorer saint Joseph par nos fervents hommages, si nous ne cherchions pas à mériter sa paternelle protection.<o:p></o:p>

    Dans la tradition chrétienne, Joseph est l'époux de Marie, celle qui devint la mère de Jésus. Les deux jeunes gens étaient fiancés quand un ange - un messager de Dieu - apparut un jour à Marie pour lui annoncer qu'elle était choisie pour une vocation très spéciale: Mettre au monde un enfant qui serait Fils de Dieu. Ce qui se réalisa neuf mois plus tard. Joseph devint donc, à la naissance de Jésus, son père nourricier, son premier éducateur, son maître de vie. Il fut le gardien de la Sainte Famille.
    On connaît son attachement et sa fidélité à Marie: il vécut avec sa jeune épouse en acceptant le mystère de la conception et de la naissance de l'enfant; il manifesta sa responsabilité envers Jésus et sa mère en les amenant avec lui en Égypte pour les protéger contre la fureur meurtrière du roi Hérode, alors roi des Juifs, assujettis à l'empereur romain. Il s'inquiéta de la perte temporaire de son fils quand il le conduit au temple, pour la première fois, à ses douze ans. Ce sont là les quelques traits que les évangiles aient retenus de lui.
    Cette image d'humble et fidèle serviteur influence la dévotion que lui portent aujourd'hui les chrétiens par le monde. Dans plusieurs pays, des églises, des sanctuaires et des lieux de pèlerinages lui ont été consacrés. L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal est aujourd'hui le plus important de tous ces lieux de dévotion dédiés à saint Joseph dans le monde.
    On peut comprendre que le frère André, fondateur de l'Oratoire, lui-même humble, pauvre et effacé, fût attiré par la personnalité d'un saint qui, dans certaines dimensions, malgré de grandes différences, ressemblait pourtant à la sienne.<o:p></o:p>

    Joseph (fête, le 19 mars) est le père nourricier de Jésus. Initialement répandue en Orient, la dévotion à Joseph s'amplifia en Occident à partir du XIVe siècle. Joseph est le patron des menuisiers. Dans le comté de Nice, le nérion-laurier porte le nom de "fleur de saint Joseph". <o:p></o:p>

    Le frère Brochard, OMI (missionnaire Oblat), a sculpté cette statue de saint Joseph vers 1870. Il s'agit d'une des premières sculptures sur bois faite pour une église en Alberta. À l'époque, le frère Brochard vivait à l'évêché catholique de saint Joseph, était de ces homme simples sur qui Dieu a compté pour faire de grandes choses. Il a fait exactement ce que le Seigneur voulait qu'il fasse, dans  chaque événement de sa vie <o:p></o:p>

    Bien que St. Joseph descend de la royauté, ce n'était pas un titre de rang ou de richesse. Tout ce qui est connu au sujet de Joseph suggère qu'il était pauvre. Il n’était pas fortuné, car quand il emmena Jésus au Temple pour être circonscrit et à la Sainte Vierge d’être purifié, comme c’était la coutume, il offrit comme sacrifice une paire de pigeons, car il n’avait pas les moyens d’offrir un agneau. (Luc 2:24) La famille de Joseph était de  Bethléem en Judée, mais il s'était déplacé à Nazareth en Galilée pour travailler comme entrepreneur de bâtiment. Il n'y a aucune raison de penser  qu'il avait plus de 40 ans  quand il a épousé Marie qui pouvait avoir 15-20 ans. Matthieu mentionne l'annonce à Joseph de la conception de Marie, la visite des Mages, la fuite en  Egypte et le retour à Nazareth. Luc donne des détails de la naissance du Christ, la Présentation, la disparition temporaire de Jésus à Jérusalem à l'âge de douze ans. Après cet épisode de la vie de Jésus, Joseph n'est plus mentionné dans les pages de l'Évangile. Aucune mention de Joseph n'étant faite  pendant le ministère de Jésus ou sa Passion, il est présumé qu'il était déjà mort avant ces évènements.  <o:p></o:p>

    Ce qui Joseph savait de Jésus c'était un enfant sans défense, un tout petit enfant, un garçon. Nous ne savons pas pour certain ce que Joseph savait ou comprenait au sujet de la mission de l'Incarnation, mais il savait que son fils était, d'une façon ou d'une autre, le Fils de Dieu, et les promesses de ce Dieu en Israël seraient accomplies à travers Lui. Comme un Juif dévot dans la lignée du Roi David, Joseph connaissait les promesses messianiques des Prophètes, et il était au courant de la prophétie de l'ange à Marie: " Vous concevrez  un fils, et le nommer Jésus. Il sera un puissant, et sera appelé le Fils du plus Haut. Le Seigneur  Dieu lui donnera le trône de David son père, et il régnera à  jamais dans la maison de Jacob. Son royaume  n'aura pas de fin ". <o:p></o:p>

    Joseph a un rôle effacé dans les Evangiles. Seuls, Matthieu et Luc parlent du rôle de Joseph la naissance de Jésus ; Il est ensuite mentionné rarement dans Jean quand on dit de Jésus : N’est -il pas le fils de Joseph ? <o:p></o:p>

    Selon saint Epiphanie, il serait mort dans la douzième année de la vie de Jésus. Un des apocryphes, Histoire de Joseph le Charpentier consacre un long chapitre à sa mort qui serait survenue à l’âge de cent onze ans alors que le Christ avait 19 ans. C’est Dieu qui a choisi le nom de Jésus et qui a ordonné à Joseph de le nommer ainsi. Dieu avait déjà ordonné à Zaccharie d’appeler son fils Jean. C’est Joseph qui doit cependant le nommer légalement pour devenir son fils adoptif. <o:p></o:p>

    Au 2e siècle le proto évangile de Jacques et l’Evangile de Pierre soutenait que Joseph avait déjà été marié et avait eu des enfants. Les sœurs et les frères de Jésus dont parlent les évangiles seraient donc ses demi frères et ses demi sœurs. Cette thèse amène a  penser que Joseph était âgé au moment de la naissance du Christ. Le protoévangile de Jacques et d’autres apocryphes ne sont pas acceptés par l’Eglise. Saint Joseph est vénéré comme un homme non marié n’ayant épousé que la Vierge Marie. La bible ne donne aucune indication de l’âge de Joseph à sa mort.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Généalogie de saint Joseph. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Deux évangélistes, Matthieu et Luc ont donné des détails de la généalogie de Saint Joseph. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

       Matthieu 1. <o:p></o:p>

            Luc 3.<o:p></o:p>

    1. Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham. <o:p></o:p>

    23 Jésus avait environ trente ans lorsqu'il commença son ministère , étant, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d'Héli,<o:p></o:p>

    2 Abraham engendra Isaac; Isaac engendra Jacob; Jacob engendra Juda et ses frères; <o:p></o:p>

    24 fils de Matthat , fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï, fils de Joseph,<o:p></o:p>

    3 Juda engendra de Thamar Pharès et Zara; Pharès engendra Esrom; Esrom engendra Aram; <o:p></o:p>

    25 fils de Mattathias , fils d'Amos, fils de Nahum, fils d'Esli, fils de Naggaï,<o:p></o:p>

    4 Aram engendra Aminadab; Aminadab engendra Naasson; Naasson engendra Salmon; <o:p></o:p>

    26 fils de Maath , fils de Mattathias, fils de Sémeï, fils de Josech, fils de Joda,<o:p></o:p>

    5 Salmon engendra Boaz de Rahab; Boaz engendra Obed de Ruth; <o:p></o:p>

    27 fils de Joanan , fils de Rhésa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel, fils de Néri,<o:p></o:p>

    Obed engendra Isaï; Isaï engendra David. Le roi David engendra Salomon de la femme d'Urie; <o:p></o:p>

    28 fils de Melchi , fils d'Addi, fils de Kosam, fils d'Elmadam, fils D'Er,<o:p></o:p>

    7 Salomon engendra Roboam; Roboam engendra Abia; Abia engendra Asa; <o:p></o:p>

    29 fils de Jésus , fils d'Éliézer, fils de Jorim, fils de Matthat, fils de Lévi,<o:p></o:p>

    8 Asa engendra Josaphat; Josaphat engendra Joram; Joram engendra Ozias; <o:p></o:p>

    30 fils de Siméon , fils de,Juda, fils de Joseph, fils de Jonam, fils d'Éliakim<o:p></o:p>

    9 Ozias engendra Joatham; Joatham engendra Achaz; Achaz engendra Ézéchias; <o:p></o:p>

    31 fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David,<o:p></o:p>

    10 Ézéchias engendra Manassé; Manassé engendra Amon; Amon engendra Josias; <o:p></o:p>

    32 fils d'Isaï , fils de Booz, fils de Salmon, fils de Naasson,<o:p></o:p>

    11 Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone. <o:p></o:p>

    33 fils d'Aminadab, fils d'Admin, fils d'Arni, fils d'Esrom, fils de Pharès, fils de Juda,<o:p></o:p>

    12 Après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel; Salathiel engendra Zorobabel; <o:p></o:p>

    34 fils de Jacob, fils d'Isaac, fils d'Abraham, fis de Thara, fils de Nachor,<o:p></o:p>

    13 Zorobabel engendra Abiud; Abiud engendra Éliakim; Éliakim engendra Azor; <o:p></o:p>

    35 fils de Seruch, fils de Ragau, fils de Phalek, fils d'Éber, fils de Sala,<o:p></o:p>

    14 Azor engendra Sadok; Sadok engendra Achim; Achim engendra Éliud; <o:p></o:p>

    36 fils de Kaïnam, fils d'Arphaxad, fils de Sem, fils de Noé, fils de Lamech,<o:p></o:p>

    15 Éliud engendra Éléazar; Éléazar engendra Matthan; Matthan engendra Jacob; <o:p></o:p>

    37 fils de Mathusala, fils d'Énoch, fils de Jared, fils de Maléléel, fils de Kaïnan<o:p></o:p>

    16 Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ.<o:p></o:p>

    38 fils d'Énos, fils de Seth, fils d'Adam, fils de Dieu.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chez St. Luc, on trouve sept fois onze générations, chez St. Matthieu trois fois 14 générations.  <o:p></o:p>

    Matthieu 1:16:
    16 Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ.                                       <o:p></o:p>

    Luc 3:23:
    23 Jésus avait environ trente ans lorsqu'il commença son ministère, étant, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d'Héli.                                                                                        Cette apparente contradiction peur être expliquée ainsi : Dans Matthieu, il semble que la généalogie de Jésus est donnée par les descendants de la Vierge Marie. Dans Luc elle est plutôt donnée par les descendants de Joseph. Les deux généalogies ont un ancêtre commun : David. Jésus est donc un descendant de David, par sa Mère. Joseph est également un descendant de David.    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Naissance de Jésus Christ.<o:p></o:p>

    Récit des Evangélistes.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     <o:p></o:p>

    Sur la Nativité et l'enfance de Jésus.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ce que nous savons de l'enfance du Christ, nous le devons aux Evangiles selon St. Luc et selon St. Matthieu. St. Luc commence avec un récit de la naissance de St. Jean -Baptiste, car l'histoire de Jésus Christ commence avec la prédication de son précurseur. St. Luc y insère aussi les cantiques de Marie et de Zacharie<o:p></o:p>

    C’est ensuite l’Annonciation à Marie. <o:p></o:p>

    Il présente une généalogie de Jésus. Puis il parle des difficultés de Joseph à accepter la grossesse de sa fiancée. Il reçoit le message d'un ange, qui le rassure et lui donne des directives. . St. Luc écrit peu sur la  naissance de Jésus. St. Matthieu n’en parle même pas  et mentionne plutôt l'adoration des Mages. La fuite en Egypte, le massacre des enfants innocents, et le retour à Nazareth sont mentionnés. L'EVANGÉLISTE cite des prophéties de l'Ancien Testament pour établir que Jésus est vraiment le Christ.
    St. Marc et St Jean ne mentionnent nullement l'enfance de Jésus. Tous deux commencent leur récit par le témoignage de St. Jean-Baptiste.
    Le récit de Jésus à douze ans dans le temple est propre à St. Luc. L'enfant, "croissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui". <o:p></o:p>

    Au début des deux Evangiles mentionné sil est mentionné que Jésus a plus tard appris le métier de charpentier et qu'il a eu des frères et sœurs.  « Ce vide, créé par la curiosité, a été rempli par les évangiles apocryphes de  l’enfance »<o:p></o:p>

    Le Protévangile de Jacques a été condamné par l'Eglise, mais est, parmi les apocryphes, le texte le plus remarquable par ses qualités littéraires. Le deuxième texte ayant eu une certaine influence est l'Evangile de l'enfance selon Thomas qui consiste essentiellement en des histoires merveilleuses de l'enfance proprement dite. Ici, Jésus est déjà le Seigneur qui fait des miracles.
    Le livre qui a le plus marqué les idées des chrétiens est celui qu'on nomme Pseudo-Matthieu. Bien que résultat d'une rédaction assez tardive, à savoir dans le VIIIème ou IXème siècle, ce texte fut le plus répandu. Il regroupe les légendes antérieures, il les a purifiées. Il a introduit le bœuf et l'âne dans le folklore de Noël.
    C’est l'Evangile arménien qui présente les mages comme des rois, et qui les nomme Melkon, Balthazar et Gaspard.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Joseph et la Nativité dans la Bible. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Matthieu.1. <o:p></o:p>

    18. Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte, par la vertu du Saint Esprit, avant qu'ils eussent habité ensemble. <o:p></o:p>

    19 Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle. <o:p></o:p>

    20 Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l'enfant qu'elle a conçu vient du Saint Esprit; <o:p></o:p>

