• Judas Iscariote. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L’apôtre qui a trahi le Seigneur..<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le nom Judas (Ioudas) est la forme grecque de Judah (Hebreu "loué"), Pour le distinguer des autres Judas dans le Nouveau Testament, on l’appelle Iscariote  ["Un homme de Kerioth" ou Carioth, une cité de la Judée]. Il ne vient donc pas comme les autres apôtres de Galilée. Dans la liste des apôtres des Evangiles Synoptiques, il est mentionné Judas Iscariote qui l’a trahi. (Mt : 10:4. Mc : 3:19; Lc : 6:16)  <o:p></o:p>

    Dans Jean, il est aussi mentionné en relation avec sa trahison.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jn 6 : 70-71.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    70<o:p></o:p>

     Jésus leur répondit: N'est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze? Et l'un de vous est un démon! <o:p></o:p>

    71<o:p></o:p>

     Il parlait de Judas Iscariote, fils de Simon; car c'était lui qui devait le livrer, lui, l'un des douze. A Béthanie, il est aussi fait mention de Judas<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jn 12:3-8<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

     Marie, ayant pris une livre d'un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus, et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux; et la maison fut remplie de l'odeur du parfum<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

     Un de ses disciples, Judas Iscariote, fils de Simon, celui qui devait le livrer, dit: <o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

     Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum trois cent deniers, pour les donner aux pauvres? <o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

     Il disait cela, non qu'il se mît en peine des pauvres, mais parce qu'il était voleur, et que, tenant la bourse, il prenait ce qu'on y mettait<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

     Mais Jésus dit: Laisse-la garder ce parfum pour le jour de ma sépulture<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

     Vous avez toujours les pauvres avec vous, mais vous ne m'avez pas toujours<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La Trahison. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mt : 26 14-16 <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

     Alors l'un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs, <o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

     et dit: Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai? Et ils lui payèrent trente pièces d'argent<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

     Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mc, 14 : 10-11. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

     Judas Iscariote, l'un des douze, alla vers les principaux sacrificateurs, afin de leur livrer Jésus<o:p></o:p>

    11 <o:p></o:p>

     Et Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Après l'avoir entendu, ils furent dans la joie, et promirent de lui donner de l'argent<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Luc dit que Satan s’est accaparé de Judas pour le faire commettre son crime. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Lc, 22, 2-6.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

     Les principaux sacrificateurs et les scribes cherchaient les moyens de faire mourir Jésus; car ils craignaient le peuple<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

     Or, Satan entra dans Judas, surnommé Iscariote, qui était du nombre des douze<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

     Et Judas alla s'entendre avec les principaux sacrificateurs et les chefs des gardes, sur la manière de le leur livrer<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

     Ils furent dans la joie, et ils convinrent de lui donner de l'argent<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

     Après s'être engagé, il cherchait une occasion favorable pour leur livrer Jésus à l'insu de la foule<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jn 13 : 1-3.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

     Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

     Pendant le souper, lorsque le diable avait déjà inspiré au cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, le dessein de le livrer, <o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

     Jésus, qui savait que le Père avait remis toutes choses entre ses mains, qu'il était venu de Dieu, et qu'il s'en allait à Dieu<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean dit que Jésus savait à l’avance que l’on allait le livrer.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean 6 : 63-65.                                                                                       <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    63<o:p></o:p>

     C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie<o:p></o:p>

    64<o:p></o:p>

     Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait<o:p></o:p>

    65<o:p></o:p>

    Et il ajouta: C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mt 26:45-50.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    45<o:p></o:p>

     Puis il alla vers ses disciples, et leur dit: Vous dormez maintenant, et vous vous reposez! Voici, l'heure est proche, et le Fils de l'homme est livré aux mains des pécheurs<o:p></o:p>

    46<o:p></o:p>

     Levez-vous, allons; voici, celui qui me livre s'approche<o:p></o:p>

    47<o:p></o:p>

     Comme il parlait encore, voici, Judas, l'un des douze, arriva, et avec lui une foule nombreuse armée d'épées et de bâtons, envoyée par les principaux sacrificateurs et par les anciens du peuple<o:p></o:p>

    48<o:p></o:p>

     Celui qui le livrait leur avait donné ce signe: Celui que je baiserai, c'est lui; saisissez-le<o:p></o:p>

    49<o:p></o:p>

     Aussitôt, s'approchant de Jésus, il dit: Salut, Rabbi! Et il le baisa<o:p></o:p>

    50<o:p></o:p>

     Jésus lui dit: Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le. Alors ces gens s'avancèrent, mirent la main sur Jésus, et le saisirent<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mc 14:41-46.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    41<o:p></o:p>

     Il revint pour la troisième fois, et leur dit: Dormez maintenant, et reposez-vous! C'est assez! L'heure est venue; voici, le Fils de l'homme est livré aux mains des pécheurs<o:p></o:p>

    42<o:p></o:p>

     Levez-vous, allons; voici, celui qui me livre s'approche<o:p></o:p>

    43<o:p></o:p>

     Et aussitôt, comme il parlait encore, arriva Judas l'un des douze, et avec lui une foule armée d'épées et de bâtons, envoyée par les principaux sacrificateurs, par les scribes et par les anciens<o:p></o:p>

    44<o:p></o:p>

     Celui qui le livrait leur avait donné ce signe: Celui que je baiserai, c'est lui; saisissez-le, et emmenez-le sûrement<o:p></o:p>

    45<o:p></o:p>

     Dès qu'il fut arrivé, il s'approcha de Jésus, disant: Rabbi! Et il le baisa<o:p></o:p>

    46<o:p></o:p>

     Alors ces gens mirent la main sur Jésus, et le saisirent<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Lc 22:41-46.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    41<o:p></o:p>

     Il revint pour la troisième fois, et leur dit: Dormez maintenant, et reposez-vous! C'est assez! L'heure est venue; voici, le Fils de l'homme est livré aux mains des pécheurs<o:p></o:p>

    42<o:p></o:p>

     Levez-vous, allons; voici, celui qui me livre s'approche<o:p></o:p>

    43<o:p></o:p>

     Et aussitôt, comme il parlait encore, arriva Judas l'un des douze, et avec lui une foule armée d'épées et de bâtons, envoyée par les principaux sacrificateurs, par les scribes et par les anciens<o:p></o:p>

    44<o:p></o:p>

     Celui qui le livrait leur avait donné ce signe: Celui que je baiserai, c'est lui; saisissez-le, et emmenez-le sûrement<o:p></o:p>

    45<o:p></o:p>

     Dès qu'il fut arrivé, il s'approcha de Jésus, disant: Rabbi! Et il le baisa<o:p></o:p>

    46<o:p></o:p>

     Alors ces gens mirent la main sur Jésus, et le saisirent<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    St Matthieu est le seul évangéliste qui mentionne la somme payée par le chef des prêtres <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mt 26 : 14-15.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

     Alors l'un des douze, appelé Judas Iscariote, alla vers les principaux sacrificateurs, <o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

     et dit: Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai? Et ils lui payèrent trente pièces d'argent<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mt 27 : 5-10.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    5.<o:p></o:p>

    Judas jeta les pièces d'argent dans le temple, se retira, et alla se pendre.<o:p></o:p>

    6.<o:p></o:p>

      Les principaux sacrificateurs les ramassèrent, et dirent: Il n'est pas permis de les mettre dans le trésor sacré, puisque c'est le prix du sang<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

      Et, après en avoir délibéré, ils achetèrent avec cet argent le champ du potier, pour la sépulture des étrangers<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

      C'est pourquoi ce champ a été appelé champ du sang, jusqu'à ce jour<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

      Alors s'accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète: Ils ont pris les trente pièces d'argent, la valeur de celui qui a été estimé, qu'on a estimé de la part des enfants d'Israël; <o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

      et il les ont données pour le champ du potier, comme le Seigneur me l'avait ordonné<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La mort de Judas.<o:p></o:p>

    Matthieu mentionne la mort de Judas, qui s’est pendu. Pierre dit qu’il est mort en tombant. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mt 27 : 3-5.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

     Alors Judas, qui l'avait livré, voyant qu'il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d'argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens, <o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

     en disant: J'ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent: Que nous importe? Cela te regarde<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

     Judas jeta les pièces d'argent dans le temple, se retira, et alla se pendre<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pierre parle de Judas dans les Actes.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Actes I : 16-20.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

     Hommes frères, il fallait que s'accomplît ce que le Saint Esprit, dans l'Écriture, a annoncé d'avance, par la bouche de David, au sujet de Judas, qui a été le guide de ceux qui ont saisi Jésus<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

     Il était compté parmi nous, et il avait part au même ministère<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

      Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s'est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

     La chose a été si connue de tous les habitants de Jérusalem que ce champ a été appelé dans leur langue Hakeldama, c'est-à-dire, champ du sang<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

     Or, il est écrit dans le livre des Psaumes: Que sa demeure devienne déserte, Et que personne ne l'habite! Et : Qu'un autre prenne sa charge! <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Judas dans la littérature des origines du Christianisme au 20ème Siècle<o:p></o:p>

    Jacqueline Sayerle.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    « Dès l’origine du Christianisme, exégètes et théologiens n’ont cessé de s’intéresser à Judas. Ce n’est pas de leurs écrits que je vais parler mais des œuvres littéraires où il figure, comme personnage principal ou non. Il y en a évidemment beaucoup plus que je n’en citerai. Je crois cependant mon choix assez large et varié pour présenter les principaux aspects sous lesquels Judas est apparu au cours des siècles. <o:p></o:p>

    Il occupe une place de premier plan dans l’histoire religieuse et de tout temps, il a suscité des questions. Il a trahi son maître, il est en partie responsable de sa mort, d’où l’horreur qu’il a généralement inspirée. Mais si cette mort était nécessaire à la Rédemption, Judas n’a-t-il pas, malgré lui, collaboré à cette Rédemption ? Et y a-t-il un salut pour lui ? A toutes les époques, des gens simples comme des théologiens ont médité sur son destin et certains ont espéré pour lui la miséricorde divine. Ainsi, au 13ème siècle, Sainte Gertrude raconte qu’interrogé par elle sur le sort de Judas, le Seigneur lui répondit : “De Salomon ni de Judas, je ne te dirai ce que j’ai fait, pour qu’on n’abuse pas de ma miséricorde”. Bernanos, jeune garçon, fait dire des messes “pour une âme en peine”, celle de Judas. Péguy semble avoir été obsédé par ce personnage, et pour montrer l’éternelle actualité de ce sujet, il écrit, évoquant la nuit de Gethsémani : “Judas était prêt et le baiser montait aux lèvres de Judas. Le baiser qui attendait depuis le siècle des siècles ensuite retentira éternellement”. <o:p></o:p>

    D’autre part, Judas est une énigme psychologique : pourquoi a-t-il trahi ? Les évangélistes disent peu de chose sur son caractère. A part Jean qui le traite de voleur et suggère qu’il était cupide, ils se bornent à rapporter des faits ou bien des paroles de Jésus. Pascal l’a d’ailleurs très bien vu : “Le style de l’Evangile, écrit-il, est admirable en tant de manières et entre autres en ne mettant jamais aucune invective contre les bourreaux et ennemis de Jésus-Christ. Car il n’y en a aucune des historiens contre Judas…”. <o:p></o:p>

    Nous verrons que cette discrétion (ou cette charité) n’a pas toujours été observée par la suite. Pendant de nombreux siècles, on s’est contenté du portrait stéréotypé d’un homme qui réunissait en lui tous les vices. <o:p></o:p>

    Mais, aux 18ème et 19e siècles, et surtout au 20e, le tabou étant levé, on s’est intéressé à lui, on a essayé de percer son mystère, voire de le réhabiliter. Auteurs chrétiens et non chrétiens l’ont pris comme sujet de leurs livres. Pour certains, il semble avoir été surtout un prétexte, d’autres ont cherché visiblement l’originalité, voire la provocation et le scandale. <o:p></o:p>

    Après ce survol, voyons avec quelques détails comment dix-neuf siècles de chrétienté se sont représenté ce personnage. La condamnation portée contre lui semble avoir été générale et l’image qu’on trace de lui se ramène à quelques traits : c’est un avare, un voleur, un envieux et un traître, bref un être démoniaque, un damné. A ces vices, à cette trahison, l’Eglise ajoute deux crimes, à ses yeux peut-être les pires : Le sacrilège (il a profané l’eucharistie en partageant la Cène avec les autres disciples) et le suicide. Et son physique correspond à son âme : il est hideux. Qu’on se rappelle le visage que lui prête Giotto dans la fresque du baiser ! On l’imagine en général roux : on a souvent regardé les roux avec méfiance. A ce propos, on cite cette anecdote : un jésuite, voulant insulter un homme, remarque qu’il est roux comme Judas. A quoi l’insulté répond spirituellement : “Je ne sais pas si Judas était roux, mais je sais qu’il était de la compagnie de Jésus”. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Antijudaïsme des premiers siècles <o:p></o:p>

    Très tôt ; l’antijudaïsme va accroître l’horreur qu’inspire le personnage : en effet, le mot latin qui signifie “Juif”, Judaeus, est très proche de Judas, qui par ailleurs est le nom d’une des douze Tribus. <o:p></o:p>

    Et la légende s’est vite emparée de lui. Dès le 2ème siècle, l’évêque Papias racontait qu’après sa trahison, Judas avait vu son corps enfler démesurément, qu’un chariot l’avait écrasé et que ses intestins s’étaient répandus à terre. <o:p></o:p>

    Un Evangile apocryphe, Vie de Jésus en arabe, raconte qu’enfant Judas était déjà habité par un démon. Le petit Jésus, âgé de trois ans, faisant des miracles par le contact de ses vêtements ou l’eau de son bain, la mère de Judas conduisit celui-ci chez Marie pour que Jésus le guérisse. <o:p></o:p>

    Mais Judas se mit à frapper Jésus et celui-ci à pleurer. Et l’endroit où il avait été frappé est celui que, sur la croix, une lance perça. <o:p></o:p>

    Le Livre de la Résurrection par Barthélemy raconte que la femme de Judas avait pris en nourrice le fils de Joseph d’Arimathie âgé de sept mois. Miraculeusement, l’enfant se mit à parler pour prier son père de l’arracher des mains de “cette femme féroce” (c’est toute la famille qui est maintenant comprise dans la réprobation). Le même livre nous montre Jésus descendant dans l’Amenté (le séjour des morts pour les Coptes) et lançant contre ce “fils du diable” une série de malédictions : trente dragons incarnant tous les vices vont le dévorer. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Au moyen-age. <o:p></o:p>

    Au 13e siècle, La Légende dorée montre une intéressante interférence avec la mythologie grecque ; la mère de Judas, Ciborée, quand elle était enceinte ayant rêvé qu’elle donnerait naissance à un fils maudit, le fait exposer. Mais il est recueilli par une reine qui l’élève comme son enfant. Ayant tué celui qu’il prenait pour son frère, il s’enfuit jusqu’à Jérusalem où il entre au service de Ponce Pilate. Surpris par le propriétaire d’un jardin où il volait des fruits, il le tue. Il épouse ensuite sa femme. Cet homme, Ruben, était en réalité son père et la veuve, Ciborée, sa mère. Ayant découvert la vérité, il s’enfuit encore. C’est alors qu’il rencontre Jésus.
    On n’aurait pas pensé que le portrait de Judas pouvait se noircir encore, et pourtant l’imagination populaire ajoute à tous ses crimes le fratricide, le parricide et l’inceste. Mais le plus intéressant, ici, c’est qu’on reconnaît une transposition du mythe d’Œdipe. Il y a là une idée profonde : Judas comme Œdipe sont deux figures de la prédestination. Mais, plus malheureux qu’Œdipe, Judas est coupable encore de la mort du fils de Dieu. <o:p></o:p>

    Les pires supplices sont imaginés pour ce damné. Dans le dernier chant de L’Enfer, Dante décrit le neuvième cercle réservé aux traîtres. Lucifer y réside : il est énorme, il a trois têtes et dans chaque bouche se trouve un damné qu’il dévore. Les deux premiers sont Brutus et Cassius, les meurtriers de César, voisinage qui étonnera moins si l’on songe que César est le chef de l’Empire terrestre comme Jésus celui de la cité céleste. Le troisième est Judas :
    “ Cette âme qui là haut subit la pire peine
    Est Judas l’Iscariote, dit mon maître. En la gueule
    Est la tête et dehors il agite les pieds. ” <o:p></o:p>

    Judas figure évidemment parmi les personnages des Passions et Mystères. Ce théâtre, né dans les abbayes bénédictines où, pendant les fêtes de Pâques, des clercs présentaient sous une forme dramatique des scènes de l’Evangile, a pris une énorme extension. Sorti de la nef, il a au 14ème et au 15e siècle, gagné la place publique. Il était joué par des acteurs amateurs (clercs, nobles, bourgeois) sur d’immenses tréteaux dont la longueur pouvait atteindre quarante mètres et en décors simultanés, sommaires mais nombreux (comme le Paradis terrestre, le lac de Tibériade, le temple de Jérusalem, le Golgotha et l’Enfer d’où jaillissaient des diables parmi les flammes). Les représentations duraient plusieurs jours et les textes, très longs, avaient jusqu’à quarante mille vers. Judas y tenait un rôle important. <o:p></o:p>

    Dans La Passion Palatine, il apparaît, après la scène où Marie ointe les pieds du Seigneur d’un parfum précieux, sous les traits d’un avare qui ne se résigne pas à cette perte d’argent, trente deniers au moins qu’il se promet de récupérer d’une façon ou d’une autre. Plus tard, chez Anne, il se révèle traître et menteur sans vergogne. Trait peut-être d’antisémitisme : l’auteur introduit ici un détail pittoresque : il manque deux deniers pour faire le compte ; un juif les prête à Anne, associant ainsi le peuple au crime du Temple et de Judas. Un peu plus tard, celui-ci allie le cynisme à la trahison. Son repentir n’en apparaîtra que plus invraisemblable. <o:p></o:p>

    On trouve un Judas autrement complexe dans une Passion d’une qualité très supérieure, celle d’Arnoul Gréban. Une des plus belles scènes de notre théâtre est le dialogue entre Judas et Désespérance :
    Judas – D’où viens-tu ?
    Désespérance – Du parfont d’enfer
    Judas – Quel est ton nom ?
    - Désespérance – Désespérance
    Judas-Approche et me donne allégeance
    Si mort peut mon deuil alléger.
    Au malheureux qui se demande si Jésus pourrait pardonner, Marie intervenir, Désespérance répond que son forfait est trop grand et lui tend la corde avec laquelle il va se pendre
    Judas – Attends-moi, très horrible gouffre
    Car sans fin en L’Eternel soufre
    Vais mourir de mort douloureuse.
    Le rôle de Judas n’était pas sans danger, étant donné l ‘horreur que le personnage inspirait et l’échauffement de ces immenses foules : on l’injuriait, on lui lançait des pierres, et quelquefois même il était blessé.
    La tradition des Passions n’a pas totalement disparu : qu’on pense à celle d’Oberammergau en Bavière. <o:p></o:p>

    C’est le thème d’un roman de Kazantzaki : Le Christ re crucifié. De nos jours, dans un village d’Anatolie peuplé de grecs orthodoxes vivant sous le joug d’un agha turc, les habitants décident de jouer, selon la coutume, la Passion pendant la semaine sainte. Ils distribuent les rôles en fonction du caractère et du physique des gens. Judas n’est pas difficile à trouver : “ Mais le capitaine intervint vivement : nous avons notre Judas : Panayotis, le mange plâtre ! Impossible de trouver mieux ! Une face de sauvage, marquée par la petite vérole ; une poigne de fer ; un vrai orang-outan !… Et, détail plus important encore, il a les cheveux et la barbe qui conviennent : tout rouges, comme ceux du diable ”. Mais quand, avec précaution, le prêtre demande à Panayotis de rendre un service qui “ n’est pas agréable ”, l’homme se met en colère : “ Je respecte le conseil des Anciens, réplique-t-il, mais ne me demandez pas de trahir le Christ ! je refuse. Je ne ferai pas Judas ”. En réalité, la représentation n’aura pas lieu mais la passion sera effectivement vécue par ces gens. Grecs, ils se révolteront contre le joug turc et cette révolte sera sauvagement réprimée. Et chacun des acteurs désignés aura le sort du personnage qu’il devait incarner : ainsi Manolios, choisi pour être Jésus se sacrifiera pour ses frères et sera tué par Panayotis qu’on avait contraint à prendre le rôle de Judas. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Du moyen-age au 19e siècle. <o:p></o:p>

    Après l’interdiction des Mystères, Judas, pendant des siècles, ne figure plus guère dans la littérature. Mais l’horreur que sa trahison inspire se perpétue dans des superstitions comme éviter d’être treize à table ou de tendre la main vers un plat en même temps qu’une autre personne. Et le nom reste un symbole souvent lié à l’antisémitisme. Ainsi, au 19e siècle, pour flétrir un opportuniste dangereux, Béranger écrit une chanson intitulée Monsieur Judas, et, en 1920, Léon Daudet dénonce dans Le temps de Judas la prétendue  trahison des Juifs. <o:p></o:p>

    Comme beaucoup de personnages particulièrement célèbres et typés, celui-ci est devenu un nom commun : on dit “ un judas ” comme on dit “ un tartufe ”. <o:p></o:p>

    Plus curieux encore est cet autre sens : un “ judas ” est une ouverture d’où l’on peut voir “ en traître ”. Une expression rappelle que, selon la légende Judas était roux : le “ bran de Judas ” (le bran est la partie la plus grossière du son) désigne les taches de rousseur. Le mot est même devenu adjectif : “ Que cela est Judas ! ” S’écrie un valet de Molière. <o:p></o:p>

    Pour qualifier la même action vile, son maître a une expression plus relevée : “Que voilà qui est scélérat !” Cet exemple montre que l’emploi du mot était courant et qu’il appartenait plutôt à la langue familière. Un siècle plus tôt, Agrippa d’Aubigné parlait d’un “jaune pâle, jaune doré, jaune Judas”. <o:p></o:p>

    A partir du 18ème siècle, avec le progrès des études scripturaires, le regard des théologiens et des laïques sur Judas va se transformer. Dans un écrit intitulé “Judas Iscariot et autres essais”, l’anglais Th. De Quincey, à la suite, dit-il, de penseurs allemands, tente de le réhabiliter. Tout ce qu’on a pensé et dit de lui est faux, affirme-t-il. Judas estimait que toutes les conditions étaient réunies pour que s’instaure le royaume terrestre attendu. Mais Jésus était une sorte d’Hamlet : il hésitait à agir. Judas a voulu l’y contraindre. Il est mort désespéré d’avoir involontairement causé la mort de son maître. Cet intestin répandu sur le sol, selon la légende, c’est l’image de son “cœur brisé”. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le Judas du 19e siècle. <o:p></o:p>

    Une cinquantaine d’années plus tard, dans La Vie de Jésus, œuvre aussi littéraire que théologique, Renan porte un jugement favorable et au total assez traditionnel, mais cependant nuancé sur Judas. Il écrit “Le souvenir d’horreur que la sottise ou la trahison de cet homme laissa dans la tradition chrétienne a dû introduire ici quelque exagération”. Ecartant comme motifs de la trahison l’avarice (l’intérêt de Judas était de continuer à “tenir la caisse”), l’amour-propre, il refuse de croire Jean qui veut “en faire un voleur”. Pour lui, “l’administrateur aura tué l’apôtre”, il trouvait que le maître coûtait trop cher à sa famille spirituelle. Il y eut peut-être dans son fait plus de maladresse que de perversité. En tout cas, le “pauvre Judas” n’avait pas complètement perdu le sentiment moral, puisque voyant les conséquences de sa faute, il se repentit et, dit-on, se donna la mort. <o:p></o:p>

    A peu près à la même époque, un prolongement tardif de la vision très noire que les siècles chrétiens ont eue de Judas se rencontre chez Victor Hugo. La deuxième partie de La Fin de Satan intitulée Le Gibet est une paraphrase poétique et en somme très catholique de l’Evangile. <o:p></o:p>

    L’ennemi des prêtres et de la religion s’y montre plein de respect pour le Christ et  ne conteste rien de ce que l’Ecriture a dit. Judas apparaît dans plusieurs poèmes. On le voit d’abord recevoir d’un prêtre les deniers de la trahison. Madeleine vient confier à Marie ses soupçons : Judas est “un calculateur de fraude et de profit, “C’est un monstre”… Il faut décider Jésus à quitter Jérusalem le soir même et l’arracher à Judas, son hideux compagnon.
    “ La mère en sanglotant lui fait signe que non”.
    Au jardin de Gethsémani, le traître s’approche “blême et les mains crispées,
    “ Baise Christ et le ciel sacré fut obscurci”.
    Jésus est arrêté :
    “ Il ne regardait rien pour épargner Judas”.
    Dans Pire que Judas on voit celui-ci rapporter l’argent au Temple puis se pendre
    “ Où ? Dans quel vil ravin ? Dans quel recoin maudit ?
    “ Est-ce à quelque vieux clou d’un mur qui pourrissait
    “ Qu’il attacha le nœud vengeur ? Nul ne le sait,
    “ Cette corde à jamais flotte dans les ténèbres.
    Le poème suivant est une méditation sur le “Champ du potier”
    “Ton nom semble tragique et fait d’un mot qui souffre,
    “ Haceldama ! ce mot crie ainsi qu’un blessé” <o:p></o:p>

    Nous voici au seuil du 20e siècle. Un bilan rapide montre que les 19 siècles précédents ont vu
    La formation de la légende de Judas
    La constitution d’un mythe en liaison avec l’antisémitisme
    La naissance d’un personnage littéraire (essentiellement au théâtre et en poésie)
    La fortune linguistique d’un nom
    Le début de la réhabilitation du disciple maudit <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Au 20e siècle. <o:p></o:p>

    Nous savons que, à partir du 18e siècle, certains penseurs ont eu de Judas une vision moins sévère et plus nuancée. La tendance se précise au 20e siècle, en même temps que le personnage semble éveiller de plus en plus d’intérêt chez des écrivains tant juifs ou incroyants que chrétiens. La production d’œuvres où il joue un rôle important ou capital devient abondante : livres à mi-chemin entre la théologie et la littérature ou entièrement profanes, et dans des genres variés : essai, théâtre, roman. Dès maintenant on peut proposer quelques explications : <o:p></o:p>

    La première est la levée du tabou. Dans notre époque de laïcité et de liberté d’expression chacun peut impunément écrire ce qu’il veut sur un tel  sujet.
    D’autre part la religion est à la mode. Les livres sur la vie de Jésus se multiplient. Judas y tient nécessairement une place, d’autant plus importante que l’exégèse, en portant sur lui un regard nouveau, augmente la curiosité qu’il inspire.
    De plus, rappelons-nous que pendant de longs siècles il a été considéré (il l’est encore par certains) comme la figure même du juif. Chez certains auteurs sa réhabilitation sera une manière, plus ou moins consciente, de lutter contre l’antisémitisme.
    D’ailleurs, au-delà de ces motifs, on doit reconnaître qu’il a de quoi devenir un héros de roman. Dès les premiers siècles sa trahison a paru une énigme devant laquelle on s’inclinait. Les hommes de notre temps veulent la percer. Son comportement déroutant ne décourage pas des gens habitués aux analyses freudiennes et aux complexités des personnages de Dostoïevski. <o:p></o:p>

    Je crois qu’il faut aller plus loin : notre époque qui a  divinisé Sade et fait un saint de Jean Genet et n’oublie pas le mot de Gide : “on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments”, ressent une attirance pour cet être malheureux et maudit. <o:p></o:p>

    Bref, de l’horreur à l’exaltation, il inspire les sentiments et les œuvres les plus divers. Sans tenir compte de la chronologie, je parlerai successivement des ouvrages où il reste proche du personnage traditionnel, puis de ceux qui le réhabilitent, de ceux enfin où il est glorifié. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Personnage traditionnel. <o:p></o:p>

    Je débuterai par un texte situé à la charnière du 19è et du 20è siècle, où se condense toute l’exécration de 19 siècles de christianisme à l’égard de Judas. Publié en 1892, il était resté à peu près invendu. La 2eédition corrigée a paru en 1905. L’auteur est Léon Bloy, un catholique frénétique qui a passé sa vie à injurier ses contemporains. Dans son paradoxal Salut par les Juifs il condamne l’antisémitisme de Drumont tout en renchérissant sur les insultes contre les juifs. Il leur reproche d’être “un peuple d’argent” et de réunir en eux les traits les plus ignobles. Mais c’est qu’ils sont, par la volonté de Dieu, chargés comme le Christ de tous les péchés du monde. <o:p></o:p>

    Seule leur conversion permettra à Jésus de descendre de sa croix. Judas est évidemment l’image parfaite du juif, “leur type, leur prototype, et leur sur type, si l’on veut, le paradigme certain des ignobles et sempiternelles conjugaisons de leur avarice à ce point qu’on les croirait tous sortis en même temps que les intestins, du ventre crevé de ce brocanteur de Dieu”. Il s’est pendu au figuier qui n’avait rien eu à donner au Christ. Quel sort attend ce maudit ? Dans une page superbe, Bloy imagine le dialogue final entre Jésus et lui : “Rien ne le sauverait, ni les supplications de Marie, ni les bras en croix de tous les martyrs, ni les ailes déployées des Chérubins ou des Trônes. Il est donc damné, et de quelle damnation !
    - J’en appelle ! Dit-il.
    Il en a appelé ! A ce mot inouï les astres s’éteignent, les monts descendent sous les mers, la face même du juge s’obscurcit. Les univers sont éclairés par la seule croix de feu.
    - A qui donc en appelles-tu de mon jugement ? demande à ce réprouvé notre Seigneur Jésus-Christ.
    C’est alors que dans le silence infini, le maudit profère cette réponse :
    - J’en appelle de  ta justice à ta gloire !” <o:p></o:p>

    De la damnation à la rédemption, c’est le mouvement même <o:p></o:p>

    que nous suivrons dans les pages que je vais consacrer à Judas personnage de la littérature contemporaine. <o:p></o:p>

    Parmi les Judas infâmes qu’elle nous offre, en voici deux, très différents et également odieux. Dans le Maître et Marguerite de Boulgakov presque toute l’action se passe dans le Moscou de Staline, mais le personnage principal étant un écrivain qui compose un roman sur  Ponce Pilate, l’auteur introduit dans le récit quelques chapitres de ce roman. Ils racontent la Passion du Christ et ses suites du point de vue du procurateur  romain. Contrairement aux exégètes soviétiques Boulgakov croit que Jésus a réellement existé mais il prend de grandes libertés dans l’Evangile et son Yeshoua ne ressemble guère à celui du Nouveau Testament. Si pour le caractère Judas reste assez classique, sa vie est profondément transformée par l’imagination du romancier. C’est un jeune homme très beau. Il n’a qu’une passion, celle de l’argent. Il a fait la connaissance de Jésus, l’a invité chez lui, l’a interrogé sur  ses idées politiques, puis est allé le dénoncer aux Prêtres. Pour éviter des troubles après la mort de Yeshoua, Pilate charge un espion de protéger Judas. Loin d’obéir, cet homme, qui est en réalité une incarnation du Diable, attire le traître dans un guet-apens. Croyant courir à un rendez-vous amoureux, Judas se rend au Jardin des Oliviers, où il est assassiné. Les tueurs jettent la bourse ensanglantée dans la cour de Caïphe. On le voit, ce Judas garde les trais du Judas traditionnel : traître, cupide, il n’a qu’un avantage, sa beauté. Encore cette beauté semble-t-elle luciférienne. <o:p></o:p>

    En 1907 Claudel dans Mort de Judas juge le traître en catholique implacable mais l’utilise comme un symbole : celui du manque de scrupules, du cynisme, de l’égoïsme, du médiocre bon sens en face de la folie de la croix. A la fin Judas est devenu la figure de l’intellectuel moderne, de la race des Goethe et des Gide. Pendu à son arbre, il monologue et fait son apologie : j’étais, dit-il “le plus instruit des douze” et un “bon administrateur”. Bien sûr, c’est plus distingué de ne pas toucher à l’argent, mais le soir tout de même, quand on avait fini de considérer les lys des champs on était heureux de trouver la soupe prête. De temps en temps il faisait “un petit virement à [son] compte personnel”, mais il avait à tenir [son] rang. Des miracles, il en a vu, il en a  même fait mais à la fin cela l’agaçait. Au moment où allait commencer une discussion passionnante “se présentait quelque cul-de-jatte qu’on remettait immédiatement sur pieds, et adieu la discussion !” Les Pharisiens, eux, étaient raisonnables, ayant à cœur l’intérêt national, l’ordre public. Ce qui a consommé la rupture, c’est le geste fou de Marie-Madeleine qui, pour acheter de “la parfumerie”, a dépensé toute sa fortune, sur laquelle il comptait. Après cela, il n’y avait plus à hésiter. Et c’est la scène du baiser. Il rendait à l’état, à la religion, à son maître lui-même “un service éminent” en l’empêchant désormais de troubler les faibles, de semer dans la population le mécontentement de ce qui existe et le goût de ce qui n’existe pas. Et voilà que les Prêtres, au lieu de le féliciter, lui jettent avec mépris un peu d’argent. “Après cela, il n’y avait qu’à tirer l’échelle ! c’est ce que j’ai fait”. On le voit, nous avons ici un Claudel comique, truculent. Le comique est sans doute un peu gros, mais cette satire de l’opportunisme, du bon sens vulgaire, a de la force. Et de tous les livres sur Judas que j’ai lus, c’est le seul de ce ton. <o:p></o:p>

    Après ces 2 textes dans lesquels un des personnages est assassiné tandis que l’autre se pend par dépit, nous n’en trouverons plus où les Judas n’ont même pas l’excuse du remords, puisque l’un est assassiné tandis que l’autre se pend par dépit. <o:p></o:p>

    Un troisième me semble une véritable provocation, le seul dont l’esprit soit vraiment sacrilège. L’intention de J. Chessex dans Judas le transparent est sans doute de dénoncer l’universelle cruauté et l’universelle corruption, incidemment aussi d’appâter le lecteur par des scènes très scabreuses. L’action se passe de nos jours, en Suisse, pendant le temps pascal et transpose avec quelles distorsions blasphématoires, les événements de la Passion. Jésus est un mage chef d’une secte où l’on pratique des violences sadiques, Judas un vieux châtelain débauché, haineux et criminel. Du Judas traditionnel il a des traits, les cheveux roux, la laideur. Il épie ses fils par un judas. Il a aimé le maître dont il a été le prêteur mais il lui reproche de ne pas l’avoir assez distingué et à Dieu d’avoir fait de lui un maudit. Après une parodie de la Cène et de la Passion, il se pendra à un figuier stérile. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Judas complexe. <o:p></o:p>

    Dans le Judas Iscariote d’Andréev, le personnage éponyme reste proche de la tradition : il est cependant plus nuancé, très russe. C’est un homme laid, jaloux et perfide. Cependant il aime Jésus. S’il le livre, c’est qu’il est mécontent de son inaction apparente, déçu dans son attente d’un Messie glorieux. Après sa trahison, il éprouve d’abord de la fierté d’avoir été plus fort que son maître, tout en méprisant la lâcheté des autres disciples. Finalement il prend conscience du vide de sa vie et se suicide. <o:p></o:p>

    Plus complexe encore, le Judas de Lanza del Vasto est, selon l’auteur, un “hérésiarque né”. <o:p></o:p>

    D’abord disciple de Jean-Baptiste qui le chasse à cause de ses vices, il rencontre Marie de Magdala et devient disciple de Jésus. C’est le plus cultivé des Douze, un intellectuel, un philosophe. Il médite sur le bien et le mal, soutenant des thèses paradoxales, par exemple qu’il faut pécher pour manifester la puissance du pardon. Malgré sa valeur, il se sent tenu à l’écart et souffre de n’être pas distingué par Jésus. C’est un jaloux. L’orgueil fera de lui un traître : flatté de l’intérêt que les Prêtres lui portent, il accepte pour ne pas les froisser (le mobile de la cupidité est désormais écarté) l’argent qu’ils lui proposent. Et puis il en veut à Jésus de ne pas manifester sa grandeur, l’entrée dans Jérusalem sur un âne le dégoûte.Il y a un autre grief, sorti tout entier de l’imagination de l’auteur : le parfum que Marie-Madeleine a répandu sur les pieds de Jésus, c’est Judas qui le lui avait offert. Néanmoins, au dernier moment, il hésite : obligé d’accompagner Malchus jusqu’au jardin des Oliviers, il parcourt un vrai chemin de croix (nous retrouverons cette “passion” de Judas). Mêlé à la foule qui réclame la mort de Jésus, il est bouleversé, hurle que son maître est innocent. Torturé, il a ce cri paradoxal : “Oh Seigneur, comme tu m’as trahi !” mais ajoute : “Je t’aime, parce que tu n’es pas un Dieu”. Il décide de mourir.Mais s’il devait rencontrer Jésus dans l’au-delà ? Finalement il crie son nihilisme : “Je crois en toi, en toi seul, Rien” et va se pendre au figuier que le Christ avait maudit. <o:p></o:p>

    Mauriac qui, dans son œuvre, scrute avec délectation les âmes des pécheurs ne pouvait pas ne pas s’intéresser à Judas. Dans sa Vie de Jésus c’est le disciple dont il parle le plus. Il porte sur lui un jugement nuancé, mais qui reste dans la ligne traditionnelle. Il le voit comme un homme raisonnable, désireux de réussite temporelle, et qui s’attache à Jésus dans l’espoir que celui-ci lui transmettra une partie de ses pouvoirs. Un peu voleur, il amasse en secret un pécule qu’il dérobe à la bourse commune. Peu à peu il comprend que la puissance du Christ n’est pas de ce monde. Il se dit qu’il est fou de gâter de pareils dons, qu’il est perdu et qu’il va l’entraîner dans sa chute. Il faut bien tirer son épingle du jeu. Il se fait des relations parmi les Prêtres. Il a accepté les trente deniers “pour ne pas les désobliger”. Mais il hésite encore. Il prendra sa décision au cours du dernier repas. Et c’est là que l’interprétation de Mauriac est intéressante et originale : Judas se croyait le mal aimé “Lui qui peut-être n’avait jamais reposé sa tête sur aucune épaule” devient “fou de jalousie”. Quand il voit Jean se pencher vers la poitrine du Seigneur. “A ce moment Satan entra en lui”. Mais même alors rien n’était encore perdu pour lui, dit Mauriac “Son crime aurait pu n’être aux yeux des hommes que celui de Pierre. Dieu aurait eu le traître nécessaire à la Rédemption et un saint de surcroît” Mais Judas a désespéré et l’auteur nous laisse tirer la conclusion. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L’explication de Judas. <o:p></o:p>

    Deux textes vont maintenant nous proposer de la trahison une explication que nous avons déjà rencontrée : c’est la déception de Judas quand il comprend que le royaume de son maître n’est pas de ce monde. <o:p></o:p>

    Il prononce un monologue de quelques pages dans En cheminant avec Jésus de G. Suffert. Il a compris, dit-il, que Jésus était bien le messie, mais (n’y a-t-il pas ici un écho de Claudel ?) il s’est aperçu que ce messie était fou. Il ne restait qu’une solution : le livrer. Ensuite sa vie a perdu tout son sens et il s’est suicidé. <o:p></o:p>

    Dans la pièce de D. Fabbri Procès à Judas une troupe d’acteurs juifs, pour essayer de savoir si le malheur sans fin des Juifs a pour cause la croix qu’ils ont dressée sur le calvaire, refait chaque soir devant de nouveaux publics le procès de Jésus. Chacun des protagonistes de la Passion vient s’expliquer devant le tribunal. Judas n’accepte pas le qualificatif de traître. Et d’abord, loin d’être un avare et un voleur, il a mis en commun tous ses biens et il était totalement ruiné quand il a reçu les 30 deniers. Et c’est précisément son rôle de trésorier qui l’a isolé. Il s’est senti rejeté et a mal supporté que Jésus ait choisi Jean et non lui pour confident. Déçu dans son attente d’un messie  roi terrestre, il a pris contact avec le Sanhedrin mais il pensait qu’on parviendrait à un modus vivendi avec Jésus. Il reproche à Jean de ne s’être pas dressé, étant averti, pour l’empêcher de livrer son maître. <o:p></o:p>

    Tous les textes déjà cités peuvent paraître bien conventionnels et très sages quand on aborde les Mémoires de Judas de P. Bourgeade, livre irritant, provocant mais intéressant par la dimension mythique qu’il donne à Judas. C’est un roman baroque par la structure (récit linéaire mais coupé de chapitres inattendus) et par le continuel télescopage des époques : par exemple la Palestine est maintenant sous domination anglaise, Pilate s’appelle Sir Ponce, les parents de Judas tiennent une station-service etc. Mais le Temple est encore debout et l’on crucifie les condamnés à mort. Le narrateur relate comment, égaré, il a été hébergé par le curé d’une église désaffectée, personnage dans lequel il reconnaît Judas. Celui-ci lui raconte sa vie et sa “trahison”. Il a accepté de livrer Jésus pour accomplir l’Ecriture. Notons l’apparition de cette explication que nous retrouverons plus loin. Après, il a éprouvé un sentiment complexe de douleur, de fierté et de rancune envers son maître qui l’a choisi, pour ce terrible rôle. Depuis 2000 ans il expie sa faute, renaissant de réincarnation en réincarnation et “pour chaque enfant qui vient au monde” [son] nom renaît, synonyme de lucre, de lâcheté, de trahison” (On peut noter ici une interférence avec le mythe du juif errant.) Il est maintenant le curé d’une église désaffectée, peuplée de fantômes et de bêtes. Nouveau symbole : son agonie est devenue celle de l’Eglise. Après son récit il s’endort. Et le narrateur admire la beauté douloureuse de son visage. Finalement il le tue, en le frappant avec un crucifix, pour mettre fin à ses souffrances et à sa punition.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La réhabilitation de Judas <o:p></o:p>

    Ces Judas complexes et dont aucun n’est entièrement mauvais nous mènent à la longue série des Judas réhabilités. Je n’en étudierai que six : ils se ressemblent souvent. Presque toujours leur “trahison” s’explique par la naïveté ou par un malentendu. <o:p></o:p>

    Dans A souffert sous Ponce Pilate de Paul Raynal, Judas, inquiet pour Jésus qui commet des imprudences, se fie aux promesses des prêtres qui désirent seulement disent-ils, sermonner son maître, tandis que dans Un nommé Judas de Bost & Puget, il veut forcer le destin, obliger Jésus en face des Juifs et des Romains à révéler toute sa puissance de messie. Les deux personnages, désabusés, se suicident, mais le premier consolé et racheté, le second désespéré, au moment même où l’on apprend la Résurrection. <o:p></o:p>

    Plus complexe, tout en ressemblant par certains traits aux précédents, est le Judas de A. Burgess dans l’Homme de Nazareth. Tourmenté, il cherche la paix auprès de Jésus, mais quand celui-ci annonce sa mort prochaine, il voit là une idée morbide. Plus inquiet encore après le scandale au Temple, il décide de mettre Jésus à l’abri de lui-même et des Romains et confie cette mission au Sanhédrin. Détrompé, il s’abandonne au désespoir et se pend. Il sera le premier enterré dans le champ du sang. <o:p></o:p>

    En 1993 D. Reznikoff a publié un Judas Iscariote qui montre une solide connaissance de l’Evangile et aussi de l’histoire et des mœurs juives. Son Judas est un personnage positif qu’elle réussit à réhabiliter sans trop modifier les données du Nouveau Testament. C’est un jeune prêtre soldat de la police du Temple que son chef, craignant un complot des Esséniens ou des Zélotes, envoie se renseigner d’abord auprès de Jean-Baptiste, puis de Jésus. Il se mêle aux foules qui suivent celui-ci, puis à des groupes plus restreints de disciples. Enfin Jésus le choisit comme un des Douze. Peu à peu, intrigué puis subjugué par le Christ, il s’attache réellement à lui. C’est un juif pieux, tourmenté, déchiré entre son devoir de prêtre et son affection pour son maître. <o:p></o:p>

    D’ailleurs il ne comprend pas plus que ses compagnons où celui-ci veut les mener et qui est celui qui l’envoie et dont il parle toujours. L’auteur adopte la thèse de certains exégètes moderne pour qui c’est Pilate qui a voulu l’arrestation de Jésus. Elle disculpe en partie les prêtres. Ceux-ci demandent à Judas, pour mettre Jésus à l’abri pendant les fêtes de Pâques, de le leur amener. Il veut tout lui expliquer, lui révéler qui il est, mais quand il se rend au jardin des Oliviers, il voit avec horreur des soldats romains s’emparer de son maître. <o:p></o:p>

    En 1955 Marcel Pagnol avait fait jouer un Judas. L’année de sa mort, en 1974, il en publie une version révisée, précédée d’une préface importante. Il y raconte d’abord comment les indisponibilités successives de deux interprètes de Judas l’ont obligé à retirer très vite sa pièce de l’affiche. Elle était d’autre part en butte à des critiques venues de milieux juifs qui, sans l’avoir vue, la croyaient antisémite, et de catholiques “intransigeants” convaincus que  l’auteur avait reçu une somme énorme de “l’internationale juive” pour réhabiliter le traître.
    Viennent ensuite une série d’arguments, à peu près tous ceux qui ont été ou seront choisis, pour la défense de Judas : les rédacteurs des Evangiles n’étant pas encore des saints, leur témoignage peut être contesté, et d’ailleurs ils se contredisent parfois. Comment Jésus aurait-il pu choisir un homme pour en faire un damné ? Sa trahison pour 30 deniers est invraisemblable : il disposait de sommes bien plus considérables et aurait pu s’enfuir avec la bourse. Il a trahi pour obéir à son maître et aux Ecritures. Il a été le premier martyr. <o:p></o:p>

    Le Judas de Pagnol est en effet un être jeune, pur, enthousiaste, qui, bouleversé par les paroles de Jésus au cours du dernier repas, finit par se persuader que son maître lui même lui ordonne de le livrer aux prêtres. De Caïphe qui lui offre des pièces d’or, il n’accepte que 30 deniers d’argent pour se conformer aux Ecritures. Désespéré après la mort de Jésus, il retrouvera confiance devant le tombeau de celui-ci. Trois disciples sont venus prier dans l’attente de la résurrection. Ils l’accusent. Il se défend, convaincu d’avoir accompli la tâche pour laquelle il avait été choisi, mais il dit son désespoir d’avoir perdu l’ami qu’il avait servi avec tendresse. Sa vie est finie, mais il sait que le Christ n’est pas venu pour sa perte. <o:p></o:p>

    C’est une image également favorable de Judas que nous donne La Dernière tentation du Christ de Kazantzaki, livre au style somptueux, foisonnant de visions, de rêves, bourré de références à l’Ancien et au Nouveau Testament, à l’histoire et à la légende du christianisme… Mais l’auteur y prend de grandes libertés pour raconter, tels qu’il les imagine, la jeunesse, l’éveil de la vocation de Jésus et les principaux épisodes de son ministère. Mais le récit de la crucifixion est particulièrement scabreux : dans son délire d’agonisant le supplicié se croit libre, il retrouve Marie Madeleine, puis va à Béthanie où, entre Marthe et Marie, il mène, jusqu’à la vieillesse, la vie d’un époux bigame et d’un père de famille.  Ce n’est qu’à la dernière page que, revenu à lui sur la croix, il comprend avant d’expirer que cela n’a été qu’une vision suscitée par Satan. <o:p></o:p>

    Inutile de dire que, avant le film que Scorsese devait en tirer, ce roman fit, en 1950, un énorme scandale et que l’auteur faillit être excommunié. Il s’explique dans la préface : il a toujours été troublé, dit-il, par la double nature du Christ. Il a voulu montrer que celui-ci était passé par toutes les épreuves de l’homme qui lutte, et Satan l’attendait même sur la croix, pour une dernière tentation. Mais de celle-ci aussi il a triomphé. Avec l’aide de Judas, serais-je tentée de dire. Nous allons savoir pourquoi. Physiquement, celui-ci est un “rouquin”, un homme grand et solide. C’est un Zélote passionné, sauvage, qui a choisi, pour chef Barrabas. Il a été désigné pour tuer Jésus qu’on prend pour un traître. Mais subjugué par son rayonnement mystérieux, il l’épargne et peu à peu s’attache à lui, pressentant qu’il est le messie. Mais c’est le royaume de la terre qu’il veut conquérir avec lui. Les disciples ne l’aiment pas, et lui, méprise leur lâcheté (il est vrai que Kazantzaki ne fait pas d’eux un portrait flatteur !). Lui sait qu’il n’abandonnera jamais Jésus dont il est très proche. Et celui-ci, que l’auteur présente comme fragile, avec des moments d’incertitude, s’appuie sur sa solidité et sa fidélité. Et c’est sur l’ordre de son maître et malgré sa répugnance qu’il va trouver Caïphe  à l’insu des autres disciples. Dans le délire de Jésus, après la chute de Jérusalem, les disciples, devenus séniles, se sont rassemblés autour de leur maître. Judas seul est resté droit et vigoureux : “Tu es une grande âme, sombre et désespérée” lui dit Jésus. Mais voyant son maître installé dans la tranquillité d’une vie tout humaine, Judas a un cri paradoxal  “Traître !” “Ta place est sur la croix”. Jésus lui demande pardon et, à ce moment même, Satan l’abandonne. Ne l’oublions pas : ceci se passe dans le délire du crucifié. En tout cas nous sommes déjà au-delà d’une simple déculpabilisation et tout près de l’exaltation de Judas dont les deux livres que je vais maintenant résumer nous offrent l’exemple. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L’exaltation. <o:p></o:p>

    Avec Jean Ferniot il est élevé au rang de saint et de martyr, comme l’indique le titre du livre : Saint Judas”.  L’auteur est très bien documenté et l’on trouve chez lui l’écho d’autres textes dont j’ai parlé. Son admiration et sa tendresse pour le Christ sont évidentes mais il refuse le surnaturel de l’évangile, expliquant rationnellement les “miracles” et présentant la résurrection de Jésus comme une imposture. Son Judas est un bel athlète, un juif pieux. Il rencontre Jésus au moment du baptême de celui-ci et le suit. Il devient son confident et son trésorier et pour cela se fait haïr des autres disciples. Ayant longtemps hésité sur la nature de sa mission, Jésus finit par comprendre qu’il ne doit pas être roi, mais victime. Il a besoin d’un traître et annonce à Judas que le rachat de l’humanité est entre leurs mains, mais que pour son disciple ce sera au prix d’une mort ignoble et de l’exécration universelle. Judas accepte ce rôle et veille à ne pas dissiper les soupçons de ses compagnons. Le baiser, c’est le Christ qui le lui donne, avec ces mots : “Ami, aujourd’hui tu seras avec moi dans la gloire.” Après la mort de Jésus que seul, il a suivi tout au long de sa passion, Judas suggère à Pierre de voler le corps du crucifié : “Nous croyons, dit-il, mais il faut que les autres croient aussi” Il se tue, désespéré d’avoir perdu un maître aimé mais aussi plein d’espérance. Son dernier cri est : “Le rachat !”. Il a foi dans un salut universel et espère que son forfait apparent lavera les forfaits réels les plus affreux et sauvera jusqu’à Satan. On le voit, Judas, traître et réprouvé par amour, est plus qu’un martyr et un saint, c’est le co rédempteur. <o:p></o:p>

    Borgès était un écrivain d’une immense érudition, ce qui lui a souvent permis de donner les apparences d’une très sérieuse documentation à des personnages ou des œuvres sortis tout entiers de son imagination. Dans Fictions (recueil dont le tire nous met heureusement en garde) un texte intitulé Trois versions de Judas présente les prétendus travaux d’un théologien allemand, Runeberg, totalement fictif. Celui-ci, à la suite de Th. de Quincey, prétend apporter une explication nouvelle de la trahison de Judas, qui, dit-il, a sa place dans l’économie de la Rédemption. Il s’est sacrifié pour qu’un humain réponde au sacrifice de Jésus. Il est son reflet inversé. <o:p></o:p>

    Cette thèse ayant été réfuté par les théologiens de toutes les confessions, Runeberg modifie sa doctrine : Cette fois, selon lui, c’est par ascétisme que Judas a voulu s’avilir, se faire imputer les crimes les plus bas : abus de confiance, délation. <o:p></o:p>

    N’ayant pas publié son manuscrit, Runeberg le révise encore et le fait imprimer. Il soutient que Dieu se faisant pleinement humain doit être aussi pécheur : il est donc devenu Judas. Epouvanté d’avoir découvert ce terrifiant secret, l’auteur mourra d’une rupture d’anévrisme, espérant que la grâce lui sera accordée de partager l’enfer avec le Rédempteur. <o:p></o:p>

    Avec ce texte paradoxal et scandaleux, extravagant et profond, nous sommes arrivés au terme de nos lectures sur Judas. <o:p></o:p>

    Je voudrais cependant, avant de conclure, parler de quelques pages où il n’apparaît qu’indirectement, dans une vision de Jésus en croix. Nous sommes au Moyen Age, celui de Charles Péguy et de son Mystère de la charité de Jeanne d’Arc. Jeannette, qui n’est encore qu’une petite bergère, médite sur la Passion avec une religieuse, Madame Gervaise, Jésus, dit celle-ci, a poussé sur la croix un véritable cri de damné. Pourquoi, puisque “tout était consommé ?”
    “C’est à ce moment-là qu’il devait, qu’il aurait dû être heureux”.
    “C’est que le fils de Dieu savait que la souffrance
    “Du fils de l’homme est vaine à sauver les damnés… <o:p></o:p>

    “Jésus mourant pleura sur la mort de Judas
    “Car il avait connu que le damné suprême
    “Jetait l’argent du sang qu’il s’était fait payer <o:p></o:p>

    “Que se pendait là-bas l’abandonné suprême
    “Quelque part, sous un figuier de ce pays là,
    “Et que l’argent servait pour le champ du potier. <o:p></o:p>

    “C’est alors qu’il sentit l’infinie agonie
    “Et cria comme un fou l’épouvantable angoisse,
    “Clameur dont chancela Marie encor debout, <o:p></o:p>

    “Et par pitié du Père il eut sa mort humaine”. <o:p></o:p>

    Ainsi, après un Judas réhabilité, canonisé, divinisé, nous revenons au Judas damné de la tradition. Plus prudents que Péguy abstenons-nous, comme nous y invite G. Suffert, de “juger à la place de Dieu”. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Etrange destin. <o:p></o:p>

    Au terme de ces lectures, faisons un rapide bilan. Quel étrange destin a eu ce personnage ! Son image, figée pendant 19 siècles, soudain s’anime dans le nôtre en une succession de métamorphoses : hideux ou très beau, cupide ou généreux, lâche et jaloux ou sublime d’abnégation, être satanique ou messie, il a tout été, au gré des connaissances, des croyances, des fantasmes de ceux qu’il a inspirés. Dans ces figures contradictoires, deux traits cependant se retrouvent inchangés, à deux exceptions près : il est, au moins en partie, responsable de la mort de Jésus, il s’est suicidé. Et cette remarque peut conduire à avancer une hypothèse. Depuis Nietzsche le thème de la mort de Dieu hante notre époque, qui, d’autre part, commence à se demander si nous ne sommes pas en train de préparer notre propre mort. Dans les profondeurs de l’inconscient collectif, Judas le déicide, le suicidé, ne serait-il pas une des figures de l’homme moderne ? » <o:p></o:p>

    Jacqueline Sayerle.<o:p></o:p>

      <o:p></o:p>

    Bibliographie <o:p></o:p>

    Vie de Jésus en Arabe (ou syriaque) : Ve siècle
    Livre de la résurrection de J.C. par l’apôtre Barthélemy : 6e siècle
    Jacques de Voragine. La légende dorée : XIIIe siècle
    Dante. La divine comédie : XIVe siècle
    Passion du Palatinus : début XIVe
    Arnoul Gréban.  Passion : avant 1452
    Thomas de Quincey (1785-1859) Judas Iscariote et autres essais
    Victor Hugo. La fin de Satan : 1852-1886
    Ernest Renan. La vie de Jésus : 1863
    Léon Bloy. Le salut par les Juifs : 1892
    Charles Péguy. Le mystère de la charité de Jeanne d’arc : 1896
    L-N Andréev : Judas Iscariote : 1907
    Paul Claudel. Mort de Judas : 1933
    François Mauriac. Vie de Jésus : 1936
    Lanza del Vasto : Judas : 1939
    Paul Raynal. A souffert sous Ponce Pilate.
    Bost & Puget. Un nommé Judas : 1954
    Marcel Pagnol. Judas : 1955
    Diego Fabbri : Procès à Jésus : 1955
    Nikos kazantzaki. Le Christ crucifié : 1955
    La dernière tentation du Christ : 1955
    M-G Boulgakov. Le Maître et Marguerie : 1962
    Antony Burgess. L’homme de Nazareth : 1976
    J. Chessex. Judas le transparent : 1982
    Jean Ferniot. Saint Judas : 1984
    Pierre Bourgeade. Mémoires de Judas : 1985.
    Dominique Reznikoff. Judas Iscariot : 1993
    Georges Suffert. En cheminant avec Jésus : 1997 <o:p></o:p>


    Judas de François Mauriac. <o:p></o:p>

    On connaît la remarque de François Mauriac sur Judas : “Il s’en est fallu de très peu que les larmes de Judas ne fussent confondues, dans le souvenir des hommes, avec celles de Pierre. Il aurait pu devenir un saint, le patron de nous tous qui ne cessent de trahi.” Le crédit en serait revenu à Matthieu, car c’est lui qui, à partir de Marc, a brodé sur le personnage de Judas. Il le présente comme obéissant malgré lui à un destin tracé par Dieu :
    - Lorsque Jésus annonce que l’un des Douze le trahira, Judas demande innocemment : “Serait-ce moi, Rabbi ?”
    - “Tu l’as dit” répond Jésus
    - Au moment où Judas lui donne le baiser de la trahison, Jésus lui dit “Ami, fais ta besogne.”
    - Après son forfait, Judas se repent (“J’ai péché en livrant un sang innocent”) et se suicide.
    Les efforts romanesques de Matthieu pour faire de Judas l’instrument prédestiné, et pourtant repentant, de la crucifixion, n’ont pas suffi à lui gagner une auréole et une place parmi les saints du calendrier. D’ailleurs, sanctifier Judas n’entrait vraiment dans les intentions de Matthieu, et les auteurs apocryphes n’ont pas davantage exploité cette possibilité. <o:p></o:p>


    1 Mauriac, Vie de Jésus, p.229. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire
  •  <o:p></o:p>

    Saint Matthias Apôtre. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Edité par Sténio Félix. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le grec Matthias (ou Matthias), est dérivé de Mattathias, Heb. Mattithiah, qui veut dire  "don de Yahweh." <o:p></o:p>