    21 elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. <o:p></o:p>

    22 Tout cela arriva afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: <o:p></o:p>

    23 Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. <o:p></o:p>

    24 Joseph s'étant réveillé fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme avec lui. <o:p></o:p>

    25 Mais il ne la connut point jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils, auquel il donna le  Jésus. <o:p></o:p>

    Matthieu 2.<o:p></o:p>

    1. Jésus étant né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem, <o:p></o:p>

    2 et dirent: Où est le roi des Juifs qui vient de naître? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer. <o:p></o:p>

    3 Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. <o:p></o:p>

    4 Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s'informa auprès d'eux où devait naître le Christ. <o:p></o:p>

    5 Ils lui dirent: A Bethléem en Judée; car voici ce qui a été écrit par le prophète: <o:p></o:p>

    6 Et toi, Bethléem, terre de Juda, Tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple. <o:p></o:p>

    7 Alors Hérode fit appeler en secret les mages, et s'enquit soigneusement auprès d'eux depuis combien de temps l'étoile brillait. <o:p></o:p>

    8 Puis il les envoya à Bethléem, en disant: Allez, et prenez des informations exactes sur le petit enfant; quand vous l'aurez trouvé, faites le moi savoir, afin que j'aille aussi moi-même l'adorer. <o:p></o:p>

    9. Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici, l'étoile qu'ils avaient vue en Orient marchait devant eux jusqu'à ce qu'étant arrivée au-dessus du lieu où était le petit enfant, elle s'arrêta. <o:p></o:p>

    10 Quand ils aperçurent l'étoile, ils furent saisis d'une très grande joie. <o:p></o:p>

    11 Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l'adorèrent; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. <o:p></o:p>

    12 Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. <o:p></o:p>

    13. Lorsqu'ils furent partis, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr. <o:p></o:p>

    14 Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Égypte. <o:p></o:p>

    15 Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: J'ai appelé mon fils hors d'Égypte. <o:p></o:p>

    16. Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, selon la date dont il s'était soigneusement enquis auprès des mages. <o:p></o:p>

    17 Alors s'accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète: <o:p></o:p>

    18 On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations: Rachel pleure ses enfants, Et n'a pas voulu être consolée, Parce qu'ils ne sont plus. <o:p></o:p>

    19. Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Égypte, <o:p></o:p>

    20 et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d'Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. <o:p></o:p>

    21 Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans le pays d'Israël. <o:p></o:p>

    22 Mais, ayant appris qu'Archélaüs régnait sur la Judée à la place d'Hérode, son père, il craignit de s'y rendre; et, divinement averti en songe, il se retira dans le territoire de la Galilée, <o:p></o:p>

    23 et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes: Il sera appelé Nazaréen. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Luc 1 26-39<o:p></o:p>

    26. Au sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, <o:p></o:p>

    27 auprès d'une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie. <o:p></o:p>

    28 L'ange entra chez elle, et dit: Je te salue, toi à qui une grâce a été faite; le Seigneur est avec toi. <o:p></o:p>

    29 Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation. <o:p></o:p>

    30 L'ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu. <o:p></o:p>

    31 Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. <o:p></o:p>

    32 Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. <o:p></o:p>

    33 Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin. <o:p></o:p>

    34 Marie dit à l'ange: Comment cela se fera t-il, puisque je ne connais point d'homme? <o:p></o:p>

    35 L'ange lui répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. <o:p></o:p>

    36 Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. <o:p></o:p>

    37 Car rien n'est impossible à Dieu. <o:p></o:p>

    38 Marie dit: Je suis la servante du Seigneur; qu'il me soit fait selon ta parole! Et l'ange la quitta. <o:p></o:p>

    39. Dans ce même temps, Marie se leva, et s'en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Luc 2.<o:p></o:p>

    1. En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre. <o:p></o:p>

    2 Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. <o:p></o:p>

    3 Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville. <o:p></o:p>

    4 Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléem, parce qu'il était de la maison et de la famille de David, <o:p></o:p>

    5 afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. <o:p></o:p>

    6 Pendant qu'ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva, <o:p></o:p>

    7 et elle enfanta son fils premier-né. Elle l'emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie. <o:p></o:p>

    8. Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. <o:p></o:p>

    9 Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande frayeur. <o:p></o:p>

    10 Mais l'ange leur dit: Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie: <o:p></o:p>

    11 c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. <o:p></o:p>

    12 Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez: vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche. <o:p></o:p>

    13 Et soudain il se joignit à l'ange une multitude de l'armée céleste, louant Dieu et disant: <o:p></o:p>

    14 Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée! <o:p></o:p>

    15 Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres: Allons jusqu'à Bethléem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. <o:p></o:p>

    16 Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche. <o:p></o:p>

    17 Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant. <o:p></o:p>

    18 Tous ceux qui les entendirent furent dans l'étonnement de ce que leur disaient les bergers. <o:p></o:p>

    19 Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur. <o:p></o:p>

    20 Et les bergers s'en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé. <o:p></o:p>

    21. Le huitième jour, auquel l'enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu'avait indiqué l'ange avant qu'il fût conçu dans le sein de sa mère. <o:p></o:p>

    22 Et, quand les jours de leur purification furent accomplis, selon la loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, - <o:p></o:p>

    23 suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur: Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur, - <o:p></o:p>

    24 et pour offrir en sacrifice deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur. <o:p></o:p>

    25. Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. <o:p></o:p>

    26 Il avait été divinement averti par le Saint Esprit qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur. <o:p></o:p>

    27 Il vint au temple, poussé par l'Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu'ordonnait la loi, <o:p></o:p>

    28 il le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit: <o:p></o:p>

    29 Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur S'en aller en paix, selon ta parole. <o:p></o:p>

    30 Car mes yeux ont vu ton salut, <o:p></o:p>

    31 Salut que tu as préparé devant tous les peuples, <o:p></o:p>

    32 Lumière pour éclairer les nations, Et gloire d'Israël, ton peuple. <o:p></o:p>

    33 Son père et sa mère étaient dans l'admiration des choses qu'on disait de lui. <o:p></o:p>

    34 Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère: Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, <o:p></o:p>

    35 et à toi-même une épée te transpercera l'âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées. <o:p></o:p>

    36 Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Elle était fort avancée en âge, et elle avait vécu sept ans avec son mari depuis sa virginité. <o:p></o:p>

    37 Restée veuve, et âgée de quatre vingt-quatre ans, elle ne quittait pas le temple, et elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et dans la prière. <o:p></o:p>

    38 Étant survenue, elle aussi, à cette même heure, elle louait Dieu, et elle parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. <o:p></o:p>

    39 Lorsqu'ils eurent accompli tout ce qu'ordonnait la loi du Seigneur, Joseph et Marie retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville. <o:p></o:p>

    40 Or, l'enfant croissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. <o:p></o:p>

    41. Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. <o:p></o:p>

    42 Lorsqu'il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête. <o:p></o:p>

    43 Puis, quand les jours furent écoulés, et qu'ils s'en retournèrent, l'enfant Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s'en aperçurent pas. <o:p></o:p>

    44 Croyant qu'il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. <o:p></o:p>

    45 Mais, ne l'ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher. <o:p></o:p>

    46 Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. <o:p></o:p>

    47 Tous ceux qui l'entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. <o:p></o:p>

    48 Quand ses parents le virent, ils furent saisis d'étonnement, et sa mère lui dit: Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. <o:p></o:p>

    49 Il leur dit: Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père? <o:p></o:p>

    50 Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur disait. <o:p></o:p>

    51 Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait toutes ces choses dans son coeur. <o:p></o:p>

    52 Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les homme                                                          <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Méditation du Père Lev.<o:p></o:p>

    D'après la loi de Moise, la mère d'un enfant mâle devait, quarante jours après la naissance, présenter l'enfant devant le tabernacle et offrir en holocauste, comme purification «de son flux de sang», soit un agneau, soit une paire de colombes ou de pigeons. La présentation d'un enfant premier-né avait aussi le sens d'un rachat, car tout premier-né, aussi bien animal qu'humain, était considéré comme appartenant à Dieu. Marie et Joseph obéirent à ce précepte de la loi. Ils apportèrent au Temple Jésus qui fut béni par le vieillard Siméon et reconnu comme sauveur par la prophétesse Anne. C'est cet événement que nous célébrons dans la fête du 2 février.<o:p></o:p>

    En ces temps-là, on publia un édit de César Auguste pour faire un dénombrement de toute la terre.  Ce dénombrement se fit avant que Quirinius fût gouverneur de Syrie.  Ainsi tous allaient pour être enregistrés, chacun dans sa ville.  Joseph ainsi monta de Galilée en Judée, de la ville de Nazareth à la ville de David nommée Bethléem, parce qu'il était de la maison et de la famille de David, pour être enregistré avec Marie, son épouse, qui était enceinte.  Et, pendant qu'ils étaient là, le temps où elle devait accoucher arriva.  Et elle mit au monde son fils premier-né, et elle l'emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait point de place pour eux dans l'hôtellerie.
    (Luc, ch.  2, v.  1 à 7; Cf.  Mt, ch.  1, v.  18 à 25). Or, il y avait dans la même contrée des bergers qui couchaient aux champs, et qui y gardaient leurs troupeaux pendant les veilles de la nuit.  Et, tout à coup, un ange du Seigneur se présenta à eux et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux, et ils furent saisis d'une grande peur.  Alors l'ange leur dit : « N'ayez point de peur, car je vous annonce une grande joie qui sera pour tout le peuple; c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, le Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur vous est né.  Et vous le reconnaîtrez à ceci : vous trouverez le petit enfant emmailloté couché dans une crèche. »  Et, au même instant, il y eut, avec l'ange, une multitude de l'armée céleste, louant Dieu, et disant; « Gloire à Dieu au plus haut des cieux.  Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ».  Et, après que les anges se furent retirés d'avec eux dans le ciel, les bergers se dirent les uns aux autres : Allons jusqu'à Bethléem et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître »  Ils allèrent donc en hâte et trouvèrent Marie et Joseph et le petit enfant qui était couche dans la crèche; quand ils l'eurent vu, ils publièrent ce qui leur avait été dit de ce petit enfant.  Et tous ceux qui les entendirent étaient dans l'admiration de ce que les bergers leur disaient. Et Marie conservait toutes ces choses et les repassait dans son coeur.  Et les bergers s'en retournèrent glorifiant et louant Dieu de ce qu'ils avaient entendu et vu conformément à ce qui leur avait été annoncé.
     (Luc ch.  2, v.  8 à 20) Quant à Hérode, se voyant joué par les Mages, il se mit fort en colère, et envoya tuer tous les enfants te Bethléem et des environs âgés de deux ans et au-dessous, suivant l'époque dont il s'était informé auprès des Mages.  C'est alors que fut accompli ce qu' avait été dit par le prophète Jérémie en ces mots : Une voix a été entendue dans Rama, des pleurs et de longs sanglots : C’est Rachel pleurant ses enfants, et elle ne veut pas être consolée parce qu'ils ne sont plus. ».
    (Mt, ch.  2, v.  16 à 18 )
    Après le départ des Mages, un ange du Seigneur apparut à Joseph en songe, et lui dit; « Lève-toi, prends l'enfant et sa mère, et fuis en Egypte ou tu resteras jusqu'à ce que je te reparle; car Hérode va rechercher l'enfant afin de le faire <o:p></o:p>

    périr ».  Cette nuit même, Joseph se leva, prit l'enfant et sa mère et partit pour l'Egypte.  C'était afin que fût accompli ce que le Seigneur avait dit par le prophète en ces mots : « J'ai rappelé mon fils d'Egypte. »  Quand Hérode fut mort, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph en Egypte et lui dit : « Lève-toi, prends l'enfant et sa mère et retourne dans le pays d'Israël; car ceux qui en voulaient à la vie de l'enfant sont morts. »  Joseph, se levant donc, prit l'enfant et sa mère, et rentra dans le pays d'Israël.
    (Mt ch.  2, v.  13 a 15, 19 a 21).
    On s'est donné beaucoup de peine pour identifier l'étoile des Mages. Les uns prétendent que c'est la comète observée par les Chinois en 748 durant soixante-dix jours.  Kepler, Ideler, Schubert et Pfaffe prétendent qu'elle fut formée par la conjonction extraordinaire de Saturne, de Jupiter, de Mars, de Vénus et de Mercure, en l'an de Rome 747 ou 748. D'autres l'assimilent à l'étoile des Rose+Croix parue dans le Serpentaire, en 1604, en même temps qu'une conjonction de Saturne et de Mars. D'autres enfin y voient la comète de Halley. Ce qu'il y a de certain, c'est que tout l'Orient, averti par ses oracles, attendait quelque chose. (cf. Tacite et Suétone)   Le Coran (III, 34) considère cette étoile comme le signe matériel de la venue d'Aïssa, Jean le Baptiste en étant le signe spirituel.  Et Beha-Ullah, le deuxième pontife du babysme, affirme qu'un tel astre apparaît lors de toute manifestation divine<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean mentionne Joseph. <o:p></o:p>

    Jean 6 : 41<o:p></o:p>

    41 Les Juifs murmuraient à son sujet, parce qu'il avait dit: Je suis le pain qui est descendu du ciel. <o:p></o:p>

    42 Et ils disaient: N'est-ce pas là Jésus, le fils de Joseph, celui dont nous connaissons le père et la mère? Comment donc dit-il: Je suis descendu du ciel? <o:p></o:p>

    Comme chef de la Sainte Famille, Saint Joseph est le protecteur de l'Église Universelle, des pères, de l’opposition au Communisme athée, d'ouvriers, de douteurs (il s'est marié avec Marie en dépit de sa grossesse), d'une mort heureuse,de plusieurs pays : Autriche, Bohême, Canada, Mexique, Belgique, Pérou, Russie, Vietnam du Sud, des procureurs (Fermiers), aussi bien que des charpentiers, confiseurs, ingénieurs, les familles, les couples mariés, les pionniers, et les voyageurs. Il est invoqué quand on doute, quand on a de l’hésitation ou quand on cherche une maison. 