    Matthias était un des soixante dix disciples de Jésus  et a été avec lui depuis Son baptême jusqu’a l’Ascension. Après l’Ascension Pierre proposa à l’assemblée de 120 personnes de choisir un remplaçant à Judas. Deux disciples, Joseph, appelé Barsabas, et Matthias furent sélectionnés. On tira au sort pour désigner l’élu. C’est Matthias qui devint ainsi l’associé des apôtres. Tirer au sort était une coutume juive.  On écrivait les noms sur des pierres que l’on secouait dans un vase. La pierre qui en sortait était celle du choix.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    (Ac 1, 21-26) <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

     Il faut donc que, parmi ceux qui nous ont accompagnés tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu avec nous, <o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

     depuis le baptême de Jean jusqu'au jour où il a été enlevé du milieu de nous, il y en ait un qui nous soit associé comme témoin de sa résurrection<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

     Ils en présentèrent deux: Joseph appelé Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

     Puis ils firent cette prière: Seigneur, toi qui connais les cœurs de tous, désigne lequel de ces deux tu as choisi, <o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

     afin qu'il ait part à ce ministère et à cet apostolat, que Judas a abandonné pour aller en son lieu<o:p></o:p>

    26<o:p></o:p>

     Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Matthias, qui fut associé aux onze apôtres<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Zeller a réfuté cet évènement  disant que les apôtres étaient en Galilée après la mort de Jésus. Mais il se trouve qu’ils sont bien allés en Galilée mais qu’ils ont été après la Pentecôte à Jérusalem. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Tout ce que l’on sait de Matthias est très vague et les descriptions de sa mort sont contradictoires. <o:p></o:p>

    Selon Nicephore (Hist. eccl., 2, 40), il a d’abord prêché l’évangile en Judée, puis en Ethiopie (c’est à dire, Colchis) et a été crucifié. <o:p></o:p>

    Les Synopsis de  Dorothée portent cette tradition: « Matthias in interiore AEthiopia, ubi Hyssus maris portus et Phasis fluvius est, hominibus barbaris et carnivoris praedicavit Evangelium. Mortuus est autem in Sebastopoli, ibique prope templum Solis sepultus » (Matthias a prêché l’évangile aux barbares et les cannibales à l’intérieur de l’Ethiopie au port de la mer d’Hyssus, à l’embouchure de la rivière Phasis. Il est mort à  Sebastopolis, et y a été enseveli, près du Temple du soleil.)<o:p></o:p>

    Une autre tradition veut qu’il ait été lynché à Jérusalem par les juifs, et ensuite décapité. (Tillemont, "Mémoires pour servir à l'histoire eccl. des six premiers siècles", I, 406-7). On pense que  sainte Hélène a apporté ses reliques à Rome. Ils se trouveraient à la basilique Ste Marie Majeure.  D’autres reliques sont à Trier.<o:p></o:p>

    Bollandus (Acta SS., May, III) pense que les reliques de Rome sont ceux d’un saint Matthias, qui a été évêque de Jérusalem vers l’an 120, et dont l’histoire a été confondue avec celle de l’apôtre. On a aussi confondu Matthieu et Matthias. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Fête. <o:p></o:p>

    L’Eglise latine célèbre sa fête le 24 février et l’Eglise grecque le 9 août<o:p></o:p>

    Clément d’ Alexandrie (Strom., III, 4) a reproduit ces paroles que les Nicolaitains ont attribué à  Matthias: "Nous devons combattre notre chair, ne pas l’accorder d’importance, et ne rien faire pour le flatter mais plutôt, il faut promouvoir la croissance de notre âme par la Foi et la connaissance. " Cet enseignement était probablement issu de l’Evangile de Matthias, mentionné par Origène  (Hom. i in Lucam); par Eusèbe (Hist. eccl., III, 25), qui l’a attribué aux hérétiques; par St. Jerome (Praef. in Matth.), et le décret de Gélase (VI, 8) qui l’a déclaré apocryphe.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Patronage :  <o:p></o:p>

    Alcoolisme, tailleurs, variole.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Prières à Matthias. <o:p></o:p>

    O Dieu tout puissant !, Qui à la place de Judas, a choisi son fidèle serviteur Matthias, pour être un des douze : Accorde nous que l’Eglise étant délivré des faux apôtres, soit toujours guidé et dirigé par de fidèles et vrais pasteurs, par Jésus Christ, Notre Seigneur,  dans l’unité du saint Esprit, un Dieu , maintenant et pour toujours. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Matthias, prie que nous devenions des dignes  témoins de la résurrection de Jésus, par notre manière de vivre la vie éternelle que nous avons déjà. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    .<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire
  • Saint Barthélémy.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le nom Barthélemy  veut dire "fils de Tolmai" (ou Tolmai) un ancien nom hébreu. Il a été  identifié à Nathanaëlle (Jean 1: 45-51; 21: 2)  La raison de cette différence d’appellation  est que Barthélemy n’est pas son vrai nom mais un nom patronymique. <o:p></o:p>

    Son vrai nom serait Nathanaël, ’fils de  Tolmai, ou Nathanael Bar Tolmai.  Il est originaire de Cana en  Galilée. Selon une tradition légendaire, il serait le fils du prince Ptolomus. <o:p></o:p>

    Le nom Barthélemy apparaît dans les listes des apôtres des évangiles de Matthieu, Marc et Luc. Dans chaque liste, il est associé à Philippe.  <o:p></o:p>

    (Mt 10 : 2-4)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2 Voici les noms des douze apôtres. Le premier, Simon appelé Pierre, et André, son frère; Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère;                                                                                                    3 Philippe, et Barthélemy ; Thomas, et Matthieu, le publicain; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée; <o:p></o:p>

    4 Simon le Cananéen, et Judas l'Iscariote, celui qui livra Jésus. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mc 3:16-19.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    16 Voici les douze qu'il établit: Simon, qu'il nomma Pierre;               <o:p></o:p>

    17 Jacques, fils de Zébédée, et Jean, frère de Jacques, auxquels il donna le nom de Boanergès, qui signifie fils du tonnerre;             <o:p></o:p>

    18 André; Philippe; Barthélemy ; Matthieu ; Thomas ; Jacques, fils d'Alphée; Thaddée; Simon le Cananéen ;                                   <o:p></o:p>

    19 et Judas Iscariote, celui qui livra Jésus. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Lc 6 :14-16. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    14 Simon, qu'il nomma Pierre ; André, son frère; Jacques; Jean; Philippe ; Barthélemy ;                                                               15 Matthieu; Thomas; Jacques, fils d'Alphée ; Simon, appelé le zélote ;                                                                                                     16 Jude, fils de Jacques ; et Judas Iscariote, qui devint traître. <o:p></o:p>

     Dans les Actes, il est mentionné après Thomas, dans la liste des apôtres rassemblés, pour prier avec Marie, après l’Ascension. <o:p></o:p>

    Actes 1: 13-14.<o:p></o:p>

    13 Quand ils furent arrivés, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient d'ordinaire; c'était Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, Jacques, fils d'Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques. <o:p></o:p>

    14 Tous d'un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, Mère de Jésus, et avec les frères de Jésus. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Jean ne mentionne jamais le nom Barthélemy ; mais dit que Philippe avait emmené Nathanaël, son ami, à Jésus. <o:p></o:p>

    Jean 1 : 45-51<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    45 Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit: Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph. <o:p></o:p>

    46 Nathanaël lui dit: Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? Philippe lui répondit: Viens, et vois. <o:p></o:p>

    47 Jésus, voyant venir à lui Nathanaël, dit de lui: Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a point de fraude. <o:p></o:p>

    48 D'où me connais-tu? Lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit: Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. <o:p></o:p>

    49 Nathanaël répondit et lui dit: Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël. <o:p></o:p>

    50 Jésus lui répondit: Par ce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois; tu verras de plus grandes choses que celles-ci. <o:p></o:p>

    51 Et il lui dit: En vérité, en vérité, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Barthélemy ou Nathanaël, il ne peut s’agir que de la même personne. <o:p></o:p>

    On connaît très peu de choses de cet apôtre. Il y a peu de renseignements sur sa vie après la résurrection, L’historien  Eusèbe de Césarée (maintenant Har Qesariprès de  Sedot Yam), dit qu’il a prêché en Inde. "L’Inde" couvrait alors une vaste région, comprenant même l’Arabie Félix. De nombreux auteurs disent cependant qu’il a prêché en Arménie, où il a été martyrisé, et décapité.  <o:p></o:p>

    Selon d’autres traditions il avait également prêché en  Mésopotamie, en Perse, en Egypte, en Lycaonie, en Phrygie, et sur les côtes de la Mer Noire. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il a été écorché vif et décapité par ordre du roi Astyages, pour avoir converti son frère Polymius, roi de l’Arménie, à Albanus ou Albanopolis (maintenant Derbent,) sur la côte ouest de la mer Caspienne. Une autre tradition oientale veut qu’il ait été crucifié et décapité. Santiago de la Voragine dit dans ‘La légende dorée’.  "Le saint apôtre aurait pu avoir été  d’abord crucifié et avant de mourir, et pour augmenter ses souffrances, on l’a descendu et écorché vif, et finalement décapité ". Ses reliques ont été apportées à Rome au 10e siècle. Son crane a été retrouvé est vénéré à Francfort en Allemagne, depuis 1238. L’apôtre est le patron des malades.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Fête.  <o:p></o:p>

    Sa fête est célébrée le 24 août.
    Son emblème est un couteau. Le martyr Barthélemy est peint par Michel-Ange à la chapelle Sixtine, dans son œuvre, le jugement dernier. Il tient sa propre peau. Le visage associé à la peau pourrait être une auto portraite du peintre.   <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Au premier siècle sa fête était à Epternach et Cambrai le 25 août.  En Perse, le 13 juin. <o:p></o:p>

    Ses reliques auraient été enterrées dans l’île de Lipara et éventuellement transférées à Benevento, Italie, puis à Rome, dans l’église Saint Barthélemy à Isola San Bartolomeo sur le Tiber. Un de ses bras aurait été donné à Canterbury au 11e siècle par la femme du roi Cante, la Reine Emma.<o:p></o:p>

    Saint Barthélemy est dépeint comme un homme barbu avec un livre et un couteau de boucher qui a servi à l’écorcher. Parfois il tient sa propre peau.  Barthélemy est le patron des relieurs, des bouchers, des teinturiers, cordonniers, tailleurs, tanneurs, fourriers, et des vignerons. On l’invoque pour les maladies nerveuses. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Evangile de Barthélemy.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pantenus d’Alexandrie, (2e siècle) selon Eusèbe, aurait trouvé dans  l’Inde, un évangile de saint Matthieu, écrit Hébreu et attribué à  Barthélemy. <o:p></o:p>

    L’évangile de Bartholomé est apocryphe et a été condamné par le décret de Pseudo-Gélase.<o:p></o:p>

    Cet évangile de même que les prétendus écrits de saint Philippe sont empreints de gnosticisme. Les textes foisonnent de récits, et il difficile d’en prêter foi. Ce sont d’ailleurs des documents apocryphes qui ne sont pas reconnus par l’Eglise, mais qui sont reproduits ici, car ils datent des premiers siècles et ont été attribués aux apôtres.    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La base du gnosticisme a plusieurs variations, mais elles se réfèrent tous aux Aeons, des êtres divines qui existent entre l’Ultime, le Vrai Dieu et les hommes. Ensemble avec le Vrai Dieu, ils forment le royaume de la Plenitude (Pleroma), ou les divinités opèrent et s’épanouissent.  La Plénitude est en contraste avec notre genre d’existence qui par comparaison est nommée Vide. (Voir apocryphe de Philippe.)<o:p></o:p>

    Un de ces êtres est appelée Sophie. (Sagesse)<o:p></o:p>

    Pendant ses voyages, il a émané une conscience, un autre être, qui a crée le cosmos matériel et psychique. Cet être, qui ne sait pas qu’il existe s’est cru être l’ultime et le Dieu Absolu. Comme il a pris l’essence divine, et l’a façonné en diverses formes, on l’appelle aussi le démiurge ou ‘demi créateur’  Ses assistants cosmiques sont appelés des Archontes ou‘dirigeants’     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Introduction.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jérôme, dans le prologue sur le Commentaire de Matthieu, mentionne un nombre d’évangiles apocryphes. Selon les Egyptiens, ils incluent ceux de Thomas, de Matthias et de Barthélemy entre autres. Cet apocryphe a été condamné par le décret de Gélase <o:p></o:p>

    Dans la revue  biblique de 1913, des textes latins et grecs ont été publiés par Wilmart et, de Tisserant, en 1921-2 un texte latin a paru dans le même journal. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Contenu de cet apocryphe. <o:p></o:p>

    1. La descente aux enfers. Le nombre d’âmes sauvées.  <o:p></o:p>

    2. Le récit par la Vierge de l’Annonciation. <o:p></o:p>

    3. Les apôtres voient les abîmes, sans fond. <o:p></o:p>

    4. Le diable rend compte de ses actes. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Evangile de St Barthélemy. Extraits.<o:p></o:p>

    Traduit de  "The Apocryphal New Testament"
    M.R. James- Oxford: Clarendon Press, 1924 <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 1.<o:p></o:p>

    1 Après la résurrection des morts de Jésus Barthélemy, demanda au Seigneur de le révéler les mystères du Ciel. <o:p></o:p>

    2 Jésus lui répondit : Si je quitte le corps de la chair, je ne pourrais pas te l’expliquer.  <o:p></o:p>

    6 Et Barthélemy dit : Seigneur, quand on t’a conduit vers la croix, je t’ai suivi de loin et a été témoin de la crucifixion et les anges sont descendus du ciel et t’ont adoré. Et quand il a fait nuit, j’ai vu que tu avais disparu de la croix. Et j’entendis seulement une voix venant sous terre et des gémissements et des pleurs. Dis-moi Seigneur, ou est-tu allé de la croix? <o:p></o:p>

    8 Jésus répondit : Bénis soit-tu Barthélemy, mon bien aimé par ce que tu as vu mon mystère, et je vais maintenant te dire ce que tu veux connaître. <o:p></o:p>

    9 En descendant de la croix j’ai été aux enfers pour faire libérer Adam, et ceux qui étaient avec lui, supplié par l’Archange Michel Ange.  <o:p></o:p>

    10 Barthélemy dit: Seigneur qu’elle était la voix que j’ai entendue? <o:p></o:p>

    11 Jésus répondit: Hadès (dieu grec des enfers) a dit à  Beliar: Comme je le constate, un Dieu est venu. Et les anges ont dit aux pouvoirs: Ouvrez les portes, vous les princes, enlevez les portes éternelles, car le Roi de la gloire arrive. <o:p></o:p>

    12 Hadès dit : Qui est ce Roi de la gloire qui vient vers nous ? <o:p></o:p>

    13 Et quand je suis descendu, Hadès a été trouble et a dit : J’entends la respiration du Très Haut, et je ne peux l’endurer. 14 Le diable répondit:  Ne cède pas, O Hadès, mais soit fort. Sois fort car ce n’est pas Dieu lui-même qui est descendu de la terre.  <o:p></o:p>

    15 Mais quand je suis descendu cinq cents pieds, les anges et les pouvoirs ont crié: Ouvrez les portes car le Roi de gloire arrive et Hadès dit. Je suis perdu! J’entends le souffle de Dieu. Et Beliar dit à  Hadès: Va voir qui est arrivé, Est-ce Elie ou Enoch ou un des prophètes  Mais Hadès répondit : Six mille ans ne se sont pas accomplis et qui sont-ils Beliar ?. <o:p></o:p>

    16 Le diable dit à Hadès : Pourquoi m’effraye-tu. Est-ce un prophète qui se fait passer pour Dieu. Devons nous le saisir? <o:p></o:p>

    17 Hadès dit: Quel prophète? Laissez moi voir: Est-ce Enoch le juste? Mais Dieu ne l’a pas demandé de descendre sur terre avant six mille ans. Dis-tu que c’est Elie? Le vengeur? Que dois-je faire, car il me semble que notre fin soit proche. <o:p></o:p>

    18  Ne sois pas troublé, renforce les portes. Sûrement il ne s’agit pas de Dieu. <o:p></o:p>

    19 Hadès dit: Ce ne sont pas de bonnes nouvelles, je me sens mal et je souffre de l’intérieur Il ne peut  s’agir que de Dieu. Diois-je m’enfuir devant le pouvoir? <o:p></o:p>

    21 Barthélemy dit: Je t’ai vu encore sur la croix et les morts qui se levaient et t’adoraient avant de retourner dans leur sépulcres. Dis-moi, qui était cet homme grand que les anges ont porté? Et que lui as-tu dit pour qu’il soit si peiné ? <o:p></o:p>

    22 Jésus répondit: C’était Adam le premier homme. Je suis venu sur terre du ciel, à cause de lui.  Et je J’ai été crucifié pour toi et ta descendance. Et Adam a gémi et a dit. C’était donc ton bon plaisir, O Seigneur.  <o:p></o:p>

    23 Barthélemy dit: Seigneur, j’ai vu les anges s’élevant devant  Adam et chantant des louanges <o:p></o:p>

    24 Un des anges qui était plus grand que les autres ne pouvait pas s’élever, et il transportait une épée de feu. Et il te regardait fixement. Les anges demandaient qu’il les accompagnent, mais il refusa. Tu l’as commandé d’aller et un feu s’échappa de ses mains e se répandit dans la cité de Jérusalem. <o:p></o:p>

    26 Jésus dit: Barthélemy, tu es bien-aimé par ce que tu as vu ces mystères. C’était un des anges de vengeance qui se tient devant le trône de mon Père et cet ange l’a envoyé vers moi. 27 Il n’est pas monté, car il voulait détruire les pouvoirs du monde.  Quand je lui ai commandé de monter il a laissé une flamme et a détruit le voile du temple.  Il l’a déchiré en deux comme témoignage de ma passion pour les enfants d’Israël.<o:p></o:p>

     28 Il dit aux apôtres: Aujourd’hui, un sacrifice est offert au Paradis. <o:p></o:p>

    29 Et Bartholomé répondit à Jésus:  Seigneur, Quel est ce sacrifice? Jésus dit: Des âmes de justes ont quitté leurs corps et ont été au Paradis. Et si je ne suis pas présent, ils ne peuvent pas aller au Paradis.<o:p></o:p>

    30 Et Barthélemy dit  : Combien d’âmes sont partis ? Jésus répondit: Trente mille.<o:p></o:p>

    31 Barthélemy dit : Quand tu était avec nous pour enseigner le monde, n’as tu pas reçu les sacrifices au Paradis? Jésus répondit: En vérité je vous le dit, mes bien-aimés, j’ai enseigne avec vous tout en étant continuellement avec le Père. <o:p></o:p>

    32 Barthélemy dit: Seigneur, si trente mille âmes sont partis de ce monde chaque jour, combien sont trouvés justes ? Jésus lui dit: A peine cinquante, mon bien-aimé. <o:p></o:p>

    33 Barthélemy dit: Et comment ces cinquante, sont entrés au paradis? Jésus dit: Ils sont entrés au Paradis ou ils sont sur la poitrine d’Abraham, mais les autres ont été sur  le lieu de la résurrection. <o:p></o:p>

    34 Barthélemy dit : Seigneur, combien d’âmes naissent chaque jour dans le monde? Jésus dit: Il n’y a q’une seule âme en plus de ceux qui sont partis. Barthélemy dit:  Combien d’âmes partent chaque jour? Jésus dit: douze mille huit cents. <o:p></o:p>

    35 Et après leur avoir dit cela il leur donna la paix et disparut.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 2.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1 Les apôtres étaient à  Cherubim, Cheltoura, ou Chritir, avec  Marie. <o:p></o:p>

    2 Et Barthélemy vint et dit à Pierre et André et Jean : Demandons à celle qui a été si favorisée, comment est-ce qu’elle a porté celui qui ne peut pas être porté, comment qu’elle a conçue l’incompressible. Et une si grande puissance!  <o:p></o:p>

    3 Barthélemy dit à Pierre: Tu es le chef et mon enseignant, vas le lui demander. Mais Pierre dit à Jean: ! Tu es vierge et bien-aimé, vas toi.<o:p></o:p>

    4 Et comme ils discutaient, Bartholomé prit un air joyeux et les demanda: Toi qui a été si favorisé le tabernacle du Très Haut, les apôtres veulent savoir de toi comment tu as conçu l’incompréhensible et autant de grandeur.  <o:p></o:p>

    5 Marie leur répondit: Ne demandez rien de ce mystère, car si je vous le disait le feu sortirait de ma bouche et détruirait le monde. <o:p></o:p>

    6 Ils demandèrent néanmoins.  Elle dit : Prions. <o:p></o:p>

    7 Les apôtre étaient derrière Marie, et elle demanda à Pierre le chef de se mettre devant elle. <o:p></o:p>

    9 Elle leur dit: Vous êtres des étoiles brillantes. <o:p></o:p>

    13 Marie étendit ses mains et dit :: Elphue Zarethra Charboum Nemioth Melitho Thraboutha Mephnounos Chemiath Aroura Maridon Elison Marmiadon Seption Hesaboutha Ennouna Saktinos Athoor Belelam Opheoth Abo Chrasar : O Dieu le très grand et très sage et Roi des mondes Tu ne peux être décrit, l’ineffable. Tu as établi la grandeur du ciel et toutes choses sur la terre. De l’obscurité, n’as-tu pas crée les poles du ciel et de la terre? l ‘harmonie, et mis en ordre la matière qui était en confusion. Tu as mis de l’ordre dans le désordre, séparé la lumière de l’obscurité  mis sur terre toutes choses pour nourrir tous, avec autant de bénédictions ? Fils du Père, que les sept ciels ne peuvent contenir, mais qui a été heureux de venir en moi sans douleurs, Toi qui est la pleine parole du Père, par qui tout a été crée, donne la gloire à Ton nom excessivement grand et permets-moi de parler à tes saints apôtres.  <o:p></o:p>

    14 Et après avoir prié elle dit: Asseyons-nous par terre et Pierre, viens à ma droite et place ta main gauche sur mon bras. Et toi André, fais-le sur ma main gauche, Jean, le Vierge, tiens ma poitrine et toi Barthélemy, place tes genoux contre mon dos, et tiens mes épaules pour que en parlant mes os ne se détachent point. <o:p></o:p>

    15 Ils obéirent, et elle dit: Quand j’ai été au temple de Dieu et que l’ange m »a nourri, un ange m’est apparu sa figure incompréhensible et n’apporta aucune nourriture. <o:p></o:p>

    16 Le voile tu temple se déchira, et il y eut un grand tremblement de terre, et je suis tombé car je ne pouvais pas supporter de le voir. <o:p></o:p>

    17 Il mit sa main sous mois et me leva. Je regardais le ciel et je vis un nuage de rosé qui m’aspergea. <o:p></o:p>

    18 Il me dit: Sois béni, toi qui a été si favorisée, et a été choisie pour porter le corps de Dieu, ayant eu une grâce inexhaustible. Il ouvrit son manteau et mangea un très grand pain après l’avoir partagé. <o:p></o:p>

    19 Il refit le même geste, et il sortit une immense coupe de vin. Il but et me donna à boire.<o:p></o:p>

    20 Et il dit: Dans trois ans,  je te dirai que tu vas concevoir un fils, et par lui toute la création sera sauvée.  Que la paix soit avec toi, ma bien-aimée et ma paix sera continuellement avec toi. <o:p></o:p>

    21 Il disparut, et le temple redevint comme avant. <o:p></o:p>

    22 Et pendant qu’elle le disait, un feu sortit de sa bouche et le monde allait disparaître, mais Jésus, arriva rapidement et dit à Marie: Ne dit rein de ce mystère car le monde arrivera à sa fin. Les apôtres furent effrayés.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 3.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1 Et il est parti avec eux au mont Mauria, et s’est assis avec eux <o:p></o:p>

    2 Ils n’osaient les questionner, étant effrayés. <o:p></o:p>

    3 Jésus dit: Demandez et je vous répondrai. Dans sept jours, j’irai vers Mon Père. Et je ne viendrai pas voir comme je suis à présent. <o:p></o:p>

    4 Ils demandèrent: Seigneur, montre nous l’aime, selon ta promesse.<o:p></o:p>

    5 Et Jésus dit; ce n’est pas bon, cependant si vous le désirez venez et voyez. <o:p></o:p>

    6 Il les emmena à Cherubin, un lieu de vérité. <o:p></o:p>

    7 Un ange les révélé comme u livre tous les secrets.. <o:p></o:p>

    8 Et après avoir vu, ils tombèrent à terre. <o:p></o:p>

    9 Mais Jésus les relevèrent. Ce n’est pas bon de voir les abîmes. <o:p></o:p>

    Il fit un signe à l’ange qui couvrit les abîmes. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 4.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1 Il les emmena au mont des Oliviers. . <o:p></o:p>

    2 Et Pierre dit à Marie, Toi le très favorisé dis au Seigneur de nous révéler ce qui est au ciel. <o:p></o:p>

    3 Marie dit à Pierre: O pierre tiré du rocher est-ce que le Seigneur n’a pas construit son Eglise sur toi? Vas donc le lui demander. <o:p></o:p>

    5 Marie dit: Tu es l’image d’Adam. Regardes le soleil.  Pierre dit à Marie : Toi qui a annulé les manques d’ Eve et changé la honte en joie, c’est à toi de demander.<o:p></o:p>

    7 Quand Jésus apparut, Barthélemy lui dit : Seigneur, montre nous l’adversaire de l‘homme, montre nous d’ou il vient et quel est son pouvoir et ses oeuvres. Lui qui n’e t’a même pas épargné, et t’a crucifié sur un arbre. . <o:p></o:p>

    8 Jésus lui dit: Cœur brave, tu veux voir ce que tu ne peux pas regarder. <o:p></o:p>

    9 Barthélemy, troublé tomba aux pieds de Jésus et dit: O flambeau qui ne s’éteint jamais, Seigneur Jésus Christ, créateur de la lumière éternelle, tu as accompli les oeuvres de Dieu et a remplacé la honte d’Adam par la joie. Ecoutes ma requête. <o:p></o:p>

    10 Jésus dit: Barthélemy, tu veux donc voir l’adversaire de l’homme? Si je le fais, tous les apôtres et Marie vont tomber près de toi comme morts<o:p></o:p>

    11 12 Il les emmena au Mont des Oliviers. Ils virent les anges. Michel sonna la trompette, la terre trembla et Beliar arriva porté par 660 anges avec des chaînes de feu. Sa face était comme le feu et ses yeux pleins d’obscurité. De ses narines, sortait du feu, et sa bouche comme un bord de précipice et il avait de grandes ailes. <o:p></o:p>

    14 L’ayant vu, les apôtres tombèrent comme morts.<o:p></o:p>

    15 Mais Jésus les a relevés et les ai donné un certain pouvoir et dit: 0 Barthélemy: Viens, écrase son cou avec tes pieds et il te dira son pouvoir, ses œuvres, comment il trompe les hommes. <o:p></o:p>

    17 Barthélemy, craintif dit: Béni le nom de ton royaume pour toujours et toujours. Et Jésus lui a promis de piétiner sur le cou de Beliar: Il le fit et Beliar trembla. <o:p></o:p>

    18 Barthélemy s’enfuit et craignait d’être englouti.<o:p></o:p>

    21 Jésus lui dit: Je t’ai commandé. Demandes lui ce que tu veux. Et comme Barthélemy s’approcha, un feu se répandit dans tous les sens et ses vêtements semblaient en feu. Jésus dit: Piétine son cou et demandes lui quel est son pouvoir. Et Bartholomé cette fois piétina son cou et pressa sa face au sol. <o:p></o:p>

    23 Il dit: Quel sont tes œuvres et quel est ton nom ? Il répondit:  Lâche-moi un peu et je te dirai d’ou je viens. Et quel est mon pouvoir. <o:p></o:p>

    25 Et Beliar dit: On m’avait d’abord appelé Satanael, qui veut dire comme un messager de Dieu, mais quand j’ai rejeté son image, mon nom a été Satanas, l’ange qui garde l’enfer.<o:p></o:p>

    26 Barthélemy lui dit de tout révéler et de ne rien cacher. <o:p></o:p>

    28 J’étais le premier ange, Il a pris un peu de feu et ma crée en premier, Michel en second. Nous avons aussi été crée par la volonté du Fils. Ensuite Gabriel, le troisième, Uriel et Raphaël, Nathaniel et les autres 6,000 anges. C’était les anges de vengeance, les premiers crées. <o:p></o:p>

    30 Ensuite tous les anges ont été crées  <o:p></o:p>

    39 Barthélemy lui demanda de révéler comment il trompait les hommes et les persuadaient de ne pas suivre Dieu. <o:p></o:p>

    47 Et Beliar dt: Je peux vous dire beaucoup de choses des anges. Ils vont du ciel à la terre et sont : Mermeoth, Onomatath, Douth, Melioth, Charouth, Graphathas, Oethra, Nephonos, Chalkatoura… <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le démon va alors raconter comment Dieu a crée l’homme à l’image de Dieu. Il refusa pour sa part d’adorer Adam. Dieu le renvoya avec ses 600 suivants qui comme lui refusaient d’adorer Adam qu’ils disaient être plus petits qu’eux. . <o:p></o:p>

    Comment il avait fait boire à Eve une eau contaminé par sa sueur.  Bartholomé lui a alors commandé de retourner aux enfers et a demandé pardon à Jésus.  <o:p></o:p>

    Il voulait savoir s’il pouvait révéler ces mystères et Jésus le lui permit de le dire aux fidèles en partie, s’il le désirait. Barthélemy rendit grâce à Dieu.  <o:p></o:p>

    Jésus leur assura de sa bonté et bénit les apôtres avant de disparaître. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 5.<o:p></o:p>

     Jésus dit à Barthélemy que l’hypocrisie était un grand péché, que les péchés sont pardonnés excepté le péché de blasphème contre l’Esprit Saint. Barthélemy demandé quel était le péché de blasphème de l’Esprit saint et Jésus lui répondit que quiconque a blasphémé une personne  qui a servi a blasphémé contre l’Esprit saint. Car tout homme qui a servi Dieu est digne de l’Esprit Saint.  Jurer contre Dieu, ne sera pas pardonné. Il demanda à Barthélemy de prêcher cette parole.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 6.<o:p></o:p>

     Le livre de la Résurrection de Jésus par Bartholomé.<o:p></o:p>

    Cet écrit est en copte. Un manuscript complet a été acquis par le  British Museum et traduit par W. E. Crum.<o:p></o:p>

    ‘Ne laisse pas ce livre tomber aux mains des hérétiques O mon fils Thadée, concernant ces mystères.’ <o:p></o:p>

    Les chapitres concernent le fils de Joseph d’Arimathie, et les récits de la Passion. <o:p></o:p>

    Le séjour de Jésus aux enfers est décrit en termes mythiques. Jésus est monté sur un chariot du Cherubin et a crée la panique. Il a attaché les démons Beliar et Melkir et délivré Adam et des saintes âmes. Il a fait des reproches à Judas, et a décrit les souffrances qu’il doit endurer. <o:p></o:p>

    Jésus est ressuscité des morts et n’a quitté que trois âmes Hérode, Cain et Judas.  <o:p></o:p>

    Le lendemain de la résurrection, les personnes suivantes étaient présentes: Marie la Mère de Jésus, Marie Madeleine, Salomé qui l’avait tenté. Marie qui l’avait soigné et Marthe sa sœur. Jeanne (Susanna) la femme de Chuza, Bérénice qu’il avait guéri à Capharnaüm, Lia (Léa) la veuve mère de  Nairn, qu’il avait ressuscité?  Et la femme qui avait beaucoup péché et qu’il avait pardonné. <o:p></o:p>

    Ils étaient tous dans le jardin de  Philogenes, dont le fils Siméon avant été guéri par Jésus. <o:p></o:p>

    Marie dit à Philogenes: Je te connais.  Philogenes dit: Tu es Marie la mère de Thalkamarimath, qui veut dire joie et bénédiction. <o:p></o:p>

    Le Sauveur est apparu sur le chariot du Père et a dit à Marie: Mari Khar Mariath (Marie Mère du Fils de Dieu.). Marie répondit: Rabbouni Kathiathari Mioth (Fils de Dieu le Tout-Puissant, mon Seigneur, et mon Fils.) <o:p></o:p>

    Jésus a été ensuite au Paradis pour être couronné. Barthelémy dit qu’il ne peut décrire la gloire de la scène. Il demande à son fils Thaddée de ne pas laisser ce livre tomber aux mains des impurs. Bartholomé est resté plusieurs jours à jeûner, après cette vision. Les apôtres l’ont remercié et béni, mais modeste. Il rappelle qu’il n’était qu’un humble travailleur, un jardinier et un marchand de légumes.  <o:p></o:p>

    Thomas n’était pas avec les autres apôtres, étant avec son fils Siophanes qui venait de mourir. Siophanes lui a raconté comment son âme avait été prise par Michel, comment elle est sorti de son corps pour tomber dans les mains de Michel.<o:p></o:p>

    Cet apocryphe mythique, a probablement été écrit par un auteur inconnu vers le deuxième ou troisième siècle. <o:p></o:p>

      <o:p></o:p>

    Prière. <o:p></o:p>

    Dieu tout-puissant et éternel, qui a donné à son apôtre Barthélemy, la grâce d’être un fervent croyant et de prêcher  Ta parole Accorde à ton Eglise d’aimer ce qu’il a cru et de prêcher ce qu’il a enseigné, par Jésus Christ, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Toi et le Saint Esprit, pour toujours et toujours. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le Saint Barthélemy.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le Massacre.<o:p></o:p>

    Les Huguenots (Protestants) ont été massacrés le 24 août 1572,  Paris. La reine mere, Catherine de Médicis, avide de pouvoir, voulait créer des dissensions entre les catholiques de la maison des Guises et les Huguenots, de la maison des Condé. Jalouse du pouvoir des chefs des Huguenots, Gaspard de Coligny, qui était le conseiller de son fils le roi Charles IX, Catherine ordonna l’assassinat de Coligny. Ce fut un échec, et les Huguenots rassemblés à Paris, pour le mariage de la fille de Catherine à Henri de Navarre, qui devait devenir Henri IV, ont réclamé que l’on fasse une enquête.  Cette enquête allait révéler les desseins de Catherine. Pour l’ éviter, Charles, poussé par sa mère, ordonna le massacre des chefs Huguenots. Le nombre de morts aurait été élevé, de 2000 à 100,000. Coligny a été parmi les premiers qui ont été assassinés. Le massacre a provoqué des guerres de religion dans tout le pays.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire

  • Saint Philippe Apôtre.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Edité par Sténio Félix.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Au cours de la dernière Cène, à la demande de l'Apôtre Philippe " Montre-nous le Père " (Jn 14, 8), le Christ répond: " Voilà si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi? " (Jn 14, 9-10. Par ces paroles, Jésus rend comme Fils du Père, mystère qui constitue le secret le plus profond de sa personnalité divine. Lettre aux prêtres pour le Jeudi Saint.
    S.S. Jean-Paul II - jeudi saint 1999.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Résumé.<o:p></o:p>

    Né à Bethsaïde, Palestine. <o:p></o:p>

    Disciple de saint Jean le Baptiste. Apôtre de Jésus. Il a prêché Asie Mineure. Il a été martyrisé en 80 à. Hiérapolis, Phrygie.<o:p></o:p>

    Fête : 3 Mai. <o:p></o:p>

    Patronage <o:p></o:p>

    Luxembourg, Uruguay.<o:p></o:p>

    Représentations. <o:p></o:p>

    Un homme d’âge mur barbu tenant un panier de pain et une croix en forme de T. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Saint Philippe.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Comme les frères, Pierre et André, Philippe est originaire de Bethsaïde, sur le lac Génésareth. <o:p></o:p>

    (Jean 1 : 44) Le jour où Jésus a fait la rencontre de Pierre il vit Philippe et li dit:’Suis-moi. ‘Philippe obéit et plus tard emmena Nathanaël (Barthélemy.) avec lui. (Jean 1:43-45) Il est nommé cinquième da<o:p></o:p>

    ns trois listes des apôtres, (Mt : 10, 2-4 ; Mc, 3, 14-19 ; Lc, 6, 13-16) après Pierre, André, Jacques et Jean. Il nous est surtout connu par l’Evangile de Jean. Le quatrième évangile relate trios épisodes concernant Philippe. <o:p></o:p>

    En dehors de ces citations, son nom n'est pas mentionné dans le Nouveau Testament en dehors de la liste des apôtres.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Philippe dans la Bible. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean 1 : 43-51<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    43<o:p></o:p>

     Le lendemain, Jésus voulut se rendre en Galilée, et il rencontra Philippe. Il lui dit: Suis-moi<o:p></o:p>

    44<o:p></o:p>

     Philippe était de Bethsaïde, de la ville d'André et de Pierre<o:p></o:p>

    45<o:p></o:p>

     Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit: Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph<o:p></o:p>

    46<o:p></o:p>

     Nathanaël lui dit: Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? Philippe lui répondit: Viens, et vois<o:p></o:p>

    47<o:p></o:p>

     Jésus, voyant venir à lui, Nathanaël, dit de lui: Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a point de fraude<o:p></o:p>

    48<o:p></o:p>

     D'où me connais-tu? Lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit: Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu<o:p></o:p>

    49<o:p></o:p>

     Nathanaël répondit et lui dit: Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël<o:p></o:p>

    50 <o:p></o:p>

     Jésus lui répondit: Par ce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois; tu verras de plus grandes choses que celles-ci<o:p></o:p>

    51<o:p></o:p>

     Et il lui dit: En vérité, en vérité, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean 6 : 1-13.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

     Après cela, Jésus s'en alla de l'autre côté de la mer de Galilée, de Tibériade<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

     Une grande foule le suivait, par ce qu'elle voyait les miracles qu'il opérait sur les malades<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

     Jésus monta sur la montagne, et là il s'assit avec ses disciples<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

     Or, la Pâque était proche, la fête des Juifs<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

     Ayant levé les yeux, et voyant qu'une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger? <o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

     Il disait cela pour l'éprouver, car il savait ce qu'il allait faire<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

     Philippe lui répondit: Les pains qu'on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

     Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit: <o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

     Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de gens? <o:p></o:p>

    10 <o:p></o:p>

     Jésus dit: Faites-les asseoir<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes. Il y avait dans ce lieu beaucoup d'herbe<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

     Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu'ils en voulurent<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

     Lorsqu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

     Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d'orge, après que tous eurent mangé<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean 12 :20-26.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

     Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, <o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

     s'adressèrent à Philippe, de Bethsaïde en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

     Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

     Jésus leur répondit: L'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

     En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

     Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle<o:p></o:p>

    26<o:p></o:p>

     Si quelqu'un me sert, qu'il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jean 14 : 7-21.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

     Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

     Philippe lui dit: Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

     Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe! Celui qui m'a vu a vu le Père; Comment dis-tu: Montre-nous le Père? <o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

     Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les oeuvres<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

     Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi; croyez du moins à cause de ces oeuvres<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

     En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, par ce que je m'en vais au Père; <o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

     et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

     Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

     Si vous m'aimez, gardez mes commandements<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

     Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, <o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

     l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

     Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

     Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

     En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

     Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Actes 1 : 9-13.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

     Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

     Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, <o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

     et dirent: Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

     Alors ils retournèrent à Jérusalem, de la montagne appelée des oliviers, qui est près de Jérusalem, à la distance d'un chemin de Sabbat<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Quand ils furent arrivés, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient d'ordinaire; C’était Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, Jacques, fils d'Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques. Tous d'un commun accord persévéraient dans la prière, avec es femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Fête. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Philippe est fêté le premier mai, le même jour que l’apôtre Jacques, fils d’Alphée, leurs reliques ayant été déposé le même jour dans l’église romaine des Douze Apôtres. Les premiers siècles n'ont pas conservé la trace d'un culte rendu à Philippe. C'est seulement à partir du Vie siècle que fut instituée la fête des apôtres saint Philippe et saint Jacques fixée au 1er mai. L’église grecque, le fête le 14 novembre.<o:p></o:p>

    La fête du diacre Philippe est fixé le 6 Juin.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Philippe l’apôtre et Philippe le diacre. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Plusieurs auteurs pensent que Philippe l'apôtre, et Philippe le Diacre, mentionné à plusieurs reprises dans les Actes des apôtres, sont un seul et même homme. Il n'y a aucune preuve de cette identification. C'est là néanmoins l'origine de plusieurs traditions. Tout comme pour les Jacques une confusion a  existé entre Philippe l’apôtre et Philippe le diacre pendant le deuxième siècle. Dans une lettre à St Victor, écrit vers 189-98, l’évêque Polycrate d’Ephèse mentionne parmi les   "grandes lumières", que le Seigneur a recherché dans les derniers jours. "Philippe, un des douze apôtres, qui est enseveli à  Hieropolis avec ses deux filles, qui sont devenus vieilles en restant célibataires", et une troisième fille qui a vécue une saine vie et a été ensevelie à Caius, en Ephèse..<o:p></o:p>

    Le diacre Philippe est mentionné dans les Actes. Les Actes (21, 8-9) mentionnent les filles d’un "Evangéliste" Philippe, habitant Césarée avec leur père. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

     Nous partîmes le lendemain, et nous arrivâmes à Césarée. Étant entrés dans la maison de Philippe l'évangéliste, qui était l'un des sept, nous logeâmes chez lui<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

     Il avait quatre filles vierges qui prophétisaient<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ainsi, le diacre Philippe avait quatre filles ensevelies à Hiérapolis. Il existe un sérieux doute que Philippe l’apôtre ait lui aussi des filles. On peut penser que c’est le diacre qui a été enseveli à Hiérapolis, non l’apôtre.<o:p></o:p>

    Après la mort d’Etienne, il y eut une persécution des chrétiens à Jérusalem et les disciples dont Philippe, ont fui en Samaritaine. Philippe y a prêché l’évangile et fut rejoint par Pierre et Jean. Philippe se rendit ensuite à Gaza où il rencontra l’eunuque de la reine d’Ethiopie.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Actes 8 : 5-40.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    5. Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ. <o:p></o:p>

    6. Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu'elles apprirent et virent les miracles qu'il faisait. <o:p></o:p>

    7. Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris. <o:p></o:p>

    8. Et il y eut une grande joie dans cette ville. <o:p></o:p>

    9. Il y avait auparavant dans la ville un homme nommé Simon, qui, se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l'étonnement du peuple de la Samarie. <o:p></o:p>

    10. Tous, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, l'écoutaient attentivement, et disaient: Celui-ci est la puissance de Dieu, celle qui s'appelle la grande. <o:p></o:p>

    11. Ils l'écoutaient attentivement, par ce qu'il les avait longtemps étonnés par ses actes de magie. <o:p></o:p>

    12. Mais, quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus Christ, hommes et femmes se firent baptiser. <o:p></o:p>

    13. Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s'opéraient. <o:p></o:p>

    14. Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. <o:p></o:p>

    15. Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint Esprit. <o:p></o:p>

    16. Car il n'était encore descendu sur aucun d'eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. <o:p></o:p>

    17. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint Esprit. <o:p></o:p>

    18. Lorsque Simon vit que le Saint Esprit était donné par l'imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l'argent, <o:p></o:p>

    19. en disant: Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j'imposerai les mains reçoive le Saint Esprit. <o:p></o:p>

    20. Mais Pierre lui dit: Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s'acquérait à prix d'argent! <o:p></o:p>

    21. Il n'y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton cœur n'est pas droit devant Dieu. <o:p></o:p>

    22. Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s'il est possible; <o:p></o:p>

    23. car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l'iniquité. <o:p></o:p>

    24. Simon répondit: Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu'il ne m'arrive rien de ce que vous avez dit. <o:p></o:p>

    25. Après avoir rendu témoignage à la parole du Seigneur, et après l'avoir prêchée, Pierre et Jean retournèrent à Jérusalem, en annonçant la bonne nouvelle dans plusieurs villages des Samaritains. <o:p></o:p>

    26. Un ange du Seigneur, s'adressant à Philippe, lui dit: Lève-toi, et va du côté du midi, sur le chemin qui descend de Jérusalem à Gaza, celui qui est désert. <o:p></o:p>

    27. Il se leva, et partit. Et voici, un Éthiopien, un eunuque, ministre de Candace, reine d'Éthiopie, et surintendant de tous ses trésors, venu à Jérusalem pour adorer, <o:p></o:p>

    28. s'en retournait, assis sur son char, et lisait le prophète Ésaïe. <o:p></o:p>

    29. L'Esprit dit à Philippe: Avance, et approche-toi de ce char. <o:p></o:p>

    30. Philippe accourut, et entendit l'éthiopien qui lisait le prophète Isaïe. Il lui dit: Comprends-tu ce que tu lis? <o:p></o:p>

    31. Il répondit: Comment le pourrais-je, si quelqu'un ne me guide? Et il invita Philippe à monter et à s'asseoir avec lui. <o:p></o:p>

    32. Le passage de l'Écriture qu'il lisait était celui-ci: Il a été mené comme une brebis à la boucherie; Et, comme un agneau muet devant celui qui le tond, Il n'a point ouvert la bouche. <o:p></o:p>

    33. Dans son humiliation, son jugement a été levé. Et sa postérité, qui la dépeindra? Car sa vie a été retranchée de la terre. <o:p></o:p>

    34. L'eunuque dit à Philippe: Je te prie, de qui le prophète parle-t-il ainsi? Est-ce de lui-même, ou de quelque autre? <o:p></o:p>

    35. Alors Philippe, ouvrant la bouche et commençant par ce passage, lui annonça la bonne nouvelle de Jésus. <o:p></o:p>

    36. Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l'eau. Et l'eunuque dit: Voici de l'eau; qu'est-ce qui empêche que je ne sois baptisé? <o:p></o:p>

    37. Philippe dit: Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L'eunuque répondit: Je crois que Jésus Christ est le Fils de Dieu. <o:p></o:p>

    38. Il fit arrêter le char; Philippe et l'eunuque descendirent tous deux dans l'eau, et Philippe baptisa l'eunuque. <o:p></o:p>

    39. Quand ils furent sortis de l'eau, l'Esprit du Seigneur enleva Philippe, et l'eunuque ne le vit plus. Tendis que, joyeux, il poursuivait sa route, <o:p></o:p>

    40. Philippe se trouva dans Azot, d'où il alla jusqu'à Césarée, en évangélisant toutes les villes par lesquelles il passait.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Paul accompagné de Luc, allant à Jérusalem, s’arrêta à Césarée et vécut plusieurs jours avec Philippe. <o:p></o:p>

    Philip le diacre ne pouvait donc pas être la même personne que Philippe l’apôtre. D’ailleurs il est clairement témoigné que des diacres dont Philippe avaient été nommés pour aider les apôtres. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Philippe le diacre dans la Bible.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Actes 6 :1-6<o:p></o:p>

    1 En ce temps-là, le nombre des disciples augmentant, les Hellénistes murmurèrent contre les Hébreux, parce que leurs veuves étaient négligées dans la distribution qui se faisait chaque jour. <o:p></o:p>

    2 Les douze convoquèrent la multitude des disciples, et dirent: Il n'est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables. <o:p></o:p>

    3 C'est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l'on rende un bon témoignage, qui soient pleins d'Esprit Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi. <o:p></o:p>

    4 Et nous, nous continuerons à nous appliquer à la prière et au ministère de la parole. <o:p></o:p>

    5 Cette proposition plut à toute l'assemblée. Ils élurent Étienne, homme plein de foi et d'Esprit Saint, Philippe, Prochore, Nicanor, Timon, Parménas, et Nicolas, prosélyte d'Antioche. <o:p></o:p>

    6 Ils les présentèrent aux apôtres, qui, après avoir prié, leur imposèrent les mains. <o:p></o:p>

    Actes 21 : 8-9<o:p></o:p>

    8 Nous partîmes le lendemain, et nous arrivâmes à Césarée. Étant entrés dans la maison de Philippe l'évangéliste, qui était l'un des sept, nous logeâmes chez lui. <o:p></o:p>

    9 Il avait quatre filles vierges qui prophétisaient. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pour certains auteurs cependant, le doute subsiste. Papis d’Hérapolis, un écrivain du deuxième siècle qui connaissait certains apôtres, mentionnent Philippe, comme étant un des apôtres. <o:p></o:p>

    Polycarpe un évêque d’Ephèse du 2e siècle. <o:p></o:p>

    Il écrit que Philippe était ‘un des douze’ et avait trios filles dont une était prophétesse. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La mort et le culte de saint Philippe.<o:p></o:p>

    Il est allé en mission, en Asie Mineure, assisté selon certaines sources par sa sœur Myriam, et l”apôtre Nathanaël, son ami.  Pendant sa mission il aurait accompli des miracles et aurait converti de nombreuses personnes. Il semble probable que, par la suite, Philippe prêcha en Grèce et en Phrygie, et mourut à Hiérapolis crucifié la tête en bas, comme saint Pierre, pendant les persécutions de Dioclétien, en l’an 80. On raconte qu'il y fut enterré. Selon une légende, Philippe a repoussé un dragon du Temple de Mars avec sa croix. Le dragon était un objet de culte dans ce temple. Quand il sortait de sa tanière, l’odeur exécrable tuait plusieurs personnes. Les prêtres enragés par l’acte de Philippe ordonnèrent sa crucifixion. Les "Actes de Philippe," mentionnent la mort de Philippe à Hiérapolis. Il est mentionné que sa dépouille a été ensuite transférée à Constantinople et de là, à l’église Dodici  Apostoli, à Rome. <o:p></o:p>

    Ses reliques furent conservées à Rome dans la basilique des Douze-Apôtres, à côté de saint Jacques le Majeur. Une main de saint Philippe fut apporté de Constantinople à Florence en 1204. L’empereur Théodore, dans une vision  avait reçu l’assurance de saint Jean et de saint Philippe qu’il aurait une victoire sur le tyran Eugenius avant une bataille, en 394 <o:p></o:p>

    Philippe est vénéré comme le second patron de l'Uruguay.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Représentations.<o:p></o:p>

    Depuis le 15e siècle on le peint comme un apôtre barbu, d’un âge moyen, tenant une longue croix portant une petite croix.  La croix semble une croix de martyr mais aussi  une arme contre le dragon. Il est aussi représenté  avec les pains et les poissons de la multiplication des pains. Il apparaît souvent en compagnie de son ami, saint André. En raison de son identification avec le diacre Philippe, on le voit aussi en compagnie de l'eunuque éthiopien que ce dernier a converti sur la route de Gaza. (Actes 8, 26-39) <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Apocryphes et textes gnostiques. <o:p></o:p>

    Deux textes apocryphes portent le nom de Philippe : Un Evangile de Philippe et des Actes de Philippe.<o:p></o:p>

    Philippe était populaire chez les gnostiques qui lui ont attribué un évangile. Ils mentionnent aussi une lettre de Pierre invitant Philippe à devenir apôtre. Les manuscrits gnostiques, découvertes en 1945 à Dag Hammadi renferment 13 volumes en papyrus d’écrits juges hérétiques, dont l’évangile de Philippe. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les  Actes de Philippe. <o:p></o:p>

    Divisé en quinze parties. L’acte 2 et le martyr ont été édités pour la première fois par Tischendorf.  Batiffol a publié le reste en  1890, et ensuite par Bonnet. Les actes sont plutôt inconsistants et certains s’arrêtent brusquement. <o:p></o:p>


    Traduction des Actes, 1-148.<o:p></o:p>

    I. Quand il vint de Galilée et ressuscita les morts. <o:p></o:p>

    1 Venant de Galilée, une veuve transportait son unique enfant qui était mort, pour l’ensevelir. Philippe lui demanda ce qui l”affligeait. Elle répondit qu’elle avait dépensé beaucoup d’argent pour les dieux Apollo, Hermes, Artemis, Zeus, Athéna, le soleil, et la lune. Mais ils ont fait sourde oreille et j’ai consulté un devin, mais sans succès. .. <o:p></o:p>

    2 L’apôtre dit ‘Ce que tu as souffert, n’a rien d’étonnant car ces démons te trompent  Cesse de te lamenter car je vais faire revivre ton enfant au nom du Christ. <o:p></o:p>

    3 Elle dit : Je pense, Philippe, Vous avez raison. La chasteté est chère à Dieu.  <o:p></o:p>

    4 Elle dit : Je crois en Jésus que tu prêches. Il rendit la vie au garçon qui dit Qu’elle est cette lumière et comment ce fait il qu’un ange est venu ouvrir la prison du jugement où j’étais enfermé ?Là j’ai été témoin de tourments inimaginables, que l’on ne peut décrire. .. <o:p></o:p>

    5 Ainsi tous fuirent baptises. Et le jeune homme suivit l’apôtre. Il alla en Grèce à Athènes. <o:p></o:p>

    6 Arrivé à Athènes, appelé Hellas, 300 philosophes se réunirent et dirent: Votons quelle sera sa sagesse car il est dit que la sagesse des homes sages de l’Asie est grande. Ils pesaient que Philippe était un philosophe. Il voyageait avec un manteau et des sous-vêtements seulement. Ils se mirent à étudier, de peur qu’il ne les surpasse en connaissance. <o:p></o:p>

    7 Ils dirent: Si tu as quelque chose de nouveau, parle. Mais rien que de nouvelles choses ! <o:p></o:p>

    8 Philippe: Il vous faut bannir le vieil homme. Le Seigneur a dit: Vous ne pouvez garder du vin nouveau dans de vieilles bouteilles. Je suis content d’apprendre que vous cherchez de nouvelles expériences. Car l’enseignement de mon maître est nouveau. . <o:p></o:p>

    9 Les philosophes: Qui est le Seigneur? Philippe: Jésus Christ. <o:p></o:p>

    10 Eux: c’est un nouveau nom. Donnez-nous trios jours pour l’étudier. <o:p></o:p>

    11 Ils se consultèrent et dirent: Peut-être qu’il serait préférable de faire venir le grand prêtre des juifs. Pour discuter avec lui. Perhaps it will be best to send for the high priest of the Jews to discuss it with him. <o:p></o:p>

    12 Ainsi ils l’écrivirent: les philosophes de Grèce à  Ananias grand prêtre des juifs à Jérusalem. Et exposèrent leur cas.  <o:p></o:p>

    13 En recevant la lettre, Ananias déchira ses vêtements et dit : Cet homme trompeur est donc à Athènes. ? Et Mansemat, c’est  à dire Satan est en lui. IL consulta les avocats et les pharisiens et ils dirent: Prends 300 hommes et va détruire Philippe.. <o:p></o:p>

    14 Il se revêtit de sa robe de grand prêtre ave pompe et on l’emmena chez Philippe. Ananias dit Tu es un sorcier et un magicien, a appelé Fils du tonnerre. Pourquoi vient t’il ici pour tromper les gens ? Est-ce que le Judée ne te suffit pas ? Philippe répondit ! Que le voile de l’incroyance te soit enlevé et tu sauras qui est le trompeur ?  <o:p></o:p>

    15 Anna se mit à raconter comment jésus avait aboli les lois en permettant de consommer les viandes, comment il avait été crucifié et que les disciples avaient vole son corps et firent des prodiges et ont été chasse de Jérusalem. Et qu’ils allaient  maintenant de par le monde pour tromper les gens, comme Philippe. Mais je vais l’emmener à Jérusalem, car le roi Archelaus le cherche depuis longtemps pour le tuer. <o:p></o:p>

    16 Le peuple ne broncha pas et Philippe dit Je ferai appel à mon Dieu.  <o:p></o:p>

    17 Quand Ananias alla vers lui pour le frapper, ses mains se flétrissaient subitement et il devint aveugle. Ainsi que ses  hommes. Ils le maudirent et demanda l’aide de Philippe.. <o:p></o:p>

    18 Philippe pria: O nature faible! O mer amère Viens Jésus le la sainte lumière Tu ne nous oublies pas quand nous te prions. <o:p></o:p>

    19 Ananias dit à Philippe: Penses–tu nous détourner de nos traditions familiales ? Et le Dieu de la manne dans le désert, et Moise pour suivre le nazaréen, Jésus ?  <o:p></o:p>

    Philippe: je vais demander à mon Dieu de se manifester à toi peu-être que tu croiras alors sinon tu j ne sais ce qui t’adviendra. Et il pria Dieu t’envoyer son Fils. <o:p></o:p>

    20 Les cieux s’ouvrirent et Jésus apparut dans sa gloire. Son visage sept fois plus brillante que le soleil et ses vêtements plus blanc que la neige.  Et les idoles d’Athènes furent détruits e les démons qui étaient en eux s’enfuirent e criant. Philippe dit : N’entends-tu pas les démons et ne crois –tu pas en celui qui est ici? <o:p></o:p>

    Annania : je n’ai pas d’autre Dieu que celui qui a donné de la Manne dans le désert. <o:p></o:p>

    21 Jésus s’en alla au ciel et il y eut u grand tremblement de terre, et le peuple se groupa derrière Philippe lui demandant pardon.. <o:p></o:p>

    22 Philippe: Nous ne sommes pas envieux, et par la grâce de Dieu votre vue sera restituée. Mais, d’abord, que le grand prêtre voie. Une voix du ciel: Philippe, jadis Fils du tonnerre et actuellement  de la douceur, tout ce tu demande à mon Père il te  l’accorderas.. Le peuple s’effraya de cette voix. Au nom du Christ Philippe rendit la vue à Ananias. Il dit :  Combien est grande la magie artistique de Jésus. Un moment, Philippe m’a rendu aveugle et un autre moment, il m’a rendu la vue! Je ne peux pas être convaincu par la magie Les 500 demandèrent 0 Philippe de leur rendre la vue pour qu’ils tuent l’incroyant Ananias.  . <o:p></o:p>

    23 Philippe: Ne rendez pas le mal par le mal! <o:p></o:p>

    A Annias: Il y aura un grand signe que tu verras. <o:p></o:p>

    Ananias: Je sis que tu es un sorcier et un disciple du Christ ry=u ne peux m’ensorceler. <o:p></o:p>

    Philippe à Jésus : Zabarthan, sabathabat, bramanouch, venez-vite! La terre s’ouvrit et Ananias fut enterré jusqu’aux genoux. Il s’écria: C’est de la vraie sorcellerie , quand Philippe a)m’a menace en langue Hébreu, et il y a des crochets qu me tirent et me  poussent à croire. Mais je ne croirais pas car je connais sa magie de Jérusalem<o:p></o:p>

    24 Philip, à la terre : Engloutit-le plus encore !. Et il s’enfonça davantage. <o:p></o:p>

    Et dit: Un pied est gelé, l’autre chaud – mais je ne croirai pas. Le peuple voulait le lyncher, mais Philippe les en empêcha. Ceci est pour votre salut  s’il se repent, je le soulèverai, snon il sera emporté vers les profondeurs. .  <o:p></o:p>