    Jean-Paul II nous parle de Marie.<o:p></o:p>

    Audience générale du 21 août 1996 <o:p></o:p>

    L'union virginale de Marie et Joseph
    Lecture : Mt 1, 18-20<o:p></o:p>

    1. En présentant Marie comme "vierge", l'Évangile de Luc ajoute qu'elle était "accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph." (Lc 1, 27. Ces informations apparaissent, à première vue, contradictoires.
    Il convient de noter que le terme grec utilisé dans ce passage n'indique pas la situation d'une femme qui a contracté un mariage et qui vit donc dans l'état matrimonial, mais celui des fiançailles. Toutefois, à la différence de ce qui a lieu dans les cultures modernes, dans la tradition Judaïque, l'institution des fiançailles prévoyait un contrat et avait normalement une valeur définitive : en effet, elle introduisait les fiancés dans l'état matrimonial, même si le mariage ne s'accomplissait pleinement que lorsque le jeune homme conduisait la jeune fille dans sa maison.
    Au moment de l'Annonciation, Marie se trouve donc dans la situation de promise au mariage. On peut se demander pourquoi elle a accepté les fiançailles, à partir du moment où elle avait décidé de rester vierge pour toujours. Luc est conscient de cette difficulté, mais se limite à rapporter la situation, sans apporter d'explications. Le fait que l'Évangéliste, tout en soulignant l'intention de virginité de Marie, la présente également comme l'épouse de Joseph, représente un signe de la crédibilité historique des deux informations.
    2. On peut supposer qu'au moment des fiançailles, il y a eu une entente entre Joseph et Marie sur son projet de vie virginale. D'ailleurs, l'Esprit Saint, qui avait inspiré à Marie le choix de la virginité en vue du mystère de l'Incarnation, et qui voulait que celle-ci advint dans un cadre familial propice à la croissance de l'Enfant, a pu également susciter chez Joseph l'idéal de la virginité.
    Lui apparaissant en rêve, l'Ange du Seigneur lui dit : "Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme : car ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit Saint." (Mt 1, 20) Il reçoit ainsi la confirmation d'être appelé à vivre de façon tout à fait spéciale la voie du mariage. A travers la communion virginale avec la femme choisie  pour donner le jour à Jésus, Dieu l'appelle à coopérer à la réalisation de son dessein de salut.
    Le type de mariage vers lequel l'Esprit Saint oriente Marie et Joseph n'est compréhensible que dans le cadre du plan salvifique et dans le cadre d'une haute spiritualité. La réalisation concrète du mystère de l'Incarnation exigeait une naissance virginale qui soulignait la filiation divine et, en même temps, une famille qui puisse assurer le développement normal de la personnalité de l'Enfant.
    C'est précisément en vue de leur contribution au mystère de l'Incarnation du Verbe que Joseph et Marie ont reçu la grâce de vivre ensemble le charisme de la virginité et le don du mariage. La communion d'amour virginal de Marie et de Joseph bien que constituant un cas tout à fait particulier, lié à la réalisation concrète du mystère de l'Incarnation, a toutefois été un véritable mariage (cf. Exhort. apost. Redemptoris custos, n.7)
    La difficulté d'aborder le mystère sublime de leur communion sponsale a conduit certains, dès le II siècle, à attribuer à Joseph un âge avancé et à voir en lui le gardien plutôt que l'époux de Marie. Au contraire, il faut supposer qu'il n'était pas alors un homme âgé, que sa perfection intérieure, fruit de la grâce, le porta à vivre avec une affection virginale la relation sponsale avec Marie.
    3. La coopération de Joseph au mystère de l'Incarnation comporte également l'exercice du rôle paternel à l'égard de Jésus. Cette fonction lui est reconnue par l'Ange, qui, lui apparaissant en rêve, l'invite à donner son nom à l'Enfant "Elle enfantera un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus: car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés." (Mt 1,21)
    Tout en excluant la génération physique, la paternité de Joseph fut une paternité réelle, et non apparente. En faisant la distinction entre père et géniteur, une antique monographie sur la virginité de Marie – le "De Margarita" (IVe siècle) – affirmait que "les engagements pris par la Vierge et par Joseph en tant qu'époux firent en sorte qu'il puisse être appelé par ce nom (père) ; un père, toutefois, qui n'a pas engendré". Joseph exerça donc le rôle de père à l'égard de Jésus, disposant d'une autorité à laquelle le Rédempteur s'est librement "soumis" (Lc 2, 51), en contribuant à son éducation et en lui transmettant le métier de charpentier.
    Les chrétiens ont toujours reconnu en Joseph celui qui a vécu en communion intime avec Marie et Jésus, déduisant que même dans la mort, il a bénéficié de leur présence réconfortante et affectueuse. De cette tradition chrétienne constante s'est développée dans de nombreux lieux une dévotion particulière à la Sainte Famille et en elle, à saint Joseph, Gardien du Rédempteur. Le Pape Léon XIII lui confia, comme on le sait, le "patronat" de toute l'Église.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Audience générale du 10 juillet 1996 <o:p></o:p>

    La virginité de Marie, vérité de foi
    Mt 1, 20-23<o:p></o:p>

    1. L'Eglise a constamment tenu que la virginité de Marie était une vérité de foi, accueillant ainsi et approfondissant le témoignage des Évangiles de Luc, de Matthieu et, probablement, de Jean. Dans l'épisode de l'Annonciation, l'évangéliste Luc appelle Marie "vierge ", faisant allusion aussi bien à son intention de persévérer dans la virginité qu'au dessein divin qui concilie ce propos avec sa maternité prodigieuse. L'affirmation de la conception virginale, due à l'action de l'Esprit Saint, exclut toute hypothèse de parthénogenèse naturelle comme aussi les tentatives d'expliquer le récit lucanien comme une explicitation d'un thème hébraïque ou un écho d'une légende mythologique païenne.
    La structure du texte lucanien (cf. Lc 1, 26-38 ; 2, 19. 51) résiste à toute interprétation réductrice. Sa cohérence ne permet pas de soutenir valablement des mutilations des termes ou des expressions qui affirment la conception virginale opérée par le Saint-Esprit.
    2. L'évangéliste Matthieu, rapportant l'annonce de l'ange à Joseph, affirme tout comme Luc la conception opérée " par l'Esprit Saint ", à l'exclusion de toute relation conjugale.
    En outre, la conception virginale de Jésus est communiquée à Joseph en un second moment : il ne s'agit pas pour lui d'une invitation à donner un consentement préalable à la conception du Fils de Marie, fruit de l'intervention surnaturelle de l'Esprit Saint et de la coopération de la seule mère. Il est seulement appelé à accepter librement son rôle d'époux de la Vierge et une mission paternelle à l'égard de l'enfant.
    Matthieu présente l'origine virginale de Jésus comme l'accomplissement de la prophétie d'Isaïe : "Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : "Dieu avec nous" " (Mt 1, 23 ; cf. Is 7,14) Ainsi Matthieu nous amène à penser que la conception virginale de Jésus a été objet de réflexion dans la première communauté chrétienne, qui a compris sa conformité avec le dessein divin de salut et son lien avec l'identité de Jésus, "Dieu avec nous ".
    3. A la différence de Luc et de Matthieu, l'Évangile de Marc ne parle pas de la conception et de la naissance de Jésus. Pourtant, il est remarquable que Marc ne mentionne jamais le nom de Joseph, époux de Marie. Jésus est appelé " le fils de Marie ", originaire de Nazareth, ou bien, dans un autre contexte, à plusieurs reprises," le Fils de Dieu " (3 ; 11 ; 5, 7 ; cf. 1, 1. 11 ; 9, 7 ; 14, 61. 62 ; 15, 29). Ces données sont en harmonie avec la foi dans le mystère de sa génération virginale. Cette vérité, selon une découverte exégétique récente, serait également contenue au verset 13 du Prologue de l'Évangile de Jean, que certains auteurs anciens (par exemple Irénée et Tertullien) présentent, non pas sous sa forme plurielle habituelle mais au singulier : " Il n'est pas né de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : il est né de Dieu ". Cette version au singulier ferait du Prologue de Jean une des attestations majeures de la génération virginale de Jésus, inscrite dans le contexte du mystère de l'Incarnation.
    L'affirmation paradoxale de Paul : " Lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils. Il est né d'une femme... pour faire de nous des fils" (Ga 4, 4-5), ouvre la voie à l'interrogation sur la personnalité de ce Fils et donc sur sa naissance virginale.
    Ce témoignage uniforme des Évangiles atteste combien la foi en la conception virginale de Jésus a été solidement enracinée dans divers milieux de l'Église primitive. Et cela prive de tout fondement certaines interprétations récentes qui comprennent la conception virginale dans un sens non pas physique ou biologique, mais seulement dans un sens symbolique ou métaphorique : elle désignerait Jésus comme un don de Dieu à l'humanité. On doit dire la même chose de l'opinion avancée par d'autres, selon lesquels le récit de la conception virginale serait au contraire un " theologoumenon ", c'est-à-dire une manière d'exprimer une doctrine théologique, celle de la filiation divine de Jésus, ou serait sa représentation mythologique.
    Comme nous l'avons vu, les Évangiles contiennent l'affirmation explicite d'une conception virginale d'ordre biologique, opérée par le Saint-Esprit, et l'Église a fait sienne cette vérité dès les premières formulations de la foi (cf. Catéchisme de l'Église catholique, 496.)
    4. La foi exprimée dans les Évangiles est confirmée, sans interruption, par la tradition postérieure. Les formules de foi des premiers auteurs chrétiens postulent l'affirmation de la naissance virginale : Aristide, Justin, Irénée, Tertullien sont en accord avec saint Ignace d'Antioche qui proclame Jésus " vraiment né d'une vierge" (Aux Smyrn., 1, 2). Ces auteurs veulent parler d'une génération virginale de Jésus réelle et authentique, et ils sont loin de n'affirmer qu'une virginité seulement morale ou un vague don de grâce manifestée par la naissance de l'enfant.
    Les définitions solennelles de foi des Conciles oecuméniques et du Magistère pontifical qui font suite aux premières formules de foi, sont en parfaite consonance avec cette vérité. Le Concile de Chalcédoine (451), dans sa profession de foi rédigée avec un très grand soin et au contenu défini de manière infaillible, affirme que le Christ a été " engendré... selon l'humanité, en ces derniers jours, pour nous et pour notre salut, de la Vierge Marie, Mère de Dieu. " (DS, 301) Pareillement, le troisième Concile de Constantinople (681) proclame que Jésus-Christ a été " engendré... selon l'humanité, de l'Esprit Saint et de la Vierge Marie, elle qui est proprement et en toute vérité la Mère de Dieu." (DS, 555) D'autres Conciles oecuméniques (IIe de Constantinople, IVe du Latran, IIe de Lyon) déclare Marie " toujours vierge ", soulignant sa virginité perpétuelle. (DS, 423, 801, 852) Ces affirmations ont été reprises par le Concile Vatican II, mettant en évidence le fait que Marie " par sa foi et son obéissance... engendra sur terre le Fils même du Père, sans connaître d'homme, mais sous l'ombre de l'Esprit Saint." (LG, 63)
    Il faut ajouter aux définitions conciliaires celles du Magistère pontifical relatives à la conception immaculée de la " Bienheureuse Vierge Marie" (DS, 2803) et à l'Assomption de la "Mère immaculée de Dieu, toujours vierge. " (DS, 3903)
    5. Même si les définitions du Magistère, à l'exception du Concile du Latran de 649, voulu par le Pape Martin 1er, ne précisent pas le sens de l'appellation " vierge ", il est clair que ce terme est employé dans son sens habituel : l'abstention volontaire d'actes sexuels et la préservation de l'intégrité corporelle. En tout cas, l'intégrité physique est retenue comme essentielle à la vérité de foi de la conception virginale de Jésus. (cf. Catéchisme de l'Église catholique, 496)
    La désignation de Marie comme " sainte, toujours vierge, immaculée ", attire l'attention sur le lien entre sainteté et virginité. Marie a voulu une vie virginale, parce qu'elle était animée par le désir de donner tout son cœur à Dieu.
    L'expression employée dans la définition de l'Assomption, "l'Immaculée Mère de Dieu, toujours Vierge ", suggère aussi le lien existant entre la virginité et la maternité de Marie : deux prérogatives miraculeusement unies dans l'engendrement de Jésus, vrai Dieu et vrai homme. Ainsi la virginité de Marie est-elle intimement liée à sa divine maternité et à sa parfaite sainteté. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     Chronologie. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St Joseph ne pouvait avoir vécu 114 ans comme le prétend le Protoevangile de Jacques qui dit aussi qu’il est mort quand Jésus avait 12 ans. Il ne pouvait à 100 ans entreprendre le voyage vers l’Egypte, avec les difficultés et les dangers.<o:p></o:p>

    Pour avoir entrepris ce voyage et retourner à Nazareth  pour mener son métier de charpentier et gagner le père de sa famille, et enseigner à Jésus le métier de Charpentier et de s’occuper des premières années de son éducation, on peut présumer qu’il était plus âgé que la Vierge Marie et qu’en partant pour l’Egypte il avait entre 35 et 50 ans. Saint Jérôme a affirmé qu’il ne pouvait être plus âgé. St. Epiphane a écrit qu’il est mort à 90 ans. Et selon le vénérable Bede il a été enterré dans la vallée de Josaphat. Il est probablement mort à Nazareth.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Naissance –31 à – 46.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    5. Annonciation. Rêve de Joseph. <o:p></o:p>