    25 Il tendit sa main vers les 500 et ailleurs yeux s’ouvrirent etils rendirent louage à Dieu. <o:p></o:p>

    Philippe dit à Ananias : Reconnais maintenant avec un cœur pur que Jésus  est el Seigneur et tu seras sauvé comme les autres. Mais il se mit à rire.  <o:p></o:p>

    26 Devant son obstination, Philippe dit à la terre : Engloutis-le  le jusqu’au cou. <o:p></o:p>

    27 Un des premiers homes de la cite vint en ce moment et dit : Un démon s’est attaqué à mon fils. Es-tu l’étranger de la cite qui a détruit nos idoles. Il dit se venger en tuant mon Fils. <o:p></o:p>

    Apporte ton fils. Le fils avait 23 ans et Philippe s’attendrit en le voyant. Et dit : 0 Ananias : C’est par ta folie si je le rends à la vie croirais tu ? <o:p></o:p>

    Ananias dit : je sais que tu peux le faire par ta magie. Mais je ne croirais toujours pas. <o:p></o:p>

    28 Philippe se fâcha et dit : Catathema (chose maudite), descends dans l’abîme hors de la vue de tous. Et il fut cette fois complètement englouti, mais sa robe le quitta, ce qui fait que personne ne sait à ce jour, où il se trouve. <o:p></o:p>

    Philippe rendit la vie au jeune homme et chassa le démon.  <o:p></o:p>

    29 Le peuple cria, croyant en Dieu et les 500 furent baptisés. Et Philippe demeura deux ans à Athènes et fonda une église et a ordonné des évêques et des diacres et partit ensuite à Parthes pour prêcher. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Philippe à Parthes.  <o:p></o:p>

    30 Quand Philippe arriva à Parthes il rencontra dans une cite Pierre et ses disciples, et dit: Je te demande de me rendre plus fort pour que je puisse prêcher comme toi <o:p></o:p>

    31 Et ils ont prié pour lui. <o:p></o:p>

    32 Et Jean était là lui aussi, et dit à Philippe. André a été à Achiaet en Thrace et Thomas dans l’Inde, chez les méchants mangeurs de chair. Et Matthieu chez lez troglodytes sauvages. Et ne sois pas paresseux car Jésus est avec toi. <o:p></o:p>

    33 Il arrive à la mer par Candaci, et vit un bateau qui allait à  Azotus, et paya son  passage par quatre portions de sel. Il y eut une tempête et tous se lamentaient. <o:p></o:p>

    34 Philippe les a consolés: Même le bateau ne sera pas perdu.. Il alla vers la barre et dit: mer, mer, Jésus Christ par moi, son serviteur te prie de te calmer . Il y eut du cal et les soldats et  le remercièrent. Et demandèrent de devenir des serviteurs de Jésus.. <o:p></o:p>

    35 Et il les demandèrent d’oublier les occupations de ce monde.. <o:p></o:p>

    36 Ils ont cru et Philippe débarqua et les a tous baptisés. <o:p></o:p>

    IV Des filles de Nicocleides, qu’il a soignés à Azotus. <o:p></o:p>

    37 Il y avait une grande agitation  à Azotus à cause des miracles de Philippe, et beaucoup sont venus et ont été guéris et les démons chassés et ont crié contre eux. Et ls gens ont tenu divers propos le concernant, certains disaient qu’il était bon. D’autres qu’il était un magicien et séparait les hommes de leurs femmes. Et prêchait la chasteté. <o:p></o:p>

    38 A la tombée de la nuit ils se dispersèrent. Philippe chercha un logement et alla au chantier de Nicocleides, un ami du roi, qui recevait des étrangers. <o:p></o:p>

    39 Il se mit dans un coin et pria pour bénir la maison . <o:p></o:p>

    40 Charitine,  la fille de Nicocleides l’entendit, et pleura toute la nuit. Elle avait une maladie des yeux. Le matin elle alla voir son père et lui dit qu’elle ne pouvait plus entendre les moqueries des compagnons sur ses yeux. <o:p></o:p>

    Il dit: Que puis-je faire ? N’ai-je pas appelé Leucius, le docteur du roi et Elides l’eunuque de la reine et Solgia sa servante ? <o:p></o:p>

    Charitine : Je le sais. Il y a un étrange docteur qui est venu la nuit dernière. <o:p></o:p>

    41 Il alla à l’entrepôt. Est-tu  le médecin qui vient de venir? Philip: Jésus est mon physicien. Je viendrai avec toi. Ils vivrent la fille qui pleurait <o:p></o:p>

    42 Il l’a rassura et elle tomba à ses pieds Elle demanda à son père qu’il examine ses yeux. <o:p></o:p>

    43 Philip mit sa main sur son visage et dit. Au nom de Jésus que tes yeux soient guéris. Et ils le furent. <o:p></o:p>

    44 Le père et la fille crurent et furent baptises. Et de nombreux serviteurs aussi. Christine porta des vêtements d’hommes et suivit Philippe. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dans la cite de Nicatera et d’Ireus. <o:p></o:p>

    45 Philippe avait projeté d’aller à  Nicatera, une cite de Grèce, et plusieurs disciples l’ont accompagné quand il s’est déplacé. Et il enseigna continuellement.<o:p></o:p>

    46 Et quand il arriva, il y avait un grand tumulte. Qu’allons nous faire car son enseignement va … séparer maris et <o:p></o:p>

    femmes ?  Repoussons-le, avant qu’il commence à prêcher et à tromper nos femmes. <o:p></o:p>

    17 Il y avait aussi les juifs qui parlaient contre lui. Mais, un des chefs, Ireus, dit: Ne nous servons pas de force, testons ses enseignements. <o:p></o:p>

    48 Ireus était riche. C’était un homme juste et voulait tranquillement méconnaître leurs conseils. Il alla vers Philippe et l’a salué. Philippe vit qu’il était innocent et lui a promis le salut. <o:p></o:p>

    49 Ireus était surpris qu’il en avait connaissance. Philip lui a exhorté d’avoir la Foi et la constance.<o:p></o:p>

    50 Ireus: Viens loger chez nous. <o:p></o:p>

    Philip: Il faut d’abord le purifier.  <o:p></o:p>

    Ireus: Comment? Philip: Ne faites pas le mal, et quittez votre femme. Et il retourna chez lui. <o:p></o:p>

    51 Sa femme dit : Tu as rejeté le conseil des juifs pour un étrange sorcier.. <o:p></o:p>

    Ireus: Je voudrais être digne pour le loger ici.<o:p></o:p>

    La femme: Je ne le recevrai pas ici, car il sépare les maris et les femmes. J’irai chez mes parents et je reprendrai ma dot et mes serviteurs. Pendant quatre années, j’ai été ta femme et je ne t’ai pas contredit. <o:p></o:p>

    52 Ireus doucement: Soyez patients, et vous aussi vous croirez... <o:p></o:p>

    Elle: Debout ! mangez buvez et soyez joyeux, car vous ne pouvez pas me tromper.. <o:p></o:p>

    Ireus: Comment puis-je manger quand un homme de Dieu a faim. ? Assez de cette folie ! : il est un homme de Dieu de douceur et de grâce. <o:p></o:p>

    53 Elle: Est-ce que son Dieu est comme ceux de cette cité , d’or fixé au temple ? <o:p></o:p>

    Ireus: Non, mais au ciel, tout puissant: les dieux de cette cite sont faits par des hommes sans Dieu. <o:p></o:p>

    Elle: Amène le, que je puisse voir le Dieu en lui.. <o:p></o:p>

    54 Il alla à la rencontre de Philippe, qui lui a dit ce qui s’était passé. Et Ireus était étonné comment il l’avait su., mais lui demanda de ne rien dire des reproches de sa femme.. <o:p></o:p>

    55 Les compagnons de Philippe insistèrent pour qu’il accepte le logement, et Ireus était content. Philippe accepta de venir, et suivit Ireus. <o:p></o:p>

    56 Les dirigeants et le peuple étaient décidés de ne pas laisser faire.  Ireus arriva à la porte, cria au portier de l’ouvrir. Philip entra, disant: La paix soit dans cette maison. Ireus vit que sa femme était dans sa chambre et lui demanda de venir, et de porter ses beaux vêtements. Mais elle était en colère et dit: Personne dans cette maison n’a vu mon visage, dois-je le montrer à un étranger ? <o:p></o:p>

    57 Il alla préparer les chaises dorées pour Philippe et ses amis.  Mis il dit: Enlevez-les. <o:p></o:p>

    Ireus: Ne m’affligez pas Philippe. <o:p></o:p>

    Philip: Je n’afflige personne, mais je n’ai que faire de l’or qui ne dure pas. <o:p></o:p>

    58 Ireus: Puis-je être sauvé? Pour mes anciens péchés ? Oui, Jésus peut te sauver. Mais qu’adviendra-il de ta femme qui vient de te dire de la quitter? Ireus, surpris, alla trouver sa femme  et dit : Viens rencontrer un homme qui m’a dit ce qui s’est passé entre nous. Elle était dédaigneuse et dit Qu’adviendrai-il de nos enfants si nous devons quitter nos biens ? <o:p></o:p>

    59 Artemela, sa fille : Si mon père et ma mère vont accéder à une nouvelle vie ne puis-je pas la partager ? Elle était très belle. Sa mère Nerkela lui dit de se lever et enleva ses vêtements tissés d’or.  <o:p></o:p>

    Ireus dit à Nerkela : Allons voir Philippe. <o:p></o:p>

    60 Les femmes se mirent en  vêtements  plus sobres et se retirèrent. Et quand elles virent Philippe, il brilla d’une grande lueur et elles furent effrayées. <o:p></o:p>

    61 Mais il s’en aperçut et reprit son apparence première: et  Nerkela lui demanda pardon et l’accueillit.  <o:p></o:p>

    62 Et elles proclamèrent leur croyance et furent baptisés.  <o:p></o:p>

    VI. A Nicatera, une cite de Grèce. <o:p></o:p>

    64 Les juifs et les païens étaient mécontents des conversions <o:p></o:p>

     65 Ils envoyèrent sept hommes dans la maison. Une femme de chambre lui renseigna sur leur présence, il s’approcha en souriant et leur demanda ce qu’ils voulaient. La cite entière veut vous voir. Il les suivit. <o:p></o:p>

    66 L’assemblée était surprise de ses habits modestes. Quelqu’un nommé Onesimus lui demanda d’expliquer qui était le sorcier Philippe. <o:p></o:p>

    67 Ireus: Pourquoi me questionne-t-on ? Ne dérangez pas Philippe. <o:p></o:p>

    68 Mais ils répondirent: Qu’il s’en aille !  <o:p></o:p>

    Et Ireus retourna chez lui et rencontra Philippe qui lui dit : Avez vous peur? Non dit-il. <o:p></o:p>

    69 Le peuple s’approcha avec des bâtons, criant: Livrez-nous le trompeur. <o:p></o:p>

    70 Philippe vint et ils le conduisirent devant l’assemblé pour le frapper et attacher ses mains et ses pieds. <o:p></o:p>

    71 Ireus courut sur les marches et dit : Vous ne le ferez pas. Mais ils ne voulaient rien entendre, et Ireus arracha Philippe de leurs mains.  <o:p></o:p>

    72 Philip dit: Si je le veux, je peux vous rendre aveugles. Aristarchus, fils de Plegenes, un chef des juifs, dit, Nous soyez pas pressé de nous rendre aveugles, je sais que vous pouvez le faire mais discutons. Je suis puissant mais si je laisse faire le peuple ils vont te lyncher. <o:p></o:p>

    73 Et il tira Philippe par la barbe.<o:p></o:p>

    Il était en colère à cause du peuple et dit : Votre main et vos oreilles et votre oeil droit vont souffert, car vous m’avez menace, en insultant Dieu.  <o:p></o:p>

    74 Son oeil devient vide, comme absent, et il eut des douleurs des oreilles et sa main droite se pendait, devenant comme inutile.  <o:p></o:p>

    Il demanda miséricorde. <o:p></o:p>

    75 Tous dirent: Soignez notre chef. <o:p></o:p>

    76 Philip demanda à  Ireus d’aller avec un signe de croix le soigner au nom de Jésus. Ce qui fut fait. Et il demanda pardon et indulgence et quitta pour discuter de la chose. Le peuple s’exclama: Nous allons juger nous-mêmes. <o:p></o:p>

    77 Philippe sourit et lui dit de parler en premier. Il dit: Recevez-vous ou non les prophètes? <o:p></o:p>

    Philip: Est-ce par ce que vous ne croyez pas prophètes ? Aristarchus:  Il est écrit: Qui doit proclamer ta puissance, O Dieu ? Et, aucun homme ne connaît ta gloire, et Ta gloire a rempli la terre, et le Seigneur est le juge des vivants et des morts. Et Dieu est un feu qui consume et brûle ses ennemis de partout. Et il a crée toutes ces choses. Comment pouvez-vous dire que Marie a donné naissance à Jésus? . . . Mais vous dites qu’il est la puissance et la sagesse de Dieu qui était avec lui quand il a crée le monde. Je ne nie pas que les Ecritures disent: Que l’homme soit crée ! <o:p></o:p>

    78 Philippe sourit et dit: Ecoutez tous: Isaïe a dit, Voyez mon serviteur que j’ai choisi . . . . Et de la croix: Il a été emmené comme un mouton pour être tué.  ..Et encore : Je présente mon dos pour être flagellé.  . . . . Et encore : Je tends mes mains à un peuple désobéissant.  Et: J’aimais ceux qui ne me cherchaient pas.   . . . . Et David dit: Tu es mon Fils . . . Et de sa résurrection.. Et Judas.  Et… Seigneur, pourquoi suis-je troublé . . . . <o:p></o:p>

    Et encore David: J’ai prédit le Seigneur toujours avant moi.  . . . . Mais David est mort. Ecoutez aussi les douze prophètes: Dites à la fille de Sion. . . . et : De l’Egypte j’ai appelé mon Fils. . <o:p></o:p>

    79 Aristarchus dit: Ce Jésus est appelé Christ. <o:p></o:p>

    Isaie: Ce qui a été dit au Seigneur au Christ mon Seigneur. . . . . Les juifs dirent: Vous parlez pour le Christ . Le peuple et les dirigeants alors acclamèrent Philippe et lui dirent qu’il serait reçu.  <o:p></o:p>

    80 Un cercueil a été apporté; contenant le corps d’u fils d’un homme riche. Et dix esclaves allaient être brûlés avec le corps. Le peuple dit : Voilà un sujet de discorde avec les chrétiens. Si leur Dieu existe qu’il redevienne vivant et nous croiront et brûleront nos idoles.   <o:p></o:p>

    81 Philippe dit aux parents: Qu’allez-vous faire si je lui rends la vie?  ' Ce que vous voulez.' Les esclaves lui firent signe de se souvenir d’eux -Il y avait cette méchante  loi permettant de brûler les esclaves et parfois même les femmes des morts. <o:p></o:p>

    82 Philip dit : donnez-moi ces esclaves. Oui ! Et plus encore que vous avez. . Il dit à Aristarchus: Viens, O Juif, réveille-le! Et il toucha sa face, cracha sur lui et le tira par les mais: en vain et se retira confus.<o:p></o:p>

    83 Nereus le père dit: Réveille mon fils et je combattrai les juifs.  <o:p></o:p>

    Philip: Si tu ne promets pas de ne pas les nuire je ne rendrai pas la vie à ton fils. <o:p></o:p>

    Nerus: Comme tu veux ! <o:p></o:p>

    84 Philippe se dirigea vers le cercueil et pria, et un soufflé entra chez l’enfant Theophilus , et il ouvrit les yeux et regarda Philippe. Une deuxième fois Philippe dit : Jeune homme, au nom de Jésus Christ qui a été crucifié sous Ponce Pilate, réveille-toi. <o:p></o:p>

    85 Et il sortit de son cercueil, et poussa un cri. Tous s’exclamèrent : Un seul est le Dieu de Philippe. . . . Et les esclaves furent libérés. Tous ont cru  et se convertirent. <o:p></o:p>

    86 Philippe prêcha, baptisa, détruisit les idoles ordonna donné des directives et des règles.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Nerkela et Ireus à Nicatera. <o:p></o:p>

    87 Nerkela et Artemela ont été bénis par Philippe. <o:p></o:p>

    88 Ireus et Nereus voulaient construire une église, et sont tombés d’accord pour le faire sur les terres de Nereus <o:p></o:p>

    89 Seuls les juifs étaient mécontents et décidèrent de s’en aller. <o:p></o:p>

    90 Philip vint au nouveau bâtiment et s’adressa au peuple: <o:p></o:p>

    91 Il nomma Ireus évêque et pria avec lui, il annonça son départ. <o:p></o:p>

    92 Tous pleurèrent mais il les consolèrent. <o:p></o:p>

    93 Ils chargèrent les chameaux de provisions et l’accompagnèrent. Il les fit repartir et prit seulement cinq pains. Ils le saluèrent trois fois et tombèrent sur la face pour avoir sa bénédiction. Ils le regardèrent partir et retournèrent dans la cité. <o:p></o:p>

    Quand le léopard et le chevreuil dans le désert croyaient. <o:p></o:p>

    94 Il advint quand le Seigneur envoya les apôtres dans des endroits différents, que Philippe eut la mission d’aller dans le pays des grecs.  Il réfléchit beaucoup et pleura. Et Mariamme sa sœur, le voyant triste, alla voir Jésus et dit : Seigneur, ne vois –tu pas que mon frère est inquiet? <o:p></o:p>

    95 Et il dit : Je sais, tu as été choisi parmi les femmes mais vas avec lui et encourage le, car je sais que c’est un homme coléreux, et s’il va seul il aura  beaucoup de problèmes avec les hommes. Mais attends !, je vais envoyer Barthélemy et Jean pour subir les même traitements dans la même cite, en raison de  la grande méchanceté des habitants, car ils adorent le vipère, la mère des serpents. Change ton aspect de femme et va voir Philippe. <o:p></o:p>

    Et à Philippe il dit : Es-tu fidèle? Car je suis toujours avec toi. <o:p></o:p>

    96 Ainsi ils allèrent au pays de Ophiani; et quand ils arrivèrent au lieu sauvage des dragons, un grand léopard sortit d’un buisson sur la colline courut et se jeta à leurs pieds et parla d’une voix humaine : Je te vénère, serviteur de la grandeur divine et l’apôtre du seul Dieu engendré de Dieu, ordonne moi de parler correctement.  <o:p></o:p>

    97 Et Philippe dit: Au nom de Jésus Christ, parle. Et le léopard parla correctement e dit. Ecoutes-moi Philippe  porteur de la parole divine. Hier soir j’ai passé près d’un troupeau de chèvres prés de la tanière du dragon la mère des serpents, et j’ai pris un chevreau et quand j’ai été dans les bois pour le dévorer après l’avoir blessé, il a pris une voix humaine et a pleuré comme un enfant. Me disant ! O léopard, mets de côté ton cœur féroce et la bestialité de ta nature et deviens apprivoisé, car des apôtres de sa grandeur divine vont traverser cette partie du désert. Pour accomplir parfaitement la promesse de la gloire du seul Fils engendré de Dieu. A ces mots du chevreuil, j’étais perplexe et graduellement mon cœur a changé, et je devint doux. Et je ne l’ai pas mange. <o:p></o:p>

    Et en l’écoutant, je vous vis avec vos serviteurs. Ainsi je l’ai quitté pour vous vénérer. Et maintenant je vous supplie de me permettre d’aller avec vous partout ou vous irez et de me dépouiller de ma nature bestiale.  <o:p></o:p>

    98 Et Philippe dit: Ou es le chevreuil? Et il dit: Il est blessé sous un arbre. Philippe dit à Barthélemy: Allons le voir pour le soigner. Et a la demande de Philippe, le léopard les guida. 99 Philippe et Barthélemy dirent: Maintenant nous savons en vérité que rien ne dépasse ta compassion. O Jésus, amoureux des hommes. Car tu nous a prévenu et nous a laissé convaincre par ces créatures de croire encore plus, et de remplir nos obligations. Ainsi, Seigneur, Jésus Christ, viens, et donne la vie et le soufflé et une existence à ces créatures pour qu’ils cessent d’avoir une nature de bêtes et devenir doux. Et ne plus manger de la chair ni le petit la nourriture des bœufs. Donnes-leur un cœur d’homme pour qu’ils puissent nous suivre partout où nous iront, et manger ce que nous mangeons, pour ta gloire, et de parler comme des hommes en glorifiant ton nom. <o:p></o:p>

    100 En ce moment,  le léopard et le chevreuil se levèrent, redressèrent leur front et dirent : Nous te glorifions et te bénis toi qui nous a visité et se souvient de nous dans le désert et changé notre nature bestiale et sauvage en une nature douce et apprivoisée. Et nous a accordé la parole divine et nous donner une langue et les sens du parler et pour louer ton nom.ca grande est ta gloire. <o:p></o:p>

    101 Il se jetèrent par terre pleine de dévotion pour  Philippe et Barthélemy et Mariamne ; Et tous s’en allèrent glorifiant Dieu. <o:p></o:p>

    Du dragon qui fut tué. <o:p></o:p>

    102 Ils ont voyagé pendant cinq jours, et un matin après les prières de minuit, un vent se leva soudainement, dans le brouillard, un grand dragon, avec un dos noir et un ventre qui laissait échapper des étincelles de feu. Son corps était très long et de multitudes de petits dragons le suivaient. Le désert tremblait de très loin. <o:p></o:p>

    103 Et Philippe dit: Maintenant c’est le temps de se souvenir des paroles du Seigneur. Ne craignez rien, ni la persécution, ni les serpents de cette terre ni le dragon noir. Faisons face et prions. Essayons de faire disperser  la fumée. <o:p></o:p>

    104 Ainsi ils prirent la coupe et prièrent. Toi qui projette la rosée sur les feux, en mettant un peu sur la bouche du dragon maîtrisant sa colère, faisant le méchant ennemi se plonger lui-même dans son propre feu, l’empêchant de se sauver et faire taire son orgueil, viens avec nous dans le désert car nous allons vers ta volonté et quand tu le veux.  <o:p></o:p>

    105 Et il dit: Maintenant mettez-vous debout et levez les mains, avec la coupe que vous tenez et répandez son contenu dans l’air en forme de croix. <o:p></o:p>

    106 Et il y eut une forte lumière qui aveugla le dragon et sa progéniture. Et ils furent affectés quand les rayons du soleil sont entrés dans les caves et ont détruit les oeufs. Mais les apôtres ont fermé les yeux,  incapable de voir la lumière, et sont restés indemnes. Il semblait que rien ne leur était advenu. Il y eut de nombreuses personnes dans la cite des serpents.. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le Martyr.  <o:p></o:p>

    107 Dans les jours de Trajan, après le martyr de Simon fils de Clopas, évêque de Jérusalem, successeur de Jacques, Philippe l’apôtre prêchait dans toutes les cites de  Lydie et de l’Asie.  <o:p></o:p>

    108 Il arriva à la cite  Ophioryme (Rue des serpents), appelée  Hiérapolis de l’Asie, et a été reçu par  Stachys, un croyant. <o:p></o:p>

    109 Il était avec Barthélemy, un des soixante dix et sa sœur Mariamne, et leurs disciples.<o:p></o:p>

    110 Et ils se sont assemblés dans la maison de Stachys. <o:p></o:p>

    111 Et Mariamne s’assit et écouta les discours de Philippe. . 112 Il parla des pièges du dragon, qui n’a pas de formes dans la création et est reconnu et craint par des bêtes et des oiseaux.<o:p></o:p>

    113 Car les hommes de cet endroit les adoraient  et en gardaient des images, et l’appelaient  Hiérapolis Ophioryme. Et plusieurs furent convertis. <o:p></o:p>

    114 Et Nicanora la femme du proconsul a crû. Elle était malade, particulièrement des yeux, et avait été guérie. Maintenant elle approchait dans une litière d’argent.<o:p></o:p>

    115 Mariamne dit en hébreu, Alikaman, ikasame, marmari, iachaman, mastranan, achaman, quiveut dire: O fille de ton père, ma dame,  qui avait été donnée en offrande au dragon<o:p></o:p>

    116 Et Nicanora dit: Je suis un Hébreu, parlez dans la langue de mon père. Je vous ai écouté prêcher et j’ai été guérie. <o:p></o:p>

    117 Et ils prièrent pour elle. <o:p></o:p>

    118 Mais son mari tyran arriva  et dit  : Comment? Qui t’a soigné ? <o:p></o:p>

    119 Elle répondit: Laisse-moi vivre une vie chaste et sobre. <o:p></o:p>

    120 Il l’a traîna par les cheveux  et menaça de la tuer. Et  les apôtres furent arrêtés. <o:p></o:p>

    121 Battus et traînés au temple.<o:p></o:p>

    122 Ils furent enfermés  (avec le léopard et le chevreuil). <o:p></o:p>

    123 Le peuple et les prêtres s’approchèrent et demandèrent vengeance contre les sorciers.<o:p></o:p>

    124 Le proconsul craignait sa femme, car il avait été presque aveuglé par une lumière étonnante quand il l’avait regarder prier.<o:p></o:p>

    125 Ils déshabillèrent et fouillèrent les apôtres pour trouver des charme, et percèrent la cheville de Philippe et ses cuisses. Il fut suspendu la tête en bas. Quant à Barthélemy, il fut suspendu nu par les cheveux. <o:p></o:p>

    126 Ils souriaient l’un ‘autre comme si ils n’avaient pas été tortures. Mais Mariamne quand on la déshabilla devint comme un verre plein de lumière et de feu et tous ont fui.<o:p></o:p>

    127 Philippe et Barthélemy parlaient en hébreu, et Philippe dit :Devons-nous faire venir le feu du ciel. <o:p></o:p>

    128 Jean arriva à son tour et demanda ce qui s’était passé et le peuple lui a raconté.<o:p></o:p>

    129 Et on l’emmena à l”endroit. Philippe dit à Barthélemy en hébreu ! Voici Jean, le fils de Barega ; (c’est à dire ou est l’eau vivante). Et Jean dit Que le mystère de Celui qui a été pendu entre le ciel et la terre soit avec vous. <o:p></o:p>

    130 Jean s’adressa alors au peuple, le mettant en garde contre le serpent. <o:p></o:p>

    Entre autres: Quand la matière a été façonnée et placée dans le système du ciel, les créations de Dieu ont demandé à Dieu de montrer sa gloire. Et quand ils le virent, leur envie devint du chagrin et de l’amertume. Et le terre est devenue le conteneur de tout ce qui allait mal. Et le résultat des choses superflues de la création s’est concentre dans un cœur et le serpent est né. <o:p></o:p>

    131 Le peuple dit: Nous t’avons pris pour un de nos citoyens, mais tu marches avec ces hommes. Les prêtres vont purger son sang et le mélanger au vin et le donner à la vipère. Quand ils sont venus prendre Jean, ils ont été paralyses de la mal. Philippe dit : Je ne vais pas l’endurer plus longtemps. <o:p></o:p>

    132 Les trios autres l’ont dissuadé, mais il dit: Abalo, arimouni, douthael, tharseleen, nachaoth, aeidounaph, teleteloein, qui eut dire (après d’autres invocations descriptives de Dieu ! Que l’abîme s’ouvre et engloutit ces hommes ! Oui, Sabaoth ! <o:p></o:p>

    133 Il s’ouvrit et engloutit tout, environ 7000 hommes. Mais pas à l’endroit où se trouvait les apôtres. Et on entendit leurs voix demander grâce et disant : Que la croix nous éclaire ! Et une voix se fit entendre : J’aurais de la miséricorde pour vous dans ma croix de lumière. <o:p></o:p>

    134 Mais Stachys et sa maison, et Nicanora et 50 autres personnes et 100 vierges sont restés indemnes. <o:p></o:p>

    135 Jésus est apparu et a grondé Philippe. <o:p></o:p>

    136 Il s’est défendu. <o:p></o:p>

    137 Et le Seigneur dit: Par ce que tu as été implacable et plein de colère tu mourras certes dans la gloire et porté par des anges au Paradis, mais tu vas demeurer dehors pendant 40 jours avec la crainte de l »épée en feu, et alors j’enverrai Michel e il te fera entrer. Et Barthélemy ira à Lycaonia, où il sera crucifié. Et le corps de  Mariamne ira dans la rivière de Jordanie.  Et je ferai revenir ceux qui ont été engloutis.<o:p></o:p>

    138 Et il dessina une croix dans le ciel, descendant vers l’abîme qui devint illuminé. E t la croix était comme une échelle. Jésus appela le peuple et tous vinrent, excepté le proconsul et la vipère. Et voyant les apôtres ils se sont lamentés et se sont repentis.  <o:p></o:p>

    139 Et Philip, toujours pendu, les parla et les expliquèrent ses offenses. <o:p></o:p>

    140 Quelques uns voulaient le libérer, mais il refusa et dit:. " Ne vous chagrinez pas que je pende ainsi, car je prends la forme du premier homme qui est venu au monde la tête en bas, et aussi par l’arbre de la croix devenue vivante par la mort de ses péchés. Et maintenant, j’ai suivi les directives. Car le Seigneur m’a dit : A moins que tu fasses ce qui est au dessous devenir au dessus e la gauche, la droite, tu n’entreras pas dans mon royaume. Soyez comme moi en cela, car le monde entier est mal tourné, de même que toutes les âmes y demeurant." <o:p></o:p>

    141 Il a aussi mentionné l’incantation.<o:p></o:p>

    142 Ils les a demandé de libérer Barthélemy, et leur a  parlé de Mariamne, et leurs destinés. Construisez une église à la place où je mourrai, et laissez là le léopard et le chevreuil, et que Nicanora s’occupe d’eux jusqu’a leur mort et alors les ensevelir ç la porte de l’église. Et que votre paix soit dans ta maison, Stachys. Et ils les exhorta à la pureté  "Donc notre frère Pierre évita les maisons ou se trouvaient une femme et de plus il avait commis une offense en raison de sa propre fille. Et il pria le Seigneur. Et elle eut une paralysie d’un côté pour qu’elle ne se perde pas. " <o:p></o:p>

    143 Ensevelissez-moi dans su linge, comme le Seigneur, mais en papyrus et priez pour moi pendant quarante jours. Là où mon sang tombera une vigne va pousser et vous en ferez du vin pour la coupe et le partager le troisième jour. <o:p></o:p>

    144 Et il pria le Seigneur de le recevoir et de le protéger de ses ennemis.<o:p></o:p>

    " Que l’obscurité ne me couvre pas que je puisse passer les eaux du feu et les abîmes. Revêtissez-moi dans mes beaux habits et un sceau de lumière plus brillante que l’on ait vu jusqu’a ce que je passé par tous les dirigeants du monde ele méchant dragon qui nous oppose." <o:p></o:p>

    145 Et il mourut. <o:p></o:p>

    146 Et ils l’ont enseveli comme il l’avait demandé. Et une voix céleste dit qu’il avait reçu une couronne <o:p></o:p>

    147 Après trios jours la vigne grandit. Et ils firent l’offrande chaque jour, pendant quarante jours, et construisirent l’église et ont fait de Stachys, l’évêque. Et toute la cité devint croyante.  <o:p></o:p>

    148 Après quarante jours le seigneur apparut dans la forme de Philippe et dit à Barthélemy et Mariamme qu’il avait été admis au paradis. Et leur a demandé de suivre  leur chemin.   Et Barthélemy alla à  Lycaonia et Mariamne au Jourdain, et<o:p></o:p>

    Stachys demeurèrent où ils étaient.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    L’Evangile de Philippe. Extraits. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Un hébreu enseigne un autre hébreu et celui-ci s’appelle un prosélyte. Mais un prosélyte ne fait pas un autre prosélyte.. L’esclave veut seulement devenir libre mais n’espère pas avoir les biens de son maître. Un fils n’est pas seulement un fils, mais il à droit à l’héritage du père. Ceux qui sont des héritiers de la mort sont eux même morts. Et ils héritent des morts. Ceux qui sont des héritiers des vivants, sont vivants et sont des héritiers des vivants et des morts. Les morts ne sont héritiers de personne. Car, comment un mort peut-il hériter ? Si un mort hérite de ce qui est vivant il ne mourra pas et celui qui est mort vivra encore plus. Un incroyant ne meure pas car il n’a pas vécu pour qu’il meure. Celui qui a cru dans la vérité a trouvé la vie, et il sera alors en danger de mourir car il est vivant.  Depuis que Jésus est venu, le monde a été crée, les cités embellies et les morts mis à part... Ceux qui sèment en hiver récoltent en été .. L’hiver c’est le monde, l’été c’est l’autre. L’été, c’est  le second aeon ‘éternité’ Il faut semer dans ce monde, ce que nous pouvons récolter en été. Car il n’est pas commode de prier en hiver. L’été suit l’hiver. Mais si un homme récolte en hiver il ne fera que prendre des échantillons car il n’y a pas de récolte. Ce n’est pas seulement maintenant qu’il n’y aura rien, car au Sabbat son champ sera aride. Le Christ est venu pour  rançonner certains, sauver d’autres, et racheter quelques uns. Il a racheté des étrangers et les a fait siens. Et il a mis de côté les siens ceux qui ont promis d’être selon sa volonté. Ce n’est pas à sa venue seulement qu’il a donné volontairement sa vie, mais Il l’a donné le jour même de la création du monde. Il est venu le reprendre car il avait été donné comme gage. Il est tombé entre les mains des voleurs et a été fait prisonnier, mais il l’a sauvé. Il a racheté les bons dans le monde et aussi les méchants. La lumière et l’obscurité, la vie et la mort, la droite et la gauche sont frères. Ils sont inséparables, car aucun, n’est bon, aucun n’est mauvais, et la vie n’est pas la vie et la mort n’est pas la mort. Pour cette raison, chacun va se dissoudre dans sa nature première.  Mais ceux qui sont exaltés et au-dessus du monde sont indissolubles, éternels. Les noms donnés aux choses terrestres sont trompeurs et peuvent détourner notre pensée de ce qui est bon à ce qui est mauvais. Ainsi, celui qui entend le mot Dieu, ne perçoit pas ce qui est correcte. Il perçoit ce qui n’est pas bon. Il en est ainsi avec le Père et le Fils, et le Saint Esprit, et la vie, et la lumière, et la résurrection, et l’église, et tout le reste. –les gens ne perçoivent pas ce qui est bien. S’ils étaient dans le Aeon ‘éternité’, ils n’auraient à aucun moment eu à se servir de ces noms  Ceux du Aeon ‘éternité’ ne sont pas fait pour notre monde. Ils ne sont que pour l’Aeon‘éternité’ <o:p></o:p>

    Un seul nom n’est pas prononcé dans le monde, le nom que le Père a donné au Fils, le nom au-dessus de tout. Le nom du Père. Car le fils ne deviendra pas Père avant d’avoir le nom du Père. Ceux qui ont ce nom le savent mais ne le prononcent pas. Mais, ce qui ne le connaissent pas ne le savent pas.  La vérité a apporté des noms dans le monde, car il n’est pas possible d’enseigner sans des noms. La vérité est une chose unique et c’est aussi plusieurs choses pour nous qui apprenons cette seule vérité à travers beaucoup d’autres. Les pouvoirs voulaient tromper les hommes,  car ils ont vu qu’ils avaient de la ressemblance avec ce qui est vraiment bon. Ils ont pris le nom de ce qui était bon, et l’ont donné à ce qui n’était pas bon. Pour qu’a travers les noms ils puissent  le tromper et le lier à ceux qui sont mauvais ! De plus, ils vont le reprendre de ceux qui ne sont pas bon et les donner à ceux qui sont bons.  Ces choses, ils le savaient bien, car ils voulaient le faire de l’homme libre  des esclaves pour toujours.. <o:p></o:p>

    Voilà les pouvoirs qui affrontent l’homme et qui l’empêchent d’être sauvés. Pour qu’un homme soit sauvé, il n’y aura pas de sacrifices et les animaux ne seront pas offerts aux pouvoirs. Ils l’offraient vivants, mais en les offrant, ils étaient morts. Quand le Fils de l’homme a été offert à Dieu, ils l’ont offert mort et il est devenu vivant. Avant la venue du Christ, il n’y avait pas de pain dans le monde. Comme le Paradis, là où Adam était, il y avait plusieurs arbres pour nourrir les animaux mais pas de blé pour l’homme. Les hommes se nourrissaient comme les animaux, mais quand le Christ est venu, l’homme parfait, il a porté le pain du ciel affin que l’homme soit nourri avec la nourriture de l’homme. Les pouvoirs croyaient que c’était par leur propre vouloir qu’ils agissaient, mais par le Saint Esprit , en secret, il accomplissait tout par eux comme il le voulait.  La vérité qui existait depuis le début est un peu partout. Et tous le voient quand  ils est semé mais peu le voient quand il est récolté. Certains qui disent que Marie est conçue par le Saint Esprit sont dans l’erreur. Ils ne savent pas ce qu’ils disent. Quand une femme a-t-elle été conçue par une femme ? C’est une  vierge que les pouvoirs n’ont pas souillé, les pouvoirs se sont souillés eux-mêmes.  Et le Seigneur n’aurait pas dit Mon Père qui est aux cieux. [Mt 16:17]  à moins d’avoir un autre Père, mais aurait simplement dit Mon Père. <o:p></o:p>

    Le Seigneur a dit aux disciples. Faites venir de toutes les maisons. Faites venir dans la maison de mon Père mais ne prenez rien de la maison du Père pour l’emmener ailleurs.  Jésus est un nom caché. Christ est un nom révélé pour cette raison. En : Syriac c’est le Messie en grec, Christ.. Le Nazaréen est celui qui révèle ce qui est cache. Le Christ a tout en lui, homme, Ange, mystère et le Père. Ceux qui disent que le Père est mort et s’est réveillé sont dans l’erreur car il s’est d’abord réveillé et il est mort ensuite… Personne ne peut cacher un grand objet de valeur dans quelque chose de grand, mais souvent on a mis des milliers de choses dans une petite chose. Voyez l’âme. C’est une chose  précieuse qui a été mis dans un corps méprisable.                                         <o:p></o:p>

     Certains ont peur de se réveiller nus. C’est pourquoi ils veulent se réveiller en chair mais ne savent pas ce que ce qui est chair est nu. Ceux qui se dévêtissent sont ceux qui ne sont pas nus. La chair et le sang seront incapable d’hériter le Royaume de Dieu. [1Cor15:50] Qu’est-ce qui n’héritera pas ? Ce qui est en nous. Mais qu’est-ce que l’on héritera? C’est ce qui appartient à Jésus et son sang. Pour cette raison, il a dit : Celui qui ne mangera pas ma chair et boira mon sang n’aura pas de vie [Jean 6:53] Qu’en est t-il? Sa chair est le monde et son sang est le Saint Esprit, Ceux qui ont reçu cette nourriture et ont eu cette boisson sont habillés. Je trouve que ceux qui disent qu’il ne va pas se réveiller ont tort. Vous dites que la chair ne va pas ressusciter, mais dites moi ce qui va revivre et je vais vous honorer. Vous dites que l’esprit est la chair et c’est aussi la lumière dans la chair, mais c’est aussi est une chose qui est dans la chair car tout ce que vous dites est toujours chose de la chair ? Il est nécessaire de se réveiller dans sa chair car tout existe dans la chair. En ce monde ceux qui portent des vêtements sont meilleurs que les vêtements. Dans le Royaume des Cieux, les vêtements sont meilleurs que ceux qui les portent.                                                     <o:p></o:p>

    C‘est par l’eau et le feu que tout est purifié? –le visible par le visible, le caché par le caché. Il y a des choses qui sont cachés même s’ils sont visibles. Il y a l’eau dans l’eau il y le feu dans le chrisme.                                                   <o:p></o:p>

    Jésus ne s’est pas révélé comme il était, mais de la manière que l’on pouvait le voir se révéler Ils s’est révélé à tous. Il s’est révélé comme le grand des grands. Ils s’est révélé comme le petit des petits. Il s’est révélé aux anges comme un ange. Pour cette raison, son monde s’est caché aux autres.. Certains l’ont vu, pensant qu’ils se voyaient eux-mêmes, mais il est apparu aux disciples dans sa gloire  Il est devenu grand et il a fait ses disciples grands pour qu’ils puissent voir sa grandeur.  Ne méprisez pas l’agneau, car sans lui, on ne peut voir le roi. L’homme céleste a plus de fils que l’homme terrestre.  <o:p></o:p>

    Si les fils d’Adam sont nombreux et même s’ils meurent ; combien  plus nombreux sont ceux de l’homme parfait, celui qui ne meure pas, mais est toujours engendrée ? Le Père fait un fils et le fils n’a pas de pouvoir de faire un fils. Car celui qui a été engendré ne peut engendrer. Mais les fils trouvent des frères pour eux-mêmes, non des fils.  Il y a ceux qui sont crées dans ce monde de manière naturelle, et ceux qui le sont de manière spirituelle. Ceux qui sont crées en ce monde aspirent vers l’homme parfait, car ils sont nourris de la promesse concernant les cieux. Si le monde venait du ciel il serait parfait . C’est par un baiser que le parfait conçoit et donne naissance. C’est pour cela que nous nous embrassons. Nous concevons par la grâce qui est en chacun de nous. Ils y a ceux qui ont toujours marché avec le Seigneur. Marie, sa mère, sa sœur, et Madeleine, son compagnon.  Sa sœur et sa mère étaient tous Marie.. <o:p></o:p>

    Le Père te le Fils c’est des noms simples ; le Saint Esprit est un nom double. Ils sont partout. Ils sont dans les cachés, ils sont dans les révélés. Le Saint Esprit est au dessus quand il s’est révélé et au dessous quand il est nom révélé…. Un disciple a demandé au Seigneur, un jour, de dire quelque chose de ce monde.  Il a répondu : Demandez à votre Mère et elle vous donnera tout ce qui est aux autres. <o:p></o:p>

    Ce qui est au fils appartient au Père et au fils lui-même aussi longtemps que petit, il n’est pas habilité à se servir de ce qui lui appartient. Mais quand il devient un homme son père lui donne tout ce qu’il possède. Ceux qui se sont perdus ceux que l’Esprit a mis de côtés sont perdus à cause de l’Esprit… L’homme cultive la terre avec des animaux domestique et peut se nourrir et nourrir ses animaux. Qu’ils soient apprivoisés ou sauvages ! <o:p></o:p>

    Prenez les hommes parfaits, c’est par les pouvoirs qui lui sont soumis qu’il peut labourer, préparant la venue de tout ce qui deviendra des êtres. C’est pour cela que tout est en place que ce soit le bon ou le mauvais. La droite et la gauche. Le Saint Esprit chaperonne tout et règne sur les pouvoirs. Les apprivoisées et les sauvages. Et ceux qui sont uniques. Ils sont rassemblés et enfermés pour qu’ils ne puissent pas s’échapper même s’ils le désiraient. Ce qui a été crée est beau et vous verrez ses fils de nobles créations. Celui qui a été crée et non engendré verra que sa semence est noble. Mais maintenant qu’il a été crée, il engendre  Ou est la noblesse? D’abord, l’adultère est entré au monde ensuite le meurtre. Et il a été engendré par l’adultère car il était le fils du serpent. Il est donc devenu un meurtrier comme son père, et il a tué son frère. Chaque acte sexuel entre ceux qui ne sont pas semblables est de l’adultère. <o:p></o:p>

    Dieu est un teinturier. Les bonnes teintures qui sont vraies se dissoudrent dans les choses qui sont teints par eux. Il en est ainsi pour ce que Dieu a teint. Puisque les teintures sont immortelles par les couleurs. Dieu plonge le tout dans l’eau il n’est pas possible de voir ce qui existe vraiment à moins de le devenir. Ce n ‘est pas la manière de l’homme dans le monde. Il voit le soleil sans être le soleil et le ciel et la terre, et n’est pas ces choses.... Vous ne  voyez pas l’esprit, mais vous êtes devenu esprit. Vous avez vu le Christ et vous êtes devenu des Chrétiens. Vous avez vu le Père et vous deviendrez le Père.<o:p></o:p>

    Dans ce monde donc vous voyez tout et ne vous voyez pas, mais ici, vous vous voyez et ce que vous voyez, vous deviendrez.  La Foi reçoit, l’amour donne. Personne ne recevra sans la Foi. Personne ne donnera sans l‘amour. Donc, il faut croire, pour que l’on puisse recevoir.. De même, nous pouvons aimer et donner car si quelqu’un ne donne pas avec amour il n profite pas de ce qu’il donne. Celui qui ne reçoit pas le Seigneur est toujours un Hébreu….. Dieu est un mangeur d’homme. C’est pour cette raison que les hommes lui sont sacrifiés. Avant que l’homme ne soit sacrifié c’était les animaux qui  étaient sacrifiés ; ceux pour qui  étaient sacrifiés n’étaient pas des dieux.  Les ustensiles en verre et les ustensiles en poterie sont fabriqués avec le feu.  Si la verrerie se brise c’est pour toujours car elle a pris naissance par un souffle. Si les ustensiles de poterie se cassent, ils sont détruits car ils ne sont pas crées par le souffle. Un âne qui tourne un moulin marche pendant de longues distances. Quand il est libéré, on le trouve à la même place. Des hommes voyagent beaucoup, mais ne font aucun progrès vers une destination. A la fin de leurs jours, ils ne voient ni villages ni cité, ni création, ni nature. ni pouvoir, ni anges. C’est en vain que ces misérables ont œuvré.... <o:p></o:p>

    L’Eucharistie est Jésus. Car on l’appelle le Syriaque Pharisatha, qui veut dire  celui qui s’étend.  Car Jésus est venu pour crucifier le monde. Le Seigneur est entré dans les teintures de Lévi. Il a pris soixante-dix différentes couleurs et les mis dans la cuve. Ils les a retrouvés tout blancs. Et il dit. Même le Fils de l’homme vient comme teinturier…. <o:p></o:p>

    Quand à la sagesse elle est appelée la mère des anges.<o:p></o:p>

    Et le compagnon du Sauveur est Marie Madeleine. Et le Seigneur l’aimait plus que les disciples et avait l’habitude de l’embrasser sur la bouche. Les disciples étaient offensés et avaient exprimé leur désaccord. Ils lui ont dit : Pourquoi l’aime-tu plus que nous ?  Le Sauveur répondit : Je ne vous aime pas plus qu’elle ? Pourquoi ? Quand un aveugle et un voyant sont ensemble dans l’obscurité ils ne sont pas différents ! Quand la lumière paraît, celui qui voit verra la lumière mais l’aveugle restera dans l’obscurité. <o:p></o:p>

    Le Seigneur dit : Béni soit celui qui existe avant d’être né. Car celui qui est, a été et sera.  La supériorité de l’homme n’est pas évidente, mais se trouve dans ce qui est caché de sa vue. En conséquence, il a un pouvoir sur les animaux, qu sont plus forts que lui et grands en terme du caché et de l’évident. Cela les permet de survivre. Mais si l’homme est séparé d’eux, ils s’entretuent et se mordent.  Ils s’entre mangent, car qu’ils n’ont pas trouvé de nourritures. Mais maintenant, ils ont trouvé à manger, car l’homme a labouré la terre. Si quelqu’un va dans l’eau et sort sans avoir rien reçu et dit : Je suis Chrétien, il a emprunté le titre par intérêt.. Mais s’il reçoit l’Esprit Saint, il a le nom comme un présent.. Celui qui a reçu un don n’a pas besoin de le rendre, mais celui qui l’a emprunté avec intérêts doit rembourser.  C’est ce qui arrive avec celui qui a l’expérience d’un mystère. Grand est le mystère du mariage ! Car sans lui, le monde n’aurait pas existé. Donc, l’existence du monde dépend de l’homme et l’existence du monde au mariage.. Songez à cette relation non définie car elle possède un grand pouvoir.…Quant aux esprits impurs, il y a des hommes et des femmes parmi eux. Les males sont ceux qui se sont unis avec les âmes qui ont les formes de  femelles. Les femelles sont celles qui sont unies avec quelqu’un qui a désobéi. Quand une femme seule voit un male isolé, elle se jette sur lui et le défie. De même l’homme sensuel qui voit une femme  seule, si elle est belle, il veut la séduire. Mais si un homme et une femme sont ensemble, la femme ne peut pas aller vers un autre l’homme ni l’homme aller vers une autre femme. Ainsi si l’image et l’Ange sont unis l’un l’autre il n’y a pas de possibilité pour qu’ils puissent aller vers l’homme ou la femme. <o:p></o:p>

    Celui qui sort du monde ne peut pas être retenu, car il vient de ce monde. C’est évident qu’il est au-dessus des désirs et qu’il domine la nature. Il est au-dessus de l’envie. Si quelqu’un d’autre vient, on le saisit et on le jette. Et comment peut-il, éviter d’être pris? Comment peut-il se cacher? Souvent certains viennent et disent : Nous sommes fidèles, pour qu’il puisse éviter les esprits malsains et le démons.  Car s’ils avaient l’Esprit Saint aucun esprit malsain n’aurait pu s’attacher à eux. Ne craignez pas la chair mais ne l’aimez pas non plus.  Si vous en avez peur il vous maîtrisera. Si vous l’aimez, il va vous dévorer et vous paralyser… Dans ce monde il y a le bien et le mal. Son bien n’est pas bien et son mal n’est pas le mal. Il y a le mal qui est vraiment le mal. C’est ce que l’on appelle le milieu. C’est la mort. Pendant que nous vivons dans ce monde, il est bon d’acquérir la résurrection pour nous-mêmes. Car quand nous nous dépouillons de la chair nous sera en paix et n’irons pas vers le Milieu.  Car beaucoup perdent en chemin... C’est bon de sortir de ce monde quand on a péché. Certains ne désirent pas le péché, ni sont capables de pécher. D’autre s’ils veulent pécher ne sont pas en meilleure posture car ils ne l’ont pas commis,, car le désir les rend pécheurs. Mais même si certains ne désirent pas pécher, ce qui est droit leur sera caché eux aussi… <o:p></o:p>

    Un homme pieux, dans une vision, vit plusieurs personnes  enchaînées et enfermées dans une maison en flammes. Il leur a dit : Pourquoi ne vous sauvez-vous pas ? Ils ne veulent pas. Ils ont été dans cette position par punition, ce qui est appelé l’obscurité extérieure, car il y est jeté de l’extérieur….<o:p></o:p>

    C’est par le feu et l’eau que le monde a été crée, c’est par le feu et l’eau que qu la chambre nuptiale est venue au monde.  Le feu est le chrême et la lumière le feu… La vérité n’est pas venue nue dans ce monde, mais avec des types et des images. On recevra la vérité de toute autre manière Il y a renaissance et une image de la renaissance… Le seigneur a tout fait dans un mystère, un baptême, un chrisme, une eucharistie et une rédemption et une chambre nuptiale. Le Seigneur dit : Je suis venu créer les choses en bas comme les choses en haut. Je suis venu les unir dans cette terre. Il s’est révélé dans cette terre par les types et les images.  Ceux qui disent: Il y a un homme céleste et il y a un autre au-dessus de lui sont dans l’erreur.  Car celui qui est révélé dans le ciel est cet homme du ciel, celui que l’on dit être celui qui est en bas, et celui qui possède les choses cachés c’est celui qui est au-dessus de lui.. Le Seigneur a appelé la destruction, l’obscurité extérieure. . Il n’existe rien existe rien en dehors. Il a dit : allez dans cette chambre et fermez la porte derrière vous et priez pour le Père en secret.  [Mt 6:6] celui qui est en tous.  Celui qui est en tous est la plénitude. En dehors de lui, il n’y a rien. Avant le Christ, quelques-uns uns sont venus d’un endroit qu’ils ne pouvaient plus revenir. Le Christ trouva ceux qui sont entrés, et ils les a fait sortir et ceux qui sont partis, il les a fait revenir…. Quand Eve était encore avec Adam, la mort n’existait pas. Quand elle a été séparée de lui, la mort est devenu réalité. S’il devient complet comme avant, la mort n’existera plus. <o:p></o:p>

    Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi O seigneur m’as –tu abandonné? [Mc 15:23] C’était sur la croix qu’il avait prononcé ces mots, car c’était là qu’il a été divisé… Le Seigneur est ressuscité des morts. Il est devenu comme il était, et maintenant son corps est parfait. Il possède certes de la chair, mais cette chair est la vraie chair. Notre chair n’est pas vraie et nous possédons seulement une image de ce qui est vrai. Une chambre nuptiale n’est pas pour les animaux, ni pour les esclaves, ni pour la femme souillée, mais c’est pour les hommes libres et les vierges.. Par le Saint Esprit, nous sommes engendrés une fois encore. Nous sommes oints par l’Esprit. Quand nous avons été formés nous étions unis. Personne ne peut plus se voir dans l’eau ou dans un miroir, sans la lumière. Et aussi on ne peut voir la lumière sans le miroir ou l’eau.   On est baptisé dans les deux! La lumière est le chrême. <o:p></o:p>

    Il y a trios édifices spécialement pour le sacrifice à  Jérusalem. Celui qui fait face à l’Ouest est le Saint. Celui qui fait face au sud est le saint des saints. Celui qui fait face à l’est est le saint de tous les saints, le lieu ou le grand prêtre va. Le baptême est le bâtiment saint. La rédemption est le saint des saints, la chambre nuptiale est le saint de tous les saints. Le baptême inclut la résurrection et la rédemption. La rédemption a lieu dans la chambre nuptiale. Mais la chambre nuptiale est supérieure à tout, et rien ne l’égale. . Ceux qui lui sont familiers, sont ceux qu prient dans le saint de Jérusalem. Il y a certains à Jérusalem qui attendent le Royaume céleste  de Dieu. On les appelle les saints des saints, par ce qu’avant d’avoir le voile, il n’y avait pas de chambre nuptiale… L’âme d’Adam a été crée par le soufflé (pneu ma) qui est le synonyme de l’esprit. L’Esprit qui lui a été donnée est sa mère. Son âme a été remplacée par un esprit. Quand il a été uni à l’Esprit il a prononcé des mots incompréhensibles aux pouvoirs ! Ils l’ont envié car ils étaient séparés de l’union spirituelle. Cette séparation leur a donné l’occasion de se fabriquer une chambre nuptiale symbolique pour souiller les hommes. <o:p></o:p>

    Jésus s’est révélé au Jourdain. C’était la plénitude du Royaume du Ciel. Celui qui a été engendré avant toutes choses a été engendré de nouveau. Celui qui a été racheté,  a racheté à son tour, les autres. Es-il permis de dire un mystère? Le Père de toutes choses  s’est uni à la vierge et est descendu et un feu a brille sur lui. Ce jour là ? Il est apparu dans la grande chambre nuptiale. Son corps est né ce même jour…Ainsi Jésus a établi toutes choses à travers cela. C’est bon pour tous ses disciples d’entrer dans son repos. Adam est venu au monde de deux vierges, l’Esprit et la Terre. Le Christ, donc et né d’une vierge pour rectifier la Chute qui a eu lieu au début…. <o:p></o:p>

    Il y a deux sortes d’arbres au Paradis, une porte les animaux et l’autre les hommes. Adam a mangé de l’arbre qui porte les animaux. Il est devenu un animal et a engendré des animaux.  C’est  pour cela que les fils d’Adam adorent les animaux. L’arbre  de qui Adam a pris le fruit est l’arbre de la connaissance  C’est pourquoi les péchés ont augmenté. S’il avait mangé les fruits de l’autre arbre, c’est à dire, l’arbre de la vie, celui qui porte les hommes, les dieux auraient adore l’homme… . Car au commencement Dieu a crée l’homme, mais maintenant l’homme a crée Dieu C’est devenu la manière du  monde- l’homme fait des dieux et les adorent. ! <o:p></o:p>

    Ce qu’on homme accomplit dépend de ses capacités? On dit aussi ses habiletés. Parmi ses accomplissements il y a ses enfants. ….<o:p></o:p>

    Celui qui connaît la vérité est un homme libre, car l’homme libre ne pèche pas. Car celui qui pêche est l’esclave du péché. [Jean8 : 34] Ceux qui croient que le péché ne s’appliquent pas à eus s’appellent libres Ils se sentaient même un sens de supériorité…. <o:p></o:p>

    La parole dit : Si vous savez la vérité la vérité vous rendra libre. [Jean 8 : 32] L’ignorance est esclave. la connaissance est la liberté. Si nous connaissons la vérité nous verrons les fruits de la vérité en nous. Si nous y sommes unis nous aurons l”accomplissement. <o:p></o:p>

    La chambre nuptiale est cachée. C’est le saint des Saints…. Il y a la gloire qui dépasse toutes les gloires. Il y le pouvoir qui dépasse tout pouvoir.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La lettre de Pierre à Philippe.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Adressé par Pierre à l’apôtre Philippe, cet écrit de neuf pages se présente superficiellement comme une lettre. « En tant que dialogue de révélation entre le Sauveur ressuscité et ses disciples, il témoigne de la productivité des récits d’apparitions du Ressuscité aux premiers siècles chrétiens.
    D’après les rapports de James M. Robinson et Stephen Emmel, un autre codex de papyrus, inaccessible pour le moment, contiendrait une seconde version copte de la Lettre de Pierre à Philippe. Presque tous inconnus jusqu'à leur découverte fortuite en 1945, les quelque cinquante textes à caractère religieux ou philosophique formant la collection de Nag Hammadi offrent une grande variété de styles, de genres littéraires et de contenu. Ce sont pour la plupart des écrits qui proposent de la doctrine et des rituels chrétiens des visions différentes de celles qui ont fini par s'imposer comme normatives, et qui, par conséquent, ont été progressivement rejetées comme hérétiques à mesure que se sont établis au sein du christianisme des mécanismes de régulation institutionnels et que s'est définie une orthodoxie. Bien que les spécialistes ne s'entendent ni sur la définition de ce terme ni sur la nature exacte du phénomène qu'il entend désigner, on caractérise généralement ces textes comme "gnostiques".  L. Painchaud.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>


     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Lettre de Pierre à Philippe.<o:p></o:p>

    Traduit  du texte anglais de Frederik Wisse.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    "Pierre, l’apôtre de Jésus-Christ à Philippe, à notre bien aimé frère et compagnon apôtre, et aux frères qui sont avec toi. Salut ! Maintenant, je veux te faire savoir, notre frère, que nous avons reçu des ordres du sauveur du monde entier,  que nous viendrons tous ensemble pour donner des directives et prêcher sur le salut, qui a été promis par notre Seigneur Jésus-Christ.. Mais quand à toi, accepterez-tu, notre frère, de venir selon les ordres de notre Dieu Jésus ? »   <o:p></o:p>

    Quand Philippe a reçu ce message et quand il l’a lu, il est allé à la rencontre de Pierre avec joie. <o:p></o:p>

    Et Pierre a réuni les autres. Ils ont été sur la montagne appelée le mont des oliviers, l’endroit où ils se réunissaient avec le bienheureux Christ quand il était de chair. <o:p></o:p>