    6. Naissance de Jésus. La Dominicaine, visionnaire, Marie d'Agreda dit qu'Il avait sept ans à Son départ d'Egypte. <o:p></o:p>

    12. Jésus à 8 ans va pour la première fois à Jérusalem avec ses parents. (Visions de Catherine Emmerich.)<o:p></o:p>

    18. Jésus au Temple. <o:p></o:p>

    24. Jésus va participer aux travaux de son père adoptif (Visions de Catherine Emmerich.)<o:p></o:p>

    36. Maladie et mort de Joseph. (Visions de Catherine d’Emmerich)<o:p></o:p>

    1129. Il est fait mention, pour la première fois, d’une église dédiée à saint Joseph à Bologne.<o:p></o:p>

    1370. Brigitte de Suède, propage sa dévotion. <o:p></o:p>

    1400. Saint Vincent Ferrer propage sa dévotion.<o:p></o:p>

    1440. Bernardin de Sienne propage sa dévotion.<o:p></o:p>

    1450. Jean Gerson auteur de l’Imitation du Christ, écrit douze poèmes pour honorer St Joseph. <o:p></o:p>

    1479.Fête introduite dans le calendrier romain.<o:p></o:p>

    1480 Le bréviaire des Carmélites mentionne une commémoration de la fête de St Joseph. <o:p></o:p>

    1505. Le Missel romain mentionne une commémoration de la fête de St. Joseph. <o:p></o:p>

    1555. Le Mexique l'adopte comme patron. <o:p></o:p>

    1624. Patron du Canada. <o:p></o:p>

    1847 In 1847 Le pape Pie IX proclame  St. Joseph "Patron et protecteur de l’Eglise Universelle. "<o:p></o:p>

    1850. Saint Aengus dans l’hymne irlandais ‘Rélire’, mentionne une fête de Joseph.<o:p></o:p>

    1870. Pie IX le proclame patron de l'Eglise et fixe sa fête au 19 mars. Il semble malgré tout que la date du 19 mars soit antérieure à Pie IX car elle apparaît dans les plus anciens calendriers. <o:p></o:p>

    1889. Encyclique Quanquam Pluries. Le pape Léon XIII proclame Joseph modèle des pères et des familles et sa sainteté n’est inférieure qu’a celle de la Vierge Marie. <o:p></o:p>

    1955.Il est également fêté le 1er mai, jour de la fête du travail, suite à une décision de Pie XII.<o:p></o:p>

    1962.Le nom Joseph ajouté au canon de la Messe par le pape Jean XXIII.<o:p></o:p>

    1989. Le pape Jean Paul II proclame Joseph gardien du Rédempteur, dans l’Encyclique  Redemptoris Custor,<o:p></o:p>

    à cause de l'influence des jésuites.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Visions et guérisons.   <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ste Thérèse d’Avila.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    De son Autobiographie, ‘Allez vers Joseph’, Chapitre. 6.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    M'ayant trouvé si estropié, si jeune les docteurs terrestres ne m'ayant pas guéri, j'ai demandé de l'aide aux médecins célestes. . . .   <o:p></o:p>

    J'ai pris pour mon avocat et consolateur le glorieux saint Joseph, et lui a ardemment prié ; et j'ai vu clairement que c'était lui qui m'avait guéri de ma maladie et m'a délivré de grands dangers qui ont menacé ma renommée et la perte de mon âme. Son aide m'a apporté plus que je n’ai jamais désiré recevoir de lui. Je ne me souviens pas lui ayant demandé n'importe quoi qu'il ne m'ait pas accordé. Je suis complètement étonné des grandes faveurs que  Notre Seigneur m'a données, et le grand nombre de dangers, d'âme et de corps qu'Il m'a délivré à travers l'intercession de ce bienheureux Saint. Notre Seigneur paraît avoir donné aux autres saints le pouvoir der nous aider dans seulement une partie de nos besoins, mais je sais d'expérience que le glorieux  saint Joseph nous aide dans tous nos besoins. Il paraît donc que Dieu souhaite que nous comprenions que comme Il était obéissant à Joseph quand Il était sur terre, (Car il avait appelé  saint Joseph son père qui pouvait le commander), maintenant dans Ciel, Dieu accorde tout ce que  Joseph demande.   <o:p></o:p>

    D'autres personnes, sur mon conseil, se sont tournées vers saint Joseph et ils ont eu la même expérience; et maintenant il y a beaucoup de gens qui l'honorent et continuent à découvrir que ce que j'ai dit est authentique.    <o:p></o:p>

    Je me suis toujours efforcé de célébrer sa fête [le 19 mars] avec toute la solennité  possible, mais je dois admettre qu'il y avait plus de vanité que de vrai dévouement dans la célébration, car je voulais toujours que tout soit fait solennellement et correctement, bien que mes intentions fussent bonnes. Mais c'était toujours mon défaut qu'a chaque fois que Notre Seigneur m'a donné les grâces pour faire quelque chose de bon, j'y ai adjoint beaucoup de fautes et d'imperfections. Quand j’avais à entreprendre une action vaine, sans valeur, ou mauvaise, j'ai dépensé inutilement beaucoup de temps et d'efforts. Que Notre Seigneur me pardonne!   <o:p></o:p>

    Je souhaite que je puisse persuader tout le monde pour se consacrer à ce saint glorieux, car une longue expérience m'a montré les bénédictions merveilleuses qu'il obtient pour nous de Dieu. Tous ceux j'ai connu ayant un vrai dévouement à saint Joseph, ont progressé dans la vertu, car il aide dans un chemin très spécial ces âmes qui se mettent sous sa protection.   <o:p></o:p>

    Pendant de nombreuses années,  j'ai demandé des faveurs de lui, et elles ont toujours été accordées. Et si quelquefois mes requêtes contenaient de mauvaises, le cher saint Joseph a accordé quelque chose de meilleur pour mon propre bien. Si J'avais le don d'écrire, j'aurais avec plaisir, relaté en détail toutes les faveurs que ce cher protecteur a obtenu pour moi-même et pour les autres. Mais je ne puis que dire brièvement les choses, et je demande seulement, pour l'amour de Dieu, que ceux de vous qui doutent, trouvent eux aussi, à travers leur expérience, la grande bénédiction obtenue en se dévouant à ce glorieux saint. Les personnes qui se consacrent à  prière devraient particulièrement être consacrées à lui, car il est inadmissible que quiconque puisse se tourner vers la  Reine des Anges, au moment où elle a souffert à cause de l'Enfant Jésus en oubliant de  louer saint Joseph, qui a pris soin d'eux comme il l'a fait.   <o:p></o:p>

    Quiconque cherchant un modèle pour imite sur la manière de  prier, doit prendre ce saint glorieux comme un guide et il ne ne va pas s'égarer!   <o:p></o:p>

    Bien que je professe à être consacré à lui,  je sens que je n'ai pas pu toujours imiter ses vertus. Mais fidèle à lui-même, il  nous a montré ses vertus quand il m'a permis de me lever et de marcher, et de ne plus être un estropié. Mais moi, en faisant si mauvais usage de cette faveur, laisse voir quelle sorte de personne je suis.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sainte Gertrude. 1256-1301. <o:p></o:p>

    Ecrivain Bénédictin et mystique, sainte Gertrude est connue surtout pour sa dévotion au Sacré Cœur, l'emblème de cette immense charité immense qui a fait le Verbe prendre chair, instituer l'Eucharistie Sacrée, prendre à son compte nos péchés, et mourir sur la Croix, pour s'offrir comme une victime et un sacrifice au Père Éternel. Sainte Gertrude avait une dévotion pour saint Joseph et la Vierge Marie.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sainte Brigitte de Suède.1303-1373.<o:p></o:p>

    Le saint le plus célèbre des pays nordiques. En 1316, à l'âge de treize ans, elle a épousé Ulf Gudmarsson. Après la mort de son mari, Brigitte d'est consacrée aux pratiques de la religion et à l'ascétisme  Les visions qui elle croyait avoir eu dans son enfance sont devenues plus fréquentes et définies. Elle disait que Le Christ Lui-même lui était apparu, et elle a donc écrit les révélations qu'elle a reçu, et qui ont bénéficié d’une grande réputation au Moyen-Age.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La Sainte Vierge Marie parle à Sainte Brigitte de sa vie avec saint Joseph.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    « Sachez avec certitude qu'avant que je me sois marié, Joseph savait par le Saint-Esprit, que j'avais juré la virginité à mon Dieu, et était immaculé en pensée, en paroles, et en action, et qu'il m'a épousé avec l'intention de me servir, me tenant  comme une maîtresse souveraine, pas comme une femme. Et je savais aussi avec certitude, par le Saint-Esprit, que ma virginité resterait intacte, même si par une dispense secrète de Dieu je me sois marié. Mais quand j'avais consenti à l'Annonciation de Dieu, Joseph qui me voyait devenir enceinte par l'opération du Saint-Esprit, craignait beaucoup, sans toutefois me suspecter de rien. Se souvenant des proverbes des prophètes, prédisant que le Fils de Dieu devrait naître d'une vierge, il se jugeait indigne de servir une telle mère, jusqu'à ce que l'ange dans un rêve lui ait ordonné de ne rien craindre, mais de secourir avec charité.<o:p></o:p>

    Joseph et moi même n' ont rien conservé pour nous-mêmes, les biens de ce monde, excepté les nécessités de la vie pour l'honneur de Dieu, et nous avons distribué le reste pour l'amour de Dieu.  <o:p></o:p>

    Quand le temps de la Nativité de mon Fils s’est approché, je suis venu d'après la prescience de Dieu à Bethléem, en apportant la robe la plus propre et des vêtements neufs pour mon Fils. Je  l'ai enveloppé dans ces vêtements, lui qui était est né de moi dans la pureté. <o:p></o:p>

    Bien que de l'éternité, j'aie été ordonnée de m'asseoir sur le trône d'honneur le plus haut, dans mon humilité, je n'ai pas failli dans ma tâche de préparer et de m'occuper de ce qui était nécessaire pour Joseph et moi-même.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Grégoire de Nazianze.<o:p></o:p>

    Saint Grégoire de Nazianze écrivait de lui : "le Seigneur a réuni en Joseph, comme dans un soleil, tout ce que les saints ont ensemble de lumière et de splendeur".<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Catherine d'Emmerich. 1774-1824.  <o:p></o:p>

    Une religieuse Augustinienne, stigmatique, et extatique, née en Allemagne de parents paysans, qui étaient très pauvres et très pieux.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Vie de Notre Seigneur. Jésus Christ. D’après les visions<o:p></o:p>

    D’Anne Catherine Emmerich.
    Publiées en 1854.


    <o:p></o:p>

    Scènes de la Jeunesse de Jésus jusqu'à la mort de saint Joseph.

    <o:p></o:p>

    (10-11 juillet 1819.)  Je vis à Nazareth la sainte Famille, composée seulement de trois personnes, Jésus, Marie et Joseph ; depuis la dixième jusqu'à la vingtième année de Jésus, à peu près, je les y vis deux fois habiter une maison étrangère ; c'était comme un logement pris à loyer chez d'autres personnes. De la vingtième à la trentième année de Jésus environ, je les vis dans une maison où ils étaient seuls.
    Il y avait dans la maison trois chambres séparées celle de la Mère de Dieu était la plus grande et la plus agréable : C’était là qu'ils se réunissaient pour la prière. Du reste je les voyais rarement tous trois ensemble. Ils se tenaient debout lorsqu'ils priaient ; ils avaient les mains croisées sur la poitrine et semblaient parler à haute voix. Je les voyais souvent prier à la lumière sous une lampe à plusieurs mèches. Peut être aussi était cette espèce de chandelier à plusieurs branches fixé à la muraille Jésus se tenait le plus souvent seul dans sa chambre. Joseph s'occupait dans la sienne à des travaux de son métier. Je le voyais façonner des bâtons et des lattes, polir des morceaux ne bois, quelquefois même apporter une poutre, et je vis Jésus l'aider.
    Marie était le plus souvent occupée à coudre faire une espèce de tricot avec des petits bâtons. Elle était alors assise et avait une petite corbeille près d'elle.
    Je vis Jésus rechercher de plus en plus la solitude et la méditation à mesure que le temps où il devait enseigner s'approchait. Chacun dormait à part dans son réduit et la couche consistait en une couverture qu'on roulait le matin.<o:p></o:p>

    Je vis Jésus jusque vers sa douzième année donner toute l'assistance possible à ses parents : je le vis aussi, hors de la maison et partout où l'occasion s'en présentait, se montrer amical pour chacun, aider les autres et leur rendre toute espèce de service Dans ses premières années il était un modèle pour tous tes enfants de Nazareth. Ils l'aimaient et craignaient de lui déplaire. Les parents de ses compagnons disaient souvent à ceux ci lorsqu'ils se conduisaient mal ou commettaient quelque faute : " Que dira le fils de Joseph si je lui raconte ceci ? Comme il en sera fâché ! Quelquefois aussi ils lui portaient des plaintes amicales contre leurs enfants en présence de ceux ci et lui disaient : " dis-lui donc de ne plus faire ceci ou cela. " Jésus prenait cela avec simplicité et comme par manière de jeu, puis du ton le plus affectueux, il encourageait ses amis à faire telle ou telle chose. Il priait avec eux pour leur obtenir du Père céleste la force de se corriger, il les exhortait à faire des excuses et à avouer leurs fautes sans délai.
    La narratrice avait eu une vision étendue et très précise sur toute la jeunesse de Jésus : mais la maladie et les dérangements ne m'ont  permis d'en rapporter que ce qui suit :                                                                                                    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    A une lieue à peu près au Nord est de Nazareth, du côté de Séphoris, se trouve un endroit nommé Gophna : c'était là qu'au temps de la jeunesse de Jésus, habitaient les parents de Jean et de Jacques le Majeur. Ceux ci dans leurs premières années étaient souvent avec Jésus jusqu'au moment où leurs parents allèrent à Bethsaïde et où eux-mêmes devinrent Pêcheurs.<o:p></o:p>