    Quand les apôtres ont été ensembles et se sont agenouillés, ils prièrent disant : Père, père, Père de la lumière, qui est pur. Ecoutes-nous comme tu avais plaisir de le faire en ton saint Fils Jésus.  Car il est venu pour nous illuminer l’obscurité.  Oui, écoutes-nous. Et ils prièrent encore disant: « Fils de la vie, Fils de l’immortalité qui est le Fils de la lumière, Fils Christ de l’immortalité, notre rédempteur, donne nous le pouvoir, car ils veulent nous tuer. »  <o:p></o:p>

    Et une grande lueur apparut et les montagnes ont brillé de cette lumière éblouissante. Et une voix leur a dit:  "Ecoutez ma parole. Pourquoi me demandez-vous ? Je suis Jésus Christ qui est avec vous pour toujours." <o:p></o:p>

    Les apôtres répondirent: "Seigneur, nous voulons savoir les manquements des aeons ‘éternités’ et des ‘pleromes’" Et: "Comment sommes-nous prisonniers dans ce lieu?" De plus: "Comment sommes-nous venus ici?" Et: "Comment allons nous en sortir?" Et encore: "Comment auront-nous l’autorité et le courage?" Et: "Pourquoi les pouvoirs nous combattent-ils?" <o:p></o:p>

    Une voix venant de la lumière dit, " C’est vous-même qui sont les témoins que je vous ai parlé de toutes ces choses. Mais comme vous ne m’avez pas cru, je vais répéter ce que j’ai dit. Tout d’abord, concernant les manques des éternités, quand la désobéissance et la bêtise de la mère a eu lieu, sans la permission de la majesté du Père. Elle voulait lever des aeons ‘éternités’. Et quand elle a parlé, ‘l’Arrogant’ l’a écoutée, et quand elle a laissé une part, ‘l’Arrogant’ l’a pris et elle est devenue le manquement. Voilà le problème des éternités. Maintenant quand l’Arrogant a pris une part, il l’a semé, et les a donné du pouvoir et de l’autorité. Ils l’ont enfermé dans les éternités qui sont morts. Et tous les pouvoirs du monde se sont réjouis d’avoir été engendré. Mais ils n’ont pas connu le Père préexistant, car Il lui est étranger. Mais c’est celui a qui ils ont donné le pouvoir et qu’ils ont servi en le louant. Mais lui, ‘l’Arrogant’, est devenu fier en raison des louanges des pouvoirs. Il est devenu envieux, et il voulait faire une image à la place de l’image, et une forme à la place d’une forme. Et il a demandé les pouvoirs sous son autorité de créer des corps mortels. .. Et ils l’ont été par une mauvaise interprétation, par le faux qui avait été crée." <o:p></o:p>

    "En ce qui concerne le ‘plerome’: Je suis celui qui a été envoyé dans un corps à cause de la semence qui a été perdue. Et je suis venu dans le moule mortel. Ils ne m’ont pas reconnu. Ils ont cru qu j’étais mortel. Et j’ai parlé à celui qui m’appartient et il m’a parlé comme vous me parlez. Et je lui ai donné l’autorité pour qu’ils puissent entrer dans l’héritage du Père…. Et comme il était déficient, il est devenu un plerome." <o:p></o:p>

    "C’est pour cela que vous êtes ici, par ce que vous m’appartenez. Quand vous vous dépouillerez de ce qui est corrompu, vous deviendrez des lumières au sein des hommes mortels.." <o:p></o:p>

    "Et c’est pour cette raison que vous allez combattre les pouvoirs, car ils ne se reposent pas comme vous, car ils ne veulent pas que vous soyez sauvés." <o:p></o:p>

    Les apôtres l’ont adore disant : "Seigneur, dis-nous comment nous combattrons les éternités. Car ils sont au-dessus de nous ? " <o:p></o:p>

    Une voix venant de l’apparition leur dit : "Vous allez les combattre de cette façon, car les archontes combattent l’homme intérieur. Et vous allez les combattre de cette façon : Rassemble-vous et enseignez au monde le salut, avec une promesse. Et vous, enveloppez-vous dans le pouvoir du Père et que votre prière soit connue. Et lui, le Père vous aidera comme il vous a aidé en m’envoyant. Ne craignez point, je suis avec vous pour toujours, comme je vous l’avez dit quand j’étais dans le corps." Il y eut alors de la foudre et de l’orage venant du ciel et ce qui leur été apparu dans ce lieu a été emporté au ciel. Les apôtres redirent grâce à Dieu. Et sont revenus à Jérusalem. Ils s’entretenaient de la lumière qui leur était apparue. Et ils parlèrent du Seigneur disant : " Si lui, notre Seigneur, a souffert, combien plus devrions nous souffert ? " <o:p></o:p>

    Pierre répondit : "Il a souffert pour nous et nous devrions souffert à cause de notre petitesse. " Et les apôtres se réjouirent et arrivent à Jérusalem. Ila allèrent au temple et prêchèrent sur le salut au nom de Jésus Christ et guérirent un grand nombre de malades. Pierre dit aux disciples "Est-ce que le Seigneur Jésus, quand il était un homme, nous a tout montré ? Ecoutez-moi." Et il a été rempli de l’Esprit Saint: "Notre lumière, Jésus, est venu et a été crucifié. Il a porté une couronne d’épines. Il a porté un vêtement pourpre. Il a été crucifié sur un arbre et a été enseveli dans une tombe et a été ressuscité des morts….<o:p></o:p>

    Les apôtres  ont été remplis du Saint Esprit.  Ils se sont rassemblés en disant "Amen." <o:p></o:p>

    Et Jésus leur est apparu. La paix soit avec tous ceux qui croient n mon nom. Et quand vous partirez, que la joie soit avec vous et la grâce et le pouvoir. Et ne craignez point. Car je suis avec vous pour toujours. "<o:p></o:p>

    Et les apôtres se sont séparés et ont été dans quatre mondes différents pour prêcher. ILs sont partis en paix, avec le pouvoir de Jésus.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Prière. <o:p></o:p>

    Dieu tout puissant, qui a donné à tes apôtres Philippe et Jacques, la grâce et la force d’être les témoins de la vérité. . Accordes-nous qui avons compris leur victoire de Foi, de glorifier dans la vie et la mort le Nom du Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec toi et le Saint Esprit , un Dieu, maintenant et pour toujours.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Seigneur, accordes-nous à la prière des apôtres Philippe et Jacques, d’être associés à la Passion et la résurrection de ton Fils, pour que nous puissions  parvenir à la contemplation de ta gloire.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Appendices.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Papias d'Hiérapolis.<o:p></o:p>

    De Papias, on présente, au nombre de cinq, des livres qui sont intitulés Les Exégèses des discours du Seigneur. De ces livres, Irénée fait mention comme des seuls qui aient été écrits par Papias, en disant textuellement:
    " Papias, lui aussi auditeur de Jean et compagnon de Polycarpe, homme ancien, a témoigné, par écrit, dans le quatrième de ses livres. En effet, il existe cinq livres composés par lui. "
    Pourtant Papias, dans la préface de ses livres, ne se montre pas lui-même comme ayant jamais été l'auditeur ou le spectateur des saints apôtres, mais il apprend qu'il a reçu ce qui regarde la foi par ceux qui les avaient connus. Voici ses propres paroles : « ll a déjà été rappelé, dans ce qui précède, que l'Apôtre Philippe avait séjourné à Hiérapolis avec ses filles. Nous devons maintenant indiquer comment Papias, qui vivait en ces temps, rapporte avoir appris une histoire merveilleuse des filles de Philippe. Il raconte la résurrection d'un mort arrivée de son temps; et encore un autre fait extraordinaire concernant Justus, surnommé Barsabas, qui aurait bu un poison mortel et n'aurait éprouvé aucun désagrément par la grâce du Seigneur. »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    References.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Acts of Philip. The apocryphal New Testament. M. R. James Translation and notes. Oxford.Clarendon Press ,1924.<o:p></o:p>

    Budler Rev A. 1864.The lives of the fathers ,martyrs and other principal saints. Sadleir and Co. <o:p></o:p>

    Charron Régine et Painchaud Louis. The background and significance of a puzzling motif in the coptic gospel according to Philip. Bcnh. Bibliothèque copte de Nag Hammadi. <o:p></o:p>

    Kiefer, James. Philip and James apostles. Biographical sketches of memorable Christians. (Internet)<o:p></o:p>

    Ménard Jacques. La Lettre de Pierre à Philippe. Bibliothèque copte de Nag Hammadi (section "Textes"), 1
    1977 xiv
    Painchaud, Louis. L’Evangile selon saint Philippe. La bibliothèque copte de Nag Hammadi . Presses de l’université de Laval, Québec.<o:p></o:p>

    Philip saint and the twelve apostles. Barthology . Com The <st1:city><st1:place>Columbia</st1:place></st1:city> Encyclopedia   <o:p></o:p>

    Philip saint. MSN Encarta Encyclopaedia. <o:p></o:p>

    Philip the apostle, saint. Britannica. Com <o:p></o:p>

    Philip the apostle. Patron saints Index. <o:p></o:p>

    Philip. The Ecole Initiative. <o:p></o:p>

    Philippe le saint. Quid . fr.<o:p></o:p>

    Saint Philip apostle. ETWN . <o:p></o:p>

    Saint Philip apostle. Sacred Heart. <o:p></o:p>

    Saint Philip the apostle. New Advent. Catholic Encyclopaedia.(Internet) <o:p></o:p>

    Saint Philip. Catholic on Line Saints. <o:p></o:p>

    The apostles Philip and Nathanael. Bible student. Com Chapter 5. <o:p></o:p>

    The Gospel of Philip. Translation by W. Isenberg. James. M. Robonson, Editor. The Nag Hammadi library. Harper Collins, <st1:city><st1:place>San Francisco</st1:place></st1:city>. <o:p></o:p>

    Virtualology. (Internet.(  Saint Philip the apostle. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>


     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire
  • Saint Paul . <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ne considérons donc pas le visible, mais l’invisible. Les réalités visibles n’ont qu’un temps, mais les invisibles sont éternels. » (2 Co 4, 18) <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Annoncer l'Évangile est une nécessité qui s'impose à moi.  Malheur à moi si je ne proclame pas l'Évangile. (1 Cor 9,16)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'Apôtre Paul est né à Tarse en Cilicie, au sud-est de la Turquie d'aujourd'hui, vers <o:p></o:p>

    l’an 7. A l’âge de huit ans, il a été circoncis et ses parents l’ont nommé Saul, le nom du premier roi israélien de la tribu de Benjamin. Ses parents lui ont aussi donné le nom de Paul car ils vivaient dans une société romaine. .   <o:p></o:p>

    Il était un homme de petite taille, à la tête chauve, aux jambes arquées, vigoureux, ayant les sourcils joints, avec un nez légèrement bombé. Paul était petit comme son nom suggère. En effet, le nom Paul vient de Paulos  ‘petit’. Un  évêque d’Asie du second siècle a décrit Paul comme étant de petite taille et chauve, ayant des jambes tordues. Son nez était crochu. Il avait le visage ouvert et accueillant. <o:p></o:p>

    « Il paraissait parfois comme un homme et parfois comme un Ange. »<o:p></o:p>

      <o:p></o:p>

    2 Corinthiens 10 : 10.<o:p></o:p>

    2 Co 10<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

     Car, dit-on, ses lettres sont sévères et fortes ; mais, présent en personne, il est faible, et sa parole est méprisable<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il était de la tribu de Benjamin. Philippiens 3:5 <o:p></o:p>

    Les Benjamites étaient des lutteurs. Paul avait donc du zèle et de l’énergie à en revendre.  <o:p></o:p>

    Certains pensent que Paul était  marié, il fallait l’être pour être membre de la Sanhédrin. Paul a dit lui-même qu’il n’était pas marié. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1 Corinthiens 7: 8<o:p></o:p>

    1Co 7<o:p></o:p>

    8 <o:p></o:p>

    A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu'il leur est bon de rester comme moi. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il avait une infirmité. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Galates 4 : 13-15<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ga 4<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Vous ne m'avez fait aucun tort. Vous savez que ce fut à cause d'une infirmité de la chair que je vous ai pour la première fois annoncé l'Évangile<o:p></o:p>

    Ga 4<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

     Et mis à l'épreuve par ma chair, vous n'avez témoigné ni mépris ni dégoût; vous m'avez, au contraire, reçu comme un ange de Dieu, comme Jésus Christ<o:p></o:p>

    Ga 4<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

     Où donc est l'expression de votre bonheur? Car je vous atteste que, si cela eût été possible, vous vous seriez arraché les yeux pour me les donner<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2 Corinthiens 12 : 7-10 <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2Co 12<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir<o:p></o:p>

    2Co 12<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Trois fois j'ai prié le Seigneur de l'éloigner de moi, <o:p></o:p>

    2Co 12<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

     et il m'a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi<o:p></o:p>

    2Co 12<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c'est alors que je suis fort<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il a acquis la connaissance des cultures grecques et hébraïques et a étudié la théologie à Jérusalem sous le grand rabbin Gamaliel. D'ailleurs, le grec fut la langue maternelle de Paul et il cite l'Ancien Testament d'après la version grecque des Septantes. <o:p></o:p>

    A partir de l'âge de 17 ans, Paul devint l'élève de Gamaliel (dont le portrait figure sur l'image ci-contre), un docteur de la loi du plus haut niveau. Paul déclare avec fierté qu'il fut un de ses élèves. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Actes 22 : 3



    <o:p></o:p>

    Ac22<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

     Je suis Juif, né à Tarse en Cilicie; mais j'ai été élevé dans cette ville-ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l'êtes tous aujourd'hui<o:p></o:p>

    Dans ses épîtres, Paul fait des allusions à des auteurs tels que Euripide, Ménandre, Epiménide, Aratos et Cléanthe. Gamaliel ne s'adressait qu'à des élèves de niveau particulièrement élevé dans l'étude de la Loi mosaïque. <o:p></o:p>

    Les juifs de la diaspora sont généralement plus orthodoxes que les Juifs vivant en terre d’Israël. Les Juifs vivant dans la diaspora étaient menacés par la philosophie, la religion et la corruption qui régnaient dans les temples lors des festivals et lors des fêtes religieuses. En effet, chaque femme devait se prostituer une fois dans sa vie ; et il s’agissait d’une prostitution sacrée et sacerdotale. La Torah de Moïse, d’Israël était une protection contre ce milieu ambiant, raffiné et païen.<o:p></o:p>

    Saul a grandi, dès sa plus petite enfance, dans un climat de culture biblique, grâce à ses parents et au rabbin du quartier.<o:p></o:p>

    Paul parlait parfaitement le latin, le grec et l ’hébreu, comme beaucoup de Juifs dans l’empire. <o:p></o:p>

    Ce Gamaliel, d’après le Talmud, est un élève du plus illustre maître du judaïsme nommé Hillel. Trouvant que l’enseignement de Gamaliel n’est pas assez rigoureux, Saul passe dans le camp des ennemis des pharisiens, c’est à dire celui des sadducéens. Ac 17 : 16.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Paul citoyen grec.
    Le statut de citoyen romain dans l'Empire procurait des droits extrêmement précieux : droit d'être protégé par les soldats impériaux, droits d'être jugé par les plus hautes institutions avec l'aide d'un avocat, (Ac 16:38 ; 22:25), droit à des privilèges en terme d'exemption d'impôts et de libre circulation. La seule déclaration verbale d'être citoyen suffisait pour être pris en considération. Les Tarsiotes, marins expérimentés, avaient réussi à débarrasser l'est de la Mer Méditerranée d'attaques de pirates. Ces hordes attaquaient les précieux bateaux de blé qui revenaient d'Egypte pour ravitailler la ville de Rome. Pompée accorda en récompense la citoyenneté romaine à tous les tarsiotes nés et à naître. C'est ainsi que par son père Paul hérita dès sa naissance de ce statut si précieux au premier siècle. Paul en fut très fier si l'on en croit le contexte de Ac 22 : 3 et 28. Grâce à cette citoyenneté, Paul voyagera dans tout l'Empire romain de façon privilégiée pour évangéliser les Gentils.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le métier de Paul. <o:p></o:p>

    Paul avait le métier de constructeur de tentes et connaissait bien son commerce. (Ac 18 : 3)  Ainsi, au fur et à mesure de ses voyages missionnaires, Paul négociera ses tentes, ici à Thessalonique, là à Corinthe, au moment des jeux isthmiques de l'an 52, par exemple, pour subvenir à ses propres besoins. Il bénéficia en outre de pouvoir être souvent hébergé chez les chrétiens : Lydie à Philippes, Jason à Thessalonique, Aquilas à Corinthe.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Paul persécuteur. <o:p></o:p>

    Il a aidé dans la persécution des Chrétiens et était présent à la mort d’Etienne.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    II Corinthiens 5 : l6  <o:p></o:p>

    Ce texte semble confirmer que Paul a connu Jésus selon la chair. Or, pour Paul, avoir connu Jésus selon la chair, c’est pour lui sa vie avant sa conversion. Cet épisode-là de sa vie n’est pas une période dont il se glorifie. C’est sa vie de haine, de violence et de persécutions contre ses frères et sœurs en Christ.<o:p></o:p>

    Il passe au service des grands prêtres ; il devient un traître aux pharisiens, à la solde des grands prêtres ; les Saducéens, qui l’envoient en mission en Israël et hors d’Israël avec les pleins pouvoirs, il reconnaîtra plus tard ce qu’il a fait. Ac.22 : 4 et 26 : l0.<o:p></o:p>

    Paul exigeait alors la mort des hommes et des femmes qu’il avait lui-même arrêtés.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Paul raconte ses propres persécutions et sa responsabilité dans la mort d’Etienne. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Galates 1:13-14              <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ga 1<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l'Église de Dieu, <o:p></o:p>

    Ga 1<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    et comment j'étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d'un zèle excessif pour les traditions de mes pères.<o:p></o:p>


     Acte 22 :3-4<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ac22<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Je suis Juif, né à Tarse en Cilicie, mais c'est ici, dans cette ville, que j'ai été élevé et que j'ai reçu aux pieds de Gamaliel une formation strictement conforme à la Loi de nos pères. J'étais un partisan farouche de Dieu, comme vous l'êtes tous aujourd'hui,<o:p></o:p>

    Ac22<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    et, persécutant à mort cette Voie, j'ai fait enchaîner et jeter en prison des hommes et des femmes.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ac 7 : 57-59.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ac7<o:p></o:p>

    57<o:p></o:p>

    Ils poussèrent alors de grands cris, en se bouchant les oreilles. Puis, tous ensemble, ils se jetèrent sur lui,<o:p></o:p>

    Ac7<o:p></o:p>

    58<o:p></o:p>

    l'entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient posé leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme appelé Saul.<o:p></o:p>

    Ac7<o:p></o:p>

    59<o:p></o:p>

    Tandis qu'ils le lapidaient, Étienne prononça cette invocation : «  Seigneur Jésus, reçois mon esprit. <o:p></o:p>

    Stigmates.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Plusieurs saints ont reçu les stigmates de la passion du Christ : Saint François d'Assise, Sainte Catherine, le Padre Pio, par exemple. Ce sont des gens qui ont été atteints toute leur vie par les plaies de Christ : pieds, mains et ventre percés et parfois sanguinolents. La tradition catholique considèrent que Saint-Paul fut le premier stigmatisé en vertu de ce passage de <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Galates 6:17 <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ga 17<o:p></o:p>

    17 <o:p></o:p>

    Que personne désormais ne me fasse de la peine, car je porte sur mon corps les marques de Jésus.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il n’était pas un grand orateur. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1 Corinthiens 2 : 1-5<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1Co 2<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Paul, appelé à être apôtre de Jésus Christ par la volonté de Dieu, et le frère Sosthène, <o:p></o:p>

    1Co 2<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    à l'Eglise de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés en Jésus Christ, appelés à être saints, et à tous ceux qui invoquent en quelque lieu que ce soit le nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre: <o:p></o:p>

    1Co 2<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ! <o:p></o:p>

    1Co 2<o:p></o:p>

    4 <o:p></o:p>

    Je rends à mon Dieu de continuelles actions de grâces à votre sujet, pour la grâce de Dieu qui vous a été accordée en Jésus Christ<o:p></o:p>

    1Co 2<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Car en lui vous avez été comblés de toutes les richesses qui concernent la parole et la connaissance.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La conversion de Paul.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Un jour de l'année 36 ou 37, sur la route qui va de Jérusalem à Damas, muni de lettres d'arrestations contre les premiers chrétiens, il rencontre le Christ. Cet épisode du retournement de Saul est raconté (Ac 9 : 1-25) comme un "coup de foudre" : désormais Saul est le disciple dévoué, non le persécuteur ; désormais il ne se fera plus appeler de son de "Saul" (d'origine juive) mais de son nom romain de "Paul". Et comme les douze compagnons de Jésus qui l'ont suivi pendant trois ans, il va se donner le titre d'apôtre.
    Dans l'observation légale j'étais un Pharisien, et si zélé que j'ai persécuté l'église... Mais ces choses que j’avais considéré comme gains, je les ai maintenant réévalué comme perte dans la lumière du Christ." Phil 3 : 5-7 <o:p></o:p>

    Paul reçoit le baptême à Damas. Il a été converti quand le Seigneur lui apparut.    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ac 26 : 14-18.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ac26<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

     Nous tombons tous à terre et j'entends une voix me dire en langue hébraïque : Saoul, Saoul, pourquoi me persécuter ? Il t'est dur de te rebiffer contre l'aiguillon ! <o:p></o:p>

    Ac26<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Je réponds : Qui es-tu, Seigneur ?  Le Seigneur reprend : Je suis Jésus, c'est moi que tu persécutes. <o:p></o:p>

    Ac26<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    Mais relève-toi, debout sur tes pieds ! Voici pourquoi en effet je te suis apparu : je t'ai destiné à être serviteur et témoin de la vision où tu viens de me voir, ainsi que des visions où je t'apparaîtrai encore.<o:p></o:p>

    Ac26<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Je te délivre déjà du peuple et des nations païennes vers qui je t'envoie<o:p></o:p>

    Ac26<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    « Pour leur ouvrir les yeux, les détourner des ténèbres vers la lumière, de l'empire de Satan vers Dieu, afin qu'ils reçoivent le pardon des péchés et une part d'héritage avec les sanctifiés, par la foi en moi. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Paul est à son tour persécuté.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2 Corinthiens 11:22-31.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    22 <o:p></o:p>

    Sont-ils Hébreux? Moi aussi. Sont-ils Israélites? Moi aussi. Sont-ils de la postérité d'Abraham? Moi aussi. <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    23 <o:p></o:p>

    Sont-ils ministres de Christ? -Je parle en homme qui extravague. -Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    24 <o:p></o:p>

    cinq fois j'ai reçu des Juifs quarante coups moins un, <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    25 <o:p></o:p>

    trois fois j'ai été battu de verges, une fois j'ai été lapidé, trois fois j'ai fait naufrage, j'ai passé un jour et une nuit dans l'abîme. <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    26 <o:p></o:p>

    Fréquemment en voyage, j'ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    27 <o:p></o:p>

    J'ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    28 <o:p></o:p>

    Et, sans parler d'autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises. <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    29 <o:p></o:p>

    Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber, que je ne brûle? <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    30 <o:p></o:p>

    S'il faut se glorifier, c'est de ma faiblesse que je me glorifierai! <o:p></o:p>

    2Co11<o:p></o:p>

    31 <o:p></o:p>

    Dieu, qui est le Père du Seigneur Jésus, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point!... <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Lettres de Paul. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dans ses lettres, Paul a analysé les motifs des hommes, les paramètres spirituels de la miséricorde, de la  Foi, la grâce, l’humilité et l’amour. Il a tracé les voies pour les croyants.  <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2 Pierre 3 : 15-17<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2P<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l'a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée.<o:p></o:p>

    2P<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine. <o:p></o:p>

    2P<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Témoignage de sa vie.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2 Timothée 4 : 5-8<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2Tm  4<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’œuvre d'un évangéliste, remplis bien ton ministère. <o:p></o:p>

    2Tm  4<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche. <o:p></o:p>

    2Tm  4<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi<o:p></o:p>

    2Tm  4<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Désormais la couronne de justice m'est réservée; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    On peut découvrir les actions de Paul grâce à quelques livres de la Bible, dans le Nouveau Testament, le Livre des Actes des Apôtres, les Lettres de St Paul aux Thessaloniciens, aux Corinthiens, aux Romains, aux Colossiens, aux Philippiens, à Philémon, à Timothée, à Tite. C'est Paul qui assurera la séparation définitive entre le judaïsme et le christianisme. Il est parfois considéré comme le fondateur de l'Eglise Paul est très souvent associé à Pierre (les deux saints sont d'ailleurs fêté aujourd'hui), mais il deviendra surtout populaire grâce à la Réforme dont il était en quelque sorte le précurseur. Certaines de ses idées l'opposent à Pierre et cela explique le fait que dans des pays très catholiques, comme au Portugal par exemple, le 29 juin est la fête de Pierre et non de Paul.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il a prêché l'évangile aux gentils. Il a voyagé à travers la Méditerranée et quelques-uns affirment qu'il est allé aussi loin que l'Espagne. Il a été arrêté devant les autorités romaines. Parce qu'il était un citoyen romain il a référé son cas à Rome où il a été décapité. Les lettres de Paul révèlent une position incomparable du Christ. <o:p></o:p>

    Qu’au Seigneur qui a choisi Pierre pour être le chef des apôtres et Paul pour être l'apôtre des nations, soient gloire et soient louange à jamais. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Fêtes de saint Paul.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    25 janvier. La conversion de Paul. <o:p></o:p>

    29 Juin. Martyr de saint Pierre et de saint Paul. <o:p></o:p>

    C’est la date st l’anniversaire du jour, où en l’an 258, sous la persécution de Valérien, les restes des deux apôtres ont été enlevés temporairement afin qu’ils ne tombent pas aux mains des persécuteurs. <o:p></o:p>

    “Les deux apôtres partagent leur fête le même jour, car les deux étaient un, même s’ils ont souffert en différant jours, ils étaient comme un. » St. Augustin. Sermon 295.                                                                                       <o:p></o:p>

     <v:shapetype id="_x0000_t75" stroked="f" filled="f" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" o:preferrelative="t" o:spt="75" coordsize="21600,21600"> <v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path o:connecttype="rect" gradientshapeok="t" o:extrusionok="f"></v:path><o:lock aspectratio="t" v:ext="edit"></o:lock></v:shapetype><v:shape id="_x0000_i1025" style="width: 13.5pt; height: 13.5pt;" type="#_x0000_t75"><v:imagedata src="file:///C:UsersSFELIX~1AppDataLocalTempmsohtml1�1clip_image001.png"></v:imagedata></v:shape>  18 Novembre Fête de la dédicace de la Basilique saint Pierre et saint Paul.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les Voyages de saint Paul.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les voyages de l'apôtre Paul nous sont connus grâce aux récits qu'en a fait Luc, l'auteur du livre des Actes des Apôtres. D'autres passages dans les épîtres nous confirment certains épisodes<o:p></o:p>

    A partir des années 45, Paul entreprendra donc de grands voyages missionnaires, c'est à dire des périples qui ont pour but de faire connaître qui est Jésus et le contenu de son Message. Il commence par Chypre et les régions Sud de la Turquie actuelle Pamphilie.
    En 49,  il va à Jérusalem pour rencontrer Pierre, Jacques et d'autres apôtres de Jésus. Il y est décidé que les personnes d'origine non-juive n'auront pas à passer par le judaïsme pour devenir chrétien ; autrement dit un païen devient chrétien par le rite du baptême sans devoir passer par le rite de circoncision. Ac 15, 1-35
    Cela permet de comprendre pourquoi, dans l'Eglise des premiers siècles, on distinguait les "judéo-chrétiens" et les "pagano-chrétiens" : Les premiers avaient été Juifs avant de devenir Chrétiens, les seconds avait été "païens" avant de devenir Chrétiens.
    Paul reprend ses voyages, avec des séjours de quelques mois ou quelques années dans les villes des pays qui entourent l'est de la Macédoine : Ephèse, Thessalonique, Athènes, Corinthe... Dans chacune de ces villes, il proclame l'Évangile et organise les premières communautés de chrétiens. Puis il part ailleurs.
    Pour garder des liens avec les villes où il est passé, Paul écrit des lettres pour soutenir les croyants et les aider à vivre en Chrétiens ; ce sont ces lettres (appelées aussi épîtres) que l'on trouve dans le Nouveau Testament et dont des extraits sont souvent lus dans les églises chrétiens, pendant les offices. <o:p></o:p>

    Paul, comme beaucoup d'autres apôtres, va être souvent arrêté, mis en prison. En tant que citoyen romain, il a droit à être jugé devant l'empereur ; il demande donc d'être transféré à Rome. Il y séjourne de 61 à 63, en résidence surveillée et il écrit plusieurs grandes lettres. Libéré, il repart vers la Grèce mais, arrêté à nouveau, il est ramené à Rome ; en 64 pendant les persécutions de l'empereur Néron, Paul sera exécuté, la tête tranchée sur la route d'Ostie, à la sortie de Rome. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chronologie des voyages de saint Paul.<o:p></o:p>

      <o:p></o:p>

    Damas. Vision de saint Paul. <o:p></o:p>

    37-40 <o:p></o:p>

    Premier voyage <o:p></o:p>

    45-47 <o:p></o:p>

    Deuxième voyage<o:p></o:p>

    51-53 <o:p></o:p>

    Troisième voyage<o:p></o:p>

    54-58 <o:p></o:p>

    Emprisonnement en  Judée.<o:p></o:p>

    58-60 <o:p></o:p>

    Voyage à Rome.<o:p></o:p>

    60-61 <o:p></o:p>

    Emprisonnement à  Rome.<o:p></o:p>

    61-63 <o:p></o:p>

    Voyages en sortant de prison. <o:p></o:p>

    63-67 <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Attributs<o:p></o:p>

    L’attribut le plus constant de Paul est l'épée qu'il tient pointe en terre. <o:p></o:p>