    A Nazareth demeurait un homme nommé Zebedia ou Sebadia, qui n'était pas le Zébédée, père de Jean et de Jacques. Il avait une fille mariée à un Essénien, parent de Joachim : je ne me souviens plus de leurs noms. Ces époux avaient quatre fils un peu plus âgés ou un peu plus jeunes que Jésus. Ils s'appelaient Cléophas, Jacob, Juda et Japhet ; Plus tard ils sont devenus disciples de Jean Baptiste et après sa mort disciples de Jésus. Cléophas est le même auquel Jésus est apparut à Emmaüs en compagnie de Luc. Il était marié et demeurait alors à Emmaüs. Sa femme se réunit plus tard aux femmes de la communauté chrétienne. Ces quatre disciples allèrent trouver Jean vers le temps du baptême de Jésus et ils restèrent près de lui jusqu'à la fin. Lorsque André et Saturnin allèrent rejoindre Jésus de l'autre côté au Jourdain, ils les suivirent et restèrent avec lui toute la journée. Ils étaient aussi du nombre des disciples de Jean que Jésus emmena avec lui aux noces de Cana.
    Ces jeunes gens dans leur enfance étaient aussi du nombre des camarades de Jésus : leurs parents et eux allaient ordinairement à Jérusalem pour la fête de Pâques en compagnie de la sainte Famille.<o:p></o:p>

    (Le dimanche dans l'octave de l'Epiphanie 1820.) Le Sauveur était d'une taille mince et élancée : son visage de forme allongée, était tout lumineux, il paraissait d'une bonne santé, quoique pâle. Ses cheveux d'un blond rougeâtre étaient parfaitement lisses : ils étaient séparés sur son front ouvert et élevé et tombaient sur ses épaules. Il portait une longue tunique d'un gris brunâtre, qui paraissait faite au métier et lui descendait Jusqu'aux pieds Les manches étaient assez larges aux poignets.<o:p></o:p>

    (Le dimanche dans l'octave de l'Epiphanie 1822.) Jésus avait huit ans lorsqu'il alla pour la première fois à Jérusalem avec ses parents pour la fête de Pâques : il y retourna les années suivantes.
    Déjà dans ses premiers voyages Jésus avait été remarqué chez les amis qui leur donnaient l'hospitalité à Jérusalem : il l'avait été aussi par des prêtres et des docteurs. Chez beaucoup de personnes de leur connaissance à Jérusalem, on parlait du sage et pieux enfant, de l'étonnant fils de Joseph, comme chez nous, aux pèlerinages annuels, on remarque telle ou telle personne simple et pieuse, ou quelque petite paysanne avisée. Et, quand elle revient, on se la rappelle.
    Ainsi Jésus, lorsque dans sa douzième année il alla à Jérusalem en compagnie de ses parents et de leurs amis étaient déjà connus de diverses personnes de la ville.<o:p></o:p>

    Les parents avaient coutume pendant le voyage d'aller de côté et d'autre avec les gens de leur pays, et à ce voyage ci, le cinquième que faisait Jésus, ils savaient qu'il allait toujours avec les jeunes gens de Nazareth. Or Jésus cette fois s'était séparé de ses compagnons aux environs du mont des Oliviers et ceux ci croyaient qu'il s'était réuni à ses parents qui venaient à leurs suites mais il était allé vers le côté de Jérusalem qui regarde Bethléem, dans cette hôtellerie où la sainte Famille avait logé avant la purification de Marie. La sainte Famille le croyait en avant avec les autres personnes de Nazareth, tandis que ceux ci croyaient qu'il suivait avec ses parents. Jusqu'au retour tous se trouvèrent ensemble à Gophna, Marie et Joseph fut extraordinairement inquiets de son absence. Ils retournèrent aussitôt à Jérusalem ; sur la route et à Jérusalem, ils s'enquirent de lui partout, mais ils ne purent pas le trouver d'abord parce qu'il n'avait pas été là où ils séjournaient d'habitude. Jésus avait passé la nuit dans l'hôtellerie de la porte de Bethléem où ses parents et lui étaient connus. 
    S'étant réuni là à plusieurs jeunes gens, il était allé avec eux dans deux écoles de la ville : le premier jour dans l'une, le second jour dans l'autre. Le troisième jour il avait été le matin, dans une troisième école près du temple et l'après midi, dans le temple même où ses parents le trouvèrent. Ces écoles étaient de différente espèce et toutes n'étaient pas précisément des écoles où l'on enseignât la loi : on y enseignait aussi d'autres sciences. La dernière était dans le voisinage du temple et on y formait des prêtres et des lévites.<o:p></o:p>

    Jésus, par ses demandes et ses réponses, jeta les maîtres et les rabbins dans un tel étonnement et même dans un tel embarras qu'ils se proposèrent le troisième jour après midi de faire humilier l'enfant Jésus sur différents points par les rabbins les plus savants, dans le temple même et du haut de la chaire. Les docteurs et les scribes se concertèrent ensemble pour cela : car d'abord ils avaient pris plaisir à l'entendre ; puis ils s'étaient irrités contre lui. Ceci eut lieu à l'endroit où l'on enseignait publiquement, au milieu du vestibule du temple devant le sanctuaire, dans la salle ronde où Jésus enseigna encore plus tard. Je vis là Jésus assis sur un grand siège, trop grand pour sa taille. Il était entouré d'une quantité de vieux Juifs revêtus d'habits sacerdotaux. Ils écoutaient attentivement et paraissaient pleins de dépit : je craignais qu'ils ne voulussent mettre la main sur lui. Le siège où il était assis était orné de têtes brunes, semblables à des têtes de chiens : Elles étaient d'un brun verdâtre et le haut était reluisant, avec un reflet jaune. Des têtes et des figures du même genre ornaient plusieurs longues tables ou dressoirs placés latéralement dans cet endroit du temple et qui étaient couverts d'offrandes. Cette pièce était si vaste et si remplie de monde qu'on n'avait pas le sentiment qu'on fût dans une église.<o:p></o:p>

    Comme Jésus dans les écoles avait fait usage pour ses réponses et ses explications d'exemples de toute espèce, tires des choses naturelles, des arts et des sciences, on avait réuni ici des hommes versés dans ces différentes branches des connaissances humaines : comme ils commençaient, chacun de son côté, à disputer avec Jésus, il leur dit que ces sortes de discussions n'étaient pas précisément à leur place dans le temple, mais que pourtant il leur répondrait même ici, parce que telle était la volonté de son Père. Ils ne comprirent pas qu'il entendait parler de son Père céleste, mais ils crurent que Joseph lui avait ordonné de faire montre de toutes ses connaissances.<o:p></o:p>

    Jésus répondit et enseigna sur la médecine et il décrivit tout le corps humain d'une façon inconnue aux plus savants d'entre eux : il fit de même pour l'astronomie, l'architecture, l'agriculture, la géométrie et l'arithmétique, la science du droit, en un mot pour tout ce qui fut mis en avant, il ramena tout d'une façon si ingénieuse à la loi et à la promesse, aux prophéties, au temple et aux mystères du culte et du sacrifice que les uns étaient saisis d'admiration, les autres confus et dépités, et cela alternativement tous fussent couverts de confusion et outrés de dépit : Ce qui venait surtout de ce qu'ils entendaient des choses qu'ils n'avaient jamais sues, ni jamais comprises de cette sorte.<o:p></o:p>

    Il y avait déjà deux heures qu'il enseignait ainsi, lorsque Joseph et Marie vinrent aussi dans le temple et s'enquirent de leur enfant près de quelques lévites qu'ils connaissaient. Ils apprirent alors qu'il était avec les scribes dans la salle où l'on enseignait. Comme ce n'était pas un lieu où il leur fût permis d'entrer, ils y envoyèrent le lévite pour prier Jésus de venir, mais Jésus leur fit dire qu'il voulait finir d'abord ce qu'il avait à faire. Marie fut très attristée de ce qu'il ne venait pas tout de suite. C'était la première fois qu'il faisait sentir à ses parents qu'il avait à obéir à d'autres ordres encore qu'aux leurs. il continua à enseigner pendant une bonne heure, et quand tous eurent été réfutés et confondus au grand dépit de la plupart d'entre eux, il quitta la salle et vint trouver ses parents dans le parvis des Israélites et des femmes. Joseph était intimidé et étonné : il ne disait rien. Mais Marie s'approcha de Jésus et lui dit : " Mon fils, pourquoi en as tu agi ainsi envers nous, voilà que ton père et moi nous te cherchions tout affligés. 
    Mais Jésus était encore plein de gravité et il répondit : "Pourquoi me cherchiez vous ? Ne saviez vous pas que je dois m'occuper des affaires de mon Père, "ils ne comprirent pas cela et se remirent en route avec lui pour revenir. Les assistants étaient tout étonnés et les regardaient avec curiosité. J'étais très inquiète, craignant qu'ils ne se saisissent de l'enfant, car j'en vis quelques-uns uns pleins de colère. Mais à ma grande surprise, ils laissèrent la sainte Famille se retirer tranquillement : la foule pressée autour d'eux s'ouvrit pour les laisser passer. je vis tout cela très en détail, et j'entendis la plus grande partie de ses instructions, mais la souffrance et les soucis font que je ne puis pas tout retenir. Son enseignement fit un grand effet chez tous les scribes : Quelques-uns uns en prirent note comme d'une chose remarquable. On en parla beaucoup de divers côtés, et il y eut à ce sujet bien des bavardages et des mensonges. Mais ils tinrent secrète entre eux toute la manière dont la chose s'était passée, ils parlèrent de Jésus comme d'un enfant inconsidéré qu'on avait remis a sa place : Il avait de belles facultés, disaient ils, mais cela avait encore besoin d'être poli par l'éducation.<o:p></o:p>

    Je vis la sainte Famille revenir à Jérusalem : ils se joignirent devant la ville à une troupe composée de trois hommes, de deux femmes et de quelques enfants que je ne connaissait pas, mais qui paraissaient être aussi de Nazareth. En compagnie de ces personnes, ils suivirent encore divers chemins autour de Jérusalem ; Ils allèrent au mont des Oliviers, s'arrêtèrent çà et là dans les beaux jardins d'agrément qui s'y trouvent et prièrent les mains croisées sur la poitrine. Je les vis aussi passer un ruisseau sur un grand pont. Ces allées et venues et ces prières de la petite compagnie me donnèrent tout à fait l'idée d'un pèlerinage.<o:p></o:p>

    Quand Jésus fut de retour à Nazareth, je vis préparer dans la maison d'Anne une fête où l'on réunit tous les jeunes garçons et les jeunes filles appartenant aux familles de leurs parents et de leurs amis. Je ne sais pas si c'était une fête pour se réjouir d'avoir retrouvé Jésus ; peut être aussi c’était une fête qui avait lieu après le retour de la fête de Pâques ou bien encore qu'on célébrait quand les garçons atteignaient leur douzième année. Mais Jésus était là comme le principal personnage.<o:p></o:p>

    On avait élevé au-dessus de la table de jolies cabanes de feuillage : des guirlandes de feuilles de vigne et d'épis y étaient suspendus : les enfants avaient aussi des raisins et des petits pains. Il y avait à cette fête trente trois enfants, tous disciples futurs de Jésus, et je vis qu'il y avait là quelque chose qui se rapportait au nombre des années de la vie de Jésus, mais je l'ai oublié comme beaucoup d'autres choses. Jésus enseigna, et pendant toute la fête il raconta aux autres enfants une parabole merveilleuse et qui ne fut pas comprise pour la plus grande partie, touchant des noces où l'eau devait être changée en vin et les convives indifférents en amis zélés, puis encore touchant des noces où le vin devait être changé en sang et le pain en chair, ce qui devait se perpétuer parmi les convives jusqu'à la fin du monde pour les consoler et les fortifier et pour établir entre eux un lien vivant. Il dit aussi à un jeune homme de ses parents, nommé Nathanaël : " Je serai à tes noces. " C'est tout ce que j'ai retenu.                                                                                        A dater de cette douzième année, Jésus fut toujours comme le précepteur de ses compagnons : il s'asseyait souvent au milieu d'eux, leur faisait des récits et se promenait avec eux dans les environs. Dans sa dix huitième année,  il commença à aider saint Joseph dans les travaux de sa profession.
    (Commencement de mai 1821.) Vers la trentième année de la vie de Jésus, saint Joseph s'affaiblit de plus en plus, et je vis plus souvent Jésus et Marie réunis près de lui. Marie était souvent assise devant sa couche, soit par terre, soit sur une table ronde fort basse, qui avait trois pieds et dont ils se servaient aussi pour faire leurs repas. Je les vis manger rarement ; quand ils mangeaient, ou qu'ils portaient à saint Joseph une réfection dans son lit, c'était trois petites tranches blanches, larges d'environ deux doigts, placées l'une près de l'autre sur une petite assiette ou de petits fruits dans une petite écuelle : Ils lui donnaient aussi à boire d'un breuvage contenu dans une espèce de cruche.<o:p></o:p>

    Lorsque Joseph mourut, Marie était assise à la tête de son lit et le tenait dans ses bras, Jésus se tenait à la tête de son lit et le tenait dans ses bras, Jésus se tenait à la hauteur de sa poitrine. Je vis la chambre remplie de lumière et pleine d'anges. Il fut enveloppé dans un linceul blanc, les mains croisées sur la poitrine, couché dans une bière étroite et déposée dans un très beau caveau sépulcral qu'il tenait d'un homme de bien. Peu de personnes, outre Jésus et Marie, suivirent son cercueil : Mais je le vis entouré de lumière et accompagné par des anges.
    Joseph devait mourir avant le Seigneur, car il n'aurait pu supporter son crucifiement. Il était trop faible et trop affectueux. Il avait déjà beaucoup souffert par suite des persécutions que la malice secrète des Juifs fit endurer au Sauveur, depuis sa vingtième jusqu'à sa trentième année. Ils ne pouvaient pas le souffrir, et disaient toujours, pleins d'envie, que le Fils du charpentier voulait tout savoir mieux que les autres parce qu'il contredisait souvent la doctrine des pharisiens et qu'il était habituellement entouré de jeunes gens qui s'étaient attachés à lui.<o:p></o:p>

    Marie a infiniment souffert de ces persécutions. Les souffrances de ce genre m'ont toujours paru plus grandes que des supplices corporels.
    On ne peut dire avec quelle charité Jésus supportait, dans sa jeunesse, les persécutions et les méchancetés des Juifs.<o:p></o:p>

    ( 2 juillet 1821. )  Joseph, le père nourricier de Notre Seigneur, est mort depuis environ deux mois. Il est mort à Nazareth et y a été enterré. Un homme de bien lui a procuré une très belle sépulture. Son corps fut plus tard porté à Bethléem par des chrétiens qui l'y enterrèrent. Il me semble que je l'y vois encore maintenant et qu'il n'a éprouvé aucune altération.<o:p></o:p>

    Avant la mort de Joseph je vis Jésus aller seulement dans le voisinage sans jamais s'éloigner beaucoup. Les derniers jours, j'ai vu qu'après la mort de Joseph, Jésus et Marie allèrent à Capharnaüm. La maison de Nazareth était fermée. Le lieu où ils allèrent n'était pas la ville même de Capharnaüm, mais comme un hameau de quelques maisons entre Capharnaüm et Bethsaide. C'était l'endroit où alla le père de Pierre lorsqu'il remit à celui ci la pêcherie voisine de Bethsaide. Jésus reçu là une maison d'un certain Lévi de Capharnaum. Ce Lévi aimait la sainte Famille, et il donna à Jésus cette maison pour y demeurer. Elle était isolée et entourée d'un fossé d'eau dormante : il y avait près de là plusieurs autres maisons. Quelques uns des gens de Lévi y demeuraient pour faire le service et celui ci envoyait de Capharnaüm les aliments nécessaires.<o:p></o:p>

    Beaucoup de jeunes gens de Nazareth s'étaient attachés à Jésus dès le temps de son adolescence, mais ils l'abandonnèrent les uns après les autres. Il parcourait souvent les bords du lac avec ses compagnons ; il allait aussi à Jérusalem pour les fêtes, et la famille de Lazare, à Béthanie, était dès lors en relation avec la sainte Famille. C'est pourquoi les pharisiens de Nazareth l'appelaient un vagabond et se scandalisaient à son sujet. Lévi lui avait donné cette maison pour qu'il eût plus de liberté, et qu'il pût y réunir ceux qui voudraient l'entendre.<o:p></o:p>

    Il y avait près du lac, autour de Capharnaüm, une contrée coupée de vallées singulièrement fertiles et riantes. On y faisait plusieurs récoltes dans l'année ; la végétation y était admirablement belle : on y voyait en même temps des fleurs et des fruits. Beaucoup de Juifs de distinction avaient là des jardins et des châteaux ; Hérode aussi. Les Juifs, au temps de Jésus, n'étaient plus comme leurs pères, ils s'étaient fort gâtés par le commerce et les rapports avec les païens. Je n'ai jamais vu les femmes se montrer en public, pas même pour la culture des champs, si ce n'est des personnes très pauvres qui allaient glaner des épis. On ne les voyait que dans les pèlerinages à Jérusalem et à d'autres lieux de prière. C'étaient presque toujours des esclaves qui cultivaient la terre et qui faisaient les emplettes de toute espèce. J'ai vu toutes les villes de la Galilée dans les dernières nuits. Là que l'on rencontre à peine aujourd'hui trois bourgades en ruines on en trouvait alors une centaine, et la population était innombrable.<o:p></o:p>

    3 juin. A midi, je vis que Marie, fille de Cléophas, qui habitait la maison de sainte Anne, près de Nazareth, avec son troisième mari, père de Siméon de Jérusalem, était venu dans la maison de la sainte Vierge à Nazareth. Elle avait avec elle Siméon, son fils du troisième lit ; les serviteurs étaient restés dans la maison d'Anne. Je vis Jésus et Marie s'y rendre de Capharnaüm : je crois que Marie y restera et qu'elle avait seulement accompagné Jésus à Capharnaüm : elle est bien touchante à voir quand elle le suit. J'ai aussi appris que Jésus veut aller ces jours ci dans le pays d'Hébron, où habitait Zacharie.<o:p></o:p>

    José Barsabas, fils de Marie de Cléophas, de son second mariage avec Sabas, était à la maison. Les trois fils de son premier mariage avec Alphée, Simon, Jacques le Mineur et Thaddée, qui ont déjà des occupations hors de la maison, y sont venus aussi pour consoler la sainte Famille après la mort de Joseph et pour revoir Jésus avec lequel ils n'ont eu que peu de rapport depuis son enfance. Ils avaient quelque connaissance vague et générale des prophéties de Siméon et d'Anne lors de la présentation de Jésus au Temple, mais ils n'y ajoutaient pas beaucoup de foi. Ils préférèrent s'attacher à Jean Baptiste qui traversa le pays peu de temps après.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. .<o:p></o:p>

    Je priai aussi saint Joseph de veiller sur moi; depuis mon enfance j'avais pour lui une dévotion qui se confondait avec mon amour pour la Sainte Vierge. Chaque jour je récitais la prière: « O saint Joseph, père et protecteur des vierges" aussi ce fut sans crainte que j'entrepris mon lointain voyage, j'étais si bien protégée qu'il me semblait impossible d'avoir peur. »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Vénérable Marie d’Agreda (1602-65). <o:p></o:p>

    Une none Franciscaine Espagnole, qui était très pieuse et avait eu des révélations spéciales de Dieu, qu’elle nous a léguées dans ses écrits  « La mystique cité de Dieu. » - La mística ciudad de Dios, historia divina de la Virgen, Madre de Dios. Elle a déclaré que Dieu lui a donné six Anges pour la guider, ce nombre devait être porté à huit. Elle a été purifiée et portée en présence de Dieu. Elle a alors vu la Sainte Vierge comme elle est décrite dans l’Apocalypse et a pu voir la Sainte Vierge dans toutes les étapes de sa vie.<o:p></o:p>

    La Vierge Marie lui a dit, en parlant du glorieux saint joseph : « Toute la race humaine a  grandement  sous-estimé les privilèges et les prérogatives accordés à St. Joseph. »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Cité Mystique de Dieu. <o:p></o:p>

    Révélations de la Vierge Marie à Marie d’Agreda.<o:p></o:p>

    Ce livre a été approuvé par des papes des cardinaux et des théologiens. La Vierge lui a révélé qu’elle ne paraissait pas plus de 33 ans, qu’elle mangeait des fruits, des légumes et du poisson mais jamais de la viande. Le pape Innocent XI en 1686, a été le premier pape à approuver ce livre. Le 29 Avril, 1929, le pape Pie XI a dit "Nous donnons notre bénédiction à tous les lecteurs de  "La Cité Mystique de Dieu." <o:p></o:p>

    Les livres de Marie D’Agreda ont été beaucoup lues au 18e siècle. <o:p></o:p>

    Il est rapporté que le pape Innocent XI l’avait condamné en 1681. Il annula la condamnation quelques mois après à la requête du roi d’Espagne. Etonnamment, le livre a été remis à l’Index en 1704. En 1929, la Congrégation des Rites a autorisé sa lecture.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    598. Le jour suivant, le Soleil dallait sur poindre sur un jour trés pur. la Vierge-Marie, le portant dans ses bras  et le présenter en pleine vue pleine du monde, la Reine du Ciel, en ayant fourni la tourterelle et deux bougies, l'a  emmailloté dans des vêtements et s'est rendu  en compagnie de saint Joseph de leur hébergement au temple. Les saints anges  qui étaient venus avec eux de Bethléem se sont encore formés en procession dans des formes corporelles et très belles, comme c'était le cas pour le précédent voyage. Cette fois cependant les esprits saints y ont ajouté des hymnes et beaucoup d'autres cantiques de l'harmonie la plus douce et la plus enchanteresse en honneur du Dieu naissant qui n'ont été entendus que par la très pure Marie.. En sus des  les dix mille, qui avait formé la procession le jour antérieur, d'autres en grand nombre, sont descendus de ciel s accompagné par ceux qui portaient  des boucliers au nom Sacré de Jésus, et ont formé  la garde d'honneur du Verbe incarné  à l'occasion de sa présentation. Ce n'étaient pas des formes corporelles et seulement la Princesse céleste a pu percevoir leur présence. Arrivés à la porte de temple, la plus bienheureuse des Mères a été remplie de sentiments nouveaux et exaltés de dévouement. En rejoignant les autres femmes, elle s'est penchée et s'est agenouillée pour adorer le Seigneur, en esprit et en vérité dans son temple sacré et Elle s'est présentée devant la somptueuse Majesté  de Dieu avec son Fils sur ses bras. (Jean 4, 23) Immédiatement, Elle a été immergée dans une vision intellectuelle de la Sainte Trinité et Elle a entendu une voix venant du Père éternel, disant: " C'est mon Fils bien-aimé, en qui je suis content. " (Mt. 27, 20) Saint Joseph, le plus heureux des hommes, a senti au même moment  nouvelle douceur du Saint-Esprit qui l'a rempli de joie et de lumière divine.   <o:p></o:p>

    599. Le saint prêtre Siméon , poussé par le Saint-Esprit, est aussi entré dans temple (Luc 2, 27). S'approchant de l'endroit où la Reine tenait l'Enfant-Jésus  dans ses bras, il a vu la Mère et l' Enfant enveloppés de splendeur et la gloire.                                La prophétesse Anne, qui, comme le dit l’Evangéliste est venue au même moment, a vu Marie et l’Enfant baignés dans cette lumière magnifique. Dans la joie de leur esprit, les deux étendirent la main vers la Reine du Ciel et Siméon prit l’enfant dans ses mains. Levant les yeux vers le ciel il lui a offert au Père Eternel en prononçant en même temps ces mots pleins de mystère : « Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur S'en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, Salut que tu as préparé devant tous les peuples, Lumière pour éclairer les nations, Et gloire d'Israël, ton peuple. »           <o:p></o:p>

    La très Sainte Vierge Marie et saint Joseph entendirent ce cantique de Siméon en pensant à la Révélation qu’elle contenait. Les évangélistes les appellent les parents du divin Enfant, car c’est ce que pensaient ceux qui étaient présents à ces évènements. Siméon s’adressant à la très sainte Mère de l’Enfant Jésus dit encore : «  Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, et à toi-même une épée te transpercera l'âme, afin que les pensées de beaucoup de coeurs soient dévoilées. » <o:p></o:p>

    Ainsi, saint Siméon , étant un prêtre, a béni les heureux parents de l’Enfant. Alors aussi, la prophétesse Anne, reconnut le Verbe incarné et plein du Saint-Esprit. Elle parla des mystères du Messie à ceux qui étaient présents et espéraient la Rédemption d’Israël. Par ces deux saintes personnes, un témoignage public de la venue du Rédempteur a été donné au monde.
    601. Quand le prêtre Siméon a mentionné l'épée et le signe de contradiction qui prophétisaient la Passion et mort du Seigneur, l'Enfant a courbé sa tête. De cette façon, et par beaucoup d'autres actes intérieurs d'obéissance, Jésus a ratifié la prophétie du prêtre et l'a accepté comme la parole du Père éternel prononcée par son prêtre. La Mère affectueuse comprenait. Elle a commencé à sentir la peine prédite par Siméon pour l'instant et d’ avance Elle a été blessé par l'épée comme elle avait été prévenue. Comme dans un miroir son esprit a vu défiler tous les mystères inclus dans cette prophétie ; comment son très Saint Fils allait devenir la pierre qui allait faire trébucher les incrédules, emmener leur perdition et le salut du fidèle,  la chute de  la synagogue et l'établissement de l'Église parmi les païens.  Elle a prévu le triomphe de la victoire sur les diables et sur la mort, mais aussi quel grand  prix serait payé pour l'obtenir, à savoir l'effroyable agonie et la mort sur la Croix. (Col. 2, 15) Elle a prévu l'opposition sans bornes et les contradiction qui le Seigneur Jésus aurait à faire face personnellement et en même temps dans son Église. (Jean 15, 20) Elle a aussi vu la gloire des âmes prédestinées. La très Sainte Marie savait déjà tout, et dans la joie et la peine de son âme pure, renouvelé par les prophéties de Siméon et des mystères cachés, Elle a fait preuve d'actes héroïques de vertu. Toues ces choses ont été mémorisées de façon indélébile. De tout ce q’Elle comprenait et  éprouvait, Elle n'a pas oublié le moindre détail. À tout moment Elle a eu pour son Saint Fils  une telle peine vivante, que nous, simples créatures humaines avec des cœurs si plein d'ingratitude, ne seront jamais capable de sentir.. Le saint  époux, saint Joseph, à travers les prophéties comprenait également la signification des mystères de la Rédemption et les peines et souffrances de Jésus. Mais le Seigneur ne les lui a pas révélé aussi complètement et ouvertement comme il l'avait fait pour son épouse céleste; car pour sa part, ces révélations devaient servir un but différent, et de plus, saint Joseph était destiné à ne pas être témoin de  évènements de la Passion pendant sa vie mortelle.
    602. La cérémonie de la présentation terminée, la grande Dame a embrassé la main du prêtre et a encore a demandé sa bénédiction. Elle a fait de même pour Anne, son ancienne enseignante. Sa dignité comme Mère de Dieu, le plus haut possible parmi les Anges ou les hommes, ne l'avait pas  empêché d'accomplir ces actes d'humilité la plus profonde. Ensuite, avec  Saint Joseph, son époux, et des quatorze mille anges en procession, Elle est revenue avec l'Enfant divin à sa maison. Ils sont restés encore quelques jours à Jérusalem pour poursuivre leur dévotion, et pendant ce temps Elle a parlé quelques fois avec le prêtre au sujet des mystères de la Rédemption et des prophéties susmentionnées. Bien que les paroles les plus prudentes de la Mère étaient, mesurés et réservés, elles étaient cependant si pesantes et pleins de sagesse, qu'elles ont rempli le prêtre d'émerveillement et provoqué chez lui les sentiments les plus exaltés d'une grande félicité dans son âme. La même chose est arrivée à  la prophétesse Anne. <o:p></o:p>