    Autres attributs : Livre, trois fontaines ou trois sources. <o:p></o:p>

    Il est le patron des missionnaires, des vanniers et des cordiers (suite à son échappée de Damas). Il est aussi le second patron de Rome après saint Pierre.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Eglises de Saint Paul à Rome.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'Abbaye aux trois fontaines de Rome, se situe là; où, selon la tradition, Saint Paul a subi le martyr de la décapitation; d’après la légende trois fontaines avaient jailli sur le lieu où la tête avait rebondi trois fois. Bientôt trois églises avaient été édifiées, mais le lieu, Acque Salvie, avait été ensuite abandonné parce qu'il était marécageux et malsain.
    Le terrain avait été ensuite assaini par les trappistes qui en étaient devenus propriétaires en 1868. Les basiliques avaient été englobées dans un environnement boisé d'eucalyptus.
    La plus grande des trois églises est celle des Saints Vincenzo et Anastasio.   La deuxième est Sainte Marie Scala Coeli.   La troisième est Saint Paul aux trois fontaines édifiée au Ve siècle sur le lieu du martyre. A l’intérieure, trois édicules avec les trois fontaines de la légende et trois têtes du Saint rappellent les trois rebondissements au moment de la décapitation. Au sol, un très beau mosaïque polychrome romain originaire de Hostie avec les personnages des quatre saisons.<o:p></o:p>

    Saint Paul hors les murs ou Basilica Ostiense. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Basilique St Pierre hors les murs. La Basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs est, après Saint-Pierre, la plus grande Eglise de Rome. Erigée dans la première moitié du IVème siècle par la volonté de l'Empereur Constantin sur le lieu que la tradition montre comme la Tombe de l'Apôtre Paul, elle fut reconstruite, plus solennelle et majestueuse, au cours du même siècle. Elle est depuis toujours et sans interruption le but des fidèles et pèlerins venus de toutes les parties du monde Constantin avait transformé la cella memoriae de l’Apôtre des Gens en Basilique. Au milieu du Portique à quatre arcades, trône la statue de Saint Paul. A ses épaules le Pronao de la façade avec dix colonnes d'un seul bloc de Baveno, haute de dix mètres. La partie supérieure, encadre, dans des mosaïques dorés, réfléchissants l’éblouissante lumière du soleil, la figure du Christ bénissant, entre Saint Pierre et Saint Paul. Sur la colline l'Agnus Dei, d'où jaillissent quatre fleuves. <o:p></o:p>

    Le "Pressoir Mystique"

    <o:p></o:p>

    Basilique de Vezelay. <o:p></o:p>

    Un chapiteau de la basilique romane de Vézelay (XIIe) nous montre Paul se baissant pour ramasser la farine moule à partir du grain versé dans le moulin par les Prophètes de l'Ancien Testament.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le trajet de tous les Voyages de Paul. <o:p></o:p>

    Le premier Voyage.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Premier voyage missionnaire de Paul vers l'an 46-48.<o:p></o:p>

    <v:line id="_x0000_s1026" style="Z-INDEX: 1; POSITION: absolute; flip: x" to="-136.9pt,104pt" from="-190.9pt,14pt"><v:stroke endarrow="block"></v:stroke></v:line>Actes 13 : 2 – 14 : 28.<o:p></o:p>

    L’'Eglise d'Antioche envoie de Seleucie, Paul et Barnabas en mission à l'étranger. Pour la première mission, Paul va à Paphos en Chypre et dans la province de Galate. Il prêche à Iconium, Lystrée, Antioche et d’autres cites de la région. Paul est lapidé à Lystrée. Ils commencent leur oeuvre d’évangélisations accompagnés par Jean-Marc, l’évangéliste Marc.
    Leur mission durera presque 2 années. Ils auront parcouru environ 2400 km.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2. Deuxième voyage missionnaire de Paul vers l'an 50-52.<o:p></o:p>

    Actes 15 : 40 – 18 : 22.<o:p></o:p>

    Paul va visiter de nouveau les Eglises d'Asie Mineure qu'il a fondées au cours de son premier voyage Il est accompagné de Silas.
    Ce voyage a une durée de 3 années et sur une distance d’environ 5500 km. <o:p></o:p>

    Départ d’Antioche de Paul accompagné de Silas. Timothée les rejoindra à Lystrée. (Ac 16:3) <o:p></o:p>

    A Troas, Paul reçoit la vision d'aller évangéliser le continent européen vers Philippes. (Ac 16:9) <o:p></o:p>

    A Philippes, Lydie se convertit. Paul et Silas sont mis en prison et délivrés miraculeusement par un tremblement de terre. (Ac 16:24) Paul et Silas ne quittent pas la prison, mais prêchent aux geôliers qui se convertissent et sont baptisés <o:p></o:p>

    A Thessalonique, ils sont persécutés. La foule attaque Jason. (Ac 17:5) <o:p></o:p>

    A Athènes, le Parthéna, Temple d'Athéna (Ac 17:16). Paul prêche à la colline de Mars. A Corinthe,  Sosthène est battu. Paul est encouragé à persévérer par une vision et il y fonde une église florissante. (Ac 18:17) <o:p></o:p>

    A Ephèse, Paul entre dans la synagogue. (Ac 18:19) Retour à Jérusalem puis Antioche. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    3. Troisième voyage missionnaire de Paul vers 54-58.<o:p></o:p>

    Actes 18 : 23 à 21 : 17.<o:p></o:p>

    Paul continue ses visites aux Eglises d'Asie Mineure qu'il a fondées au cours de ses premiers voyages missionnaires. A Corinthe, Paul restera environ 3 mois.

    C’est la plus longue période de mission de Paul, quatre années. Il a aussi parcouru une plus grande distance. Départ de Antioche, en Syrie vers la Galicie. (Ac 18:22) <o:p></o:p>

    A Ephèse, les convertis brûlent tous leurs livres de sorcellerie. (Ac 19:35) <o:p></o:p>

    A Corinthe, un complot est organisé contre Paul (Ac 20:3) <o:p></o:p>

    A Troas, le disciple Eutychus tombe d'une fenêtre. Paul le ressuscite (Ac 20:9) <o:p></o:p>

    A Millet, Paul fait ses adieux aux anciens d'Ephèse. (Ac 20:18) <o:p></o:p>

    A Tyr, Paul fait ses adieux. (Ac 21:6) <o:p></o:p>

    A Césarée, Agabus se lie les pieds et les mains avec la ceinture de Paul. (Ac 21:10) <o:p></o:p>

    Quatre lettres de Paul sont écrites durant cette période.  Deux aux Corinthiens, un aux  Romans, et celui des Galates. Le travail principal de Paul était de trouver de l’argent pour les pauvres de Jérusalem. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    4. Quatrième voyage de Paul : à Rome, vers l'an 59-60.<o:p></o:p>

     Paul est mis faussement en accusation par le les responsables religieux d'Israël, pour "désordre public" et "hérésie". Il est emprisonné à Césarée pendant 2 ans.<o:p></o:p>

    Paul est juif mais aussi citoyen romain par son père. Il réclame donc son droit d'être jugé par l'Empereur lui-même. Il sera accompagné sous escorte romaine vers la capitale de l'Empire Romain où il sera prisonnier deux années en attendant son jugement.<o:p></o:p>

    Il en profitera pour continuer ses enseignements. Il y a rédigé un certain nombre d'épîtres qui nous sont parvenues. Actes 23 : 31 à 28 : 16.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sa mort et son martyr probable par décapitation ne sont pas mentionnés par Luc. Son martyr mort a eu lieu vers l'an 68.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Date.<o:p></o:p>

    Evènements. <o:p></o:p>

    58<o:p></o:p>

    Paul est arête à Jérusalem et va à Césarée. On l’emmène à Félix le procurateur romain de Judée.  <o:p></o:p>

    59 <o:p></o:p>

    Paul est en  Césarée. A Césarée, Paul témoigne devant les chefs romains Félix et Drusille. (Ac 24:24) <o:p></o:p>

    L’empereur Néron  fait assassiner Agrippa. <o:p></o:p>

    60 <o:p></o:p>

    Félix est rappelé comme procurateur de Judée. Il est remplacé par Festus. En août, Paul est envoyé à Rome par Festus. Départ de Jérusalem : Paul debout sur les marches, parle à la foule. (Ac 21:40) <o:p></o:p>

    A Sidon, les amis de Paul lui souhaitent la bienvenue. (Ac 27:3) <o:p></o:p>

    A Myra, Paul et ses compagnons changent de bateau à destination de l'Italie. (Ac 20:9) <o:p></o:p>

    Paul fait naufrage à Malte. Paul guérit le père de Publius (Ac 28:7). <o:p></o:p>

    61<o:p></o:p>

    Paul arrive à Rome. <o:p></o:p>

    63<o:p></o:p>

    Paul acquitté, va en  Macédoine en Asie Mineure.   <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    64- 68<o:p></o:p>

    En 64, Paul va en Espagne. (Romains 15:28) L’incendie de Rome a lieu. Persécution des chrétiens. <o:p></o:p>

    Gessius Florus fait procurateur de Judée.<o:p></o:p>

    Paul écrit 1Timothé de Macédoine.Titus d’Ephèse va à Nicopolis. <o:p></o:p>

    Paul est emprisonné à Rome. Il écrit <o:p></o:p>

    2 Timothée. Paul est exécute en mai ou juin. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les livres de saint Paul. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Date des écrits de saint Paul.      <o:p></o:p>

              <o:p></o:p>

    Thessaloniciens 1 <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Thessaloniciens 2<o:p></o:p>

    52 <o:p></o:p>

    Ce sont probablement les plus anciens textes chrétiens. <o:p></o:p>

    Corinthiens 1<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Corinthiens 2<o:p></o:p>

    57  <o:p></o:p>

    Ce sont probablement la seconde et la quatrième lettres d'une série de quatre ‘deux sont aujourd'hui perdues (1 Co 5 : 9)’, envoyées d'Éphèse à la communauté de Corinthe.<o:p></o:p>

    Galates.<o:p></o:p>

    56-58  <o:p></o:p>

    Entre 56 et 58, les Galates sont en péril de " passer à un autre évangile " (Ga 1.6) ; leurs nouveaux maîtres " veulent renverser l'évangile du Christ " (Ga 1.7). Il n'y a plus ni esclave, ni homme libre, il n'y a plus ni juif ni Grec; il n'y a plus l'homme et la femme; car tous vous n'êtes qu'un en Jésus-Christ. " (Ga 3.28)<o:p></o:p>

    Romains.<o:p></o:p>

    57-58  <o:p></o:p>

    L'Épître aux Romains aurait selon toute probabilité, été écrite à Corinthe ou à Philippes. Le contenu de cette épître est très important. Elle était adressée à une communauté à laquelle Paul n'avait jamais rendu visite même s'il connaissait certains de ses membres. (Rm 16.3-15)<o:p></o:p>

    Philippiens.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    62  <o:p></o:p>

    Paul était à Rome, en liberté surveillée, l'issue de son procès devant le tribunal impérial. De nombreux spécialistes estiment, cependant, que l'Épître aux Philippiens fut rédigée à Éphèse en 56-57<o:p></o:p>

    Ephésiens. Colossiens Philémon.<o:p></o:p>

    62  <o:p></o:p>

    Ces Epîtres sont dites " de la captivité ". De 61 à 63, Paul fut assigné à résidence à Rome (custodia militaris). L’épître à Philémon est le livre le plus bref du Nouveau Testament <o:p></o:p>

    Hébreux.<o:p></o:p>

    64-65  <o:p></o:p>

    L’épître aux Hébreux n’est pas considéré comme étant de saint Paul par plusieurs auteurs. Paul parle de la terre promise.   <o:p></o:p>

    Tite. <o:p></o:p>

    Timothée 1. Timothée 2.<o:p></o:p>

    64-67  <o:p></o:p>

    Les épîtres à Timothée et à Tite traitent des devoirs des ministres du culte. Elles figurent aussi dans le " Canon de Muratori ".<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    L’épître aux Romains. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Cette épître est peut être la plus importante, a tenu une place importante dans l’histoire de l’Eglise. Elle a été commentée par Origène, Thomas d’Aquin et bien d’autres parce que c’est un écrit doctrinal sous forme de lettre. Paul se trouve à Corinthe quand il dicte cette lettre à Tertius. Il vient de passer trois mois à Corinthe après son troisième voyage.<o:p></o:p>

    Tout comme dans l’épître aux Galates, on retrouve les thèmes pauliniens : Détresse  des païens et des juifs et justification. Juifs et païens ont le même Seigneur.  le salut de l’humanité par Jésus Christ, la puissance de la Grâce, la Foi, la Vie dans l’amour, le rôle de la Loi. « Celui qui est juste  par la Foi vivra. » « Dieu jugera par Jésus Christ le comportement caché des hommes. » <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 1.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Paul, serviteur de Jésus Christ, appelé à être apôtre, mis à part pour annoncer l'Évangile de Dieu, -<o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    qui avait été promis auparavant de la part de Dieu par ses prophètes dans les saintes Écritures, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    et qui concerne son Fils (né de la postérité de David, selon la chair, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    et déclaré Fils de Dieu avec puissance, selon l'Esprit de sainteté, par sa résurrection d'entre les morts), Jésus Christ notre Seigneur, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    par qui nous avons reçu la grâce et l'apostolat, pour amener en son nom à l'obéissance de la foi tous les païens, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    parmi lesquels vous êtes aussi, vous qui avez été appelés par Jésus Christ- <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    à tous ceux qui, à Rome, sont bien-aimés de Dieu, appelés à être saints: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ! <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Je rends d'abord grâces à mon Dieu par Jésus Christ, au sujet de vous tous, de ce que votre foi est renommée dans le monde entier. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    Dieu, que je sers en mon esprit dans l'Évangile de son Fils, m'est témoin que je fais sans cesse mention de vous, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    demandant continuellement dans mes prières d'avoir enfin, par sa volonté, le bonheur d'aller vers vous. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Car je désire vous voir, pour vous communiquer quelque don spirituel, afin que vous soyez affermis, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    ou plutôt, afin que nous soyons encouragés ensemble au milieu de vous par la foi qui nous est commune, à vous et à moi. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Je ne veux pas vous laisser ignorer, frères, que j'ai souvent formé le projet d'aller vous voir, afin de recueillir quelque fruit parmi vous, comme parmi les autres nations; mais j'en ai été empêché jusqu'ici. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Je me dois aux Grecs et aux barbares, aux savants et aux ignorants. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Ainsi j'ai un vif désir de vous annoncer aussi l'Évangile, à vous qui êtes à Rome. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    Car je n'ai point honte de l'Évangile: c'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    parce qu'en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu'il est écrit: Le juste vivra par la foi. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    car ce qu'on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    puisque ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous ; <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    Et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l'homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

    C'est pourquoi Dieu les a livrés à l'impureté, selon les convoitises de leurs cœurs; en sorte qu'ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ; <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

    Eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen! <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    26<o:p></o:p>

    C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature; <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    27<o:p></o:p>

    et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    28<o:p></o:p>

    Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    29<o:p></o:p>

    étant remplis de toute espèce d'injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice; pleins d'envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité; <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    30<o:p></o:p>

    rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d'intelligence, <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    31<o:p></o:p>

    de loyauté, d'affection naturelle, de miséricorde. <o:p></o:p>

    Rm1<o:p></o:p>

    32<o:p></o:p>

    Et, bien qu'ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 2.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    O homme, qui que tu sois, toi qui juges, tu es donc inexcusable; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges, tu fais les mêmes choses. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    Nous savons, en effet, que le jugement de Dieu contre ceux qui commettent de telles choses est selon la vérité. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Et penses-tu, ô homme, qui juges ceux qui commettent de telles choses, et qui les fais, que tu échapperas au jugement de Dieu? <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance? <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Mais, par ton endurcissement et par ton coeur impénitent, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu, <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    qui rendra à chacun selon ses oeuvres; <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    réservant la vie éternelle à ceux qui, par la persévérance à bien faire, cherchent l'honneur, la gloire et l'immortalité; <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    mais l'irritation et la colère à ceux qui, par esprit de dispute, sont rebelles à la vérité et obéissent à l'injustice. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    Tribulation et angoisse sur toute âme d'homme qui fait le mal, sur le Juif premièrement, puis sur le Grec! <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    Gloire, honneur et paix pour quiconque fait le bien, pour le Juif premièrement, puis pour le Grec! <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Car devant Dieu il n'y a point d'acception de personnes. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    Tous ceux qui ont péché sans la loi périront aussi sans la loi, et tous ceux qui ont péché avec la loi seront jugés par la loi. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Quand les païens, qui n'ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n'ont point la loi, une loi pour eux-mêmes; <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    ils montrent que l'oeuvre de la loi est écrite dans leurs coeurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s'accusant ou se défendant tour à tour. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    C'est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Évangile, Dieu jugera par Jésus Christ les actions secrètes des hommes. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Toi qui te donnes le nom de Juif, qui te reposes sur la loi, qui te glorifies de Dieu, <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    qui connais sa volonté, qui apprécies la différence des choses, étant instruit par la loi; <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    toi qui te flattes d'être le conducteur des aveugles, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    le docteur des insensés, le maître des ignorants, parce que tu as dans la loi la règle de la science et de la vérité; <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    toi donc, qui enseignes les autres, tu ne t'enseignes pas toi-même! Toi qui prêches de ne pas dérober, tu dérobes! <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    Toi qui dis de ne pas commettre d'adultère, tu commets l'adultère! Toi qui as en abomination les idoles, tu commets des sacrilèges! <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    Toi qui te fais une gloire de la loi, tu déshonores Dieu par la transgression de la loi! <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

    Car le nom de Dieu est à cause de vous blasphémé parmi les païens, comme cela est écrit. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

    La circoncision est utile, si tu mets en pratique la loi; mais si tu transgresses la loi, ta circoncision devient incirconcision. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    26<o:p></o:p>

    Si donc l'incirconcis observe les ordonnances de la loi, son incirconcision ne sera-t-elle pas tenue pour circoncision? <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    27<o:p></o:p>

    L'incirconcis de nature, qui accomplit la loi, ne te condamnera-t-il pas, toi qui la transgresses, tout en ayant la lettre de la loi et la circoncision? <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    28<o:p></o:p>

    Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les dehors; et la circoncision, ce n'est pas celle qui est visible dans la chair. <o:p></o:p>

    Rm 2<o:p></o:p>

    29<o:p></o:p>

    Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement; et la circoncision, c'est celle du cœur, selon l'esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 3.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Quel est donc l'avantage des Juifs, ou quelle est l'utilité de la circoncision? <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    Il est grand de toute manière, et tout d'abord en ce que les oracles de Dieu leur ont été confiés. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Eh quoi! si quelques-uns n'ont pas cru, leur incrédulité anéantira-t-elle la fidélité de Dieu? <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    Loin de là! Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur, selon qu'il est écrit : Afin que tu sois trouvé juste dans tes paroles, Et que tu triomphes lorsqu'on te juge. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Mais si notre injustice établit la justice de Dieu, que dirons-nous? Dieu est-il injuste quand il déchaîne sa colère? (Je parle à la manière des hommes.) <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    Loin de là! Autrement, comment Dieu jugerait-il le monde? <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    Et si, par mon mensonge, la vérité de Dieu éclate davantage pour sa gloire, pourquoi suis-je moi-même encore jugé comme pécheur? <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Et pourquoi ne ferions-nous pas le mal afin qu'il en arrive du bien, comme quelques-uns, qui nous calomnient, prétendent que nous le disons? La condamnation de ces gens est juste. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    Quoi donc! Sommes-nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l'empire du péché, <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    selon qu'il est écrit: Il n'y a point de juste, Pas même un seul; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Nul n'est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    Il n'en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Leur gosier est un sépulcre ouvert; Ils se servent de leurs langues pour tromper; Ils ont sous leurs lèvres un venin d'aspic; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Leur bouche est pleine de malédiction et d'amertume; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Ils ont les pieds légers pour répandre le sang; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    La destruction et le malheur sont sur leur route; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Ils ne connaissent pas le chemin de la paix; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    La crainte de Dieu n'est pas devant leurs yeux. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    justice de Dieu par la foi en Jésus Christ pour tous ceux qui croient. Il n'y a point de distinction. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

    et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

    C'est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    26<o:p></o:p>

    de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    27<o:p></o:p>

    Où donc est le sujet de se glorifier? Il est exclu. Par quelle loi? Par la loi des oeuvres? Non, mais par la loi de la foi. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    28<o:p></o:p>

    Car nous pensons que l'homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    29<o:p></o:p>

    Ou bien Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs? Ne l'est-il pas aussi des païens? Oui, il l'est aussi des païens, <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    30<o:p></o:p>

    puisqu'il y a un seul Dieu, qui justifiera par la foi les circoncis, et par la foi les incirconcis. <o:p></o:p>

    Rm 3<o:p></o:p>

    31<o:p></o:p>

    Anéantissons-nous donc la loi par la foi? Loin de là! Au contraire, nous confirmons la loi. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 4.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Que dirons-nous donc qu'Abraham, notre père, a obtenu selon la chair? <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    Si Abraham a été justifié par les oeuvres, il a sujet de se glorifier, mais non devant Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Car que dit l'Écriture? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    Or, à celui qui fait une oeuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due ; <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Et à celui qui ne fait point d’œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l'impie, sa foi lui est imputée à justice. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    De même David exprime le bonheur de l'homme à qui Dieu impute la justice sans les oeuvres: <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées, Et dont les péchés sont couverts! <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Heureux l'homme à qui le Seigneur n'impute pas son péché! <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    Ce bonheur n'est-il que pour les circoncis, ou est-il également pour les incirconcis? Car nous disons que la foi fut imputée à justice à Abraham. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    Comment donc lui fut-elle imputée? Était-ce après, ou avant sa circoncision? Il n'était pas encore circoncis, il était incirconcis. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Et il reçut le signe de la circoncision, comme sceau de la justice qu'il avait obtenue par la foi quand il était incirconcis, afin d'être le père de tous les incirconcis qui croient, pour que la justice leur fût aussi imputée, <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    et le père des circoncis, qui ne sont pas seulement circoncis, mais encore qui marchent sur les traces de la foi de notre père Abraham quand il était incirconcis. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    En effet, ce n'est pas par la loi que l'héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c'est par la justice de la foi. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Car, si les héritiers le sont par la loi, la foi est vaine, et la promesse est anéantie, <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    parce que la loi produit la colère, et que là où il n'y a point de loi il n'y a point non plus de transgression. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    C'est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d'Abraham, notre père à tous, selon qu'il est écrit: <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Je t'ai établi père d'un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu'il devint père d'un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit: Telle sera ta postérité. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu'il avait près de cent ans, et que Sara n'était plus en état d'avoir des enfants. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    et ayant la pleine conviction que ce qu'il promet il peut aussi l'accomplir. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    C'est pourquoi cela lui fut imputé à justice. <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    Mais ce n'est pas à cause de lui seul qu'il est écrit que cela lui fut imputé; <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

    c'est encore à cause de nous, à qui cela sera imputé, à nous qui croyons en celui qui a ressuscité des morts Jésus notre Seigneur, <o:p></o:p>

    Rm 4<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

    lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 5.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l'affliction produit la persévérance, <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    la persévérance la victoire dans l'épreuve, et cette victoire l'espérance. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Or, l'espérance ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint Esprit qui nous a été donné. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    A peine mourrait-on pour un juste; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,... <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    car jusqu'à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n'est pas imputé, quand il n'y a point de loi. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu'à Moïse, même sur ceux qui n'avaient pas péché par une transgression semblable à celle d'Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Mais il n'en est pas du don gratuit comme de l'offense; car, si par l'offense d'un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d'un seul homme, Jésus Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    Et il n'en est pas du don comme de ce qui est arrivé par un seul qui a péché; car c'est après une seule offense que le jugement est devenu condamnation, tandis que le don gratuit devient justification après plusieurs offenses. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Si par l'offense d'un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l'abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus Christ lui seul. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s'étend à tous les hommes. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    Car, comme par la désobéissance d'un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l'obéissance d'un seul beaucoup seront rendus justes. <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, <o:p></o:p>

    Rm 5<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus Christ notre Seigneur. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 6.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    car celui qui est mort est libre du péché. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n'a plus de pouvoir sur lui. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Quoi donc! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là! <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice? <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. -De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l'impureté et à l'iniquité, pour arriver à l'iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd'hui. Car la fin de ces choses, c'est la mort. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. <o:p></o:p>

    Rm 6<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 7.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Ignorez-vous, frères, -car je parle à des gens qui connaissent la loi, -que la loi exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit? <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est point adultère en devenant la femme d'un autre. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    Que dirons-nous donc? La loi est-elle péché? Loin de là! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. Car je n'aurais pas connu la convoitise, si la loi n'eût dit: Tu ne convoiteras point. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Et le péché, saisissant l'occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises; car sans loi le péché est mort. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Car le péché saisissant l'occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une cause de mort? Loin de là! Mais c'est le péché, afin qu'il se manifestât comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et que, par le commandement, il devînt condamnable au plus haut point. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ; <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    Mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

    Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort? ... <o:p></o:p>

    Rm 7<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

    Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur!... Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 8.                                                                                                         <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Car-chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix; <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l'esprit est vie à cause de la justice. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d'être glorifiés avec lui. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    J'estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise, - <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    avec l'espérance qu'elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    Or, nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    Et ce n'est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    24<o:p></o:p>

    Car c'est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l'espérance qu'on voit n'est plus espérance: ce qu'on voit, peut-on l'espérer encore? <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    25<o:p></o:p>

    Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec persévérance. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    26<o:p></o:p>

    De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il nous convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    27<o:p></o:p>

    et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l'Esprit, parce que c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    28<o:p></o:p>

    Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    29<o:p></o:p>

    Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    30<o:p></o:p>

    Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    31<o:p></o:p>

    Que dirons-nous donc à l'égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    32<o:p></o:p>

    Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    33<o:p></o:p>

    Qui accusera les élus de Dieu? C'est Dieu qui justifie! <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    34<o:p></o:p>

    Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    35<o:p></o:p>

    Qui nous séparera de l'amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée? <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    36<o:p></o:p>

    selon qu'il est écrit: C'est à cause de toi qu'on nous met à mort tout le jour, Qu'on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    37<o:p></o:p>

    Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    38<o:p></o:p>

    Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, <o:p></o:p>

    Rm 8<o:p></o:p>

    39<o:p></o:p>

    ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Chapitre 9.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    <

    Rm 9<o:p></o:p>

    1<o:p></o:p>

    Je dis la vérité en Christ, je ne mens point, ma conscience m'en rend témoignage par le Saint Esprit: <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    2<o:p></o:p>

    J'éprouve une grande tristesse, et j'ai dans le coeur un chagrin continuel. <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    3<o:p></o:p>

    Car je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair, <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    4<o:p></o:p>

    qui sont Israélites, à qui appartiennent l'adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    5<o:p></o:p>

    et les promesses, et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen! <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    6<o:p></o:p>

    Ce n'est point à dire que la parole de Dieu soit restée sans effet. Car tous ceux qui descendent d'Israël ne sont pas Israël, <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    7<o:p></o:p>

    et, pour être la postérité d'Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants ; Mais il est dit: En Isaac sera nommée pour toi une postérité, <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    8<o:p></o:p>

    c'est-à-dire que ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont regardés comme la postérité. <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    9<o:p></o:p>

    Voici, en effet, la parole de la promesse: Je reviendrai à cette même époque, et Sara aura un fils. <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    10<o:p></o:p>

    Et, de plus, il en fut ainsi de Rébecca, qui conçut du seul Isaac notre père; <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    11<o:p></o:p>

    car, quoique les enfants ne fussent pas encore nés et ils n'eussent fait ni bien ni mal, -afin que le dessein d'élection de Dieu subsistât, sans dépendre des oeuvres, et par la seule volonté de celui qui appelle, - <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    12<o:p></o:p>

    il fut dit à Rébecca: L'aîné sera assujetti au plus jeune; selon qu'il est écrit: <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    13<o:p></o:p>

    J'ai aimé Jacob Et j'ai haï Ésaü. <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    14<o:p></o:p>

    Que dirons-nous donc? Y a-t-il en Dieu de l'injustice? Loin de là! <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    15<o:p></o:p>

    Car il dit à Moïse: Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j'aurai compassion de qui j'ai compassion. <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    16<o:p></o:p>

    Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde. <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    17<o:p></o:p>

    Car l'Écriture dit à Pharaon: Je t'ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom soit publié par toute la terre. <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    18<o:p></o:p>

    Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut. <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    19<o:p></o:p>

    Tu me diras: Pourquoi blâme-t-il encore? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté? <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    20<o:p></o:p>

    O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu? Le vase d'argile dira-t-il à celui qui l'a formé: Pourquoi m'as-tu fait ainsi? <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    21<o:p></o:p>

    Le potier n'est-il pas maître de l'argile, pour faire avec la même masse un vase d'honneur et un vase d'un usage vil? <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    22<o:p></o:p>

    Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition, <o:p></o:p>

    Rm 9<o:p></o:p>

    23<o:p></o:p>

    et s'il a voulu faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu'il a d'avance préparés pour la gloire? <o:p></o:p>