    Les deux prophètes sont morts dans le Seigneur peu après. <o:p></o:p>

    La Sainte Famille a logé aux dépens de Siméon. Pendant ces jours la Reine s’est rendue souvent au  temple et a bénéficié de beaucoup de faveurs et de consolations en récompense pour la peine causée par les prophéties du prêtre. Pour accentuer ces consolations, son Saint Fils lui a parlé : " Ma plus chère Mère et ma Colombe, séchez vos larmes et  laissez ce cœur le plus pur s’épanouir, car, c'est par la volonté de mon Père, que j'accepte la mort de la Croix. Je désire que Tu deviennes mon compagnon dans mes missions et  mes souffrances ; Je désire ardemment les subir pour les âmes qui sont issues de mes mains (Ephes. 2, 10), et faites selon mon image et ressemblance dans le but de les faire partager  mon règne et la vie éternelle dans le triomphe sur mes ennemis. (Col. 2, 15) <o:p></o:p>

    Tu a souhaité toi-même cette union.<o:p></o:p>

    La Mère a répondu: " O mon Amour le plus doux et mon propre Fils, si pour être avec Toi j'avais le privilège d'être témoin de Tes souffrances et d'en avoir pitié, mais aussi de mourir avec Toi, le plus grand sera mon soulagement; car ce sera une plus grande souffrance pour moi de vivre, en Te voyant  mourir. " Elle a pendant plusieurs jours, fait ces exercices d'amour et de compassion, jusqu'au moment saint Joseph a été ordonné de fuir vers Egypte.

    Saint Bernardine de Sienne.1380-1444.<o:p></o:p>

    St. Bernardine est considéré comme le plus grand missionnaire italien du 15e siècle. Le plus grand prédicateur de son temps. Il a traverse à pied la longueur et la largeur de l’Italie, pour prêcher et a propager la dévotion au saint nom de Jésus.<o:p></o:p>

    Appelé l’Apôtre de l’Italie, il a légué plusieurs écrits qui ont joui d’une grande réputation, dont un traité sur la Bienheureuse Vierge Marie et saint Joseph. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Bonaventure. 1222-1274.<o:p></o:p>

    Docteur de l’Eglise, Cardinal- évêque d’Albano, Directeur des Frères Mineurs. Il était vénéré pour sa piété et les miracles accomplis de son vivant. Il était aussi un grand orateur et un enseignant de grand renom. Il a prêché devant des papes et des rois. En 1434, quand on a transféré sa dépouille, sa tête était intacte. Il a été canonisé en  1482 par le pape Pape Sixte IV. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St. Robert Bellarmine. 1542-1621.<o:p></o:p>

    Evêque et Docteur de l’Eglise. Il est vénéré comme un des plus grands apologistes Catholiques, de tous les temps. Ila commenté le Nouveau Testament et le rituel romain. Il a été canonisé en 1628, et fait docteur de l’Eglise en 1931.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Père Steffano Gobbi.<o:p></o:p>

    De la Vierge Marie au Père  Steffano Gobbi le 19 mars 1996
    "Mettez –vous sous la puissante  protection de mon très chaste époux, Joseph. Imitez son silence de travailleur, sa prière, son humilité, sa confiance, son labeur. Faites les vôtres, aide et protection, amour et appui à son divin Fils Jésus. Maintenant que vous entrez dans des temps pénibles et décisifs, confiez lui aussi mon Mouvement. Il est le défenseur de mes œuvres d’amour et de miséricorde. Il est Protecteur et défenseur des évènements douloureux qui vous attendent- Protecteur et défenseurs des nombreux pièges qui, d’une façon subtile et dangereuse, mon Adversaire et le vôtre, vous tend, avec une fréquence accrue.  
    Il est le Protecteur et défenseur des moments de grandes épreuves qui vous attendent maintenant dans ces derniers temps de la purification et de la grande tribulation.
    Comme j’exprime ma gratitude à ce pays pour l’hommage de l’amour et de prière que j’ai toujours reçu, avec Jésus et mon très chaste époux Joseph, je vous bénis au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit.."

    Ce message, comme d’autres du père Gobbi, a reçu  l’imprimatur du Cardinal Escheveria Ruiz de l’ Ecuador. Cet Imprimatur a été délivré le 19 mars 1997, jour de la solennité de saint Joseph. <o:p></o:p>

    Le 8 mai  1972, le père Stefano Gobbi, de Milan, Italie, était en pèlerinage à Fatima. Il priait dans la chapelle des apparitions pour des prêtres qui voulaient organiser une rébellion contre l’autorité de l’Eglise catholique. Une force intérieure aurait poussé le père  Gobbi d’avoir confiance. Cette locution interne est un don donné par Dieu pour faire connaître certaines choses à l’humanité. Depuis juillet  1973, le père Gobbi écrit les messages de  ses locutions. Il y en a plus de 500 dans son livre « Aux prêtres, les Fils bien aimés de Notre Dame ». Le Père  a reçu une dernière locution de la Sainte Vierge le 31 décembre 1997 à Milan.<o:p></o:p>

    Le père Gobbi avait  crée le mouvement marial des prêtres et depuis 1974, il avait organisé un cénacle de prières parmi les prêtres. Le mouvement marial comprend aujourd’hui des cardinaux, des évêques et plus de cent mille prêtres et des millions de fidèles dans le monde.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sainte Margaret. Morte en 303-305. <o:p></o:p>

    Poussé à renoncer à sa Foi, la sainte Vierge a refuse d’adorer les dieux de l’Empire romain et on l’avait condamné à être brûlée, mais les flammes l’ont épargné. Elle a été alors attachée mains et pieds et plongée dans un chaudron d’eau bouillante, mais ses chaînes se sont brisées et elle était intacte. Elle a finalement été décapitée. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Autres saints dévoués à saint Joseph.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    « Tout au long de l'histoire de l'Eglise, de saint Irénée, saint Ephrem, saint Basile à saint François de Sales, sainte Thérèse d'Avila, saint Vincent de Paul, en passant par saint Augustin, saint Bernard et tant d'autres, que d'inspiration puisée auprès de l'humble charpentier devenu l'ombre du Père en vertu de sa mission dans le mystère de l'Incarnation. »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St. Justin Martyr. 100-165<o:p></o:p>

    Apologiste Chrétien, Un témoin du Christ jusqu’a la mort. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sainte Hélène.  248-328.<o:p></o:p>

    Hélène  avait épousé l’Empereur romain Constantin Chlorus, qui l’a répudié pour des raisons politiques. Elle est devenue un personnage très important, une sainte populaire quoiqu’on connaisse peu de choses d’elle. Plusieurs églises lui sont dédiées et elle et elle est souvent choisie comme modèle par des artistes : peintres et s sculpteurs. De nombreuses églises lui sont dédiées. En pèlerinage en Terre Sainte, elle a découvert la croix du Christ et a fait construire une église sur le lieu de la Nativité et de l’Ascension. Nicephorus Callistus a révélé que dans la grande basilique à Bethlehem construite par sainte Hélène, il y avait un somptueux oratoire en honneur de saint Joseph. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St. Athanase. 296-373<o:p></o:p>

    Docteur de l’Eglise. Athanase était le principal défenseur de la doctrine de l’Incarnation. Evêque d’Alexandrie. Comme membre copte, il a enseigné l’importance de Joseph, de Jésus et de Marie qui ont vécu en Egypte après la fuite de Bethléem.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Basile. <v:shapetype id="_x0000_t75" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" filled="f" stroked="f" coordsize="21600,21600"><v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"></v:path><o:lock v:ext="edit" aspectratio="t"></o:lock></v:shapetype><v:shape id="_x0000_i1025" style="width: 0.5pt; height: 6pt;" alt=" " type="#_x0000_t75"></v:shape><v:shape id="_x0000_i1026" style="width: 0.5pt; height: 11pt;" alt=" " type="#_x0000_t75"></v:shape>329-379                              <v:shape id="_x0000_i1027" style="width: 16.5pt; height: 0.5pt;" alt=" " type="#_x0000_t75"></v:shape><o:p></o:p>

    Appelé Basile le Grand. Patriarche du monastique oriental. Il a vécu en hermite à Neo-Caesaré. Il a écrit les regales de vie des moines pour l’ordre Basilien qu’il a fondé en 360<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Ephrem. 306-373.<o:p></o:p>

    Docteur de l’Eglise. Ephrem a commencé à enseigner à Edessa où il vivait en "solitaire" dans une cellule sur une colline rocheuse. Après une vie de bonnes oeuvres, prêchés, écrits religieux et exercices ascétiques. Saint  Ephrem était un écrivain prolifique et a laissé à l’église une abondance de sermons, des commentaires et des cantiques qui lui ont valu les titres "Pilier de l’église" et "Harpe du Saint-Esprit".<o:p></o:p>

    Il avait une grande dévotion pour la Vierge Marie et a dit qu’en raison de son exemption du péché originel, elle avait été épargnée des douleurs de l’enfantement.     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St. Ambroise. 340-397.<o:p></o:p>

    Père et docteur de l’Eglise. Il a lutté conte les hérétiques et les païens. St. Ambroise évêque de  Milan de 374-397. Il a dit qu’après Marie, St Joseph était le plus éminent des saints et était né pour l’avantage de tous. Car il a été destiné par Dieu pour être le patron de tous les chrétiens. Ceci a été proclamé doctrine en 1872. « Comment donc, serait-il possible que sa naissance paraisse inaperçue et ne pas être une cause de joie dans le Ciel. » <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Jérôme. 347-419<o:p></o:p>

    Père de l’Eglise. Saint Jérôme a réfuté le livre "Adversus Helvidium" qui réclamait que : <o:p></o:p>

    Marie avait d’autres enfants de  Joseph après la naissance virginale du Christ.   Du point de vue religieux, le mariage n’est pas inférieur au célibat.<o:p></o:p>

    Saint Jerome s’est appuyé sur les textes même de la Bible pour contredire  Helvidius. Son livre contre Helvidius parle de la dignité de la virginité et du mariage.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Vénérable Bède. 672-735.<o:p></o:p>

    Historien et docteur de l’Eglise. <o:p></o:p>

    Le jour même de sa mort il dictait une traduction de l’Evangile de Jean. Bède le Vénérable incarne en quelque sorte l'idéal bénédictin en associant travail, connaissance, savoir et prière. Il avait une conception traditionnelle du monde en ce qu'il lui reconnaissait une unité essentielle. Il a laissé de nombreux écrits fort intéressants bien que très peu connu du grand public.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St. Bernard de Clairvaux. 1090-1153.<o:p></o:p>

    Il avait une dévotion spéciale à la Vierge Marie.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Albert le Grand.1207-1280.<o:p></o:p>

    Dominicain, Père de l'Eglise.
    Albert le Grand sera béatifié en 1622, mais ne sera canonisé qu'en 1933. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean Gerson.  (Jean Le Charlier )1363-1429.<o:p></o:p>

    Jean Gerson est considéré comme étant l’auteur de l'Imitation de Jésus Christ. Ce qui est très contesté avec raison par plusieurs auteurs. Il tirait son l’inspiration de la Sainte Famille <o:p></o:p>

    De l'inspiration  aussi en saint Joseph. Il lui a consacré une oeuvre théologique, puis au concile de Constance, il demanda aux pères un témoignage public de piété envers saint Joseph. Il a dicté son poème de 4500 lignes "Josephina", dédié à St Joseph. Il a été un des plus grands orateurs de son temps et a fréquemment prêché à l’université en Français et en Latin.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pierre d'Ailly. 1350-1420.<o:p></o:p>

    (Petrus de Allaco). <o:p></o:p>

    Théologien et philosophe français, évêque et cardinal. <o:p></o:p>

    Il est devenu célèbre pour ses sermons ses écrits et ses discussions. Pierre d'Ailly était chancelier de l’université de Paris. Avec son célèbre disciple, Jean Charlier, appelé Gerson, ils étaient les premiers à promouvoir une dévotion en honneur de St. Joseph. Gerson a voulu pendant plusieurs années qu’il y ait une fête spéciale pour les époux : Joseph et Marie. On ignore la date de cette fête.   <o:p></o:p>

    Une fête en honneur de St Joseph date de 1517. Accordée par Léon X aux sœurs de l’Annonciation, fondée par Jeanne de Valois.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pape Sixte IV.1414-1484
    (Francesco Della Rovere) <o:p></o:p>

    En  1470 il a publié un travail sur l’Immaculé Conception.  Et a construit la Chapelle Sixtine. C’est sous le pontificat de  Sixte IV (1471-84), que les demandes de plusieurs saints personnages ont été couronnés et la fête de saint Joseph est entrée dans le Calendrier romain. (19 March) Dès ce temps la dévotion à saint Joseph s’est accrue. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Vincent  Ferrer . Mort en 1419.<o:p></o:p>

    Il est devenu Dominicain à 18 ans. Il portait toujours une grande croix et a converti plusieurs personnes. En vingt ans il a contribué à Evangéliser les provinces d’Espagne. Il a aussi coverti des musulmans par milliers et 25000 juifs de Ranzano. Ila été canonisé en 1455<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Léon X. 1475-1521<o:p></o:p>

    Il a patronné  Raphaël, qui a peint de nombreuses peintures de la Sainte Famille. Il a excommunié les réformateurs par sa bulle, Exsurge Domine (1520), mais semble avoir mal géré la crise.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pape Innocent VIII. 1484-92<o:p></o:p>

    (Giovanni Battista Cibò) La fête de saint Joseph d’abord un festum simplex, a été élevé en double rite par Innocent VIII.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Paul III.  1468-1549<o:p></o:p>

    La Fête des Epoux Marie et Joseph, promue par Jerson, a été autorisée par Paul III aux Franciscains, puis à d’autres Ordres et aux diocèses individuels.  <o:p></o:p>

    Paul II a été un bon pape sage et énergétique. Il a vécu une vie plutôt mondaine et s’est converti plus tard. Il a réformé l’Eglise. En 1519, il a convoqué le Concile de Trente. Paul II a été le patron de Michel-Ange et d’autres artistes de la renaissance.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St Pie V. 1504-1572<o:p></o:p>

    Sa famille était pauvre, et il s’occupait des brebis. Il n’était pas d’abord très populaire, mais sa piété, son habitue de visiter sept basiliques de Rome à pied, sa charité, lui ont fait gagner petit à petit le Cœur des habitants de Rome. Il a été béatifié par Clément X en 1672,et canonisé par Clément XI en 1712. Il a révisé le Bréviaire et le Missel Vulgate. La Messe Tridentine  a été traduite en plusieurs langues.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Grégoire XV. 1554-1623<o:p></o:p>

    Il a publié les règlements sur les élections papales. <o:p></o:p>

    En  1621, il a proclamé une fête d’obligation pour saint Joseph à la requête des Empereurs Ferdinand III et Léopold I et du roi Charles II d’Espagne.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint François de Sales. 1567-1622.<o:p></o:p>

    IL est connu pour son livre "La vie Dévote". François de Sales croyait que l’union avec Dieu pouvait être obtenue dans cette vie par la prière et la contemplation. Il a fondé un ordre féminin.  "La Visitation de la Sainte Vierge.".<o:p></o:p>

    Il a fait des études de loi et est devenu ensuite un docteur en théologie avant de se faire prêtre.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pape Innocent XI. 1611-1689.<o:p></o:p>

    Connu pour sa vie simple et pieuse, Innocent XI était u pape énergique mais prudent. Il a eu à combattre Louis XIV. Le pape Innocent XI a fait de St. Joseph, le patron des missions Jésuites en Chine. Il a été béatifié par le pape Pie XII, le 7 octobre 1956.<o:p></o:p>

      <o:p></o:p>

    Saint Vincent de Paul. 1581-1660<o:p></o:p>

    Saint Vincent rencontre "les pauvres" et décide de consacrer sa vie à leur service. Il fonde la première Confrérie de la Charité à Châtillon en 1625, la Fondation de la Congrégation de la Mission (Lazaristes) en 1638. IL a aussi fondé l'oeuvre des Enfants trouvés. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pape Benedict XIII. 1649-1730.<o:p></o:p>

    Bénédicte XIII a inséré en 1726, le nom de Joseph dans la litanie des Saints. <o:p></o:p>

    Ce pape a préconisé une discipline ecclésiastique rigide et voulait abolir le luxe et l’ostentation parmi les cardinaux. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pape Bénédict XIV. 1675- 1758<o:p></o:p>

    "Ces grâces, ces prérogatives spirituelles de  St. Joseph sont grandes, éminentes, certaines, et exclusivement siennes, <o:p></o:p>

    qu’elles n’ont pas été données à n’importe quel autre Saint. "
    Benedict XIV est connu dans l’histoire comme un savant. Grand travailleur, il était un esprit d’élite et très érudit, peut être le plus érudit des papes "De Servorum Dei Beatificatione et de Beatorum Canonizatione" sont à la base des  procès de béatification et de canonisation. IL a écrit sur la Messe, La Vierge Marie, la Fête Dieu, et quelques Saints.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Clément XI. (1649-1721)<o:p></o:p>

    Gian Francesco Albani avait refuse d’être pape, il a donc fallu plusieurs jours pour que les théologiens le convainquent. La fête de St Joseph a été promue au rang de double de second classe par Clément XI. Ce grand et saint pape est mort le jour de la fête de saint Joseph, pour qui il avait une particulière dévotion, et en l’honneur de qui, il a composé un Office spécial, qui a été inclus dans le bréviaire. Sa tombe se trouve à Saint Pierre de Rome. Sa capacité de travail était stupéfiante, il dormait peu et se nourrissait si parcimonieusement que quelques pièces seulement lui suffisaient. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St. Alphonse Liguori. 1696-1787.<o:p></o:p>

    A l’âge de 16 ans, il obtint le degré de Docteur de la Loi, quand selon les statuts, il fallait avoir vingt ans pour y accéder. Huit fois pendant sa longue vie, il a dû recevoir l’Extrême Onction.  Il devait être pratiquement paralysé à la fin de sa vie. C’était un dirigeant accompli. Sa dévotion au Saint Sacrement et à la Sainte Vierge Marie était extraordinaire. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Marie-Marguérite d'Youville.1701-1771.<o:p></o:p>

    Fondatrice des Sœurs de Charité. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Eugène de Mazenod. 1782-1861.<o:p></o:p>

    St Eugène de Mazenod, "Je trouve mon bonheur dans le travail Pastoral. C’est pour cela que je suis Evêque, pas pour écrire des livres plus encore de flatter les grands e perdre mon temps parmi les riches. Ce n’est pas la façon il est vrai de devenir cardinal, mais si on peut devenir un sait c’est meilleur.?" <o:p></o:p>

    Il était à l’église un Vendredi Saint quand il a eu une expérience mystique, qu’il n’a pas révélé. Il a depuis change de vie. Evêque de  Marseille, et fondateur de la  Congrégation des Oblates de Marie Immaculé, Il était un partisan de l’infaillibilité papale et un défenseur de la doctrine de l’Immaculé Conception de Marie.  <o:p></o:p>

    Le bienheureux Eugène de Mazenod a vécu à la fin d'un siècle de révolution. Il a développé certaines dévotions, comme, par exemple, sa dévotion à la Trinité, au Christ Sauveur, à la Vierge Immaculée, à saint Joseph, aux Apôtres, à l'Église. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pie IX. 1792-1878.<o:p></o:p>

    Il a proclamé le dogme de l’Immaculée Conception en 1854.Il a combattu lemodernisme.  Un des premiers actes du pontificat de Pie IX, lui-même ayant une grande dévotion envers Joseph, a été d’étendre à toute l’église la fête du patronage en 1847,et en  décembre 1870, les vœux des évêques et des fidèles, il a proclamé Joseph patron de l’Eglise Catholique. Et aussi que le 19 mars soit célébré comme double de première classe ‘sans octave à cause du carême’<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Léon XIII. (1810-1903),<o:p></o:p>

    Léon XIII a permis dans certains jours la lecture de L’Office de saint Joseph. Il a promulgué l’Encyclique Rerum Novarum (1891) sur les salaires et les associations de travailleurs. Il est ‘le pape des travailleurs’<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pie X. 1835-1852.<o:p></o:p>

    Son père était un facteur. Pape compétent, avec une force de caractère, Il a favorisé la piété parmi les fidèles et a encourage la sainte Communion fréquemment. Il a aussi  propagé le catéchisme pour les enfants comme pour les adultes. Comme Léon XIII il s’est intéressé aux questions sociales. <o:p></o:p>

    Pie X a approuvé le 18 mars 1909, une litanie en honneur de saint Joseph.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pie XI. 1857-1939.<o:p></o:p>

    IL a donné un essor au clergé indigène et aux missions. <o:p></o:p>

    Le pape Pie XI a publié Divini Redemptoris, une lettre Encyclique condamnant le Communisme. En gratitude pour sa guérison, le pape ajoute à la fin de l’Encyclique : <o:p></o:p>

    « Nous plaçons la grande campagne de l’Eglise contre le Communisme mondial sous la bannière de saint Joseph son puissant Protecteur. »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Thérésita : la Vénérable Maria Teresa Gonzalez-Quevedo.1930-1950.<o:p></o:p>

    Théresita de la Congrégation Mariale de Madrid, disait :  <o:p></o:p>

    "Le premier pas pour devenir saint, c'est d'avoir confiance et à la suite de s'abandonner à la Vierge pour que Dieu fasse ce qu'Il désire".<o:p></o:p>

    "Je ne comprends pas comment il peut arriver qu'il y ait des personnes indifférentes à la Vierge et qui vivent sans Lui faire appel, car ils se compliquent beaucoup plus la vie".<o:p></o:p>

    Elle ajoutait: "Je suis pleine de dévotion pour saint Joseph aussi. Qu'est-ce que Jésus et Marie pourraient dire si je n'aimais pas ce grand saint?" <o:p></o:p>

        <o:p></o:p>

    Jean XXIII. 1881-1963.<o:p></o:p>

    Le bienheureux Jean XXIII, a été un pape très populaire. <o:p></o:p>

    En 1962, le  nom de Joseph ajouté au canon de la Messe par le "bon pape Jean XXIII" pape Jean XXIII qui disait : "Saint Joseph, je l'aime beaucoup, à tel point que je ne puis commencer ma journée, ni la finir, sans que mon premier mot et ma dernière pensée soient pour lui."Il a convoqué le Concile de Vatican II. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean Paul II. 1920-2005<o:p></o:p>

    Un grand pape non Italien. Il a échappé à une tentative d’assassinat et fut grièvement blessé. Il s’est rétabli et a beaucoup voyagé. Ecrivain prolifique, il est aussi l’auteur de plusieurs Encycliques. L’Eglise a toujours accepté la grande dignité de saint Joseph et l’a honoré, comme il se doit. <o:p></o:p>

    Jean Paul II   <o:p></o:p>

    En 1986, le pape Jean Paul II proclame Joseph, gardien du Rédempteur dans l’Encyclique  Redemptoris Custor, <o:p></o:p>

    à cause de l'influence des jésuites.<o:p></o:p>

    Jean Paul II a dit, à propos de la proclamation de saint Joseph comme le patron de l’Eglise :  "Pour Pie IX ce n’était pas un simple geste, car en vertu de la suprême dignité que Dieu a donné à son plus fidèle serviteur Joseph, 'l’Eglise, après la Vierge Marie, son épouse l’a toujours tenu en honneur et lui a comblé de louanges ayant recours à lui dans les difficultés.. <o:p></o:p>

    Suivant Pie IX, Léon XIII a souligné en  1889 que St Joseph était le patron et protecteur de l’Eglise parce qu’il était le gardien naturel chef et défenseur de la Sainte Famille. Il est le gardien de la Sainte Famille car il a été l’époux de Marie et père adoptif légal du Christ En conclusion Léon XIII dit "C’est donc bon  pour la dignité de Joseph que comme jadis il avait toujours surveillé et protégé la Sainte Famille à Nazareth, il défend aujourd’hui l’Eglise du Ciel. <o:p></o:p>

    Aujourd’hui, Jean Paul II enseigne que St. Joseph est le personnage le plus rapproché de Dieu après Marie: "L’Incarnation est précisément le mystère par lequel Joseph de Nazareth a partagé comme aucun autre humain à part la Vierge Marie, la Mère du Verbe Incarné<o:p></o:p>

    Il dit aussi: <o:p></o:p>

    C’est certain que rien ne peut être plus sublime que la dignité de la Mère de Dieu  cependant comme Marie était uni à Joseph par les liens du mariage, il n’y a aucun doute que Joseph a approché comme aucune autre personne ne le peut, la dignité éminente qui couronne la Vierge Marie au-dessus de tous. <o:p></o:p>

    "Dans le passé l’Eglise a recommandé aux fidèles, l’intercession de Joseph pour protéger les familles des dangers. "De nos jours nous continuons à recommander le patronage de St Joseph. "Nos prières et la personne même de St Joseph ont une nouvelle signification pour l’Eglise à la lumière du Troisième Millénaire. Parce qu’il est le protecteur de l’Eglise ; il est les gardien de l’Eucharistie et de la famille Chrétienne. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Oeuvres concernant Saint Joseph.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Ordres de saint Joseph.<o:p></o:p>

                               <o:p></o:p>

    Sœurs de saint Joseph. <o:p></o:p>

    Sœurs de saint Joseph du troisième Ordre de saint François.  Le Franciscanisme est une méthode de suivre le Christ inspire par les exemples de saint François et de Claire d’Assise. C’est une vie dévouée aux valeurs de l’Evangile. A  l’imitation de Jésus on trouve Dieu d’une façon spéciale parmi les pauvres et les rejetés.  La congrégation préconise le dépouillement. <o:p></o:p>

    Historique des sœurs de Saint-Joseph <o:p></o:p>

    Le monument à saint Joseph érigé devant le noviciat des sœurs de Saint-Joseph constitue un hommage au patron de cette communauté religieuse. La fondation de la communauté des sœurs de Saint-Joseph remonte à 1651 alors que le père Médaille, jésuite, fonde l'institut de Puy. Les buts premiers de cet institut sont de veiller à l'éducation des jeunes filles et des orphelins et au soin des malades. C'est le début des sœurs de Saint-Joseph, sans costume ni clôture, présentes au monde et données à Dieu.<o:p></o:p>

    <B style="ms


    votre commentaire